google-site-verification: google7d26736b1ef720ed.html
Créer un site internet

Billets de francoisenielaubin

  • Avec l’instauration du revenu universel, les policiers subiraient moins d’attaques, et seraient moins pris pour cible.

    Une policière municipale, gravement blessée au couteau, à la chapelle sur Erdre.

     Je serai tente de rajouter, hélas, « une de plus », et je ne dois pas être la seule à le penser.

     J’entendais ce matin, sur les ondes de France Inter, au sujet de cette femme (laquelle, déjà, tellement, il y en a…), qui avait porté plainte à plusieurs reprises, et la police mise à mal dans cette histoire, à juste titre, parce qu’elle n’avait pas su la protéger, alors qu’elle avait donné l’alerte…

     La gendarmerie, croule littéralement sous les demandes, sous les mains courantes, qui sont autant d’introductions généralement aux dépôts de plaintes, ces mains courantes, semblant n’être que des coups d’épée dans l’eau (à tort, pourtant juridiquement, je puis vous l’assurer),  tellement la police est noyée dans certaines villes par les dossiers, la Justice ne parvenant pas à suivre par manque de moyen et de personnel l’agresseur alors, agissant quasiment en toute impunité,  ce sentiment de non réactivité des administrations concernées, que sont la Police et la Justice, donnant en fin de compte, le sentiment bien malgré eux, d’un laisser-aller, profitant aux agresseurs…

     Cependant, il semble nécessaire de préciser, me semble t il, que ces derniers, sur ce type de dossier, ont effectivement progressé, à pas de géants, depuis 10 ans, n’en déplaise à certains…

     Alors, quoi, où serait le problème, que se passe t il donc ?

     Figurez-vous qu’aujourd’hui, on appelle, « féminicide », ce que jadis on appelait, simplement, « crime passionnel », faisant passer un coup de couteau dans le ventre, donné à une épousée, comme un malheureux geste qui aurait trouvé sa justification dans un amour qu’il portaient à leurs belles, « un peu trop prononcé »…

     « Ben, c’est sûr, ma bonne dame, si c’est d’amour, dont il était question »…. Pensez donc, « faudra pas recommencer monsieur, vous savez,  la prochaine fois, que vous vous mariez, tâchez de la laisser en vie, parce que vous a irez en prison »…

     « Mais qu’ est ce qui leur arrive, à ces grognasses dites-moi, elles ont leurs ragnagnas, ou quoi ? »

     Si on ne peut même plus s’engueuler dans l’intimité, sans la cogner un temps soit peu, « pour lui montrer, qui est ce qui porte la culotte, mais où s’en va-t-on ?

     « Comment tu dis » « te tirer » !...

     Mais pauvre conne, toi qui n’a jamais rien fait de ta vie, tu t’imagines quoi, que dehors, on va te trouver un logement, et puis des allocs, aussi pendant qu’on y est…?

    Comment vous dites, « ha, oui ? »

     Merde, ça, on avait pas prévu, ha, puis c’est irréversible, ha merde, alors oui, et vous dites, « FEMINICIDES »…

     C’est plus le même régime on dirait, les temps changent, et les femmes, elles se cassent…

     Et le souci, c’est qu’elles le font vraiment, et si sur 10 femmes, qui sont assassinées, elle le sont, au moment, du départ, ça n’est certes pas pour rien.

     Mais que le personnel en face, police et justice, et bien en nombre, ça ne suit absolument pas, voilà la vérité…

     En somme, Macron, par son intermediaire, du pont Moretti, ont juste oublié d’actualiser leur logiciel, pour assumer l’évolution de la société sur ce point.

     Mais revenons en , au titre de mon billet, au sujet du revenu universel.

     J’ai lu, il y a quelques mois, le livre de Benoit Hamon, sur ce sujet. « ce qu’il faut de courage ». plaidoyer, pour le revenu universel.

     Je vous le recommande, parce qu’il est facile d’accès, et on y apprend plein de choses.

     On y apprend, toute l’histoire du travail, en commençant par son étymologie, parce que le sujet n’est pas le revenu universel, mais  consiste plutôt à démontrer, quelle place a pris la valeur travail, dans notre société, au fil de l’histoire, comment elle a évolué, comment le travail a été observé, vécu, mais aussi, jugé et analysé, par  les différents courants philosophiques et économiques et en quoi, sous ce prétexte, ces à prioris ont été instrumentalisés, en quelque sorte, par les courants politiques.

     Les aspects philosophique et psychologique, n’ont pas été occultés, et je les cautionne entièrement.

     Il en résulte, quoi, alors ?

     Il en résulte, que l’on fait croire toujours aux citoyens, partout dans le monde, qu’il n’est de dignité, que dans la mesure où ce travail, correspond à un emploi, dans ce qu’il est traduit de la façon la plus conventionnelle qui soit, avec fiche de paie et salaires, au détriment le plus total du travail pourtant bien réel, dans le milieu associatif et bénévole…je connais ce sujet, comme personne.

     Accessoire, vous dites ?

     Certes non, bien au contraire…. Justement.  

     Le fait d’aller planter un couteau, dans le ventre de son épouse, d’un policier, qu’il soit municipal, ou qu’il ne le soit pas,  est effectivement, entièrement lié, dans quatre vingt dix pour cent des cas, à un ressenti, d’indignité précisément.

     Quand l’être humain se sent humilié, et que la souffrance est telle, qu’il ne trouve du réconfort, que dans l’addiction, la haine, et le ressentiment, c’est souvent en psychiatrie, alors, qu’il arrive… « ou pas ».

     Et si la société française aujourd’hui,  à plus forte raison, sous l’influence du covid, en arrive à une telle extrémité, c’est bien parce que les révolutions, de la mécanisation, puis ensuite, de l’ubérisation, et de la numérisation des tâches, ont relégué l’être humain, au rang d’accessoire, d’une économie qui la laisse entièrement, sur  le bord de la route….

     Le seul intérêt, que  représente aujourd’hui, le citoyen, dans le monde de la finance, ne réside, il faut bien le dire, ou plutôt, le hurler, que dans son pouvoir à consommer….

     Tant qu’il a une carte bancaire,  encore, pour dépenser son pognon, on le tolère…S’il est plein aux as, on d’adulte, et fuk, alors, les droits de l’homme, ou le voile intégral, pour dépenser, dans les boutiques parisiennes.

     Pour le reste,  franchement,  si ceux, qui sont aux manettes pouvaient, faire tourner leurs entreprises, en appuyant, uniquement sur un bouton, je n’ai, hélas aucune doute, sur le fait, qu’il n’ai aucun scrupule à s’y résoudre….

     Vous en doutez ?

     Et bien écoutez donc, Macron, ces jours derniers, ou bruno lemaire,  seul compte, la consommation…..CQFD.

     Et depuis quand, dites moi, quand on a la chance de pouvoir se le permettre, aller faire chauffer la carte bancaire, suffirait il à résoudre, un profond mal être intérieur ? DEPUIS QUAND….

     Quand est ce que vous vous résoudrez, vous, qui avez( la sagesse ?), de  suivre les politiques de gauche, toutes confondues, et lire et débattre, sur ce foutu revenu, universel, qui n’est rien de moins qu’une véritable planche de salut, pour beaucoup qui souffrent aujourd’hui ?

    Lire la suite

  • Les methodes mafieuses de l'agro alimentaire breton.

    https://www.franceinter.fr/emissions/l-invite-de-6h20/l-invite-de-6h20-03-mai-2021

    J'avais deja été informée, de cette histoire, qui ne risque pas de grandir la Bretagne...

     J'entendais, ces jours derniers, la rediffusion d'une émission consacrée à la maladie de parkinson.

    Il y était expliqué, notamment, qu'au sein de la MSA, dont voici le lien, https://www.msa.fr/lfy, l maladie de parkinson, etait reconnue, comme maladie professionnelle...

     En effet, on parle souvent des suicides dans le milieu agricole, ce qui est parfaitement légitime, mais infiniment moins des maladie professionnelles, d'une extrême gravité, évoluant vers des cancers jeunes, ou maladie dégéneratives, qui emportent les agriculteurs en premier chef, puisqu'ils sont les plus exposés aux produits phytosanitaires, lors des épandages.

     Nous savons tous, que de passer au BIO, est une démarche qui est délicate, sur le plan de l'organisation, et personne au sein des mouvements écologistes, n'est assez stupide, pour prétendre une chose pareille.

    Ainsi, alors, qu'hier, justement, se passait la journée de la liberté de la presse, qui est menacée, dans beaucoup de pays, actuellement, et au premier chef au sein de l'Europe, au point que le covid, sert de pretexte, à certaines lois liberticides, la concernant, voit on emerger, ainsi, en bretagne, des methodes de barbouze....

     En fait, j'aoi honte, je vous le dis franchement. Honte, moi, qui suis française, et fille d'agriculteur, j'ai honte....

     Pour l'heure, le moment est venu, alors, de passer à l'action, et de booster l'association, dont il est question, et qui s'appelle SPLANN....

     Voici le lien:https://splann.org

     Si vous êtes bretons, vous avez aussi la version bretonne.

     Sinon, je vous recommande l'emission de France inter, hier matin, que vous pouvez réécouter, en suivant ce lien:https://www.franceinter.fr/emissions/l-invite-de-6h20/l-invite-de-6h20-03-mai-2021

     Pour plus d'efficacité, je vous recommande aussi, d'aller regarder ces deux emissions, qui traitent des compotements pour le moins troubles, de l'agroalimentaire, en bretagne, dont voici les liens:https://www.franceinter.fr/emissions/l-edito-m/l-edito-m-06-avril-2021

    https://www.franceinter.fr/emissions/c-est-bientot-demain/c-est-bientot-demain-09-avril-2021

    https://www.franceinter.fr/emissions/camille-passe-au-vert/camille-passe-au-vert-15-avril-2021

    https://www.france.tv/france-5/le-monde-en-face/2063923-bretagne-une-terre-sacrifiee.html

     

    Lire la suite

  • "Bientôt", de Pierre Perret.

    Je lisais les commentaires, et je n'avais prêté attention, aux 220 pouces vers le bas, comme c'est curieux, je me demande bien ce que certains peuvent trouver à redire à une pareille chanson, aussi bienveillante que tendre et piquante, "juste ce qu'il faut"...

    Un peu comme la juste proportion, de sel, de poivre, ou de clou de girofle piqué dans l'oignon, n'est ce pas Pierre  ? Pour le fameux pot au feu....

    "Misère à poil", comme disait fe ma belle doche, à l'époque, comme l'être humain est compliqué....

    C'est quand même bizarre, non  ?

    Moi, si je regarde une vidéo, et que je n'aime pas, je n'éprouve pas le besoin de mettre un pouce en bas... Au fait, est ce que ça vaut plus ou moins, que de se mettre un doigt dans le ....

    Est ce que Pierre, ça vaudrait plus ou moins, que de se planquer la panaris dans la blanquette, dans la chanson, "le tort boyau" ?

    Lire la suite

  • La politique sécuritaire est une échelle en bois vermoulu.

    Il en est ainsi que les images permettent de traduire visuellement, ce que d’autres mots, quelquefois, rendent inaccessibles, aux yeux de certains.

     J’aurai pu pour parler d’ascension, évoquer une échelle en aluminium, comme elles le sont désormais alliant ainsi solidité et légèreté, demandez donc aux couvreurs, ce qu’ils en pensent.

     J’aurai pu vous faire le coup de l’escalier, qu’on gravit pas à  pas pour les persévérants, que ce soit en politique ou ailleurs, ou bien de l’ascenseur qu’on n’ose plus à présent, appeler social, ce qui ne fait pas de tort à grand monde, depuis qu’on sait qu’il ne suffit certainement pas d’être pété de thunes, pour s’endormir sur ses deux oreilles, la conscience tranquille.

     Enfin, excusez moi, je vois midi à ma porte, comme on dit, je pars du principe que tout le monde a vraiment une conscience, comme je suis bête des fois, je vous jure…

      C’est vrai, je me surprends quelquefois à imaginer qu’il en serait ainsi pour tout le monde…

     C’est fou quand même, hein, d’être naïve à ce point.

    La politique sécuritaire est une échelle en bois vermoulu.

     Jadis il y a bien longtemps, dans une vie antérieure, nous allions acheter une petite maison en colombage, une chaumière pour dire les choses telles qu’elles sont.

     Fe mon beau père alors, avait fait le tour de la maison avec son canif, et avait en différents endroits, enfoncé son couteau, afin de vérifier l’état des différentes pièces de bois, pour s’assurer qu’il n’y aurait pas trop de pièces à changer rapidement.

     En somme, pour s’assurer de la solidité du bois qui charpentais, l’ensemble de la chaumière.

    La politique sécuritaire est une échelle en bois vermoulu.

     Certains vont se demander, pourquoi je prétends une chose pareille, au sujet de la politique sécuritaire, alors je vous explique.

     Un politique digne de ce nom, est contraint, en temps que responsable, de veiller à ce que sa politique ménage le long terme, le moyen terme, et le court terme, selon la  situation.

     Ben sûr, que ce soit Emmanuel Macron, ou n’importe quel autre dirigeant, ils ne sont pas des super héros, et si je suis bien loin de cautionner la politique de Macron, je ne peux qu’observer cependant, que sa politique n’occulte pas cette donne, alors qu’on est en droit cependant de la juger, et de ne pas l’approuver.

     Ces derniers jours, une dynamite, heu, excusez ce lapsus, une dynamique de rébellion, est apparue, par le journal Valeurs Actuelles, incitant au poutch, rien de moins que cela, afin de virer Macron, pour lutter, (je cite un des militaires signataires), contre « la déliquescence de la France »….

     On aimerait en rire. On en rit, d’ailleurs….

     Ca me rappelle, l’expression de « chienlie », de  de Gaulle, qui, malgré tout le respect que j’ai pour lui pour ce qu’il a fait pour la France, n’en demeure pas moins, parfaitement critiquable, pour d’autres raisons.

    La politique sécuritaire est une échelle en bois vermoulu.

     Comment vous dire ?

     Là,  au sortir du covid, certains dirigeants saisissent l’opportunité pour opérer un virage sécuritaire, dans un certain nombre de pays.

     Sur le plan intérieur, on sait que dans les villes qui ont opté pour la vidéo surveillance, aucun progrès au sujet de la délinquance n’est observé. D’autre part, plus il y a de vidéos, qui sont tournées, plus elles doivent être surveillées, ce qui techniquement est impossible.

     Au mieux, une fois qu’une agression ou un vol a été commis,  la vidéo surveillance qui a été à postériori étudiée, les enquêteurs en sont ils réduits, à dire, « ha oui, on le voyait », mais c’est tout.

     Désormais, j’ai entendu ça, à la radio, il y a quelques jours, il y a jusqu’à des sentiers de randonnée, qui sont ainsi fliqués, par vidéo surveillance….

     On ne sait pas si le bois qui environne les chemins de randonnée,  ont servi à fabriquer les échelles en bois vermoulu, mais je puis vous certifier que ça ne  ferait hélas absolument aucun doute. Puisqu’après tout, une échelle en bois vermoulue, un jour a bien été solide, en bois solide, qui lui-même, venait d’un arbre, qui lui-même poussait bien quelque part, et sur un chemin, qui lui justement, n’était pas fliqué par la vidéo surveillance.

     Oui, s’il est un chemin sur lequel la randonnée, serait bien inspirée de ne pas s’engager, ça serait bien celui là.

     Oui, les gens, sont des crados, et je suppose, que c’est pour cette raison, que cette hypothèse ait été décidée….

      Les marcheurs quelquefois, se comportent comme des porcs, et quand je roule en vélo,  sur 1km,  je vois de quoi remplir au moins, un demi sac poubelle de détritus plastic de toute sorte… C’est vous dire. Alors quoi ? On va installer des vidéos surveillance, pour ce seul prétexte, tous les 100 m, au prétexte que les gens sont des porcs ?

    La politique sécuritaire est une échelle en bois vermoulu.

    Dans chaque pays qui revendique, un tournant à droite radical, versant vers le sécuritaire, sur le moyen et le long terme, la matière grise fuit, parce qu’il n’y trouveront pas le bonheur, ils le savent, et préfèrent quitter leur pays.

     C’est vrai dans les pays de l’est, notamment, on peut l’observer, au niveau européen.

    La politique sécuritaire est une échelle en bois vermoulu.

    Politique locale, au sujet de la délinquance.

     Les élections régionales approchent à grands pas. En quoi, cette politique sécuritaire, résoudrait certaines délinquances ?

     En rien, en fin de compte. En effet,  si certains point de deal disparaissent de certains endroits, aussi sec ils se trouvent déménagés, par les dealers eux même, et faire croire aux habitants,  qu’ils n’existeraient plus, par ces méthodes est malhonnête, parce que c’est faux.

     Aujourd’hui, d’autre part, l’uberisation touche tous les domaines, y compris, les points de distribution des différentes drogues….

     Il en est ainsi de toutes les formes de délinquance.

     Marine le pen, en mal de virginité, d’un seul coup, ces derniers jours, en crise identitaire, sur le plan idéologique, visiblement, est retournée aux racines de son arbre généalogique, en soutenant cette revendication, les fachos, à tirelarigo, ne savent décidément plus à quel « sein », se vouer ».

     Alors, plus que jamais, décidément….

    La politique sécuritaire est une échelle en bois vermoulu.

    Lire la suite