google-site-verification: google7d26736b1ef720ed.html
Créer un site internet

finance

  • Déonthologie morale et économie.

    http://www.lopinion.fr/18-decembre-2014/rse-loi-devoir-vigilance-entreprises-est-plus-morale-que-juridique-19575?utm_source=linkedin&utm_medium=social&utm_content=status-update&utm_campaign=cm

     

     Lundi 7 septembre 2015.

     Bon et bien voilà autre chose.

       Je précise que j'avais  été questionnée sur ce phénomène qui consiste à recueillir les avis d'internautes, qu'il s'agisse de restaurants d'hôtels, ou de quoi que ce soit dans ce style.

       J'en avais conclu que ça devait être purement et simplement interdit.

       Peut être est ce possible de trouver une méthode véritable, qui soit honnête, je vais y réfléchir, mais pour être franche, je n'y crois absolument pas.

     Quoi qu'il en soit, "l'oeil du 20h" a fait un test sur le sujet, et je dois dire que j'étais morte de rire.

    http://www.francetvinfo.fr/internet/enquete-france-2-comment-l-oeil-du-20-heures-a-piege-tripadvisor-en-creant-un-faux-restaurant_1074007.html#xtor=EPR-51-[enquete-france-2-comment-l-oeil-du-20-heures-a-piege-tripadvisor-en-creant-un-faux-restaurant_1074007]-20150907-[bouton]

     Je crois que le summum a été quand la journaliste précise "avant que nous ne soyons sorti meilleurs restaurant de la capitale" !

     Excellent travail, ils ont du prendre des cours chez Elise Lucet je pense,  avec CASH INVESTIGATION, ce doit être ça  !

     En fait ce qui est terrible avec Elise, on ne dirait pas comme ça, mais en fait, c'est une vraie comme on dit chez nous. pire que moi face au Front National, c'est vous dire !

     

    Mercredi 16 septembre 2015.

     Un livre vient de sortir que je trouve tres interpellant qui s'appelle "Eloge de la gentillesse en entreprise" signé de Emmanuel Jasselin.

    http://gentillesse.blogspot.fr/

      Pour moi c'est juste une évidence. Par définition, le fait de se sentir apprécié, et respecté, au sein de son entreprise, booste la productivité mais surtout rend l'employé heureux de venir bosser, parce qu'il sait que l'ambiance va être agréable.

     D'autre part, c'est là aussi que réside une des clés du déficit de la sécurité sociale, puisque quelqu'un qui se sent respecté dans son travail, tombe moins malade que s'il vient la boule au ventre.

    Vendredi 4 mars 2016.

     Un cas qui n'avait pas du m'être rapporté par hasard, il y a quelques mois.

     Quelqu'un du coin, artisan, ou profession libérale, éprouvait quelques difficultés de trésorerie, pour payer ses charges.

     Je ne sais pas avec quelle caisse, particulièrement.

     Au téléphone, son interlocuteur, lui accordait un delai.....

     Le probleme c'est que ça n'était que des paroles en l'air, et que les charges non payées, ont donc eu pour consequence, une majoration....

     NE JAMAIS PRENDRE UNE PAROLE ORALE COMME VERITABLE, IL FAUT UNE TRACE ECRITE EMANANT DE LA CAISSE EN QUESTION...

     

     Réforme du code du travail.

    http://Loi El Khomri : une pétition récolte 1 million de signatures contre la réforme du Code du travail

     J'ai posé queques commentaire, dessous.

    Le texte intitulé "loi Travail : non merci" demande le retrait du projet que doit présenter Myriam El Khomri lors du conseil des ministres du 24 mars.

    Si c'était Laurence Dupont qui avait pondu cette loi, elle serait passée comme une lettre à la poste...
    Mais pas de bol c'est : El Khomri qui l'a pondu...

    Oui, tu as raison, le fait que ce soit une femme, rend les choses plus difficiles encore, c'est une évidence, maintenant, il ne faut pas oublier non plus que le gouvernement en joue aussi, tu comprends ?

    Pour une fois que la gauche pond quelque chose qui va globalement dans le bon sens !

    Il faut qu'ils revoient leur copie, et puis voilà, il ne faut pas lâcher le morceau.

    Ce qui est étonnant et même inquiétant c'est que des gens signent une pétition contre la loi El Khomri qu'il n'ont jamais vu ce texte mais l'ont juste entendu c'est grave car c'est gens là peuvent signer n'importe quoi, cette loi en se moment est en discussion mais n'est pas figée et parce que une personne a mis cette pétition en ligne les gens signent et contexte une loi qu'ils ne connaissent pas , alors que cette loi est faite pour que les Employeurs puissent embaucher. Il se peut que les gens qui ont signés cette pétition disent qu'il y a trop de chômage et font tout pour que cette situation s’aggrave, c'est vraiment le monde à l'envers alors que cette loi va Générer de l'emploi.

    Oui, sur ce point, tu as hélas raison; Moi, je sais qu'elle doit être revue, mais j'ai refusé de la signer, parce que je ne veux pas cautionner, sa sanction de façon globale.

    Tout à fait d'accord avec votre analyse, hélas nous seront toujours "l'exception Française" qui nous a fait et nous fait tant de mal, L'Europe est en train de se disloquer et nous en somme pour une grande partie responsable, nous allons nous retrouver seul dans notre bel hexagone, et nous allons retrouver nos valeureux francs, quel bonheur car avec ce cocktail plus de chômage sans doutes.

      Arrête ton char, veux tu, il ne faut pas non plus faire le jeu du patronat; pour information, on essaie de nous faire croire que c'est pour défendre le petit patronat, et les PME alors, que les contrats précaires, qui volent en éclat, sont en majorité, émis par les entreprises du CAC 40, alors, si ça, ça n'est pas nous prendre pour des cons, c'est quoi ?

      Pour ce qui concerne la loi sur les indemnités relatives aux prudhommes, est ce qu'il ne serait pas envisageable de trouver un moyen de les indexer sur les revenus, du PDG, de l'entreprise qui est concernée, ou bien de l'indexer, sur les 4 plus gros salaire, de l'entreprise, en question ?

     

     Lundi 7 mars 2016.

    http://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/carriere/vie-professionnelle/droit-du-travail/direct-defile-de-syndicats-a-matignon-pour-des-consultations-sur-la-loi-travail_1348661.html

     J'aimerai poser l'index, sur un truc auquel personne ne pense, bien avant de se soucier, peut être de leur montants,  et de leur plafonnement, qui lui, doit sauter, qui réside dans le fait que pour que les prud'hommes, pour fonctionner, doivent faire l'objet, d'une réaugmentation du budget qui leur est consacré,au sein du Ministère de la Justice, parce que visiblement, il y a un gros probleme, sur ce plen.

     Ensuite, en ce qui concerne les plaintes au prud'homme, il serait bon de rpevoir comment, et pourquoi, un salarié, peut en arriver, à vouloir ataquer son patron, aux prud''homme.

     Je veux parler de la souffrance au travail, sous forme de harcèlement, mise au placard, etc.

     Il faut mettre sur pied un barême objectif de souffrance au travail.

     Je ne remets pas en cause ce qui existe deja, actuellement, mais je pense que de trouver un moyen de tirer la sonnette d'alarme en amont, pour que puisse être eviter, d'aller au prod'homme, serait un bon moyen, d'eviter d'y a voir recours.

     J'écoutais il y a quelques jours, Agnès B, qui parlait du patronât, et qui disait qu'elle aimerait que soit créé, une nouvelle autorité, qui représente le patronat, parce qu'elle ne se reconnait, elle, absolument pas, dasn le MEDEF, tel qu'il est.

     Je suis parfaitement d'accord.

     Je pense moi, que ces grands patrons sont complètement déconnectés de la situation de leurs employés.

    Quand ils parlent de la necessité de pouvoir licencier, plus facilement, ils donnent le micro, à des patrons de PME..... mais l'appreciation du probleme n'est absolument pla m^me , entre les PME et les p^trons du CAC 40.....

     C'est ecxactement le même probleme qui se pose, au sein de l'agriculture....

     Belin, est un homme d'affaire tellement haut perché,  et même pas sur son tracteur, il a un mousse pour ça,  qu'il est parfaitement deconnecté des petites exploitations, qui sont dans la mouise.

       Je veux dire par là, qu'un employé, peut parfaitement admettre, qu'il faille plus de souplesse, et doive faire plus de concession, quand une entreprise, fait parti des PME que quand ila a affaire à un grand groupe.

      Le provbleme est le suivant. oui, je sais, certains diront que je defonce encore une porte ouverte.

      Mais le probleme est le suivant.

     Ca n'est pas le nonbre de salariés, qui doit être pris en compte, MAIS LE CHFFRE D'AFFAIRE.....

     Plus le chiffre d'affaire est dysproportionné avec le nombre de salariés, plus le code du travail, est le droit des travailleurs, doit être severe vis à vis de l'entreprise.

     D'autre part, moi,je pense toujours aux jeunes, c'est mon rôle.

     La flexibilité, c'est bon, ils ont compris.

     Il y a juste un gros souci, en ce qui concerne d'une part, les banques, et d'autre  part,  les propriétaires d  foncier, et organismes de logements.

     Aujourd'hui, avoir un compte en banque, est obligatoire.

     Quand un travailleur  ne parvient à travailler, que par CDD, qui s'enchainent les uns apres les autres.

     Il détient, lui, ses relevés bancaires.

      Ors, quelque soit, le serieux, avec lequel il gère, son compte en banque, la banque elle, et les acteurs, dont il depend, utilisent ce fait, pour les empêcher, d'avoir un logement, et d'avoir desprojets.

     ORS LE SERIEUX AVEC LEQUEL IL GERE SON ARGENT AVEC SES RELEVES BANCAIRES EST UNE PREUVE DE SA SOLVABILITE......

       Ainsi, on pourrait parfaitement imposer aux banques de leur accorder le crédit, qu'ils accordent d'autres part, à d'autres, qui ont des CDI, et qui eux, éventuellement,  gèrent mal leurs comptes en banque.

     Chacun a ses relevés de compte en banque, non ? Et bien alors......

     

    Mercredi 9 mars 2016.

     Aujourd'hui, c'est ma fête, celle de François Hollande aussi, ainsi que celle du Pape François. Oui, je sais,il y en a d'autres, mais je n'ai pas que ça à faire, non plus.

     Toujours est il que c'est le jour "J" qu'on choisi les etufdiants pour manifester, contre la loi Trvail.

       Je viens d'écouter avec beaucoup d'attention Marion marechal le pen, sur le sujet, et de la m^me façon que l'aur ditrice, quia l'a interpellée, sur le sujet, j'ai le regret de preciser que je n'ai pas vraiment compris, quel était sa position à elle.....

     Si j'ai comris, une chose à laquelle, je dois avouer, j'adhère, c'est qu'elle considère que certaines propositions, sont recevables, et que d'autres, qui penalisent trop le travailleur, sont à ses yeux, irrecevable.

     Probable qu'elle est plus douée que moi, pour en parler. Mais d'evoquer le fait, que de revenir aux heures supplementaires, non imposées, m'a deja donné l'occasion de grimacer, de nouveau.

     J'ai trouvé beaucoup interpellant,  car infiniment plus explicite, la démonstration qui a été faite, plus tôt, par Philippe Martinez, représentant de la CGT.

    http://www.franceinter.fr/emission-invite-de-7h50-philippe-martinez-cgt-nous-avons-des-propositions-tres-concretes

     Il a expliqué, notamment,  que la majorité des PME, voyaient leurs choix politiques dépendre de leurs donneurs d'ordre.....

     les "donneurs d'ordres", sont des entreprises, du CAC 40, généralement, qui font travailler les PME....

      Par exemple, un constructeur automobile, que je ne citerai pas, qui travaille en sous traitance, avec des entreprises plus modestes, qui elles, en sont donc entièrement dependantes.

      C'est un peu comme des agriculteurs, qui dependent eux, de gros groupes de l'agroalimentaires, qui les font vivres, et leur "donnant des ordres"....

       Résultats des courses, ces PME, sont en fait, les larbins des grosses entreprises du CAC 40, et n'ont absolument aucune indépendance, quand à leur positionnement, sur laloi relative au droit du travail...

     CONCLUSION, ce sont les entrepises du CAC 40 uniquement, qui conditionnent le positionnement des patrons de PME, sur la loi du travail....

     Alors, QUE FAIRE ESTHER ?

     Moi, si j'étais patron de PME, j'aurai à coeur, de diversidfier ma production, pour d'une part, pourvoir faire face à d'eventuelles, fluctuations d'activité, dans le pays de caux, dans le milieu agricole, on disait "ne pas mettre tous ces oeufs dans le m^me pannier"....Comme quoi, les vielles recettes, sont toujours d'actualité.

     Ensuite, la seconde raison en serait ue je n'accpetrrai pas que lon fasse pression, sur ma position, sous pretexte, que les gros patrons du MEDEF, sont les donneurs d'ordre.

     Un détail assez amusant.

     J'entendais, ce matin, Léa Salamé qui interrogeait donc, Philippe Martinez, et lui demandait en riant, s'il avait été bien reçu, mettant l'accent sur le fait, que si lui n'avait eu le droit, qu'à un simple café, hier, tout le monde se pressait parait il, pour dérouler le tapis rouge, à monsieur Macron....

      Et bien hier, moi, journée de la femme,  au palais des consuls à Rouen, j'avais trois RV de fixés, avec des petites entreprises installée, dans une pépinière du même nom, à saint Etienne du Rouvray,  et nous avons été reçus, avec deux grandes corbeilles, remplies de viennoiseries, d'au moins  6 ou 7 sortes, un café long, et excellent, et des gens charmants...

       De là, à prétendre que les syndicats, souffrent d'un manque de considération de la part du patronât, il n'y a qu'un pas, que je franchis aussi allegrement, qu' un géant,  enjamberait la SEine, allez, tant qu'y est, à DUCLAIR......

     Oui, là, d'où est originaire, la canard du même nom.

    http://coursderestaurant.fr/CANARD%20DUCLAIR/Dossier_documentaire_canard_de_duclair_Schneider_Jb_et_Vallier_E.pdf

     Juste pour information.

     L'origine du nom de la ville, vient du fait que jadis navigant, sur la Seine, pour rejoindre la Manche, au Havre, les marin alors, arrivant à cet endroit précis, à cause des méandres je suppse, par un jeu difficile à expliquer, d'un seul coup, voyait les brumes de seler. Donc, ont appeler cet endroit, DU CLAIR.

     Juste une précision, ça n'est pas moi, qui revele celà, parce que je suis semiologue, non, j'ai, moi, recherché, il y a plusieurs années, parce que je suis curieuse, et on me l'a donc expliqué.

     Je pense moi, qu'il faut se soucier des veritables motivations, qui font que la jeunesse aujourd'hui, plus encire que leurs ainés sont ainquiets, au sujet de cette loi.

     J'entendais, hier matin, dans ma voiture, france bleu, avec deux auditeurs, qui intervenaient.

     Tous les deux, tenaient un discours reactionnaire, passéiste, et franchement pitoyable. En gros, ça consistait à dire que les travailleurs français, devaient comprendre

     Que de reformer la loi du travail, était necessaire, et que de s'arqueboutter contre, était improductidf, et d'apres eux, carrement irresponsable.

     C'est aussi la position de Mattheo Renzi, en Italie.

     Aujourd'hui 9 mars 2016. Les étudiants et lyceéens ont manifesté en nombre, partout en France.

     Parallèlement à celà, on apprendd que les loyers partout, en France, diminuent.

     Il est vrai que l'argument premier, que moi je sors, tourne autour des difficultés que l'absence de CDI, entraine à savoir, un pretexte de non solvabilité, qui sert d'argument aux banques, pour refuser des prêts, ainsi qu'au propriétaires de fonciers, pour accepter un locataire.....

     Est ce que cette diminution de loyer, va impacter positivement, sur la vie étudiante ?

       Moi, je ne le pense absolument pas.parce que la baisse du loyer n'impactera la revendication, ou le prétexte de non solvabilité.

       Il est probable que certains du côté des patrons, voient d'un mauvais oeil cette gronde. J'ai l'intime conviction, moi, au contraire, que les syndicats, eux, ont bien bossé leur sujet, et que leur propositions, soint parfaitement dignes d'intérêt.

       Un autre truc, moi, m'a beaucoup choqué aussi, qui concerne la durée des temps de repos, qui seraient susceptibles de se voir dangereuement fractionnées, selon le bon vouloir du patron.

      Je trouve ça grave, il est possible que ça fasse l'objet de négociations,  pour que ces fractions de congès, soient limités en nombres, mais n'importe quel psy vous expliquera que pour se deconnecter d'un travail, en période de repos, il est indispensable que cette période soit respectée...

      Je considère deja que de voir le monde du travail, empiéter dangereusement, via le portable, ou les mail, la vie des salarié à leur domicile, demeure un problème, problème qui n'est jamais abordé.... Si en plus, la périodes de repos, est ainsi tronçonnée, je ne donne pas cher de la qualité réelle, du temps de repos.

     Je précise enfin, que les repos sont captés aussi pour profiter de prendre quelques vacances, et dans l'hypothèse où ces derniers seraient ainsi fractionnés, il y aurait, sans aucun doute, des répercussions, non négligeables sur le plan touristique.

     

    Jeudi 10 mars 2016.

     Lendemain d'une manifestation sans précédent au sujet de la loi sur le travail, Nicolas Sarkozy, en est encore à chercher comment exister.

     Aujourd'hui, moi, comme chaque jeudi, je suis passée à la banque, pour prendre, mon argent, 80€ par semaine, pour acheter à manger, payer mon essence, et souffler un peu.

        Je suis allée voir un film, qui s'appelle "ENCORE HEUREUX", que je recommande chaleureusement, à Nicolas Sarkozy, pour lui ouvrir les yeux. je ne paue que 2€50.

      Heureusement que je sais, ce que c'est que de vivre avec un petit budget, ce que visiblement Sarko, lui, n'a jamais connu.

       Je le savais pas futé, mais j'ai été assez naïve, je le reconnais, pour envisager qu'il sache évoluer.

      Il fût un temps où je lui avais conseillé d'aller vivre en HLM, dans une cité,  avec le SMIG, pour avoir un peu de plomb dans la cervelle, visiblement, s'il ne crache par sur le fait de venir lire, c'est une chose, mais certainsconseils lui ont echappé.

      Avec un discours au ras du bitume, difficile de lui donner pourtant meilleurs conseil, pour que sa position, elle, vole plus haut, on  ne se refait pas, c'est un fait.

     Est ce donc, si lourd, à assumer, d'être né, avec une cuiller en argent dans la bouche....?

      J'ai toujours cru pourtant, moi, que c'était plus facile à assumer, que d'être né, dans un milieu ou avec une histoire, réellement difficile à assumer.

     SOIT.

     Ce matin, j'ecoutais NKM, qui, je le rappelle, fait partie des Républicaisn, jusqu'à preuve du contraire.

      J'ai trouvé son discours, tout à fait interpellant, certaines choses sont encore un peu floues, c'est vrai, mais au moins, ne peut on pas l'accuser, elle, de manquer de lucidité sur le monde politique, mais aussi, sur notre société....

       Elle est perçue comme "folle", ou "ingérable", par les gros bonnets  (dont le fils ainé s'appelle Arthur, bien sûr, et fait la cuisine politique comme personne)...

     Alors, je decrypte, non, je vous assure, ne me remerciez pas, c'est gratuit.

      "Folle", quand on dit ça d'une femme, c'est qu'on la craint, parce qu'elle est juste plus intelligente qu'eux, et surtout, plus subtile.

    "Ingérable", ça veut dire juste qu'elle les emmerde, et qu'ils ne parviennent pas à la manipuler comme eux, le souhaiteraient.

       Bon, ensuite, Sarko, lui,a parlé de la manif' d'hier, considérant que les jeunes, ne sont pas les bons interlocuteurs, pour parler du code du travail...

      C'est vrai, suis je bête. Quand  un patron licencie, un jeune, que ce dernier est en situation de précarité, il existe deux solutions.

     Soit, on se met à la place de celui qui est licencié, soit en se met à la place, de celui qui licencie...

     La troisième option, qui est seule à être recevable, c'est la troisième, celle qui perçoit le côté humain, d'un côté comme de l'autre.

     Quiconque n'est capable de considérer les faits, qu'avec la première méthode, ou qu'avec la seconde, est juste un parfait couillon, qui n'a rien compris.

      Ce que je trouve vraiment pitoaable,  moi, dans sa position, c'est qu'il prend vraiment les jeunes, pour des imbeciles, et que surtout, des l'insant, qu'ils ne sont pas patrons eux même, leur position, n'a pas à être entendue.

     En fait, c'est du mépris à l'etat pur.

     Visiblement Sarko, est de ceux là.

      Un article paru, dans la journée.

    http://www.lexpress.fr/emploi/taxation-des-cdd-la-cgt-propose-de-frapper-tres-fort_1771821.html

    Surtaxer les CDD, c'est l'une des propositions que la CGT, en présence de son secrétaire général Philippe Martinez, a officialisé ce mercredi 9 mars.

    AFP/Eric Feferberg

    Le gouvernement affirme être prêt à surtaxer les CDD. Ca tombe bien: c'est l'une des propositions phares du syndicat dans le cadre de la négociation sur l'assurance-chômage. Il souhaite aussi une taxation des ruptures conventionnelles pour renflouer les comptes de l'Unedic.

    Depuis début 2016, les syndicats sont sur tous les fronts. Loi Travail, compte personnel d'activité, assurance-chômage... Pas une semaine ne passe sans rendez-vous à l'agenda social. Ce mercredi 9 mars, au lendemain d'une deuxième séance de négociation sur le sujet et après avoir proposé sa vision du code du travail, la CGT a officialisé ses propositions sur la nouvelle convention Unédic, qui doit entrer en vigueur le 1er juillet. Ces pistes arrivent au moment même où le gouvernement semble prêt à lâcher du lest.

    Sans surprise, les pressions exercées par l'exécutif pour réaliser autour de 800 millions d'euros d'économies sur l'indemnisation des chômeurs sont sans effet sur le syndicat ouvrier. La CGT réclame au contraire de nouveaux droits pour les demandeurs d'emploi. La durée d'affiliation - le temps qu'il faut avoir travaillé pour pouvoir prétendre à une allocation - chuterait de quatre à deux mois pour les nouveaux venus sur le marché du travail. 

    François Hollande et ses ministres n'excluent pas une dégressivité dans le temps des allocations? La CGT propose d'allonger de 24 à 30 mois la durée maximale d'indemnisation à taux plein. Les plus de 50 ans auraient droit à 60 mois, contre 30 aujourd'hui, pour tenir compte de l'allongement des carrières. 

    Pour compenser ces dépenses, la CGT compte sur plusieurs leviers. Le premier, proposé en coeur par tous les syndicats, consiste à taxer d'avantage les CDD. Ces derniers creusent le déficit de l'Unédic car les entreprises les plus avides en contrats très courts cotisent peu au regard de ce que leurs ex-salariés perçoivent quand ils se retrouvent au chômage. La "sur-cotisation" introduite en 2014 n'a pas produit ses effets "car elle a évacué l'intérim et les CDD d'usage", pointe Eric Aubin, secrétaire confédéral de la CGT en charge de l'assurance-chômage. 

    Jusqu'à 12% des transactions dans la poche de l'Unédic

    Aujourd'hui, le taux des cotisations sur les CDI et les CDD de plus de six mois est de 6,4% (réparti entre 4% pour l'employeur et 2,4% pour le salarié). Il augmente ensuite à mesure que la durée du contrat baisse: trois points supplémentaires en dessous d'un mois et 1,5 point de plus entre un et trois mois. 

    La CGT propose de frapper plus fort. Le taux de cotisation patronale passerait à 8,40% pour les contrats de deux à six mois, à 10,40% de un à deux mois, et jusqu'à 12,40% pour moins d'un mois, hors CDD de remplacement. La centrale espère réaliser un milliard d'euros d'économies. 

    Autre idée sur le tapis: la taxation des ruptures conventionnelles des seniors. De plus en plus prisée des entreprises, cette séparation "à l'amiable" coûterait 4,8 milliards d'euros par an à l'Unédic, selon la CGT. Chez les plus de 50 ans, le syndicat estime que les ruptures conventionnelles cachent souvent "des pré-retraites déguisées". D'où sa proposition de pénaliser les employeurs à l'origine de la rupture du contrat d'un "senior". Suivant l'âge du salarié, l'équivalent de 8 à 12% du montant de la transaction irait à l'assurance-chômage. La CGT précise que "cette contribution ne [pourra] être retenue sur le montant de la transaction qui bénéficie au salarié". Difficile toutefois de croire que les entreprises n'en tiendront pas compte en négociant la part "supra-légale" des indemnités. 

    La fin des plafonds

    La CGT envisage enfin de supprimer tous les plafonds, tant en matière de cotisation que d'allocations, pour collecter autour de 700 millions d'euros. Aujourd'hui, les salariés ne cotisent que dans la limite de quatre fois le plafond mensuel de la sécurité sociale, soit 12 872 euros. Si l'idée du syndicat était mise en place, l'intégralité de leur salaire serait soumise à cotisation. Leurs allocations augmenteraient d'autant, mais la CGT mise sur le fait que peu de salariés à hauts revenus se retrouvent au chômage. Le salaire moyen de référence des chômeurs indemnisés est de 1705 euros, pour 1206 euros d'allocation en moyenne. 

    Court-circuitées par les débats sur le régime des intermittents, les négociations sur l'assurance-chômage ne sont pas encore entrées dans le vif du sujet. Il faudra probablement attendre le 7 avril pour que les partenaires sociaux - et surtout le Medef, toujours muet sur le sujet-, précisent leurs propositions. On peut déjà parier qu'un compromis sera difficile, tant le patronat est hostile à toute hausse des cotisations comme à la perspective de nouvelles dépenses...

     Bon, moi, je fais confiance à la CGT, pour defendre les salariés, juste pour info, si je n'aime pas les chiffres, je ne me suis pas contentée de poser, mais j'ai lu, aussi.

     

    http://france3-regions.francetvinfo.fr/bourgogne/arnaud-montebourg-les-banques-sont-le-probleme-numero-un-des-pme-pas-le-code-du-travail-947279.html

     Bon, s'il le dit, c'est que ce doit être vrai, je pense. La politique des banques reste axée, selon le même principe, on minimise les risque, il faut que ça gagne, quitte à se faire enjoler, par un bon baratineur, qui n'a pour seule caution, lui, d'avoir reussi à en embobiner d'autres (banquiers, je veux dire). "surtout on ne changez rien"...

       J'entendais, il y a quelques semaines, le cas d'une jeune femme, bardée de diplômes, elle s'était endettée pour financer ses études, une fois obtenus ses diplômes, et conformement à ce qui avait prévu par le prêt, elle devait rembourser maintenant  sa banque.

     Depuis trois ans, elle ne trouvait que des stages.....

    Lire la suite