google-site-verification: google7d26736b1ef720ed.html

Daniel Balavoine, "j'emmerde tous les pouvoirs".

  Bon, je vois qu'on me colle cette vidéo sous le nez, ce matin, mais ça tombe on ne peut mieux, parce que j'ai un truc, sur la patate, là, comme on dit, et pas piqué des hannetons, à vous balancer...

  Quand j'étais enfant, enfin, ado, me semble plus juste, mon père en riant, m'appelait Henri... Franchement, je n'ai, ni lui d'aventage à l'époque, je crois, absolument aucune idée de la raison pour laquelle il m'appelait ainsi.

  Comme beaucoup de mon âge, (née en 61), Daniel Balavoine, Michel Berger, France gall, tant d'autres, Desproges, Coluche, pour ne citer qu'eux, ont simplement forgé littéralement, notre identité politique, et ça  serait franchement trahir, que de renier, ce qui m'a faite....

   Merci, à France Inter, pour les chronique de  Desproges, chaque matin, à 8h55, ça nous aére tous les neurones, et le moins qu'on puisse dire, c'est que ça ne soit pas un luxe, par les temps qui courrent.

  Hier, donc, fête au village, toute la journée, à Emanville, pres de sainte Austreberthe.

   Le matin, foire à tout, et pendant ce temps, à 10h, messe de la moisson, à l'Eglise, avec en prime Marcel, le curé de Pavilly,  que le continent africain, a eu la bienveillance de nous prêter, pour que les voies du Seigneur, soient le moins impénétrables possible, puisque semble t il,  la commune d'Emanville serait désormais rattachée à la paroisse de Pavilly, à moins que ça ne soit que ponctuel, mais peu importe....

   A l'issue de la messe, recueillement au monument au morts, pour rendre hommage aux morts pour la France, après un discours du maire, qui soit dit en passant, avait axé ce dernier dans un présent plus qu'actuel, où il rendait hommage aux diverses associations de son village, au curé venu dire la messe, et au milieu associatif, notamment.

  Un trompetiste, qui avait animé la messe, jouait la marseillaise.... Puis la population, autour du monument, la chantât, dont moi....

  Quelle ne fû tpas ma surprise, quand je vis en face de moi,  une de mes amies, absolument horrifiée, d'observer que je chantais... la Marseillaise....

  Tellement gênée, je dois dire, que l'heure qui suivit, elle passât allergrement pres de moi, en m'ignorant...

  Alors, oui, je suis vraiment en pétard, pour le coup.

   Parce que je ne vois pas en quoi, le fait de chanter la marseillaise, qui malgré mon désir, soit dit en passant n'a guère été modfiée, sur certaines phrases, ou changée,  n'en reste pas moins, l'hyme national....

  Pourquoi, je suis en pétard  ?

  Parce que je trouve vis à vis de moi, cette posture, d'une hypocrisie sans nom, quand on observe, que la moindre démarche que j'entrenrends, moi, pour faire de la ma vie, ce que moi, j'entend,s, il ne se trouve pas une personne, de gauche, ici, dan mon canton, pour m'en dissuader, et pour me faire sentir, que ma voie, ça serait la politique...

  Alors, les hypocrites, merci, ça fait huit ans que jes les observe, faire leur cirque, autour de moi.

  Et soyez sans crainte, pas même aux municipales, ils ne se présentent, et ne daignent s'engager.

  Pour la page locale, digne du COURRIER CAUCHOIS, merci, pour cette fois, ça ira, je n'ai pas que ça à faire.

  Revenons en à Balavoine.

  Je rappelle qu'il parle d'autant plus acidement, de la politique etrangère, qu'il est sous le coup de l'émotion, parce qu'il a vu sa mère, si inquiete, pour son frère.

  Je ne suis pas en train de prétendre, que parce qu'il est en colère il dit n'importe quoi. Je dis juste, que la colère n'incite pas à la mesure, et à la réfléxion, ce qui par contre, devrait interroger les puissants, réside dans le fait, qu'à l'epoque déja, le fait qu'il tienne ces propos, malgré tout, interpellait, et m'interpellait, moi, par ce qu'il disait, malgré sa colère.

  Ce qui importe de juger aujourd'hui, réside dans le fait de se demander si la perception des conflits internationaux, est différente aujourd'hui, de ce qu'elle était, à l'époque...

  Je parle bien de la perception, qu'on en ait, et pas de la realité.

  Et sur ce point, il faut bien le reconnaitre, la réponse est OUI.... Puisque par internet, qui traduit la mondialisation, quelque soit le secteur que l'on observe, alors, la perception qu'on en a , s'en trouve modifiée...

  Prétendre, qu'elle serait plus juste, je le pense... Prétendre,  qu'on en soit certains, ou certaines, malheureusement pas !

 Ce que je veux dire, c'est que si Balavoine vivait aujourd'hui, absolument personne ne peut certifier, qu'il tiendrait le même discours.

 Aujourd'hui, depuis plusieurs décennies, on observe comme une forme d'excroissance, du phénomène ONG, qui de façon inconsciente, contre balance, du mieux qu'elle le peut, les calamités que c subissent certaines catégories d'humains....

  Ce que je prétends là, est tellement vrai, que les pays concernés, et dont les souffrances des populations qui nous parviennent par les medias, dont internet, instrumentalisent quelquefois, litteralement ces ONG, pour faire pression, sur de potentiels, pays amis, ou ennemis...

 Comment, ça ?

 Et bien, quelquefois, court circuitant les dons, purement et simplement, de telle sorte que les aides ne parviennent pas, ou alors, en refusant, que ces ONG sur place, puissent internenir, ou si vous préférez, que certaines ONG, sont carrément, "personna non grata"., en refusant de delivrer les autorisation, en haut lieu.

 Ces données là, Balavoine, lui, n'en disposait pas, parce que le phénomène de mondialisation, lui, n'était pas aussi affirmé, qu'il l'est, maintenant.

  Je ne suis pas en train de prétendre qu'aujourd'hui, Balavoine cautionnerait des guerres, qui sont en cours, et dans lesquelles, nous sommes engagés... Je prétends juste, que je n'en sais rien, et qu'il serait mensonger, ou en tout cas, plus qu'hasardeux de prétendre, qu'il les condamnerait, forcement.

  Je rappelle juste que politiquement, il n'existe pas plusieurs possibilités.

 Soit, on décide de s'interresser au monde.... Soit, on décide de prétendre, qu'on s'en fout.

  Si on décide de s'interresser au monde, et que des qu'un problème surgit, on refuse l'obstacle, qui consiste à tenter de comprendre la génèse d'un problème, en moins d 'un quart d'heure, on observe les choses sous l'angle européen, d'abord, puis international, parce qu'on n'a pas le choix !....

 Ceux, aujourd'hui, qui revendiquent le fait de ne jamais faire la guerre à qui que ce soit, sont très exactement, ceux, qui s'insurgent, et je les comprends, devant l'immobilisme dont nous serions coupables, face à tel conflit, ou tel autre... Que ce soit  aux portes de l'Europe, ou que ce soit, à l'autre bout du monde.

 CE SONT LES MÊMES.

 Quand à ma position personnelle sur le sujet, je suis assez sage, il me semble, pour fermer ma gueule, contrairement à certains, visiblement, pour avoir conscience de mes limites.

 Quand je sens, que mon regard peut aider, à éventuellement faire bouger les curseurs, dans le sens où je le souhaiterai, je le fais, mais je sais fort bien, contre quoi je me bas, et pourquoi, et surtout, "pour qui", je le fais. 

 Souvent, en fait, on souhaite, que je mette mon grain de sel sur un truc, et je réponds à Thomas, "OK, écoute, c'est noté, mais je ne peux rien", ou bien, "c'est noté, mais moi, j'y pige que dalle".

 Ou bien je lui dis "je vois, mais je ne vois pas sous quel angle prendre le problème".

 Je veux dire, que je ne suis pas un kamikaz de la politique, moi.Quand je ne sais pas, je ne sais pas.

   Pour ce qui concerne la politique internationale, en dehors du conflit israélo palestinien, que je suis toujours, j'avais confiance en François Hollande. Il a été précisé, hier, sur France Inter, je ne sais plus qui (désolée), que l'ére Macron, donnait un son de cloche, particulièrement différent, sans qu'il n'y ait plus de précisions.

  Pour ce qui concerne l'industrie de l'armement, je préconise que chaque pays, qui le fabrique, ne le fabrique, que pour son usage personnel.... Donc, pour la défense uniquement, puisque "le temps benni des colonnies", est bien fini, contrairement, à ce que pense benjamin netanyaou....

 C'est vous dire si la macronnerie, et le patriotisme sont parvenu à me pervertir, au plus profond de mon âme....

 Bon, allez, je vous laisse. Matthieu et Nathalie, allez, "sans rancune"....

 Comme si la politique se résumait à un hymne national, quel qu'il soit.

 Je vais faire mon tour de vélo, à assitance électrique, parce que je suis une grosse fénéante, pour monter les côtes.

immigration émancipation

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire