google-site-verification: google7d26736b1ef720ed.html

CULTURE, AGRICULTURE. A moins que tout compte fait ça ne soit Sylvie.

  • Les visas dorés ouvrent les portes de l’UE aux criminels.

    https://www.euractiv.fr/section/politique/news/europes-golden-visa-schemes-open-doors-for-criminals-report-finds/

    Les pays qui octroient des passeports aux riches ouvrent les portes de l’UE à la criminalité et au blanchiment. Les ONG Transparency International et Global Witness s’insurgent contre le dispositif.

    « Si vous avez beaucoup d’argent que vous avez acquis de manière douteuse, il est tout simplement raisonnable de vouloir trouver un nouveau chez-vous loin de vos victimes ». 

     Difficile de faire plus clair, effectivement.

    Quel remede, contre de telles pratiques ?

      Pour commencer, une vision objective, qui revele, que des que quelqu'un, en a les moens, et qu'il souhaite prendre des vacances, il va au soleil, et donc, vers le sud d e l'Europe, et qu'à ce titre, il n'y aurait pas, les pays du nord de l'Europe, economiquement vertueux, et ceux qui trainent la savate (désolée, si je suis un peu lapidaire, dans mon propos),  comme la grece, l'italie, ou l'espagne,  qui meriteraient moins de considération, au seul pretexte, qu'ils sont moins performant, economiquement.

      D'une part,  ils souffrent, eux, d'être sollicités, au minimum, cmme pays de passage par les migrants venus d'Afrique, à plus forte rason, par l'opportunisme des mafias, représentées, par les passeurs, qui s'adaptent entièrement aux lacunes européennes, sur ce sujet, mais aussi, dans leur accueil, fondé, celui là, en ce qui concerne, l'activité touristique, qu'on est bien contents d'y trouver.

     Savez vous, par exemple, qu'en certaines grandes villes du Nord de l'Europe, il existe des partenariats, tout à fait officiels,  qui leur permettent d'envoyer les personnes âges, l'hiver ?

     Interpellant, non ?

     Je ne suis pas dans la critique, quand je prétends celà, je dis juste, que chaque pays, est aussi complémentaire de son voisin, et rien de plus.

    La solution ? 

    Lire la suite

  • L'âge de la colère, de Christine Lagarde.

    https://www.ouest-france.fr/economie/personnalites/christine-lagarde/christine-lagarde-craint-l-avenement-d-un-age-de-la-colere-6109307

     Je copie colle, quelques extraits.

      "La patronne du FMI Christine Lagarde a lancé mardi un vigoureux appel à un renouvellement de la coopération internationale, craignant l’avènement d’un « âge de la colère » où les inégalités pourraient bientôt surpasser celles de l'« âge d’or » du capitalisme au XIXe siècle".

     Quand on observe, que les grands gagnants, ou plutot, ceux, qui etaient à l'origine même,  de la revolution industrielle, etait le Royaume uni,  qu'il s'en est suivi, le fait, que l'anglais, fût la langue, et est encore, la langue la plus internationale, et la plus repandue, et que ce sont par eux,  que le ver du BEXIT, est entré dans le fruit, ça laisse, on ne peut plus songeur...

     Et pourtant, quand je prétends, que la référendum, le plus souvent, est l'arme politique, des plus lâches, dfficile d'en faire la plus criante démonstration.

     Au sujet du Brexit, d'ailleurs, je salue l'insondable courage, de Theresa Mey, qui tente, malgré vents et marée, de limiter le fiasco brexitien, et apprends, ce matin, que certaines entreprises, envisagent, de venir installer leurs sieges, ici, sur le sol français, pour contrer les entraves probablement inevittable, que le brexit risque d'avoir, sur les echanges commerciaux, entre le Royaume Uni, et la France.

     Certes, ça ne résoud pas le problème des migrants, qui demendent toujours et encore, à traverser la Manche, pour aller s'installer au RoyaumeUni, mais disons, que ça compenserait un temps soit peu, sur le plan économique, la toxicité dont fait preuve l'Angleterre, par le Brexit qu'elle a fait voter....

     La faute à qui ?

     Sinon, dans cette dynamique, qui fait que n'imorte quel observateur, ne peut que constater, que cet enflammement social, fait tâche d'huile, en quelque sorte... ca me rappelle la fête du citron, à Menton....

     Je n'ai rien contre mentonnais, et leur fête du citron, hein.

    https://www.nicematin.com/cinema/on-connait-deja-le-theme-de-la-86e-fete-du-citron-de-menton-en-2019-281586

       Mais comme la langue française, souvent, par sa prosodie, vient à mon secours, je ne peux m'empêcher de faire remarquer, que les pro Brexit, et nationalistes de tous poils, pratiquent le mensonge, infiniment plus que n'importe quel autre parti...

     Sinon, la bonne nouvelle, ce matin, elle est ici:

    https://www.europe1.fr/emissions/axel-de-tarle-vous-parle-economie/francais-et-allemands-se-mettent-daccord-pour-taxer-les-gafas-a-minima-3814031

       Oui, j'ai bien compris, qu'il y a un MAIS....

       Mais peut être que le moment, serait bienvenu, alors, justement, de bondir sur l'occasion, de la paet des autres pays européens, de nous donner cet accord... Quel pays d'Europe aujourd'hui,  aurait interêt,  à s'opposer à cette taxe ? Quel pays ?

     En effet, il n'existe aucun secteur, que ce soit sur le plan sociétal, mai aussi, économique, qui ne mette à l'index, le rôle fondamental, des GAFA? et j'ose l'affirmer,  assez souvent, plus pour le pire, que pour le meilleurs, comme le risque lié aux escroqueries bancaires, sécuritaire, idéologiques, ou liés  au phénomène d'ubérisation, qui n'est rien de moins, que la forme contempraine, de l'esclavage....

     Alors, oui, il n'existe aucune pays européen, aujourd'hui, qui y trouverait ombrage, à mon sens....

     Et pendant que j'y suis, j'aimerai bien, que Angela merkel, et son gouvernement, lutte contre l'evasion fiscale, elle, aussi, comme nous devrions, le faire? parce que voilà, ce que j'ai appris, enfin, ce qu'on nous a rappelé, ces derniers jours.

    https://www.euractiv.fr/section/all/interview/eva-joly-la-commission-est-dirigee-par-levadeur-fiscal-en-chef/?fbclid=IwAR3gpBQ5jf0IaDm4-p1i6AyWsyoAJ4H5y9TnIvsLK2weR_M-nDSgKNaeX48

     Quand je pretendais, il y a 5 ans, que les multinationales, n'étaient que des pieuvres opportunistes, si vous lisez cet article, jusqu'au bout, je crois que rarement, plus belle démontration en ait été faite.

     Alor, quelle reltion, avec les gilets ajunes ?

     Et bien si la credibilité du gouvernement d'Emmanel macron, est mise à mal, ces temps ci, c'est surtout, je crois, parce qu'il ne dit mot, sur les moyens, qu'il va mettre en oeuvre, pour trouver l'argent, qui manque....

     Et que cet argent, c'est par ce type de taxation des GAFA, qu'il pourrait être finalement trouvé. Voilà, pourquoi.

    https://www.facebook.com/francoise.nielaubin.921/videos/222446865320895/

    https://actudujour.com/le-timbre-passe-de-95-centimes-a-105e-au-1er-janvier/?fbclid=IwAR2npG0Y9MpIJ7AO86PuNZfede-rSH1U2kRk52tIW3Z8Wx-laNeaj3z7RE4

    Le 6 novembre 2018.

    https://www.facebook.com/francoise.nielaubin.921/videos/223020341930214/

    Le 7 novmbre 2018.

    https://www.facebook.com/francoise.nielaubin.921/videos/223800268518888/

     En cours de redaction.

    Lire la suite

  • Créons les nouvelles formations pour la transition énergétique ! C'est bien de spiritualité, dont il est question.

     Demain, à paris, se tiendra, la seconde journée de la transition energetique.

     Je n'ai pas assitsé à la première, parce que j'avais piscine, mais attention, pisciene écologique, mais pour la seconde, demain, juré craché, vous n'&viterez pas l'obstacle !

     Bon, je vous donne le programme, ceux qui se sentent concernés, peuvent, venir, peut être  ?S'il reste encore des places.

     Je copie colle, le programme.

    http://realitymakers.org/journees-transition-energetique-emploi/

    JEUDI 29 NOVEMBRE

    9h à 13h30, aux Halles civiques, 27 Rue Piat, 75020 Paris

    9h : Début de la matinée, présentation d’initiatives de pionniers

    9h30 : Nous vous proposons une authentique tempête de cerveaux en petits groupes (que vous pourrez choisir), sur les quatre grands axes de travail identifiés lors de la dernière session :

    1 / Créer un “labo des métiers du futur” pour lier transition professionnelle et personnelle. Il s’agirait d’un tiers-lieu réunissant toutes les parties prenantes de façon régulière pour imaginer les futurs métiers et formations. Ce lieu pourrait dans un deuxième temps s’étendre sur les territoires en lien avec des entreprises (ou être hébergé dans des entreprises qui doivent changer). Il permettrait de renforcer les échanges entre penseurs et praticiens de la transition énergétique afin de mieux identifier les structures éducatives et les pédagogies à même de répondre aux besoins de formation. Il permettrait également de favoriser la concertation avec le secteur associatif pour alimenter les formations et d’identifier les partenariats possibles avec le secteur privé.

    2/ Étudier et recenser les savoir-faire locaux et territoriaux (y compris les savoir-faire artistiques, culturels et artisanaux) pour la transition. Ce travail vise à intégrer les diversités territoriales, tant en matière de savoir-faires que de ressources, à la conduite de la transition et permettra une évolution des programmes de formation qui prenne en compte les diversités contextuelles. En outre, ceci tend à remobiliser les savoir-faire traditionnels utiles pour la sobriété énergétique et créer des imaginaires inspirants grâce aux métiers des arts et de la culture pour embarquer plus facilement le grand public dans la transition énergétique.

    3 / Développer une plateforme en ligne ouverte pour recenser les besoins pour la transition - les compétences et les fiches métiers - et les formations correspondantes. Pour concevoir des formations adaptées, encore faut-il avoir une vision globale des besoins et pouvoir la communiquer, tant pour les intégrer aux programmes, que pour donner envie aux futures apprenants de s’y former. Cette plateforme répond à cette double exigence. Pour ce faire, celle-ci sera évolutive et dynamique dans le temps - avec pour objectif de disposer d’une vision régulièrement actualisée des besoins en compétences - et complétée par les pionniers de la transition pour une meilleur diffusion de leurs compétences et connaissances. Elle comportera une synthèse des alternatives existantes pour en constituer un répertoire de compétences. Elle pourra être impulsée et animée par un acteur spécialisé dans l’orientation et l’insertion professionnelle comme le CIDJ ou l’APEC.

    4/ Mettre en place un fond pour le développement des programmes et pour l’enseignement aux métiers de la transition énergétique. Cette proposition conditionne en partie les précédentes. Former des acteurs de la transition nécessite de mobiliser des moyens financiers à la hauteur du défi à relever pour transformer en profondeur nos modes de production, transformation et consommation d’énergie. L’insuffisance des financements en la matière ralentira le processus et peut mettre en péril le respect des engagements internationaux, nationaux et locaux en matière de transition énergétique. Dans un contexte de rigueur budgétaire, ceci relève d’un choix politique important à assumer. Le financement de ce fond pourrait reposer sur une fiscalité écologique telle que les Certificats d’efficacité énergétique (C2E).

    → Cette étape de travail sera divisé en deux temps : la mise en commun des acquis et des expériences puis l’identification des leviers permettant le développement de vos idées.

    12h40 : Conclusion et retours

    13h : fin de la matinée de travail, nous vous proposons un déjeuner pour célébrer !

    LUNDI 3 DÉCEMBRE

    14h à 18h30, à la Maison des Acteurs du Paris Durable, 21 Rue des Blancs Manteaux, 75004 Paris 

    14h : Début de la matinée / Introduction

    14h30 : Après le remue méninges du jeudi, nous vous proposons de construire et développer le plan détaillé de la mise en place des projets. Entre autre :

    • Identification d’un mode de fonctionnement précis
    • Identification des public concernés
    • Identification des acteurs pour le faire fonctionner
    • Budget ou business model potentiel

    17h40 : Conclusion et retours

    18h : fin de la matinée de travail, nous vous proposons un déjeuner pour célébrer !

    UN MÉLANGE DES MONDES

    Comme lors de chacun de nos événements, nous rassemblerons une diversité de participants et d’intervenants-es dans un cadre propice à la création grâce à nos facilitateurs, qui s'appuient sur des méthodes de design thinking  et d'intelligence collective.

    Nous vous offrons un espace de possibles ouvert, interculturel et inclusif pour l'interaction, la collaboration et l'exploration ainsi que la rencontre de personnes alignées à vos valeurs, prête pour la transition.

    Vous êtes : professionnel de la transition, professionnel de la formation, coach, designer, salarié d’une association ou d’une structure de l’ESS, étudiant-e, ou un-e simple curieux-se…. Ces journées sont faites pour vous !

    Inscrivez-vous !

    Session 1 :

    Jeudi 29 novembre, de 9h à 13h30, aux Halles civiques, 27 Rue Piat, 75020 Paris

    Session 2 :

    Lundi 3 décembre, de 14h à 18h30, à la Maison des Acteurs du Paris Durable, 21 Rue des Blancs Manteaux, 75004 Paris

    Soutenu par Mairie de Paris
    En partenariat avec Acteurs du Paris durable et le CIDJ (Centre d’Information et de Documentation Jeunesse)

    ENGLISH VERSION

    You’re invited to the Energy and Youth Employment Workshops!
    Let’s join forces to fasten the energetic transition and design tomorrows energy system trainings.

    As usual, we will gather diversity of minds to creative problem solving, animate the day with collective intelligence based approaches, and build up on inspiring contributions from experts (soon revealed).
    More details to come! We’re looking forward pushing further the transition together.

    ★2 days of mind shaking, connection, and collective intelligence through design thinking.
    ★8 Energy and Youth Employment events simultaneously hold worldwide, in Benin (Cotonou), Burkina Fasso (Ouagadougou), Cameroun in partnerhsip with Jokkolabs Global (Douala), France (Paris), Guinea (Conakry), Hong Kong, Mali in partnership with Jokkolabs Global (Bamako), Togo (Lomé).
    ★Keynotes, workshops, live music, and more surprises.

    WHAT IS IT ABOUT
    ★ Workshops to shape concrete actions and propositions for fastening the transition.
    ★ An open, intercultural and inclusive space for interaction, collaboration, and exploration.
    ★ Meeting like-minded people coming from all over the world ready to change.

    2ND EDITION IN NOVEMBER !
    We invite members and actors mobilized and involved in the energetic transition with cutting-edge approaches to join forces and build new alliances in order to achieve systemic change.

    PROGRAM SOON REVEALED…
    Supported by Mairie de Paris
    In partnership with Acteurs du Paris durable, le CIDJ (Centre d’Information et de Documentation Jeunesse)

    A PROPOS
    Make It Real est un mouvement international qui vise à créer des réseaux d’action, à stimuler les bons partenariats et démultiplier les échanges d’information stratégique pour répondre aux enjeux clés du développement d’une société durable et désirable. Chaque groupe constitué bénéficie de l’accompagnement d’un.e facilitat.rice.eur permettant l’expression de toutes les voix et visions en présence et l’incarnation en actions.

     

    Lire la suite

  • Propriétaires fonciers, qui souhaitent améliorer leurs logements loués : SOLIHA.

    L'effondement de deux immeubles, à Marseilles il y a quelques jours,  a ms en evidence, un prblème de société, qui semble, à chaque gouvernement, une patate chaude, que chacun se renvoie.

     J'en parle dans un autre article dont voici le lien.

    http://sainteaustrebertheavaitellevuleloup.e-monsite.com/blog/se-loger/au-sujet-des-immeubles-effondres-a-marseilles.html

    https://www.soliha.fr/notre-reseau/

     Pour ce qui concerne la ville de Paris,  il y a quelques années,  il avait été decidé que la ville, eventuellement, pouvait se porter caution. je ne sais pas si ça fonctionne toujours.

     Une chose demeure certaine, cependant, c'est qu'il existe certains reseaux, qui peuvent proposer certaines garanties, pour pouvoir en temps que propriétaires, pour rendre leurs logements, à la location.

    Lire la suite

  • Pesticides dont le glyphosate , pisse un coup, pour voir ?

    https://drive.google.com/file/d/1riXSD_XE_1AypXPuXuBXcR0oUXO0uqKJ/view?fbclid=IwAR3y-lhmQEwpnhTGvMnfWdy8GDc4AWs_9-D7G6bWgW2lcCcczVaU5BsCvgg

     Je transmmets, pour la région PACA....

        "Je cherche des personnes volontaires pour la campagne glyphosate pour le département du Var, mais je fais également le relais vers d'autres départements de P.A.C.A pour monter les mêmes actions. Nous aurions besoin de 50 personnes (25 femmes et 25 hommes ) pour faire un prélèvement d'urine pour recherche de glyphosate .
    Pour le moment nous ne sommes que 4 personnes. J'ai créé un diffusion par framaliste pour pouvoir déjà s'organiser entre nous. Nous suivons la campagne lancée par les faucheurs D'OGM et des "pisseurs involontaires de Glyphosate". Il fait la campagne en Ariège avec 53 agriculteurs volontaires. Avec des résultats déjà probants. Ils veulent une campagne apolitique. Il y a actuellement 3000 volontaires en France. 
    Merci pour l'aide que vous pourrez nous apporter localement 
    Christian BERNEZET 
    bernezet.christian@gmail.com 
    06-60-71-75-14 (SMS à toute heure)
    04-94-65-69-82 (H.O )
    J'habite à Hyères (83)

       Faire passer à tous vos contacts plus particulièrement concernés : agriculteurs, personnels de services médicaux, personnes au contact de la nature, femmes enceintes, etc... en bref au près de toutes les personnes sensibilisées au problème des perturbateurs endocriniens, et les perso plus directement touchées par ce problème. 
    Ainsi que vos associations proches.

    Si ce message vous importune, signalez le moi, que je vous enlèves de cette liste.

    Un grand merci pou votre action pour nous soutenir.

    Cordialement,

    M. BERNEZET Christian".

    https://www.facebook.com/groups/M1717VAR.Perturbateurs.endocriniens/?multi_permalinks=1712764942168358%2C1712764278835091&notif_id=1542017957770757&notif_t=group_activity

    Pour la région Normandie, si vous cherchez des volontaires, pour pisser dans le bocal, aucun souci, dite le moi.

    https://www.greenpeace.fr/agriculture-ecologique/

     

    Lire la suite

  • Mon association "DIRE ET FAIRE DIRE".

    Cette idée, m’est venue, il y a plusieurs années.

       Il y a environ une vingtaine d’années, l’école du village que nous habitions, dans une vie antérieure, avait organisé un jumelage, avec un village, non loin du lac d’Annecy, plus précisément, Argonay.

       Nous avions fait l’échange, physique, je veux dire, eux avaient dormi chez l’habitant, c'est-à-dire les parents d’élèves, et nous, aussi, par voie de conséquence, chaque élève, ayant un correspondant, dans la classe du village.

       A cette époque, internet, était encore dans l’œuf, ou en tout cas, pas encore répand, au point, que dans une école, on puisse en être équipé.

       La question, que certains se posent, alors, serait de savoir, si l’expérience serait aussi enrichissante, aujourd’hui, la réponse relève de la v certitude, ABSOLUMENT.

       Plus encore, je dois préciser, précisément, parce que l’idée reçue, qui voudrait, qu’internet, par la vidéo live, skype, etc, tuerait la magie de la rencontre, est fausse, parce que rien, jamais, ne vaudra, la réalité d’une rencontre ? « dans la vraie vie ».

       Michèle, femme au foyer, et qui faisait, comme moi, du bénévolat, dans le milieu associatif, nous avait reçues, ma fille ainée et moi, son mari, ingénieur aux eaux et forêts, ils habitaient un chalet, en pleine forêt, avec vue sur le montagne, et leur parc à daim. (le mari de la daimne ?).

       Enfin, le rêve, quoi.

        Evidemment, on refaisait le monde, parce que j’ai pas attendu ni de péter les plombs, ni d’inspirer des gens, ou des décideurs, pour a voir envie, de mettre ma pierre à l’édifice.

     Déjà, et oui, jeune maman, j’étais une chieuse, qui fourre son nez partout.

       Parlant de choses et d’autres, elle, m’expliquait, qu’un jour, je ne sais plus dans quel contexte, dans le cadre associatif, elle avait eu l’occasion d’organiser un repas, préparé exclusivement, par les femmes, mais je ne me souviens plus, de quel pays arabe, elles étaient originaires.

       Mais ce qui l’avait particulièrement marquée, c’était qu’elle avait ressenti, la charge émotionnelle, absolument incroyable, et particulièrement palpable, due au fait que ces femmes, n’étaient absolument habituées, au fait de sortir de chez elles, qui plus est, dans une démarche, où précisément, leur identité culturelle, était ainsi, mise en valeur….

      On leur avait demandé, A ELLES, qui ne sortaient que peu,  de s’en charger.

      Ce qu’elle m’avait expliqué là, je dois dire, m’avait beaucoup touchée, et m’est toujours resté en mémoire.

     J’ai mis ça de côté comme on dit,  en me disant, « un jour, j’en ferai quelque chose ».

     Cette histoire, remonte aux années 70 environ, environ.

       Aujourd’hui, une démarche identique, de la part des féministes, à juste titre, prêterait à interprétation, parce qu’elle serait perçue, comme sexiste, reléguant les femmes arabes, derrière les fourneaux exclusivement,  c'est-à-dire, là, où précisément, elles aimeraient qu’on ne les voient pas que elles, exclusivement.

       Ou si vous préférez, on courrait le risque, d’être perçus, comme antiféministes, risque que je ne prendrai pas.

       Je veux dire, que ma démarche, ne tend pas, pas plus que ne l’était la démarche de mon amie,  à être antiféministe.

       Non, mais ce que je retiens de cette expérience, si émouvante, réside dans le fait, que c’est dans ce cas précis, par le vecteur de la nourriture, et du « manger ensembles », que l’intégration se fait.

       Alors, qu’aujourd’hui, comme certains l’avaient prévu, dont moi, il y a environ 15 ans, on voudrait nous faire gober, que le phénomène migrant, serait un problème, là où il est en vérité, une incroyable opportunité à saisir, je me suis dit, qu’il fallait agir.

       Certes, il n’est pas question, pur moi, de saper, le reps annuel, de telle association culturelle, émanant de telle, diaspora, régionale, ou nationale, auquel je n’ai d’ailleurs jamais participé….

       Pourquoi, au fait ?

       Et bien parce que vous écrivant ces lignes, je suis sous curatelle, toujours, et que financièrement, je n’en ai jamais les moyens, sinon, j’y viendrai, d’office.

       Je précise, parce qu’il existe des associations locales, prés de chez moi, et qu’elle pourraient penser que je marche sur leurs plates bandes .

       Surtout pas ! L’un n’empêche pas l’autre.

       Quelqu’un qui émigre, comme on le sait tous, émigre aussi, avec une culture culinaire, qui lui est propre. Des que des migrants arrivent, et sont acceptés, pour vivre sur notre territoire, il émerge certains d’entre eux, qui souhaitent cuisiner, et en vivre.

       Certains, au point d’ouvrir leur food truk.

       Il y a quelques semaines, j »tais allée rouler ma bosse, à paris, place de la République, où la ville de Paris, avait organisé une manifestation, un week end entier, pour donner l’occasion à ces food truk,  de proposer leurs cuisines, aux parisiens.

      J’avais trouvé cette idée géniale.

       A renouveler, ça va sans dire, et à multiplier ? ailleurs.

       Dans quel contexte, et où, c’est une autre histoire, à laquelle, on doit réfléchir.

       Mais en ce qui me concerne, j’y vois surtout, une occasion rêvée, de mettre en pratique, l’idée selon laquelle, un restaurateur, ambulant, puisque c’est ça, un food truk, eut parfaitement fournir, la logistique, « colorée de sa culture »,  l’association, elle, étant chargée, d’une part,  de répertorier, les food truk,  de veiller à ce que l’éthique de la démarche, venant de chacun, soit conforme  à la culture qu’il revendique, mais aussi,  de veiller, justement, au lieu d’accueil, où le repas, sera servi.

       Ce que je veux dire, c’est que le nomadisme culinaire, peut aussi, donner l’occasion incroyable, de proposer, une activité culturelle, dans certains villages, par exemple, qui voient leur vie culturelle, un peu poussive, par manque de bénévoles,  (je sais ce que c’est), qui voient leurs petits commerces, boulangeries, épiceries, cafés, fermer, les uns après les autres, dans l’objectif que j’assume, aussi, d’apporter un peu de sang neuf, dans des villages, ou petites villes, qui ont le sentiment, d’être les oubliés, de la République.

       Ce qui m’importe, aussi, je dois admettre, c’est de donner l’opportunité, à ces professionnels, parce que je souhaite que ça ne soit que des professionnels, de la restauration, et pas des bénévoles, qui s’y collent, si possible, puissent bosser, en mauvaise saison, sachant, que le principe, du food truk, réside, dans le fait, que les gens, mangent en plein air,  à proximité, avec éventuellement, quelques chaises, et table, installées sur place, mais EN PLEIN AIR.

       Avec cette formule, tout sort du food truck, sur le plan matériel, et professionnel, mais c’est uniquement, le lieu de consommation, de la cuisine produite, qui apporte l’opportunité pour le consommateur, de manger, et de profiter de son repas, dans des conditions matérielles, plus confortables.

       Je tiens à ce que ce soit, des food truk, précisément, pour le côt nomade, qui me semble important.

       Ensuite, pour le côté professionnel, qui impose,  des normes de sécurité, mais surtout, pour donner la plus grande crédibilité, à la valeur culturelle,  de la cuisine proposée.

       L’association, bien sûr, (MOI, EN L’OCCURANCE), sera chargée, d’une part, de  dénicher le food truck, prendre contact avec lui, le rencontrer,  voir si le courant passe (parce que sinon, ça le fera pas !), voir son histoire, rédiger une bio, afin de le présenter.

       Afin, que faisant le lien, avec des villages, les associations, les salles, ou pourquoi pas, les restaurateurs, qui souhaiteraient mettre à disposition  leur salles, puissent se faire.

       Au sujet du nom.

       Pour moi, culturellement, le pot au feu ? c’est juste SACRE….. Mais sacre, à un point que vous ne soupçonnez pas.

       C’est un plat rural, et modeste…. Tout est dit.

       On a un potager, on fait un pot, et on le mange, pendant plusieurs jours.

       Le bouillon, pour ma part, j’en congèle une partie, dans des bocaux(remplis aux deux tiers), pour faire des soupes, ou pour cuire des pâtes, nouilles en lettres, vermicelle, cheveux d’anges, ou autres.

       Si je trouve important, de donner ce nom, à cette association, c’est précisément, pour appuyer sr le fait, que notre culture, y compris, donc, notre cuisine, puisqu’elle en fait partie, s’est enrichie, au fil des siècles et au fil, des voyages, aussi, des découvreurs, qui ont introduit, tel légume, ou tel autre.

       En somme NOTRE POT AU FEU, s’il n’était in finé, que la somme de ce mille feuilles salutaire, de ces diverses cultures, nous n’aurions à nous mettre sous la dent, ni chou, ni pommes de terre, ni poireaux….

       Et pour conclure, tien, je vous recommande, à nouveau, l’émission, de France inter, « on va déguster »,  de François Régis Gaudry, à qui je demande officiellement, d’être le parrain.

    https://www.franceinter.fr/personnes/francois-regis-gaudry

       Alors, je sais, certains me diront, « mais puisque  c’est ainsi, pourquoi, ne pas prévoir, aussi, des artistes, qui correspondent à cette culture, et à ce pays d’origine… »

       Oui, je sais, j’anticipe.

       Paris et Rouen, ne se sont pas fait en un jour .

       On commence, déjà, par mettre sur pied, le côté strictement, culinaire, à petite échelle, on observe, ou met en pratique, et ensuite, on verra en corrigeant, ce qui peut ne pas fonctionner, et petit à petit, on y pensera, mais pour l’instant, ce qui importe, c’est que ça voie le jour.

       Un détail, encore, et là, je m’adresse aux restaurateurs, en particulier.

       Je sais que pour certains, les temps sont durs, quelquefois, relativement à la baisse du pouvoir d’achat, et donc, des répercussions  sur le nombre de clients, en salle.

       Cette idée, peut offrir l’opportunité alors, de modifier, quelque peu l’image, de certains établissements.

       A méditer.

       Ça n’est pas de bénévolat, dont je parle, je le rappelle.

       Le seul bénévolat, éventuellement, ne serait que dans mon travail de coordination, des différents acteurs de l’ensemble de la démarche.

    Lire la suite

  • Le Crif accuse ENVOYÉ SPÉCIAL.....

    Spontannément, voilà mon commentaire, sur FB:

    Je n'ai vraiment rien, contre les juifs, qu'ils habitent, Israël, ou pas, mais je peux dire, que j'emmerde le Crif ? 

    Lire la suite

  • Bataille navale, croissance bleue, sièges vacants, à l'Assemble Européenne.

     

     Pendant qu'en mer mediterrannée, un nombre incroyable de migrants, morts de noyade, sont en décomposition, au fond des eaux, j'en arrive à me demander si éventuellement, certains députés européens, n'envisageraient pas de faire un proces à leurs cadavres, pour cause d'avoir usurpé le droit qu'ils considèrent, comme inaliénable pour leur pays, de jouir de leurs eaux territoriales,  comme si l'Europe, elle, n'existait pas...

       Je vous donne une vidéo.  Il s'agit d'un travail, au sein de la commission, qui explique qu'elle est  sensée réguler le droit de pêche,  cette commission, donc, semble littéralement abandonnée,  "faute de deputés", pour défendre une vision européenne de la pêche....

      Si vous regardez cette video, vous obseverez, qu'à plusieurs reprises, on montre des sièges, qui sont vides.... Car pour débattre, il faut commencer par être présents, n'est ce pas  ?

      Pendant ce temps, les artisans pêcheurs de Normandie et de  Bretagne s'écharpent, au point que ça devient vraiment préoccupant, sur les zones de pêche, avec le Royaume Uni, au sujet de la coquille saint Jacques....

    https://www.ouest-france.fr/normandie/bayeux-14400/coquille-saint-jacques-pecheurs-normands-en-colere-contre-les-anglais-5939442

    https://www.ouest-france.fr/normandie/bayeux-14400/saint-jacques-bataille-navale-entre-pecheurs-normands-et-anglais-5939593

       Mais entendons nous bien, je ne suis pas en train de prétendre, que chacun doit tolérer tout, et n'importe quoi, que ce soit sur le plan migratoire, ou que ce soit, sur le plan de la pêche artisanale...

       Je prétends, juste que de nier une réalité, que la nature nous impose, et qui ait pour conséquence, que depuis des milliers d'années, probablement, l'homme ait pêché, pour se nourir, et que ça ait alimenté une véritable profession, qui les ait fait vivre, et qui les fait vivre encore, au point de trouver légitime, qu'au sein de l'Europe, on fasse comme si le pays d'à côté, que ce soit de l'autre côté de la Manche, ou que ce soit sur la partie continentale de l'Europe, traduit une connerie au moins aussi flagrante, que le populisme économique que certains, cherchent à nous imposer.

      Oui, j'ai bien dit, "populisme économique", puisque l'une des façons les plus tentantes, de prendre les citoyens européens pour des imbeciles, ça consiste entre autre,  à leur laisser croire, qu'il suffit de faire comme si les voisins n'exitaient pas,  quelque soit le secteur concerné...

     DES CHAISES VIDES, pour la pêche artisanale....

     Incroyable, ça, non  ?

     Alors, je ne vous dit même pas, ce que ça donne, quand on commence à énumérer chaque poisson, ensuite, ou bien le problème du  6ieme continent, avec les sacs plastiques, ou bien le fait, qu'on considère la mer, comme une décharge publique universelle, hein...

     Il ne faut pas ensuite, s'etonner, si la mer est si souvent, en colère .......

     Tenez, le 04 janvier, cette année, le jour anniversaire de Thomas Fersen, à saint Aubin sur mer.

     

     

    Lire la suite

  • "L'addiction est à la société, ce que le populisme est à la politique".

     ce texte est la concluson d'un livre que je viens de terminer d'écrire, sur les addictions, en général. EXTRAIT.

    Choisir délibérément, de regarder ailleurs.

    Choisir délibérément, de designer un coupable, par la formule « bouc émissaire », comme le font les partis d’extrême droite, vis à vis du phénomène migrants.

    c’est en ce sens, que ce parallèle effectivement, me semble parfaitement justifié.

    L’addiction, est une sempiternelle procrastination d’une souffrance, qu’on ne parvient pas nécessairement à identifier, et l’addiction, offre l’opportunité de la fuir.

    On a vu, que le phénomène d’addiction depuis le début de l’humanité, ait toujours existé.

    On pourrait me rétorquer, qu’on ne peut pas le prouver, ce qui est vrai .

    On ne peut nier, par contre, qu’il soit cohérent, pour n’importe quel être humain, que souffrant, il cherche par pur réflexe, à trouver une parade, et c’est en ce sens, que je ne crois pas trop m’aventurer, en affirmant, une telle chose .

    Si l’on observe, que comme beaucoup de mots de vocabulaire, concernant la psychiatrie, ce dernier, soit entré dans le langage courant, on remarque que ce qui est qualifié d’addiction, est souvent assimilé ou confondu, avec les hobbies, ou les passions extrêmes, voire exclusives.

    Le fait, de prétendre alors, qu’il s’agirait d’une addiction, relève de la plus parfaite subjectivité, voire, de l’humour, et de l’autodérision, quand c’est de nous même dont il est question.

    Pas plus tard, que ce midi, je prétendais en riant, que j’étais addict à la pastèque !

    C’est vous dire, si ça va loin…


     

    Ne riez pas ! c’est riche en bêtacarotène, bonne pour la peau (eczéma), et en vitamine B6, pour la circulation du sang et tonicité des vaisseaux (mes œdèmes)…

    Pour conclure…

    L’idéal, en somme, réside dans le fait, de parvenir à se connaître suffisamment pour parvenir à se saisir en son fort intérieur, de l’activité, ou de la stratégie, à devoir mettre en œuvre, dans le but de faire face, au challenge, qui se présente, et qui vous tourmente…

    Plus vous aurez été confronté, alors, à l’incroyable éventail de vos possibilités, plus vous aurez de chance de vous en saisir, afin d’agir en conséquence…

    En « Sommes », pour changer de la Seine Maritime, « à vous de jouer ».


     

    Lire la suite