google-site-verification: google7d26736b1ef720ed.html

Apres les gilets jaunes, le regard de Christiane Taubira.

https://www.lemonde.fr/politique/article/2018/12/16/gilets-jaunes-christiane-taubira-juge-que-la-responsabilite-de-la-gauche-est-tres-lourde_5398275_823448.html?fbclid=IwAR3WGdk1iUVK4oVcxvCa8T_-yWG2cQGoZIk7Vz46GoxUm-LAGJ9h7KPVy9o

 Le procès qu'elle fait, à Macron, est très dur, et il est parfaitement justifié.

Extrait:

"La responsabilité de la gauche « est lourde, très lourde, sur le passé, sur le présent. Elle peut l’être plus encore si la gauche ne comprend pas que c’est à elle qu’il revient d’offrir un débouché politique à ce mouvement ».

 Je comprends, qu'elle prétende une chose pareille.

 La réflexion, ou plutot, la question, que ça m'inspire, serait de se demander si  la gauche, quelle qu'elle soit, aurait ou non, ou plutôt, serait en droit, ou pas,  de revendiquer une forme de monopole de l'Humanisme...

  Mais j'en vois, à droite, qui relèvent le manton, avec les deux poings sur les hanches...

  Désolée, "les gars", (et oui, il y a plus de femmes, dans les rangs de gauche, que dans les rangs de droite, vous pouvez vérifier), mais selon qu'on est de droite ou de gauche, l'intérêt qu'on démontre,  vis à vis de l'être humain, plus qu'à l'entreprenariat, et au chiffres d'affaire d'une boite, semble bien, n'en déplaise à cetains, être le révélateur véritable, qui détermine, qu'on serait de droite, ou de gauche...

 D'où la franchise de ma question, EST QUE L'HUMANISME EST UNE CHASSE GARDEE A GAUCHE ?

 Dans cette hypothèse, alors,  j'aimerai que les gilets jaunes, qui sont tentés par le rassemblement national, nous explique, en quoi, pourquoi, et comment, ce parti, serait susceptible de les soutenir, et ceci, d'autant plus que selon Nicolas Bay, entendu sur France Inter, ce matin, je n'ai entendu aucun lapin, sortir d'un quelconque chapeau, pour trouver une solution.

 Mais je vais y revenir.

 Sans vouloir prendre parti objectivement, pour ceux que je soutiens, Benoit Hamon, et générationS, je rappelle, pour ceux qui ont la mémoire courte, qu'avant les dernière présidentielles, Benoit Hamon, avait été élu, comme chef de file du PS, pour se voir désavoué, au premier tour des présidentielles...

 Comme on dit chez nous, "chat échaudé, craind l'eau froide", et l'incohérence, alors, ne venait pas de lui, mais bien des électeurs, en premier lieu.

 Comment peut on choisir quelqu'un, le designant comme représentatif, puis ne pas le choisir ? et donc, lui donner sa voix ?

 Au delà, de ces querelles, qui effectivement, sont contreproductives, moi je choisis ceux ou celles qui bossent, et qui proposent des choses, c'est le cas de générationS, mais qui oeuvrent, au delà, de ces querelles stériles.

  Il n'est pas superflu, d'ailleurs, d'observer que ça vient plus des observateurs et des médias, que des principaux interressés eux même.

  Je sais que certains regrettent, d'en voir certains, jouer perso....

 Mais écrire des nouvelles pages, en politique, demande du courage, et un courage qui exige, de l'être humain, d'oser revendiquer, de depasser ces clivages,  ce qui ne signifie pas pour autant, qu'il doivent, cracher dessus, comme je l'ai entendu, encore, ce matin, de la part de Amélie de Montchalin,  qui cloue au pylori, toute la politique, qui s'est deroulée, depuis 40 ans, et ça n'est pas la seule...

 Devaloriser le politique, de façon outrancière, comme l'a fait, aussi, Nicolas bay,  ce midi, je trouve ça stupide, irréverancieux, et proprement risible.

https://www.franceinter.fr/emissions/le-6-9/le-6-9-16-decembre-2018

 là, pour le coup, on est dans le vrai populisme.

Esclavage immigration féminisme émancipation Droit à l'information

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire