google-site-verification: google7d26736b1ef720ed.html

attouchements

  • georges tron, en voilà un qui port' bien son nom !

    https://www.francetvinfo.fr/societe/justice/direct-proces-pour-viols-en-reunion-de-georges-tron-son-avocat-accuse-le-front-national-d-etre-derriere-tout-cela_2511341.html

    DEMARTHON / AFP)

    avatar

    franceinfoFrance Télévisions

    Mis à jour le 
    publié le 

     Je cite:

    "CE QU'IL FAUT SAVOIR

      Le procès de Georges Tron s'est ouvert, mardi 12 décembre, devant les assises de Seine-Saint-Denis. L'ancien secrétaire d'Etat chargé de la Fonction publique est accusé de viols et agressions sexuelles en réunion par deux anciennes employées de sa mairie de Draveil (Essonne). "La réflexologie est devenue un outil pour me nuire", a notamment affirmé le maire de Draveil lors du premier jour de son procès aux assises.

     Neuf jours. L'élu du parti Les Républicains comparaît pendant neuf jours à Bobigny au côté de son ancienne adjointe à la Culture, Brigitte Gruel. Tous deux clament leur innocence.

     La recherche de la vérité. "Je suis sans appréhension et j'espère que [le procès] servira à éclaircir des tas de choses qui auraient dû l'être depuis longtemps", avait déclaré Georges Tron à l'AFP à quelques jours du procès.

       Pour ce qui concerne "ces tas de choses", dont il est question, j'ai lu hier dans un article, qu'il evoquait, quelques soirées, bien arrosée, pendant lesquelles, les deux partis etaient présents.

       Alors, si l'on boit ensemble, il lui semblait logique, je suppose, de "jouer au docteur.".. Incroyable. Pour un peu, il va nous dire que ce sont des "filles faciles", parce qu'elles ont participé à ces soirées un peu ou pas mal arrosées.

      Un procès politique ? Eric Dupont-Moretti, l'avocat de Georges Tron, a affirmé sur franceinfo que "le Front national" est derrière les accusations portées contre son client, les plaignantes ayant des contacts avec la famille de Marine Le Pen.

      Bon, l'instrumentalisation politique, admettons, et alors ? 

      En temps que femmes,  qu'elle soient proches, ou pas du FN, n'a pas à entrer en ligne de compte, c'est ridicule et indigne, de Dupont Moretti.

      Quand à marine le pen, si elle compte, sur ce point, pour retrouver un virginité politique, et notamment, sur le plan du feminisme, il va lui falloir, encore quelques camion, citerne, d'eau de javel.

     Et puis de toute façon, je ne vois pas en quoi, elle devrait y être mêlée, pas plus que n'importe quelle autre femme, de n'importe quel autre parti politique.

       Pour commencer, le reflexologie plantaire, est une médecine, et en temps que telle, elle doit être exercée, dans un endroit qui ne soit pas mêlé, au lieu de travail.

      Je suis vraiment choquée, de voir, une telle malhonnêteté intellectuelle.

      Quand un pedophile, aggresse sexuellement un enfant, il se fait paser généralement, pour "sexilogue pédiatrique", aussi, non ?

       Et quand un homme arrache les vêtements d'une femme, dans le but de la violer, ça n'est que pour tester le solidité du tuissu, afin de verirfier si c'est plus ou moins solide, que le jean.

       Pour la petite histoire, quand le jean fût inventé aux USA, bien avant que les USA ne  voient leur reputation ternie, à l'echelon planetaire, par l'election de leur president, trump,  celui quiavait inventé le jean avait, parait il, attaché un x  wagon, à la locomotive, pour demontrer, la solidité du tissus.

      Je ne sais pas, si ça tient plus de la légende que de la réalité, mais l'anecdote, m'avait semblée croustillante.

      Mais en fait, le viol de ces femmes, c'est largement surfait, en fin de compte, moi, je suis sûre que georges tron a des actions dans l'industrie de la chaussures, et il ne faisait qu'essayer la pantoufle de verre... Et comme le pied ne rentrait pas, il fallait le masser.

      Sinon, pour le violeur arracheur de petite culotte, il ne fait que faire du Molière, en fin de compte,  je crois que c'est dans Tartuffe"... "je tatais l'etoffe"....

      Bon, allez je ne suis pas méchante, hein, mais georges tron, si je le croise, je pense que je lui foutrai bien volontier, ma main dans la gueule.

      Oui, je sis, ça ne me ressemble pas, et bien comme quoi, moi aussi, je peux, quelquefois, ne pas me contrôler.

    Lire la suite

  • STUPÉFIANT se fout "à poil".

    https://www.france.tv/france-2/stupefiant/344995-special-tout-nu.html

     Je n'ai vu cette excellente emission, que le lendemain, parce que j'ai du mal à demeurer eveillée, aussi tard.

      Excellent, oui, je n'ai aucune intérêt, comme chacun sait, au sein de France Télévision, et Dieu sait que par les temps qui courrent, avec les exigences de restriction de budget, exigées, parait il,  de la part de la Grande Dame, je ne parle pas de Delphine Ermotte,  mais de France Télévision", les temps sont durs.

      Nous savons à quelle point la stupéfaction, pour ne pas dire la profonde perplexité, doit reigner, chez le téléspectateur lambda, qui est si justement attachée, à France Télévision.

      J'entends bien, qe la posture de Emmaunel Macron, tient plus de la provocation à mon encontre,  sur son jugement, à son egard, ces derniers jours, comme si tenter de flinguer "à la trump", des médias de qualité, ne suffisait pas, en remettant en cause, le journalisme d'investigation,  il voudrait, je suppose, faire douter de la qualité, qui va bien au delà, précisement, du journalisme, dont il est question.

      Je trouve pitoyable de mépriser le service public radiophonique,  (Radio France) et télévisuel français, (France Télévision),  au seul prétexte, qu'on exigerait de lui,  des coupes drastiques dans leur budget, et indigne d'un président et d'un gouvernement, qui se prétend "en marche".

      Observant une telle critique, on est en droit de se poser des questions sur l'orientation, qu'il souhaiterait leur donner.  

      Qu'il ait renoncé à flinguer l'investigation, PARFAIT,  "grand bien lui fasse", le mépris gratuit, et injustifié,  dont il a fait preuve, par cette réflexion, démontre surtout, le peu d'intérêt que représente la télévision française, alors, que comme tout à chacun, il est bien aise, de l'avoir à son service, quand il s'agit de promouvoir son programme politique.

      Et puisque certains trouvent opportun, de flinguer le mandat anterieur, que fût celui de François Hollande, je rappelle simplement, qu'en matière d'invesgation, François Hollande, lui, avait bien ouvert l'Elysée,  (trop, peut être ? , c'est possible).....

      Mais en tout cas, ce fût effectivement, une posture aux antipodes, de celle de Emmanuel Macron, qui semble verouiller, "à l'extrême", ses relations, avec la presse, ce qui est plus inquietant, à mes yeux, que l'exces inverse.

      Mais revenons à cette émission du service public, puisque c'est sur France 2.

      J'ai regardé çà, avec une grande curiosité, puisque par mon histoire, j'ai une relation particulière avec le toucher, avec le peau,  et tout ce qui s'y rapporte.

     Stupéfiant, ça n'est pas seulement une émission culturelle, qui a pour objectif, que de promouvoir ce que se fait, se regarde, ou s'expose.

      C'est surtout un regard fort juste, et je dirai aiguisé, qui choisit un  fait de société, pour l'étudier de façon transversale, dans le domaine artistique, et surtout, également, avec un regard d'historien de l'Art.

      Ce regard, est d'une importance fondamentale, puisqu'elle recadre le traitement qui est fait aujourd'hui, d'un fait de société, dans un contexte chronologique, en en expliquant les causes.

      Là, avec le regain ou le developpement, de ce que l'on nomme "la mode pudique", croisé avec le phénomène "balancetonporc", nous assistons dans le milieu artistique, à un retour du nu,  je serai tentée de rajouter, non sans provocation, "sous toutes les coutures", et c'est juste passionnant.

     On aurait pu intiltuler, l'émission, comme suit.

     "Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le nu, dans l'Art et que vous n'avez jamis osé demander".

    Quand je recommande d'aller revoir cette émission, alors qu'elle est deconseillée, aux moins de ??  (je ne sais plus), je precise que ma posture, ne tend pas à provoquer, d'ailleurs, il n'y a rien de "sexuel", dans ce reportage... Mais plutot, tend à mettre en évidence, le fait que la démarche artistique, a pour fonction, au sens le plus pur qui soit, d'exorciser certains problèmes de société, et que cet exorcisme est une fonction fondamentale, de n'importe quelle Démocratie...Et qu'il importe, de bien le comprendre,  et de l'intégrer. 

      Le problème en vérité, est le suivant.

       S'imaginer que sous prétexte, qu'un homme ou qu'une femme, revendique le fait de couvrir sa peau, "trop", trop peu", "pas assez, "pas suffisemment", et le revendique, comme etant des marqueurs de respectabilité sociale, ou relative au respect de son corps, est, et on le perçoit bien, dans ce reportage, parfaitement hypocrite.

       En effet, à l'echelon mondial, quelque soit la culture, quelque soit l'endroit, sur cette Terre, où vivent les humain, c'est encore chez nous, en Occident, et certainement pas en Orient, que statistiquement, une femme qui se soit fait violer, va se sentir d'aventage protégée, et va revendiquer le fait, qu'elle puisse être reconnue, comme vicitime, et qu'elle se considère en droit de porter plainte, et de demander Justice...

       Alors quoi , ça rime à quoi, ce soit disant "respect des femmes", au prétexte, qu'on leur impose de cacher leur peau ?

     Ca rime, A QUOI ?

     Et oui, n'en deplaise aux adeptes de la mode pudique, plus une société, quelle qu'elle soit culpabilise une femme qui revendique de découvrir sa peau, plus, elle met l'accent sur l'impunité octroyée aux hommes, pour nous manquer de respect.

      Il ne s'agit pas pour moi d'une injonction à se découvrir, mais mais d'une injonction aux hommes à les autoriser à le faire, et à se remettre en question, sur les raisons véritables, qui les incitent à le leur interdire, ce qui est bien différent.

     Si je devais faire la synthèse, des quelques raisons qui justifient le fait qu'il soit important de regarder ce reportage, je dirai, qu'il restitue au nu, la mimension, purement esthetique, NON EROTIQUE, et NON SEXELLE.

      Je parle là, d'une synthese de l'émission, et pas du detail.

      Je veux die, que de traiter un sujet, comme ce fût fait, là, sous l'angle transversal, et chronologique, come quand on regarde n'importe quel reportage, ou film, d'ailleurs, presente, un interêt, quedans la mesure, où une fois regardé, on a le sentiment, de percevoir ce probleme, sous un angle nouveau, ou au minimum, "un peu different, ce qui est le cas.

      Voilà, en quoi, cette émission, est profondement salutaire, par les temps qui courrent.

      Cependant, je ne peux pas me résoude à me taire, quand aux critiques qui sont faites, sur certains de ces spectacles, mais je m'en explique.

     Je cite : "Trop de nu, c'est inutile, ça ne rime plus à rien".

      Je pense que la surabondance de nus, ne fait que reponde justement, à cette pudibonderie, que certains souhaitent revendiquer.

      Il me semble, que plus on revendique la mode pudique, et on instrumentalise cette tendance, plus artistiquement, ces derniers sont tentés de s'en saisir, ne serait ce que par provocation.

      Pou ceux que ça dérange, je me pose simplement la question suivante, sachant que le spectacle, traitait de ce sujet, qu'est ce qu'ils sont allés y faire ?

      Ne serait pas là, plutot, qu'il faille se poser la question, dont la réponse, est à mon avis, précisement de vouloir le monter en épingle, dans le but de le récupérer politiquement.

      Certes, le fait, de "jouer du nu", dans un spectacle, peut sembler, un argument bien maigre, et n'est pas synonyme de talent...

      Mais qu'est ce donc, que le talent  ?

      Il est coutume d'admettre que c'est toujours le public, quia raison, cette pièce est nulle , PARAFAIT, elle ne tiendra pas l'affiche longtemps, et qu'il y ait du nu, ou pas, la regle demeure la même.

      Alors, de grâce, arrêtez de nous pêter les c......

      Juste un commentaire.

       Le sujet des modèles qui posent pour les peintres, encore, aujourd'hui, n'a pas été evoqué, et je trouve ça, regrettable.

         J'ai deja fait, un après midi, c'est moi qui suis allée au devant d'un peintre que je connaissais, et dont, j'admirais le travail, et je l'ai fait dans un but thérapeutique.

     dans le cadre d'un cours de dessin, aussi, nous devions être une douzaine, peut être, je en sais plus, nousa vons dessiné, avec un modèle, c'était une femme, nue... (et oui, car il arrive aussi, que des hommes et des femmes, posent, HABILLES !

     (qui l'eut cru.

       Et dessiner un nu, avec un modèle vivant, artisquement, c'est juste tres agreable, ça oblige justement, à observer le corps humain, sous un angle, qui n'est pas coutumier.

      Pour finir, sur ce sujet, il me faut compléter par l'enquête qui a été menée, au sujet des oeuvres d'Art, et des résaux sociaux.

      Je dois avouer que je suis consternée, d'observer une telle sensure, notamment, sur FB.

      Si je synthètise, comme ce fût fait par un des commentateurs, si vous posez une photo de Mireille Darc nue, elle ne passe pas, mais si quelqu'un donne l'ordre d'aller tuer toutes les femmes rousses, qui portent un pantalon vert, ça ne leur pose aucun problème...

      De façon générale, je pense que chaque reseau  social, devrait avoir comme politique, de clairement, annoncer la couleur, de telle sorte que leurs utilisateurs, sachent veritablement, à quoi, s'en tenir.

      Observer, que des Musées, en soient arrivés, comme c'est démontré, à tester, sur leurs pages FB personnelles, si telle reproduction, de tel tableau, "passe,", ou "ne passe pas", est juste terrifiant, quand on considdere à quel point, FB detient, une forme de monopole, en ce qui concerne la capacité à promouvoir, une exposition, ou un evênement.

      C'est clairement à mes yeux, une sensure injustifiée, et un véritable abus de pouvoir.

     En cours de rédaction.

    Lire la suite

  • 50 nuances pour balancer son porc !

     Certain vont trouver quelque peu hasardeux, de voir, que je mélange tout ainsi.

    J’ai déjà commenté, pat le passé, ce livre, à l’époque, et surtout, ce que personne ne faisait, le fait qu’il ait eu un aussi grand succès, et quelles, en étaient les potentielles raisons.

    Si je m’étais permis de le commenter, à l’époque, non pas que je m’en croyais indigne, mais comme toujours, je ne l’avais pas lu, alors, ça me semblait cohérent.

    Mais lors d’une de mes dernières hospitalisations à l’HP, pendant quelques jours, alors qu’on m’avait déplacée dans différents services, j’avais sympathisé avec une jeune femme qui tenait dans ses mains, ce livre.

    Elle m’expliquait alors, qu’il lui avait été offert, par sa propre mère, qui comme elle, était victime de violences conjugale, raison pour laquelle elle se trouvait hospitalisée en HP, ce qui en soit, déjà, m’interpellait sérieusement.

    Je ne nie pas qu’il puisse arriver qu’une femme battue, ait besoin, dans certains cas, d’être hospitalisée, mais objectivement, celui qui a de graves problèmes, dans le couple, c’est celui qui porte les coups, et pas celle qui les reçoit.

    BREF.

    Je rentrais chez moi, plutôt pensive, par ces confidences qu’elle m’avait faites.

    Il y a quelques jours, je découvrais le film, qui a été fait du livre.

    Je ne l’ai pas regardé, par intérêt, mais par devoir, parce que je voulais éventuellement pouvoir compléter le travail que j’avais fait sur le livre, et son analyse.

      J’avais retendu, dans un article précédent, qu’il était probable, que sur le pourcentage de livres achetés, un fort pourcentage, l ne l’avaient ^me pas ouvert, et je persiste en ce sens, à moins qu’il ne leur soit tombé des films, comme moi, j’ai laissé tomber le film, au bout d’une heure…

      J’ai insisté, je précise, par devoir, puis j’ai laissé tomber.

      Vous me direz « mais toi aussi, tu achètes des livres, quelquefois, que tu ne lis pas », ce qui est vrai, et c’est souvent le cas, mais moi, c’est pour une autre raison, c’est par manque de temps, et à cause de ma dyslexie.

      Mais une des questions, qu’on peut se poser, réside sur les raisons, qui justifient d’acheter un livre.

      Je pense que certains font l’objet d’achats compulsifs, comme n’importe quelle bien de consommation.

      Acheter 50 nuances de gris, à l’époque, et le poser sur la table, en rentrant chez soi, était sensé, je crois, se faire passer pour ce qu’on est pas, ou en tout cas, tenter de suggérer, qu’on aimerait bien, être autre chose, vis-à-vis de celui qui partage sa vie que ce qu’on est.

      Tenter d’allumer un fantasme, en quelque sorte.

      L’autre théorie que j’avais avancée, était que le succès, était dû au fait que les femmes devant assurer sur tous les plans, ce qui se traduit sociologiquement, par l’expression « charge mentale », le désir de laisser l’initiative aux hommes, une fois passé le seuil de la chambre à coucher, m’avait semblé assez cohérent.

      Et oui, comme vous l’aurez remarqué, il existe effectivement, une sacrée nuances, entre revendiquer des pratiques SM, et simplement proposer à l’homme de prendre l’initiative, nuance, que certains hommes, semblent d’ailleurs, ne pas avoir encore saisie.

      Mais venons-en au film.

      Il s’agit dune jeune femme, vierge, de surcroit, qui fait la connaissance d’un bel homme, plus âgé qu’elle, et riche….

      La description qui est faite du film, généralement, prétend, que l’objectif du film, tendrait à décrire, l’initiation du mentor sexuel, vis-à-vis de son élève, qu’il initie.

      Pour commencer, je tiens juste à préciser, que le contexte qui est décrit, est détaché de toute probabilité.

      Je ne prétends pas que ça n’existe pas…

      Mais franchement, la fille qui gagne le SMIG, à ranger des boites de conserves, dans une superette de quartier, qui voit débouler un mec pété de thunes, qui l’emmène des le lendemain, à la ville la plus proche, dans son hélico personnel, qu’il conduit lui même bien sûr….Moi, perso, je n’ai pas trouvé ça excitant, mais comique, oui, certainement .

      Nous en étions, là, à la version de Danny Boon, qui nous explique la collection Arlequin…

      Car en vérité, ça n’est de plus que ça…..

      Et oui, objectivement, il faut bien le reconnaitre, ça n’est rien de plus.

      Car enfin, que recherche ton, quand on ouvre un livre, ou qu’on regarde un film ?

      Certains ont envie de trouver des réponses aux questions qu’ils se posent, sur un thème abordé.

      D’autres « une belle histoire ».

      D’autres, que ça colle avec certaines formes de réalité sociétales, dignes de les faire ressortir, ensuite, en se disant, « tiens, oui, c’est vrai, j’aurai pas vu les choses comme ça ».

      Un peu des trois, souvent, je crois, avec selon les goûts de chacun, plus certaines raisons que d’autres.

      En ce qui me concerne, je place le cinéma si haut, dans mon estime, qu’il me faut bien reconnaitre que c’est la troisième raison, qui est la plus forte.

      Inutile de vous alors, que « le film m’est bien vite tombé des mains ».

      Mais au-delà du fait que je n’y ai pas trouvé mon compte, je vois d’autre part, par contre, une certaine toxicité, dans le film, puisque ce dernier tendrait à laisser croire, puisque le lien, entre coups et blessures, ou si vous préférez, le phénomène de violences conjugales, est avéré, qu’il existerait une voie, qui tendrait à laisser croire, qu’une femme battue, ne serait qu’une femme, qui serait adepte du SM, mais qui refuse de l’admettre, ou qui en tout cas, refuserait d’admettre, la théorie, sein laquelle, de recevoir des coups serait légitime, et acceptable, au sein d’un couple.

      En somme, ce film, pour moi, est juste d’une certaine façon, fortement préjudiciable, parce qu’il tendrait à légitimer la violence conjugale, en laissant croire, que « sous certaines conditions », liées aux pratiques sexuelles, ça serait non seulement, acceptable, mais pourquoi pas, digne, d’ouvrir des portes insoupçonnées, vers le plaisir sexuel.

      Et que l’on ne vienne pas me répondre, qu’avec son contrat, qu’il lui fait signer, ça devient recevable et légitime…

      S’il suffisait d’être épanouie sexuellement, pour que tout roule, comme sur des roulettes, psychologiquement, ça se saurait.

      L’équilibre psychologique au sein d’un couple, est une chose éminemment subtile, l’épanouissement sexuel, n’en est qu’une des facettes, et je persiste à prétendre que ce film, en banalisant les violences et la domination du « mentor sexuel », sur la jeune femme, dans l’esprit de certains jeunes, filles ou garçons, peut être toxique.

      Il est possible que certains doutent, de ce que je prétends, là .

      Et bien sachez pour information, que lors de cet internement psychiatrique, aussi, justement, il m’est arrivé aux oreilles, que certaines femmes, et pas uniquement des jeunes filles, se retrouvaient embarquées, dans des histoires soit disant SM, alors, que pour moi, la définition même du SM, ne peut être autre, que librement consentie, et entre personnes, qui se connaissent suffisamment, pour y prétendre, certaines, donc, se retrouvent au comissariat, pour viols, ou coups et blessure, voir, internement psy, au seul prétexte, qu’elle sont parties d’à prioris, parfaitement tronqués, sur les pratiques SM.

      Alors, je le dis, et je dis, de nouveau, le corps que nous avons, est un bien précieux, qu’on ne doit pas prêter à n’importe qui, et surtout à un connards, qui n’a pour seul ambition, de vous considérer que comme un jouet sexuel, destiné à assouvir, ses frustrations perverses, dans sa sexualité à lui.

    Lire la suite

  • Samedi 2 décembre 2017, au Mans, Benoit Hamon pose les fondations de son mouvement.

    http://www.lemonde.fr/politique/article/2017/12/01/la-crise-a-l-unef-et-au-mjs-deteint-sur-benoit-hamon_5223002_823448.html

       C'est demain que ça se passe, mais je n'avais pas pensé à ça, j'ai fait tout ce qu'il fallait, pour pouvoir venir, inscription etc, mais malgré cette histoire, j'aurai bien aimé, être présente, parce que rien jamais, ne vaudra le contact direct.

    Lire la suite

  • Ecrire au procureur, quand il y a prescription.

     La question, est suggérée sur AIVI, "est ce necessaire, oui, ou non, et pourquoi ? Enfin, "à quoi bon" ?

    https://aivi.org/

    Voici ma réponse.

      Bonjour...

     OUI OUI OUI, trois fois oui !

       La seule raison, pour laquelle il ne faudrait pas le faire, serait que tu n'en ais toi, pas envie.

       Imagine que celui qui t'ait fait ça, l'ait fait à d'autres, même si c'est prescrit, et que cette c victime, ou ces victimes, ne peuvent pas porter plainte, non plus.

       Ainsi, le procureur, détient des éléments, qui sont susceptibles de donner des renseignements, qui s’avéreraient fort précieux,  si c'est un prédateur, plus actif, que tu ne le soupçonnes, et en lui écrivant, tu peux ainsi, apporter ta pierre à l’édifice, pour le coincer, juridiquement, afin qu'il ne puisse plus être dangereux, pour qui que ce soit.

       Il ne faut pas oublier, que (je ne sais pas quel âge, à ton violeur), mais peut être qu'il recommence, et que personne ne dit rien !

       Ce qu'il faut comprendre, c'est que par définition,  un pédophile, ou violeur, compte parfaitement, sur la peu qu'il a engendré, quelquefois, il continue à menacer, sa victime, pour ne pas qu'elle parle, et son objectif, c'est qu'il passe entre les gouttes.

        Si les averses, c'st à dire, les renonciations, sont trop nombreuses, on diminue les chances, de le voir passer entre les gouttes.

        Moi, j'ai déjà écrit à plusieurs reprises au procureur,  une fois, au sujet d'une forte suspicion, de violence conjugale, j'avais pris toutes les précautions, c'est à dire, en utilisant, le conditionnel, puisque ça n'était qu'une suspicion, mais ça avait été suivi.
     
       J'avais été convoquée, à la gendarmerie pour expliquer, et la victime elle aussi, de son côté avait été convoquée aussi.

       C'est lui, ensuite, qui a synthétisé, et qui a pris la décision, afin de déterminer, si ça devait aller plus loin, ou pas.

       Je pense d'autre part, que le fait de dénoncer quelque chose à un procureur, peut n'avoir pour conséquence, que le cas, se trouve croisé, avec le fichier pédophile, par exemple,  ce qui serait fort important et le fait, que tu n'en entende pas parler, ne signifierait pas, pour autant, que ça n'ait pas été lu, avec beaucoup d'attention.

       Dans le cas, de fait très grave, et si tu as vraiment peur, pour ta vie,ou la vie de quelqu'un d'autre, ce qui peut arriver, avec des violeurs, ou des pédophiles, ou qu'une vie est en jeu, et que tu crains, que la gendarmerie, ait du mal, à entendre ce que tu dis, je te recommande, d'utiliser la formule, "pli recommandé", de telle sorte qu'on ne puisse pas dire, que l'enveloppe était vide.

       Je suis assez chiante, avec cette méthode, qui fait soupirer ma postière, à chaque fois (mdr), mais juridiquement, je peux te dire que ça tient la route.

       Mais de toute façon, par rapport à l'image, que toi, tu te renvoies,  comme le dit Isabelle (joli prénom),  est juste absolument fondamental, quand o au fait que tu sois "acteur", de ta réparation.
     

       Parce que quelqu'un, qui écrit, mentalement, est toujours, DEBOUT !

    Lire la suite

  • Institut pour le cerveau et la moelle épinière.

    https://icm-institute.org/fr/

      Je vous recommande d'aller jeter un eil, sur leurs videos, qui sont fort bien faites.

       Le viellissement de la population, combiné aux conséquences de differents facteurs, comme la pollution atmosphérique,  "ou pas", le consumérisme, l'invasion des ecrans, les addictions, qui sont une conséquence en premier lieu, d'un véritable mal être intérieur,  nous oblige à considèrer que mieux nous connaitrons notre cerveau, et son incroyable plasticité, plus nous seront à même d'aider les patients, à se soigner par eux même,  de façon naturelle, à chaque fois que ça sera possible, pour peu qu'eux même acceptent l'idée qu'ils puissent, au moins en partie, être leur propre thérapeute.

      Je leur ai envoyé un message, pour proposer mon aide, en temps que "patiente experte".

    Lire la suite

  • Que faire, en cas de harcèlement ?

       Pour commencer, suite aux affaires de harcelement,  qui sont sorties dernièrement, et comme chaque jour, nous n'avons pas d'autres possibilité  que d'en parler,  je précise que je suis du mieux que je peux, mais que je dois veiller, à être la plus efficace possible, et comme je suis moi même victime de harcèlement juridique, de la part de ma curatelle,  je n'ai quelquefois pas d'autre possibilité  que de me taire,  pour mieux me protéger de la curtrice, qui bien loin de me protéger, est l'outil même du harcèlement que je subis depuis plusieurs années.

      Quoi qu'il en soit, je fais pour le mieux, et ce matin,  je viens d'aller voir, ce que le gouvernement avait prévu, puisque j'ai entendu, que les choses bougent, sur le plan juridique.

      Je précise, que je ne suis pas allée tout lire, encore, mais j'ai vu que le document était tranmis au procuteur de la République, qui est celui, qui est au dessus du juge, et qui donc, estime si oui ou non, la plainte est recevable, ou pas.

      Il est important de noter qu'il est prévu, sur le document en ligne, que vous puissiez commenter, éventuellement, si d'aventure, vous estimez, que certains mots, sont inadaptés, ou qu'il y ait quelque chose à améliorer.

       Apres tout, c'est bien nous les victimes, qui sommes les mieux placées pour le savoir.

    https://www.service-pubje ne parviens lic.fr/particuliers/vosdroits/F32247

     Mardi 28 novembre 2017.

    Samedi soir,  le spectacle etait comme chaque samedi dsoir, sur le plateau de OEPC.

     Je donne entièrement raison, à Camille Chamoux, qui n'en deplaise, à Yann Moix, a eu parfaitement raison, de pointer du doigt, les propos, de "Papy Finkielkraut"...

     Il est en effet, tellement pratique, de saisir l'opportunité du phenomène "balancetonporc", pour appuyer plus encore, sur son islamophobie, et la légitimiser.

     Que l'Islam, bien plus que les musulmans, soit antinomique, avec la moindre notion de féminisme, est une chose, qu'objectivement, personne ne peut nier.

     D'ailleurs, pour s'en convaincre, c'est assez simple.

      Je recommandais dimanche matin, d'aller voir les émission religieuses, qui traient justement, de la question suivante:

     "Les religions, sont elles mysogines".

    Vous pouvez revoir cette émission, en suivant ce lien:

     On peut observer que lors de cette émission, l'islam a été bien moins représentée, que les autres religions.

      Je ne cherche pas à mettre en défaut le reportage, ou l'organisation du debat,   j'ai juste remarqué que la femme musulmane présente, qui n'est pas voilée (quand bien même elle l'aurait été), semblait bien seule, et bien peu convaincante, et ça n'était certes pas sa faute.

      Les musulmans d'aujourd'hui, ne sont pas responsables des dictats qui sont énoncés dans le coran, mais ils sont coupables, pour certains de ne pas avoir le courage de dénoncer, ce qu'il porte de toxique, et surtout d'anachronique.

      Pour en revenir au débat de samedi soir, sur les intellectuels.

      Bien sûr, qu'il n'était pas question, pour Camille Chamoux, de remettre en cause, le statut d'intellectuel.

     Je me considère comme telle, moi aussi, même si je n'ai pas encore été éditée, et c'est une necessité absolue effectivement, de s'occuper d'analyser le monde dans lequel nous vivons.

      Mais il importe, comme elle le dit, de veiller à ce que le regard que nous portons, sur le monde dont il est question, ne soit pas déconnecté de toute réalité.

      Et aujourd'hui, à plus forte raison, avec le phénomène "balancetonporc", il est tout à fait souhaibable JUSTEMENT,  de prêter attention, au fait que le cliché, "jeune beur de banlieu", ne soit pas l'arbre qui cache la forêt.

      Quand certains parlent de prostitution, ils ont à l'esprit, systèmatiquement, la fille qui travaille sur le trottoir,  parce qu'on est victime des clichés, alors, que la prostitution, aujourd'hui, se passe par l'intermediaire d'internet,  elle n'est plus dans la rue, ou si peu, et les jeunes étudiantes, qui en sont arrivées à se prostituer, pour parvenir à boucler les fins de mois, est complètement "ors cadre", alors que c'est un cas de prostition avéré, qui est la conséquence d'une detresse sociale évidente.

     Et bien le harcèlement, c'est pareil... Exactement pareil, il faut absolument ne pas se limiter, aux cas des petits jeunes de balalieue, parce que quand on parle de harcèlement sur le lieu du travail,  ça me semble bien plus grave encore, que le harcelement de rue, parce que le c... en question, on est obligé de  se le coltiner, du matin au soir, il est au dessus de vous, dans la hierarchie, et on doit bien faire avec, et celui là, statitiquement, il est très rare, que ce soit un immigré seconde génération, "qui ait reussi", si j'en crois la discrimination à l'embauche, dont ils se plaignent, régulièrement, A JUSTE TITRE.

     Alors, oui, le vieux crouton,  qui a bu ses compliments, samedi soir, "comme du petit lait", il serait bien inspiré de sortir de ses charentaises de chez Wuitton.

    En cours de commentaire.

     

    Lire la suite

  • A quel âge peut-on consentir à un acte sexuel ?

    http://www.francetvinfo.fr/choix/a-quel-age-peut-on-consentir-a-un-acte-sexuel-un-fait-divers-impliquant-une-fillette-de-11-ans-rouvre-le-debat_2467732.htmlencer, je dois expliquer ma position, depuis toutes ces années, face ce problème, parce qu’il est possible, que je n’ai pas été bien comprise.

    Il s’agissait, depuis quelques années, d’aborder ce sujet, face à des faits divers, qui mettaient en accusation, souvent des professeurs, face à des élèves, qui se voyaient accusés de pédophilie, au seul prétexte de l’âge de l’un d’eux, et sans jamais tenir compte, du fait, que c’était avant tout, d’Amour, dont il était question.

    Je ne suis pas en train d’encourager ce type de comportement, je dis juste que le sentiment véritablement amoureux, entre un adulte, et un ou une adolescente, peut effectivement se produire, et ça n’est certes pas notre couple présidentiel, qui risque de mettre ma parole en doute.

    Un des aspects, qui doit attirer, la plus grande attention, que ce soit dans le milieu des avocats, ou dans l’entourage, réside, dans le fait, qu’il peut parfaitement se produire, que des parents, se disent les mieux intentionnés du monde, en qualifiant de viol, par le dépôt de plainte, sur l’acte commis, ALORS QUE LA VICTIME ELLE N’A PAS CE SENTIMENT et donc, PAS CE DESIR, rendant ainsi, traumatique, un acte sexuel, qui ne l’aurait pas été.

    Voilà, le danger.

    Là, le moins que l’on puisse dire c’est qu’on est bien loin, de ce genre de situation, puisque c’est la victime, qui est plaignante.

    "A 11 ans, on n'est pas consentante." Devant le ministère de la Justice à Paris, mardi 14 novembre, plusieurs organisations féministes dénoncent de récentes décisions de justice dans des affaires concernant des mineures. Début novembre, notamment, la cour d'assises de Melun (Seine-et-Marne) a acquitté un homme accusé du viol d'une fillette de 11 ans, des faits remontant à il y a huit ans. L'affaire a suscité un vif émoi dans l'opinion et relancé le débat sur le consentement sexuel des mineurs : faut-il fixer un seuil, un âge en dessous duquel une victime ne pourra jamais être considérée comme consentante ?

    Dans cette affaire, tout débute au mois d'août 2009. L'enfant se trouve en vacances chez son oncle. Elle joue au ballon et fait du vélo en compagnie d'autres enfants, dans la cour intérieure d'un immeuble de Champs-sur-Marne (Seine-et-Marne). Sa cousine et une amie viennent l'informer qu'un "grand" veut lui parler. Ce jeune homme âgé de 22 ans se trouve également en villégiature dans le lotissement, chez un proche, mais ne lui a jamais adressé la parole auparavant. "Ils discutent de tout et de rien", raconte Laure Habeneck, avocate de cette jeune fille qui est aujourd'hui âgée de 20 ans. L'homme lui demande où il peut trouver un parc dans les alentours.

    La plaignante assure avoir bien informé son interlocuteur de son âge, 11 ans. L'homme affirme qu'elle lui a dit 15 ou 16 ans. La fillette "fait" pourtant bien son âge, affirment par la suite des éducateurs, selon Laure Habeneck. Les deux protagonistes discutent de tout et de rien, tout en se dirigeant vers le parc voisin. "Il la suit, car elle connaît mieux Champs-sur-Marne que lui", raconte Samir Mbarki, avocat de l'homme. "Jusqu'à l'entrée, tout va bien. Ma cliente n'a jamais prétendu qu'il l'avait traînée de force, poursuit Laure Habeneck. Mais d'un seul coup, il s'empare d'elle et tout bascule."

    Consentante à 11 ans ?

    C'est à partir de là que les versions divergent. La plaignante dit avoir été maintenue, déshabillée et pénétrée. "Elle ne lui dit non à aucun moment, ça se fait naturellement", répond Samir Mbarki.

      Et oui c’est bien là, que réside le problème « NATURELLEMENT ? COMME UN ANIMAL EN RUT QUI CONVOITE UNE FEMELLE ET QUI LA PREND,

    Ha, ça, pour se faire, NUTURELLEMENT, c’est naturel, c’est sûr.

    C’est caractéristique, du viol, par essence, justement, aucun affect, aucun discernement, on dispose du corps de la femme, ou de l’enfant, comme si c’eût été un morceau de viande…

    Juste dégueulasse.

    "C'est parole contre parole", ajoute-t-il, en pointant l'absence de certificat médical, d'ITT (Incapacité totale de travail) ou de témoins.

    Et oui, bien sûr, à 11 ans, effectivement, quand on subit ce genre de chose le cops, lui commence à se transformer, mais mentalement on est encore un enfant.

    Ce qui est incroyable, c’est que cette notion de « sidération », que putain de bordel de merde, il va falloir arriver à tatouer, sur le front de tous les humains, ma parole, n’ait encore et toujours, une fois de plus, absolument pas pris en compte !

    Alors, on va rappeler de quoi, il s’agit.

    Le phénomène de sidération, réside dans le fait, que le sentiment de peur paralyse entièrement, le corps de telle sorte qu’on est incapable de réagir, de hurler, ou d’appeler au secours.

    Voir l’exemple que j’ai bien dû raconter environ 20 fais, depuis des années et des années, en divers endroits de mes sites internet, l’exemple de la souris et du chat que j’avais observés, dans mon jardin, il y une vingtaine d’années.

    Mais Laure Habeneck est convaincue du caractère contraint de l'acte sexuel. Elle voit mal sa cliente, de nature timide et réservée, tomber dans un tel scénario avec un inconnu. "L'expert-psychologue explique que c'est quelqu'un qui n'exprime pas ses sentiments, jamais." Un enfant issu de ce rapport sexuel est né l'année suivante, en 2010, avant d'être placé. La famille a pris connaissance des faits lors de la grossesse de la jeune fille, selon Le Parisien.

    Au moment d'évoquer son histoire, lors de l'audience à Melun, lundi 6 et mardi 7 novembre, la plaignante est en pleurs. Laure Habeneck évoque une jeune femme "très courageuse et digne" : "La défense a décrit la scène comme une initiative d'un rapport sexuel – le premier de sa vie, dans un parc avec un inconnu !". L'avocat général requiert huit ans de prison et un suivi socio-judiciaire, mais l'homme est finalement acquitté des accusations de viol. Citée par l'AFP, la procureure de Meaux explique que les jurés ont considéré que les éléments constitutifs du viol, "la contrainte, la menace, la violence et la surprise, n'étaient pas établis". 

    Je regrette , mais pour moi, c’est bien de viol, dont il est question, puisque cet enfant a bel et bien été « prise », par surprise, il y a de toute évidence, abus de pouvoir d’un homme qui se considère comme légitime, AU SEUL PRETEXTE qu’il a un ascendant en âge, et physiquement, pour moi, c’est un viol, et certainement pas une simple agression sexuelle.

    "Comment ça se fait que des gens potentiellement parents puissent prendre des décisions comme celle-ci ?", s'interroge la mère de l'accusée, citée par l'avocate. Pourquoi la Cour n'a-t-elle pas retenue la "contrainte morale" ? Depuis 2010, l'article 222-22-1 du Code pénal prévoit que cette contrainte "peut résulter de la différence d'âge" entre une victime mineure et son agresseur. Agée de 11 ans lors des faits, la fillette était-elle seulement en mesure de consentir à un acte sexuel ? "Ma réponse est non", tranche son avocate.

    Il n'y a aucun doute possible. C'était une enfant à l'époque. Elle ne s'intéressait pas aux garçons.

    Laure Habeneck, avocate de la plaignante

    à franceinfo

    Mais le texte de 2010 sur la contrainte morale donne une "simple possibilité de définition", nuance Audrey Darsonville, professeure de droit pénal : "C'est une indication". La différence d'âge, seule, n'est aujourd'hui pas suffisante pour qualifier la contrainte. En revanche, la juriste estime que le juge aurait, dans cette affaire, pu et dû retenir le critère de surprise. "Une fillette de 11 ans n’a pas besoin de hurler pour que le viol s’applique, explique-t-elle. On peut considérer que l’état de sidération – qui est un état de tétanie – empêche le consentement."

    12, 13, 14, 15 ans... Quelle limite ?

    Pour éviter des cas comme celui-ci, de nombreuses associations proposent de fixer dans la loi un âge en deça duquel l'agression sexuelle (ou le viol, en cas de pénétration) serait établie de facto : tout acte sexuel entre un adulte et un mineur en-dessous de ce seuil serait qualifié de viol. "Cette question se pose car la loi est mal appliquée, estime Audrey Darsonville. C’est peut-être aujourd’hui le seul moyen qu’on a de protéger les mineurs." "L'avantage, c'est que l'avocat général n'aurait plus à apporter la preuve d'un défaut de consentement", poursuit Laure Habeneck. L'idée fait aujourd'hui l'objet de plusieurs pétitions et de quatre projets de loi, selon un décompte du Monde. La ministre de la Justice, Nicole Belloubet, s'est engagée "sur une loi autour du printemps", au micro de CNews

    Reste à définir ce fameux seuil. Le Haut Conseil à l'égalité propose 13 ans. Audrey Darsonville rappelle qu'un mineur peut être incarcéré à partir de cet âge, en droit pénal des mineurs. "Si l’on considère qu’un mineur de 13 ans est assez mûr pour être incarcéré, on peut considérer aussi qu’il a la maturité suffisante pour accorder son consentement aux relations sexuelles." C'est aussi l'âge statistique de la puberté, précise le psychiatre Roland Coutanceau, coauteur de Victimes et auteurs de violence sexuelle (éd. Dunod) : "L’imaginaire sexuel est révolutionné par la puberté. Une fille ou un garçon prépubère ne cherchent pas dans la sensualité la même chose qu’un(e) pubère."

    Mais "la révolution pubertaire" n'est pas suffisante pour "donner un consentement pour une sexualité adulte". Le médecin rappelle que tous les adolescents ne développent pas la même maturité au même âge. "Au-delà du symbole de l'âge, qui permet de donner un message dans le champ social, rien ne remplace l'étude au cas par cas. Il faut encore étudier in concreto chaque histoire, pour comprendre ce qui s'est passé entre les deux protagonistes." D'autres propositions françaises évoquent un seuil à 15 ans. L'Espagne, l'Allemagne et le Royaume-Uni et l'Allemagne ont respectivement adopté des barrières à 12, 14 et 16 ans.

    Une requalification en "atteinte sexuelle" possible

    On veut faire croire que la cour d'assises a légalisé la pédophilie en France, mais personne ne veut comprendre ! C’est horrible ce que la plaignante a subi, mais cela s’appelle une atteinte sexuelle sur mineure de moins de 15 ans et pas un viol.

    Samir Mbarki, avocat de l'accusé

    à franceinfo

    Récemment, le tribunal de Pontoise (Val-d'Oise) a ainsi acquitté un homme, accusé de viol, dans un dossier similaire, tout en le poursuivant pour atteinte sexuelle. Cette qualification, toutefois, n'a pas été évoquée dans l'affaire de Champs-sur-Marne. Sollicité par franceinfo à ce sujet, le parquet n'a pour l'heure pas donné suite. Un tel délit aurait peut-être pu permettre de condamner l'accusé, mais pour Audrey Darsonville, toutefois, ce terme reste un pis-aller dans ce genre d'affaires. "C'est très injuste pour les victimes car l'atteinte sexuelle postule qu'elles étaient consentantes", analyse-t-elle.

    Contrairement au viol, l'atteinte sexuelle n'est pas un crime, jugé aux assises, mais un délit, puni de cinq ans de prison et 75 000 euros d’amende, étudiée au tribunal correctionnel. Quand elle n'est pas utilisée à bon escient, il s'agirait donc d'une sous-qualification. "Les juges sont parfois réticents à envoyer des mineurs devant la cour d’assises [pour un crime, le viol], par crainte que leur parole ne soit pas suffisamment entendue par les jurés", explique Audrey Darsonville.

    Dans cette affaire, la plaignante "a dû faire preuve d'énormément de courage pour venir à la barre", estime son avocate. Après avoir fait "le deuil de son enfance" en 2009, elle a vécu l'acquittement "comme un deuxième traumatisme", selon les mots de Laure Habenec. Aujourd'hui étudiante, la jeune femme âgée de 20 ans ne souhaite pas s'exprimer. Un nouveau procès doit avoir lieu, car l'avocat général a fait appel du jugement controversé.

    Il y a un autre traumatisme, qui n’est pas abordé, c’est que cette jeune femme, elle, a placé son bébé, chose que je peux comprendre.

    Le simple fait, que précisément, elle n’ait pas désiré soit le garder, soit manifester un intérêt positif, pour cet enfant, en dit pourtant long sur le sujet.

    En effet, dans l’hypothèse, où il n’y ait pas eu viol, il eût été plus facilement envisageable, même si elle l’aurait placé, qu’elle garde un lien, avec cet enfant, non ?

    Il importe effectivement, d’aller en appel, et de légiférer sur le sujet, parce que ce verdict, s’il ne change pas, ferait rigoler, bien des pédophiles, qui pour peu que leurs proies potentielles, commencent simplement, à manifester, des signes de puberté, ou à porter le moindre vêtement qui tendraient à montrer un signe de féminité, feraient d’elles, des proies potentielles, avec la bénédiction de la Justice…

    En gros, aux yeux des pédophiles, le message serait le suivant :

    « Bon, ben, ok, y’a plus qu’à se servir, alors ».

    Voilà, la lecture qu’ils en font, EUX !

    Sinon, la question à cent balles, il en pense quoi, lui, le coupable, du fait, que sa descendance, soit pris en charge par la DASS ?

    Lire la suite

  • tariq ramadan, 6 ième pilier de l'islam (humour du journaliste, je précise).

       Je trouve véritablement incroyable, ou plus precisement, CONSTERNANT, de voir qu'un homme politique, qui se trouve accusé de viol, ait la prétention, "pour se défendre",  d'argumenter en prétextant, qu'il serait le 6 ième pillier de l'islam, je compatis véritablement, vis à vis des musulmans, qui ont appris cette chose.....

       Pour commencer, je précise, juste que pour tenir debout, une chaise ou un tabouret, n'a jamais eu besoin de plus de quatre pieds, ce qui me semble bien suffisant.

       Je trouve particulièremet inquiétant, en effet, qu'aujourd'hui, en France, certains hommes, des religieux, je suppose, ou certains musulmans, en tout cas, plus par opportunisme politique, que pour des raisons de réelle spiritualité visiblement, aient menacé de mort, certaines personnes,  ces derniers jours, soit à cause d'un numéro de téléphone, qui permettait à une femme harcelée,  de trouver une façon efficace, d'éconduire un relou, qui refusait de lâcher le morceau, soit, qui ne supporte pas qu'un pseudo chef religieux,  se croie au dessus de la mêlée, c'et à dire au dessus des lois de la République.

       Au sujet de harcèlement, des agressions sexuelles, des viols, des féminicides, des lapidations, et de toutes les tortures psychologiques, ou physiques, qu'un être humain, puisse subir, qu'il s'agisse d'un homme, d'un enfant, ou d'une femme, il n'existe absolument aucune tergiversation, quand à la posture, qu'il est souhaittable d'adopter...

       Pour la simple raison, que selon la formule, "qui ne dit mot, consent"....

       Pour ce qui concerne le rôle de l'islam, vis à vis du crime dont est accusé tariq ramadan.

       Je suis personnellement, particulièrement choquée, ce soir, d'observer qu'il se trouve des musulmans, pour prendre sa défense, par le biais, de la couverture de Charlie Hebdo.

       Tout le monde sait pertinament, que l'un des problèmes majeurs que connait l'islam, encore, aujourd'hui, reside dans le fait, qu'il est incompatible, avec la moindre notion d'émancipation de la femme, que nous appelons, nous, ici, en occident, FEMINISME.

       Mais les musulmans d'aujourd'hui, dans leur ensemble, ne sont pas responsables,  d'un coran, qui indique, une voie parfaitement toxique, en grande partie, au point, que la grande majorité des religieux, le reconnaissent eux même.

      Mais je précise ma pensée...

      Nous sommes en France, dans une civilisation judéo chrétienne.

       Ma mère, née en 1934 m'expliquait,  il y a encore quelques jours,  qu'apres la guerre, ici, en Normandie, une jeune fille, ne pouvait pas faire de vélo, parce que ça faisait mauvais genre.

       Le mépris des religions, dans leur ensembles, pour la femme, est hélas, bien loin d'être éradiqué.... 

       Et encore, dans certaines familles catholiques, aujoud'hui, comme dans n'importe quelle religion, puisqu'il n'y en a pas une pour racheter l'autre, sur ce point, la femme n'est perçue, que comme un ventre,  bon, à être engrossée, "par le viol, y compris", et pourquoi pas, et élever les enfants, au détriment, de la moindre activité professionnelle ou autre, à l'extérieur du foyer.

      Vous pensez que j'exagère ?... Un peu, peut être ?

      Mais en réalité, tellement peu, face à la réalité.

      La culture de chaque pays, a pour matrice, la religion qui l'ait conditionnée...

      C'est  Alain Rey, pour qui j'ai une admiration sans borne, qui m'a expliqué ça, de vive voix, au salon du livre, à Paris, il y a deux ou trois ans, je ne l'ai pas inventé, et il a parfaitement raison.

      Comment un pays musulman, alors conditionné par un coran toxique sur le plan du féminisme, peut il évoluer au point de démontrer aux femmes, de sa culture, qu'il est digne de leur montrer un respect véritable, et de faire taire des pseudo religieux, qui ne voient dans leur théories fumeuses,  que des prétextes  à manipuler l'opinion, et se déguisant en démocrates, à des fins, purement electoralistes ?

      J'ai abordé ce sujet, justement, ce matin sur google, alors que je n'étais pas encore informée, de cette nouvelle, je donne le lien.

    https://plus.google.com/u/0/+Fran%C3%A7oiseNielAubin/posts/8jjcNBNLXiE?cfem=1

      Et puisqu'on parle islam, là, tiens, j'aimerai bien savoir, où en sont les Imams, sur la délinquence sexuelle, vis à vis des enfants,  au sujet de la pédophilie, au sens large, et puis aussi, plus précisément, sur les mutilations sexuelles,  ainsi que les mariages forcés...

      Existe t il, aujourd'hui, un seul pays musulman, dont les chefs sont assez courageux, pour proscrire ces méthodes, et ces théories moyenageuses ? là, en 2017 ?

     Voilà, quelles sont les questions, qui me viennet, ce soir.

    Vendredi 24 novembre 2017.

       On me fait savoir, par un commentaire, que cette "pretention"  n'est qu'un trait d'humour du journaliste, mais que  ce ne sont pas des prétentions  de tarik ramandan lui même.

     Donc, ACTE.

    Lire la suite

  • Roman Polanski, "impunité, ou pas" ?

      Un article refait l'historique des faits qui lui sont reprochés, depuis que ce monsieur, a considéré que le milieu du cinéma, était l'occasion de consommer de la chaire fraiche, parce que "intellectuellement, il pouvait se le permettre"....

       A ceux qui attendent de voir ce que j'en dis, mais surtout, qui s'etonnent de voir, que je n'en ai pas encore parlé, je répondrai simplement, que ça n'est pas par négligeance, mais uniquement, parce que ces histoires de harcelements, de viols, et d'humiliations, que subissent la majorité des femmes, partout dans le monde, chaque jour qui passe avec des nouveaux faits, reactions, et révélations, sur des prises de position, demontrent à quel point c'est extrêmement complexe, et qu'il importe que je veille à ne pas vouloir montrer les différents éclairages, dans la même vidéo, puisque ces derniers temps, c'est par video, souvent, que je travaille.

    http://www.lefigaro.fr/cinema/2017/01/24/03002-20170124ARTFIG00221-pour-tout-comprendre-de-l-affaire-polanski.php

       Cet article présente l'aventage de démonter la chronologie.

       La raison, pour laquelle cette chronologie est importante, parce qu'elle doit mettre en evidence, le fait que les faits qui lui sont reprochés, correspondent à une époque, ou la liberation sexuelle, avait poussé certains à considérer que la pedophilie, n'aurait pas été sigrave, et dommageable, pour l'enfant.

      On sait, aujourd'hui, qu'il n'en est rien, et au contraire, que c'est là, un crime veritable, qui detruit, la vie de l'enfant violé, à tout jamais.

       Maintenant, il y a d'autres eclairages, qu'il me semble judicieux, de montrer.

      Je suis particulièrement choquée, pour la part, par le fait, que nulle part, jamais, je n'ai entendu Roman Planski, emettre le moindre regret,  sur cette periode de sa vie.

      Parce qu'il est bien là, en vérité, le souci, aujourd'hui, ce ne sont pas les faits, qu'il ait commis, qui lui sont reprochés, enfin, je ne pense pas, puisque le passé est le passé, et que les victimes elles, portent ce fardeau, pour leurs vies entières.

      Non, la vrai malaise, réside dans le fait que pour lui, c'est avant tout, une histoire d'avocats, d'ailleurs, dans l'article, il est bien précisé, que ça n'est pas lui, qui attaque aux USA, pour se défendre, mais bien "ses avocats", comme si lui, etait dans sa bulle, artitiquement, à l'abri de toute attaque, psychologiquement.

      En gros,c'est que du business, tout ça, n'est ce pas ?

      La souffrance générée, ma Foi, je crois qu'il s'en tape, mais alors, complètement.

     Maintenant, un autre problème se pose, et il est de taille....

      Le fait d'observer  des crimes commis, et des jugements rendus, et appliqués, quand il s'agit du milieu artitique, fait observer, qu'il se pose, un veritable cas de conscience, ensuite, qui réside dans le fait, qu'artistiquement, une fois la peine prononcée et exécutée, s'il est "entendable", au sens comprendre, que certains se trouvent choqués, par le fait de voir son travail promu... Je considère, comme particulièrement choquant, de refuser à l'artiste en question, une fois la peine executée, qu'il ne s'en trouve pas blanchi, comme doit bénéficier n'importe quel condamné, quelque soit le crime commis, et la peine en question.

      Je pense à Canta...

      D'accord, sur le fait, que le fait d'être artiste et riche, célèbre, ne doit surtout pas avoir pour conséquence, qu'ils soient au dessus des lois...Pour moi, c'est une évidence....

      Mais à l'inverse, une fois le crime payé, par le jugement rendu, et la peine executée, quelque soit la décision de Justice, je trouve incohérent,  de ne pas accorder la seconde chance,  au coupable en question.

      Pour polanski, le problème ne se pose pas sous cet angle, puisque certaines affaires sont en cours....

      J'ai le sentiment, our tout dire, d'être vraiment manipulée, pour le coup, parce que moi, qui lit peu, justement, le film dont il est le realisateur, bizarrement, est l'un des rares que j'ai lu, ces derniers temps, et que j'ai beaucoup apprecié, de Delphine de Vigan, "d'apres une histoire vraie".

       Je vous recommande chaleureusement le livre, d'ailleurs.

      Le problème réside donc, dans le fait que l'on reproche à la cinémathèque d'avoir organisé, cette rétrospective, à cause de ces accusations.

      Je suis d'accord avec cette posture, mais je m'en explique.

      C'est au prétexte que des accusations,  sont encore en cours, que je la justifie, et pas vis à vis des faits qui ont été jugés.

     Apres tout, chacun est libre individuellement, de juger, en son âme et conscience,  de boïcoter polanski, dans tout ce qu'il fait, non ?

      Mais de là, à mettre en avant l'oeuvre d'un homme, qui n'est même pas foutu d'emettre le moindre regret, sur cette periode trouble de son existence, voilà, ce qui moi, me pose veritablement problème.

      Et puis merde, enfin, il trouve le pognon, sans le moindre problème, pour exister artitiquement, et faire ses films, mais visiblement, il est trop con, et trop arrogant, pour dire, "j'ai vraiment deconné, alors, j'utilise mon pognon, pour proposer une arrangement amiable, à chacune de mes victmes, dont j'ai ruiné la vie et la carrière?" non mais c'est quoi, ce délire ?

      Même DSK, a lui, au moins, eu cette présence d'esprit, que de proposer un arrangement amiable, pour parvenir à avoir la paix, et ne plus être entravé, enfin, le moins possible.

      Alors, quoi, polanslki, est aussi con, qu'il est PETIT, c'est ça, son problème ?

    Ha, ça, c'est sûr, pour être "petit", il est "petit".

    Lire la suite

  • #balancetonporc dans la rue.

    https://www.franceinter.fr/emissions/la-revue-de-presse/la-revue-de-presse-30-octobre-2017

     La vidéo est en train d'uploder.

    https://twitter.com/search?q=%23balancetonporc&src=typd

    https://www.facebook.com/search/top/?q=balancetonporc 

    http://sainteaustrebertheavaitellevuleloup.e-monsite.com/blog/justice/roman-polanski-impunite-ou-pas.html

     

     Elle est tres bien, ta video, pas le même style que moi, mais nou en arrivons bien aux m^mes conclusions, toi, et moi.

     Sinon, sur le sujet, j'ai ecouté, en roulant, en voiture, aujourd'hui, une emission sur France Inter, dans "Affaires sensibles".

    https://www.franceinter.fr/emissions/affaires-sensibles/affaires-sensibles-03-novembre-2017

     Que je vous recommande particulièrement.

     

     

    En cours de rédaction.

    Lire la suite

  • Retour vers ses racines.

     Moi, perso, j'aimerai bien deja, à 56 ans, qu'on m'autorise à les quitter....

     Mais enfin, ça finira bien par arriver à un moment, ou un autre.

      On se pose toujours la question, à un moment ou  un autre, pas necessairement en période de crise, je précise, mais juste quelquefois,  quand un évènement survient, une naissance, un décès,  ou quoi que ce soit qui survient, et d'un seul, on se souvient.

       Alors, vous en aurez toujours pour vous dire gentiment, "et bien t'avais qu'à ne pas les laisser, becasse"....

      Certes...

      C'est présisément, par l'éloignement, justement, que l'on pend conscience de l'attachement que l'on a à ses racines, et la conscience véritable de cet attachement, ne peut se faire à aucun autre prix, ne serait ce que pour quelques semaines de vacances.

      Une autre raison demeure, qui réside dans le fait que familialement, des liens se  défont, ou des traumatismes vous font fuir, alors, pour vous protéger, l'éloignement aide à panser les plaies.

      C'est une stratégie qui peut aider, effectivement, mais il serait déraisonnable, de pêcher par naïveté sur ce point, car les traumatismes de l'enfance, sont ancrés en nous, et quelque soit l'endroit du monde où l'on habite, ces terribles valises, toujours vous poursuivront.

      L'idéal, en pareil cas, ors contraintes proffesionnelles, je veux dire, c'est de ne s'éloigner que de quelques dizaines de kilomètres, et ne pas hésiter à faire appel à un psy.

     Camille avait fait une chanson sur ce thème, dans son premier opus, "le sac des filles"....

    http://www.deezer.com/search/camille%2C%20%22le%20sac%20des%20filles%22

     Elle s'appelle, "là où je suis née".

     Pour l'heure ce matin, c'est Rosemary Stanley, qui visiblement a fait des petits pieds, l'année dernière, elle aussi, une des Françoises, qui est retournée sur ses racines, à Lanmeur où visiblement, elle n'a pas eu la chance de croiser, le curé de là bas, qui revenait de sa baignade !

     

     En cours de commentaire.

     

    Lire la suite

  • Décrochage et phobie scolaire.

       J'ai travaillé sur ce sujet, depuis bien des années, deja. Vous pouvez retrouver mon travail, en suivant ce lien.

    https://www.google.fr/search?q=fran%C3%A7oise+niel+aubin%2C+et+les+rytmes+scolaires&oq=fran%C3%A7oise+niel+aubin%2C+et+les+rytmes+scolaires&aqs=chrome..69i57.13702j0j4&sourceid=chrome&ie=UTF-8

    http://www.lemonde.fr/sciences/article/2017/10/16/phobie-scolaire-comment-reprendre-le-chemin-de-l-ecole_5201740_1650684.html

     J'ai decouvert cette association, dans l'article, que je ne connaissais pas.

    http://www.phobiescolaire.org/

      J'ai pris contact avec eux, pour intégrer le groupe, sur FB.

       Il est possible que certains trouvent étrange, que de tels groupes soient fermés, mais je trouve ça légititme. Toute personne qui est confronté, à une souffrance, quelque soit sa nature,  doit veiller, à trouver sur internet, quand on ne peut faire autrement,  que sur des sites ou des réseaux, où règne, une forme de bienveillance, et où aucun voyeurisme mal placé, pourait nuire à la bonne entente, qu'ils sont en droit d'attendre, alors je cautionne parfaitement cette précaution.

     

    Lire la suite

  • Divorce entre marine le pen, et florient philippot, qui aura la garde des homophobes ?

      Très probablement,  marine le pen, qui retrouve à présent une excellente raison de retourne cirer les pompes de son paternel, elle qui lui doit tant.

      Revenir aux fondamentaux, quand les partisans d'un parti sont dans le doute, au point de ne plus savoir, à quelle tête de parti se fier.

      Je sais, j'ai appris, hier, qu'au sein du SPD  (joli nom, soit dit en passant, pour un parti raciste ET homophobe ), outre Rhin, on commençait à voir poindre une femme, digne de s'entendre avec marine le pen, peut être, quand aux valeurs….

        Avouant,  ces jours derniers, devant une assemblées de "fidèles",  qui a défaut d'être castristes, vont devoir cogiter sévères, comme tout le monde, sur la PMA, GPA, "da da dirladada"? Avec à leur tête, une femme, lesbienne, anti migrants,  elle en riait elle même, devant son assemblée…

      Pour un peu, elle nous pisquerait le job, cette grognasse !

      Tout fout le camp, ma bonne dame,  heureusement, que je suis là, moi, fille d'agriculteur du pays de Caux, et maman d'une lesbienne, pour leur expliquer, que non non, un homosexuel, n'est pas une animal étrange, qui va leur sauter à la gorge, et ce, même s'il est Noir, Arabe, Asiatique, je ne sais quoi….

      Un peu des trois, peut être, allez sa voir, par les temps qui courrent.

        le temps où l'on pouvait sans vergogne, demander le pedigree, sans le moindre scrupule, selon les théories de l'eugénisme, pendant de la seconde guerre mondiale, est revolu....

      Oui, je sais, on en reparle, sur le plan scientifique, et je vais y venir, soyez sans crainte...

      Quand Simone n'est plus là....

      Si on ne peut même lus compter sur les partis d'extrême droite, pour représenter nos vielles valeurs racistes et xénophobes, quelles qu'en soit la raison, non mais où s'en va-t-on, je vous le demande !

    Lire la suite

  • "Tous à l'Ecole", au delà de nos frontières.

     Cette video, remonte à plusieurs années, deja, mais plante bien le decor, d'une certaine façon, puisque qu'elle decrit le fonctionnement, exact, de l'association, et demontre comment, l'education des filles, parce qu'elle sont dans les faits, souvent, de futures mères, detiennet effectivement, un réel potentiel, economique, pour influer, le devenir économique, et donc, de developpement, d'un pays.

     Prêtez bien attention, aux chiffres qui sont énoncés, notamment, par Michel Drucker.

      Pour ce qui me concerne, je travaille depuis pas mal de temps, deja, à l'écriture d'un livre, qui traite de la famille, au sens large.

       J'y compile mes articles sur le sujet, selon les problèmatiques que l'on m'a soumis depuis plusieurs années, et notamment, tout ce qui concerne, le manque d'enfant, donc, la stérilité, notamment, entre autre, l'adoption, et en quoi le phénomène de parrainnage, peut dans certains cas, proposer une forme d'alternative, à un manque d'enfant.

      Je ne prétends pas que ce soit, l'alternative absolue, mais uniquement qu'il peut se produire, que ça le soit.

      Il n'est pas question, pour moi, de vous livrer l'ensemble de mon travail, sur le sujet, ici, mais je vais juste poser, ce que j'ai rédigé, sur le parrainnage, qui est la solution, la plus souhaittable, pour tout le monde, pour soutenir une ONG, comme l'explique,Tina Kieffer, dans la vidéo.

    EXTRAIT:

      Pourquoi avoir recours au parrainage ?

      J'ai l'intime conviction, que le parrainage par ses différentes formules, propose des opportunité, de remettre du lien, entre les êtres, de la façon la plus ajustée, que chaque cas le nécessite.

      Il est tout à fait probable que certains ne  discernent pas vraiment en quoi, et pourquoi, je tiens à en développer les différentes formules…

      Alors, je m'en explique.

      Le souci, est le suivant.

      D'un côté, des gens qui ont la chance, d'avoir un niveau de vie suffisamment décent, pour avoir la prétention de parrainer, sans pour autant, je le précise, qu'il soit nécessaire, qu'ils fassent partie des classes particulièrement privilégiées, socialement ou financièrement.

      De l'autre, des villages entiers, des familles entières, des fratries, ou des enfants seuls, qui ont besoin, soit, d'un soutien uniquement financier, pour poursuivre leurs études, soit d'un soutien financier, pour jouir d'assez de dignité, pour ne pas mourir de faim et aller à l'école, soit des familles entières, qui sont dans une vraie détresse, totale et absolue, soit leur village, entièrement dévasté….Par un cyclone, par exemple.

      L'écueil à éviter absolument, consiste dans le fait que le parrain et celui qui en bénéficie, ne soit pollué par le côté toxique des différences de classe.

      Il faut qu'ils ne jouissent que  du côté merveilleusement positif du parrainage, tout en évitant, le côté toxique, qui lui, a toutes les chances de se produire, si le parrain, fait partie des classes les plus privilégiées, et que certaines conditions ne sont pas remplies.

     Vous doutez  ? Et bien écoutez ceci.

     J'ai parrainé un enfant, au Nicaragua, il y a quelques années.

     J'ai dû stopper, hélas, parce que sous tutelle, je ne pouvais continuer.

     C'était par l'association PLAN, que je vous recommande chaleureusement.

     Ce sont eux, qui m'avaient expliqué, ce "travers", effectivement regrettable.

     Une française, parrainant, à l'époque, un enfant, dans un pays  "en voie de développement", parce que les adresses véritables, avaient été échangées, avait été contactée par la famille de l'enfant, et sollicitée plus que de raison, pour donner plus d'argent, et une autre avait pris contact, pour carrément, venir ici en France.

      Il n'est pas question pour moi, de polémiquer, ou de porter un jugement sur une famille, qui était effectivement dans le besoin, ou dans une forme de détresse, mais juste de dénoncer les dangers, les risques, ou les dérives qui peuvent survenir, si la notion de parrainage, n'est pas encadrée, dans les règles psychologiques, parfaitement déterminées.

      Suite à ces problèmes, l'association PLAN, avait fait le nécessaire, pour que ça ne puisse plus se reproduire, et leur protocole est, je le précise, sur ce point, parfaitement fiable.

     Enfin, je veux dire qu'ils ont une grande expérience, du parrainage.

     Il est bon de savoir, que suite à mes suggestions, beaucoup d'associations, ont développé le parrainage, qui présente de multiples aventage, dont celui, extrêmement précieux, qui réside dans le fait, qu'au lieu de recevoir de l'argent, massivement, suite à une catastrophe, l'ONG en question reçoit au contraire, l'argent, sur le long terme, et de façon plus régulière, ce qui permet un travail, sur le long court,  qui ménage autant le moyen terme, et le long terme, que l'urgence immédiate.

     Il peut quelquefois, être parfaitement envisagé, que le parrain, ou la marraine, se rende effectivement sur place, ce qui se fait aussi, mais ce projet est alors, préparé en amont, justement pout en éviter les écueil, et je dois avouer, que ces témoignages, ensuite, concrétisent ce parrainage, de façon particulièrement émouvante, il y a sur le site de l'association, des témoignages, tout à fait touchants.

      Parrainage, par Éloignement Géographique.

     C'est l'exemple que je cite, plus haut.

      Dans l'hypothèse, de parrain, ou marraine qui soit particulièrement généreux, je recommande, EN PLUS DU PARRAINAGE CLASSIQUE ET INDIVIDUEL, que vous êtes en droit de multiplier, votre protégé, ou vos protégés, n'ont pas besoin, d'être informés que vous êtes riche ! Et votre relation, n'en sera que….. Plus riche, encore.

      Si vous estimez, qu'ils doivent en être informés, je ne saurai trop vous recommander, de consulter un psy, parce que c'est vous, qui avez un problème avec l'argent, et la relation que vous avez avec…..

      Car nous savons tous, que l'argent, pervertit beaucoup de choses, et notamment, la relation que nous avons à l'autre….

      Et que certains peuvent être tentés, par le parrainage, pour des raisons qui ne seraient pas les bonnes.

     Si vous souhaitez "investir" (je parle affectivement), dans la parrainage, d'aventage que sur le plan individuel, je sais qu'il est possible aussi, d'investir, par le parrainage sur un projet, plus conséquent, et parfaitement déterminé….

      Si vous souhaitez que ce projet plus précisément, porte votre nom, quel qu'il soit, et que c'est là votre condition, pour que vous le financiez, je ne connais pas la posture de l'ONG, sur ce point, mais je suppose, que leur position, doit être arrêtée, et pour tout dire, je ne la connais pas.

      Il me semble, que cette posture a le mérite, au moins d'être honnête, des lors qu'elle est clairement annoncée, en amont.

      Parrainage dans votre ville, ou proche de chez vous.

     J'avais suggéré, il y a quelques années, que les ONG œuvrant sur le sol français propose aussi ce parrainage de proximité.

     Pour moi, il revêt une importance absolument prépondérante, et présente de multiples avantages….Puisque la rencontre véritable, est effectivement envisageable.

     Mais là, encore, dans le cas de parrains, particulièrement aisés financièrement, certaines précautions, doivent être prises, de telle sorte que le parrain, ne se trouve sollicités, "pour de mauvaises raisons".

      Sinon, je rappelle que Pascal Plisson  avait tourné un film, il y a quelques années, qui s'appelle "sur le chemin de l'école", que j'avais adoré, et qui montrait comment, dans des pays extrêmement defavorisés, certains parents avaient à coeur, de tout faire pour que leurs enfants, aillent à 'ecole, et ce, même si dans leur pays, la scolarité n'est pas encore obligatoire, comme c'est le cas, dans des pays occidentaux. Ce film a été rediffusé, ces derniers temps, et est disponible encre, par le biais de France télévision Education.

    http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=210112.html

     Pour ce qui concerne France TV Education, je donne le lien.

    http://education.francetv.fr/matiere/education-civique/cm1/serie/les-chemins-de-l-ecole

     Pour ce qui concerne, l'ONG "tous à l'école", plus particulièrement, voilà, où ils en sont actuellement.

    http://www.toutes-a-l-ecole.org/

     

     

     

     

     

     

    Lire la suite