google-site-verification: google7d26736b1ef720ed.html

Arnaud Beltrame, heros national: Une récupération religieuse dont la République, se serait bien passée.

Dans un communiqué, le père Jean-Baptiste livre un témoignage poignant de son parcours spirituel.

Arnaud Beltrame le 13 décembre 2017.

ZOOM 

Arnaud Beltrame le 13 décembre 2017. / Claude Boyer/L'independant/MAXPPP

« C’est au hasard d’une rencontre lors d’une visite de notre abbaye, Monument Historique, que je fais connaissance avec le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame et Marielle, avec laquelle il vient de se marier civilement le 27 août 2016. Nous sympathisons très vite et ils m’ont demandé de les préparer au mariage religieux que je devais célébrer près de Vannes le 9 juin prochain. Nous avons donc passé de nombreuses heures à travailler les fondamentaux de la vie conjugale depuis près de deux ans.

   C'est sûr, en matière de vie conjugale, un prêtre, quia fait voeu de chasteté, il doivent en connaitre un rayon, d'ailleurs, il est bien connu, n'est ce pas , que de s'être marié à l'Eglise, rend les epoux plus fidèles, plus attentionnés, moins violents, envers leurs epouses, ça ne fait aucun doute...Enfin, je veux dire, que s'il est quelqu'un, qui est le plus mal placé, pour parler du mariage, désolée, mais c'est bien un prêtre !

   Et pour ceux qui seraient en doute, par rapport à ça, il n'ya qu'à voir à quel point, les fameux epoux, sont considérés, comme "indignes",  si jamais ils divorces ensuite, ou si par malheur, ils realisent qu'ils sont homososexuels.

  Je venais de bénir leur maison le 16 décembre (jour de naissance, de la fille ainée, dites donc, serait ce un signe ?)et nous finalisions leur dossier canonique de mariage. La très belle déclaration d’intention d’Arnaud pour son mariage catholique m’est parvenue quatre jours avant sa mort héroïque.

 Amusant, cette qualification, n'est ce pas , Et particulièrement ronflant, non, pardon, RONFLANT.... En quoi, "dossier canonique du mariage", serait il perçu, comme "tres belle"....

 Attention, cathos de tous poils, parce que tout est "poil, et éthique" , si vous avez l'intention de vous marier à l'Eglise, je ne suis pas vraiment certaine, que vous en soyez dignes... Pour peu,  cette déclaration là, sera digne, des plus belles reliques !

   Ce jeune couple venait régulièrement à l’abbaye participer aux messes, offices et aux enseignements, en particulier à un groupe de foyers, ND de Cana. Ils faisaient partie de l’équipe de Narbonne. Ils sont venus encore dimanche dernier.

   Intelligent, sportif, volubile et entraînant, Arnaud parlait volontiers de sa conversion. Né dans une famille peu pratiquante, il a vécu une authentique conversion vers 2007, à près de 33 ans. Il reçoit la première communion et la confirmation après 2 ans de catéchuménat, en avril 2009, à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine).

   Après un pèlerinage à Sainte-Anne-d’Auray en 2015, où il demande à la Vierge Marie de rencontrer la femme de sa vie, il se lie avec Marielle, dont la foi est profonde et discrète. Les fiançailles sont célébrées à l’abbaye bretonne de Timadeuc à Pâques 2016.

   Passionné par la gendarmerie, il nourrit depuis toujours une passion pour la France, sa grandeur, son histoire, ses racines chrétiennes qu’il a redécouvertes avec sa conversion. En se livrant à la place d’otages, il est probablement animé avec passion de son héroïsme d’officier, car pour lui, être gendarme voulait dire protéger. Mais il sait le risque inouï qu’il prend.

« Nous étions le vendredi de la Passion »

   Il sait aussi la promesse de mariage religieux qu’il a fait à Marielle qui est déjà civilement son épouse et qu’il aime tendrement, j’en suis témoin. Alors ? Avait-il le droit de prendre un tel risque ? Il me semble que seule sa foi peut expliquer la folie de ce sacrifice qui fait aujourd’hui l’admiration de tous. Il savait comme nous l’a dit Jésus, qu' « Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis. » (Jean 15,13). Il savait que, si sa vie commençait d’appartenir à Marielle, elle était aussi à Dieu, à la France, à ses frères en danger de mort.

 "Je crois que seule une foi chrétienne animée par la charité pouvait lui demander ce sacrifice surhumain".

 Et oui, nous y voilà.

  Je suis profondement choquée par la récupération, qui est ainsi faite, parce que j'ai entendu hier, le témoignage d'un de ses collègues, qui faisait acte, que bien avant sa reconversion, par son caractère, et les valeurs qui l'animaient,  ce qu'on appelle "le sens commun", il etait animé d'une fois véritable, foi en des valeurs aussi laïques qu'altruites, et qui ont alors, ensuite trouvé raisonnace, dans la religion chretienne.

  Mais ça n'est certes pas, ses racines chrétiennes, qui ont été l'essence même des valeurs qui ont justifié son acte heroïque, mais beaucoup plus surement, les valeurs que ses parents lui ont transmises, alors, que precisement, ils s'etaient EUX, ecarté  de la pratique religieuse, au sens "cultuel".

  J’ai pu le rejoindre à l’hôpital de Carcassonne vers 21 heures hier soir. Les gendarmes et les médecins ou infirmières m’ont ouvert le chemin avec une délicatesse remarquable. Il était vivant mais inconscient. J’ai pu lui donner le sacrement des malades et la bénédiction apostolique à l’article de la mort. Marielle alternait ces belles formules liturgiques.

   Incroyable  d'user de telles formules, et de pratiquer une telle recuperation.... Comme si l'intimité d'un couple, en pareilles circonstances, ne devrait pas, il me semble, aller de soi, et être respectée.

   A l''heure où les médias sont accusés à juste titre, d'en faire un peu trop sur le voyeurisme, je trouve cette impudeur véritablement déplacée....

Dans l’église de Trèbes, les Rameaux de la consolation

  Nous étions le vendredi de la Passion, juste avant l’ouverture de la Semaine Sainte. Je venais de prier l’office de none et le chemin de croix à son intention. Je demande au personnel soignant s’il peut avoir une médaille mariale, celle de la rue du Bac de Paris, près de lui. Compréhensive et professionnelle, une infirmière la fixe à son épaule. Je n’ai pas pu le marier comme l’a dit maladroitement un article, car il était inconscient.

  Arnaud n’aura jamais d’enfants charnels. Mais son héroïsme saisissant va susciter, je le crois, de nombreux imitateurs, prêt au don d’eux-mêmes pour la France et sa joie chrétienne. »

Sacré baratineur, le père Jean Baptiste, non ?

  Alors, je sais, on me dira, qu'il n'est pas allé jusqu'à filmer l'épouse en larmes, alors, bon, ça peut encore aller...

   Non, bien sûr que non, "pensez donc"... Il est bien plus manipulateur que celà, "ce cher curé", il la joue beaucoup plus subtile....

  Allez, pour l'occasion, je vais me faire un peu l'avocat du Diable, excusez moi, mais aux grands maux, les grands remèdes.

  Pour commencer, avoir la Foi, (à laquelle personnellement, je mets toujours une majuscule, probablement, parce que j'y mets quelque chose de plus, qui echappe aux curés), pour moi, revêt une connotation purement philosophique,  qui induit de défendre des valeurs, qui sont portées généralement, par des mentors, c'est vrai,  des philosophes, ou des ecrivains, qui relèvent de la Culture, bien plus que d'une croyance purement religieuse.

  J'ose même affirmer que beaucoup plus de personnes, ont effectivement la Foi, alors, qu'il ne croient pas necessairement en Dieu, c'est vous dire, s'ils peuvent être loin d'un culte, quelqu'il soit.

 Il est fait référence, d'ailleurs, de la part du père Jean Baptiste, de charité chrétienne. Et bien parlons en...

 Charité.

   J'ai toujours été méfiante, vis à vis des formules toutes faites, comme le pardon, et donc, aussi, la charité, qui traduirait le fait de prétendre faire le bien, en donnant à autrui, et si cette posture, est souvent conforme à une forme de bienveillance et de solidarité, elle n'en demeure pas moins emprunte, quelquefois, d'une certaine condescendance sociale, version, "pour nos pauvres", partant ainsi du pricipe, que surtout, il ne faille rien changer, à cette forme de hierarchie sociale.

 "Les bons bougeois",  du côté de la ville, où les fumées des cheminée d'usine ne parviennent pas, et les immigrés, du côté où ces fumées passent...

  Vous ne saviez pas ? C'est ma fille qui habite à Londres, qui m'avait expliqué celà, et c'est pareil, dans toutes les villes...ça me rapelle un de mes calligrammes,  sur les arrosoirs.

   Et pour ceux qui seraient en doute, face à ces théories, sur ce mot, je vous donne un lien, qui en dit long, sur le second sens, qui lui est donné.

https://www.littre.org/definition/charit%C3%A9

 Je cite :Je n'aimais pas qu'on me fît la charité, [RousseauConf. II]

 Plus loin: Prêter des charités à quelqu'un, le calomnier.Lorsque le P. La Chaise eut cessé de parler, je lui dis que j'étais étonné qu'on m'eût prêté des charités auprès de lui, [RacineLett. Boil. 45]Une de ces personnes qui prêtent doucement des charités à tout le monde, de ces femmes qui donnent toujours le petit coup de langue en passant, [MolièreImpromptu, 1]

Quand je prétends, que cette récupération me choque, je m'en explique.

 Prétendre que ce courage, lui soit venu de ses origines judéo chrétiennes, tendrait à laisser croire, que ça ne peut être d'une autre culture, que viendrait le courage....Qui pourrait prétendre aujoud'hui, que cet homme, se soit demandé, une seule seconde,  s'il aurait agi différemment, s'il la scène se serait produite, au sein d'une mosquée, ou dans un quartier sensible  ?

 Qui pourrait prétendre celà ?

 Personne, enfin, j'ose l'espérer.

 Comme si  fonctionner avec ses neurones, et se demander ce que l'on souhaite faire de sa vie, au sens noble, revêtait, une quelconque connotation religieuse, éthnique, ou d'apartenance quelconque ?

 C'est de philosophie, dont je parle là, et certainement pas de religion.

 Que par la religion, ensuite, certains, par le phenomène d'appartenance, trouvent un intérêt,  à appartenir à tel culte, ou à tel autre, est une posture que je respecte... Mais les musulmans, d'aujourd'hui, ont ceci en commun, avec n'importe quelle autre religion, que la religion, qu'ils prtatiquent leur a été imposée, des leur plus jeune âge, par leurs parents,  ce qui devrait être perçu, comme un ciment véritable, et pour ce qui concerne la compassion, et les valeurs altruites, elle, appartiennent autant aux hatés, qu'aux religieux, ainsi, argumenter, que ce soit dans la Foi chrétienne, qu'il ait puisé ce courage, equivaut à envoyer une forme de supperiorité de la religion chretienne, vis à vis des autres religions, qui compte tenu de l'actualité liée au risque terroriste, me semble, particulièrement maladroit.

 D'ailleurs, le pape François, lui, a eu cette intelligence là,  de  surtout veiller, à ne pas tomber dans cet eccueil, et c'est bien regrettable de voir, qu'il ne soit pas suivi, sur ce point.

immigration FBI Européen emprise sectaire patriotes Conscience

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire