google-site-verification: google7d26736b1ef720ed.html

Langue de porc

#balancetonporc, et sa suite de petites légumes.

  Excusez ce deballage charcutier, mais considérant le fait, que justement, ces jours ci, j'ai précisement acheté des langues de porc,  et que je les ai cuisinées, MMMmmmmmm, je me dis que ça serait vraiment dommage, de vous en priver.

  Pour commencer, je précise, que si je ne dis pas grand chose sur le sujet, ça ne signifie pas que je ne suis pas les infos, et que j'observe, et je peinds...

  Je ne peux pas être partout, d'autant plus que chaque matin, quasiment, je passe trois heures, à bosser sur mes ouvrages personnels.

  Je peinds bien autre chose que des langues de porc, même si un jour, j'avais peint une tête de porc, celle là même qui etait posée, sr les genoux de Thomas Fersen....

 "Faut 't y qu'il l'aime, sa muse, pour s'être infligé, une pareille idée".

  Mais enfin, avec Mondino, faut pas non s'etonner.

  Je veux dire, exercice purement artistique, il est vrai, qui avait eu pour conséquence, de me conforter, dans l'incroyable théorie, que derrière, chaque homme  se trouve un cochon....

 Et derrière, chaque femme, une laie, peut être ?

 Oui, monsieur, et pourquoi pas ?

 Mieux vaut pour un humain, être comparé à un porc, que de l'être à un sanglier.

   Quelle différence, me direz vous, (je ne parle que de symbolique, qu'on se rassure), je suis en vérité, comme OBELIX, un sanglier au petit déjeuner,  sur un bon brasier, et l'affaire est conclue.

 Que je vous livre  cette révélation, que ma triste histoire ait produit, et vérifiable, ici même, dans mon village, il n'y a qu'à demander, aux amis de mon père.

 Il élevait des cochons, et un jour, avait ramené un sanglier, pour saillir les truies et ainsi, obtenir des animaux croisés, rayés comme des marcassins, et avec une qualité de chair suppérieure.

  On l'appelait ZORRO, il était très impressionnant.

   Pendant mon travail thérapeutique, il y a bien des années, cet élément m'était revenu en mémoire, et j'avais établi ainsi une théorie, selon laquelle un porc, ou une cochonne, si ça vous chante, aimait le sexe, et avaient une activité sexuelle, sans tabou, et (ou), pourquoi pas, debridée,  mais toujours, dans le respect de la Loi, et de l'individu,  alors, que le sanglier, lui, (toujours symboliquement, qu'on se rassure),  étant un animal sauvage, par excellence, au point qu'en captivité, il meurt systèmtiquement,  a une activité sexuelle, équivalente à celle du porc, mais outrepasse, la Loi, c'est à dire pratique les attouchements, le viol, la pédophilie, et tout ce que la Loi interdit, considérant que l'autre, qui subit, n'est plus à ses yeux, qu'un objet sexuel.

   Cette théorie, c'est la mienne, et je n'oblige personne à l'adopter, mais considérant, qu les bois et forêts, justement, plus encore, en hiver, sont des lieux de non droit, la symbolique alors, n'en devient que plus criante encore.

  BREF, ne nous éloignons pas de notre sujet, et j'ai beaucoup à dire.

 Pour commencer, le manifeste, quia été signé, dont je pose une copie, et que je commente.

« Nous défendons une liberté d’importuner, indispensable à la liberté sexuelle ».

  Dans une tribune au « Monde », un collectif de 100 femmes, dont Catherine Millet, Ingrid Caven et Catherine Deneuve, affirme son rejet d’un certain féminisme qui exprime une « haine des hommes ».

 Moi, je pense que c'est une vsion manicheenne, du phénomène #Balancetonporc", pourla simple raison, que ces femmes (dont je fais partie),  si elles ont effectivement une forme de haine, vis à des hommes, ça ne serait que vis à vis de certains d'entreux.

  Comment expliquer, alors, que curieusement, il s'en trouvent, un bon pourcentage, ausssi, des hommes, je veux dire, qui cautionnent parfaitement, ce phenomène, et j'approuvent entièrement. ? j'aimerai qu'elles, m'expliquent.
 

Tribune. Le viol est un crime. Mais la drague insistante ou maladroite n’est pas un délit, ni la galanterie une agression machiste.

 Oui, alors, sur ce point, elles, ont raison, effectivement, sauf, qu'il est pour le moins intrigant, d'observer, qu'elle portent, ce jugement, dans une forme de globalité, qui elles, aussi, comme elles, le reprochent, aux partisannes, de balance ton porc",  en omettant, de preciser, que d'une part, selon le milieu social, l'endroit, où ça se produit, par exemle, l'acte, qui tendrait à être considéré, comme du harceklement, peut être perçu, comme tel, ou pas...

 des exemple ?

  Une femme, qui travaille dans une entreprise, où il est fréquent, qu'elle subisse des reflexions, qui sont désagreables, sur ce point, va vivre ça, comme une forme de harcelement, alors,  qu'une autre femme plus âgée, plus masculine, plus méchante, peut être, voir, carrement agressive, ou PN, trouvera la repartie, plus facilement., alors quoi, est ce qu'il va falloir, envisager, d'aller bosser au bureau,  en protant une amure, qui soit electrisée, comme on fait, pour tenir à distance, un gros porc, qui ne sait pas se tenir, comme on le fait, avec des boeufs, qui veullen, aller voir, si l'herbe est plus verte, ailleurs ?

  Comment ces imbeciles, qui, rappelons le, sont toutes issues de milieux aisés, peuvent elles, remettre en cause, un tel combat, sans tenir compte, ainsi, des nuances que la diversité sociale, notamment, aurait du, les interpeller ? Je suis sidérée, d'avoir appris, une telle chose.

  Ha, c'est sûr, quand on se depace dans Paris, uniquement en taxi, statistiquement, on ne risque pas d'avoir la main au pannier,  ou de se faire traiter  de salope, parce que  'on n'a pas été assez aimable, de se faire traiter de bonasse, par ce gentil monsieur, qui avait la pretention de prononcer ces paroles, sous forme de compliment, et qu'on n'a pas repondu, par un sourire aimable.

  A la suite de l’affaire Weinstein a eu lieu une légitime prise de conscience des violences sexuelles exercées sur les femmes, notamment dans le cadre professionnel, où certains hommes abusent de leur pouvoir. Elle était nécessaire. Mais cette libération de la parole se retourne aujourd’hui en son contraire : on nous intime de parler comme il faut, de taire ce qui fâche, et celles qui refusent de se plier à de telles injonctions sont regardées comme des traîtresses, des complices !

  Je ne suis pas d'accord avec ces affirmations, c'est ridicule, et mensonger.

  La vérité réside en deux points, que jamais personne n'abordent, qui réside, par exemple dans le fait que les femmes, autant que les hommes, d'ailleurs, parce qu'il arrivent, aussi, que certains d'entre eux, se fassent harceler, et pas uniqement par des femmes, fassent un travail sur eux même, et je précise que ça n'est pas l'affaire de l'ecole uniquement, apres laquelle on attend toujours de combler toutes les carences, qu'il s'agisse, de la famille, ou du quartier.

  Un adolescent, qu'il soit fille ou garçon, qui mange devant la télé, chaque soir, et qui n'a jamais l'occasion de prendre la parole, quasiment, au sein de sa famille alors, que tout le monde a les yeux, individuellement, rivés sur les ecrans de smartphone... n'a pas une perception du réel, qui pourrait pourtant, tendre à lui apprendre à se faire respecter...

  NOUS DEVONS HOMMES ET FEMMES des le plus jeune âge, apprendre à parler et communiquer suffisemment correctement, avec un vocabulaire adapté, quand les limites du l'insupportable ont été depassées...

  On appelle ça, "avoir de la repartie", mais le souci réside dans le fait qu'il est plus aisé de se faire respecter, quand on est dans une situation sociale favorable, ou que l'on est dans la hierarchie d'une boite satisfaisante, que quand on est femme de ménage, chomeuse, sans revenu, ou en état de précarité.

  Et de voir, que des femmes puissent être assez connes, pour ne pas avoir saisi, ce fait, me rend particulièrement perplexe, sur le chemin à parcourir, en matière de féminisme.

  Quand un jeune homme ou un homme dit à une femme, qu'elle est belle, c'est un compliment, ce qui est vrai ! Et sur ce point, je suis d'accord.

  Mais si autant de femmes ou de jeunes filles, considèrent, que c'est là, une forme d'agression, c'est simplement dû au fait, que sur  10 fois, où on leur fait ce "compliment", eux attendent, qu'elles répondent par un sourire, "plus si affinité", et là, si elles ne le concèdent pas, bien souvent,  ce sont eux, qui prennent la mouche, et qui insultent.

  De toute façon, dire à une femme, qu'elle est belle,  c'est juste completement stupide et maladroit, parce que quelque soient les pensées d'un homme, quand il pose son regard, sur une femme, NOUS SAVONS, ce que vous pensez, alors, en gros, fermez la, vous gagnerez du temps.

  Et de quel droit, d'ailleurs, un homme dirait il, à une femme qu'il ne connait abslument pas, qu'elle est belle, et revendiquant, si j'ai bien compris, que ça serait un compliment, alors, que n'importe quel homme,  qui s'entendrait dire, "monsieur, vous êtes beau", la femme, elle, se verrait simplement perçue, comme une salope... Un peu d'honneteté, dans ce monde de brutes en rut, me semblerait, pour le moins plutôt necessaire...

  Oui, dire, à une femme, alors, que vous ne la connaissez pas, et que vous l'abordez de cette façon, "vous êtes belle", c'est incommodant, je regrette,  C'EST UNE AGRESSION.

  Alors, comment l'aborder , et bien je vais vous donner un tuyau, ça fonctionne tres bien, c'est de demander l'heure,  en prétextant que vous n'avez pas de portable, ou bien demandez la route, vous êtes perdus, vous aurez l'air moins con, que si vous lui dites qu'elle est belle, même si c'est vrai.

  Or c’est là le propre du puritanisme que d’emprunter, au nom d’un prétendu bien général, les arguments de la protection des femmes et de leur émancipation pour mieux les enchaîner à un statut d’éternelles victimes, de pauvres petites choses sous l’emprise de phallocrates démons, comme au bon vieux temps de la sorcellerie.

 Et oui, parfaitement d'accord, avec cette théorie.

Délations et mises en accusation.

   De fait, #metoo a entraîné dans la presse et sur les réseaux sociaux une campagne de délations et de mises en accusation publiques d’individus qui, sans qu’on leur laisse la possibilité ni de répondre ni de se défendre, ont été mis exactement sur le même plan que des agresseurs sexuels.

  Oui, enfin, il ne fAut pas exagérer, non plus, hein, un homme, qui se trouve sali, pour des faits, qui ne le m2ritent pas, peut se d2fendre? on ne devient pas agresseur sexuel, pour un fait, par par un cOmportement distordu, vis à vis deS femmes,  ce qui est different, et ça, ça se plaide.

  Et puis pendant qu'on y est, qu'on ne vienne pas trop nous faire chier, non plus, hein, parce que nous aussi, on a des avocats, et des avocates, aussi,  et la nuance entre l'accusé accidentel, et le récidiviste, qui apprécie les gâteries sous le bureau, elle est vite fait, c'est pour ça, que je préconise, la main courante à la gendarmerie, parce que dans le cas d'un récidiviste, dont en général, le comportement a deja terni sa réputation, soit dit en passant, les recoupements entre un poste, et un autre, en disent bien plus long que les temoignages de potes, ou de collègues de travail, qui vous feront toujours, le coup, du "bon père de famille".

  Cette justice expéditive a déjà ses victimes, des hommes sanctionnés dans l’exercice de leur métier, contraints à la démission, etc., alors qu’ils n’ont eu pour seul tort que d’avoir touché un genou, tenté de voler un baiser, parlé de choses « intimes » lors d’un dîner professionnel ou d’avoir envoyé des messages à connotation sexuelle à une femme chez qui l’attirance n’était pas réciproque.

  Oui, je comprends, il semble effectiement, qu'il y ait eu, quelques cas, où il y ait eu, une forme de débordement, mais il ne faut pas oublier non plus, deux choses, fort importantes.

  D'une part, je ne crois pas vraiment au lynchage interne, de certaines personnes, au seul pretexte, qu'il y ait eu, uniquement, quelques brouitlles, comme celles decrites,  sans que la justice, elle, n'y mette son nez, et sans notamment, qu les collègues de travail, ne compensent, les faits reprochés...

  Je veux dire, qu'entre les blagues loudingues, qui doivent trouver une forme de recadrage, et qui ne sont jamis recadrées, et puis le cas d'un homme, qui fait subir au quotidien, un vrai harcelement, version, "de toute façon, inutile de te derober, (sans jeu de mot), il va bien d falloir, que tu y passes", je pense que les nuances sont importantes...

  Il est tout de même assez etrange, d'observer que chez beaucoup d'hommes, le problème ne se pose même pas... Parce que si un jour, ils font une réflexion déplacée, et qu'il sont allés trop loin, la nana, l'engueule un bon coup, et lui s'excuse, et on passe à autre chose...

  Pourquoi, chez certains hommes, les relations aux femmes, sont elles aussi compliquées, et tordues ? Car c'est là, la vraie question, que les antiféministes, ou certains porcs, doivent se poser, et pas ailleurs... Le fait même d'avoir peur des femmes, parce qu'elles sont libérées, ou le pensent elles, en tout cas, et que ça leur fassent peur, à eux, voilà, qui est interpellant, non  ?

  Cette fièvre à envoyer les « porcs » à l’abattoir, loin d’aider les femmes à s’autonomiser, sert en réalité les intérêts des ennemis de la liberté sexuelle, des extrémistes religieux, des pires réactionnaires et de ceux qui estiment, au nom d’une conception substantielle du bien et de la morale...

  Bon, c'est bon, là, on peut eut être ranger les violons, non  ? à moins que ça ne soit la taule, dont il serait question.

  Pour information, les religieux n'ont jamais eu besoin, que je sache, de #metoo, ou de #balancetonporc, pour jouer les pères la morale, et de sortir la merde, et l'étaler sur la table, ne fait pas plaisir, et surtout, ça sent très mauvais, mais il est plus intelligent, et plus courageux, de s'atteler au plus difficile, ce qui est en train de se faire,  que de crier, avec les loups de la facilité, qui eût été de ne surtout rien dénoncer, et de laisser toute ctte merde sous le tapis du machisme lié au pouvoir, quelque soit sa nature.

 MERCI, A CEUX QUI ONT OUVERT LA BOITE DE PANDORE.

FERMEMENT, "et bien tu vois, c'est LA qu'il commence, le harcèlement !!!"

 

Esclavage féminisme émancipation Liberté d'expression

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire