google-site-verification: google7d26736b1ef720ed.html
Créer un site internet

inceste

  • Ma chaine youtube et les commentaires, qui s'y rapportent.

    https://www.youtube.com/channel/UCtcBQK79sCTfa4oxgoZew9A/discussion

     J'invite tout à chacun, à deposer des commentaies, sous mes videos, et  au sein de ma chaine, globale, pour ceux qui le souhaitent.

     Je vous invite surtout, à vous y abonner, bien sûr.

    Lire la suite

  • 12 janvier, 2018, message à tous ceux qui attendent après moi.

     Il est vrai que j'ai toujours fourrré mon nez, là, où ça dérange.

       Mais si l'on m'avait affirmé, un jour, que la Justice elle même, que mon avocat, et que mon coach, lui même, en personne, se ligueraient contre moi, pour me museler, afin que je ne puisse plus lutter, contre ce que j'ai toujours détesté...Jamais, je ne l'aurai pensé.

      Je ne sais pas ce qu'il adviendra de moi, j'ai le sentiment que jamais, je ne parviendrai à pardonner, à tous ceux, qui depuis toutes ces années, ont veillé, si méticuleusement, à m'ecraser, pour mieux observer, telle une souris de laboratoire, avec quelle ruse, je parvenais à me relever, TOUJOURS.

      Aujourd'hui, c'est par une décision assassine, qui émane de la juge des tutelles elle même, alors que je n'ai eu de cesse, que de lui dénoncer en quoi, et comment, la curatrice de l'UDAF, pratiquait, sur moi, les pires tortures psychologiques,  en n'appliquant pas ce que la juge pourtant, lui avait indiqué.

      Je pourrai vous la faire théatrale, selon la chanson de Barbara, en vous disant courtoisement, "et je m'en vais sereine".... Il va bien se trouver un crétin, pour s'en contenter, non ?

      Mais ça serait trop d'honneur, que je vous ferai là, et je ne crois pas que le fantôme de Barbara, apprecierait.

      Je pourrai aussi, vous resortir, la chanson de Anne sylvestre, sur "les gens, qui doutent"... Et qu'on s'évertue, inmaquablement, à me recoller sous le nez, en la personne de  Jeanne Cherhal, Vincent Delerm, et Albin de la Simone.... C'est juste oublier, que de souffrir est infiniment plus  acceptable, et concevable, quand on ne vous enferme pas dans un rôle qu'on vous impose.

      Aurait elle, elle même ecrit cette chanson, si elle avait été dans  la situation, que l'on m'impose, depuis toutes ces années ?

      Personne ne le sait, et Anne Sylvestre, pour qui j'ai bien plus que du respect, elle même, ne le sait pas d'aventage.

      Je m'excuse de ne pas être aussi forte, que beaucoup le voudraient, je ne suis qu'une simple femme, qu'on s'evertue à transformer, en vielle conne mal baisée..... Et je ne crois pas être responsable, en quoi, que ce soit,  du sort que l'on m'impose.

      Des lors je n'ai plus d'autre alternative, que de rentrer en moi, afin de lêcher mes plaies, pour une durée indéterminée, puisque l'énergie, qui a été mobilisée, pou porter ma souffrance, les 40 années premières de ma vie, là voilà de nouveau mobilisée, pour cette même raison, énergie, que de facto, je ne puis donc plus donner, vers l'extérieur....

     Comment vous dites ?

     Consulter un psy ?

     Mais j'ai fait, bien sûr.

      Le psy, et la psychiatrie, cautionnent entièrement, les méthodes de barbare, de Thomas Fersen. ils les cautionnent tellement,  qu'ils souhaitent, non pas me mettre sous neuroletiques, de nouveau, mais sous antidépresseurs.

      Quand je pense que je suis assez conne, pour avoir écrit mon histoire sur le sujet, ces derniers jours, pour avoir la certitude, qu'il ne restait rien de douloureux, entre eux et moi, je n'en reviens pas de ma naïveté.

      J'attends toujours, depuis plus d'un mois, qu'il me fixe un RV avec la psychiatre,  principe que j'ai accepté, mais qui visiblement, semblerait, lui poser à lui quelques problèmes de conscience...

      Je souhaite bien du courage, à la profession, pour envisager la moindre collaboration avec moi, quelque soit le sujet, désormais".

      Bon, week end à tous.

     

    Lire la suite

  • "Thinkerview", la chaîne sur internet qui pose les bonnes questions, mais aussi......

     "Les bonnes questions", qu'est ce que c'est ?

      Celles que d'autres ne posent pas, ou n'osent pas poser, soit parce que leurs patrons de chaine ne le souhaitent pas vraiment, mais plus souvent aussi, je crois, parce que n'importe quelle émission, qui souhaiterait proposer ce type de conversations, doit entrer dans un format horaire, imposé par une grille des programmes,  quelque soit la chain qui impose ainsi, un formatage difficilement évitable, au sein d'une chaine télévisée quelque soit la bonne volonté de ses dirigeants.

      Là, ça ne sort que sur internet (dommage, Eliane....), mais le bon côté c'est que ces émissions ont des durées, parfaitement aléatoires, et ouvrent alors entièrement la perspective de ne pas être contraints par le chrono.

     Version, "faite vite, il ne nous reste que 5mn....".

     Enfin, tout ce que j'aime. 

       Je vous recommande d'ailleurs particulièrement, l'émission sur Guillaume Meurisse, qui est à la conscience humaine, ce que certains cacheront sous le paillasson, le soir du réveillon.

     Ho, dites donc, à part ça, j'en ai une bonne à vous raconter, sur le prénom Maurice, le prénom de mon grand père paternel, d'ailleurs.

      Je suis certaine que ça va faire "mouche", autour de la table du Réveillon.

      Chacun sait à quel point j'aime farfouiller, pour ne pas dire "farfouinner", avec ma houe, "houe", mon rateau, ma pioche, ma pelle, mon piolet, mon JCB, mon nanitout, ma lampe torche, mon maitre cinquante, je pose un, et je retiens deux, telle la taupe moyenne dans les racines, (ho, quel joli mot,  des prénom, ou nom de famille notamment.

      Par exemple, moi, je m'appelle "Françoise", comme la chanson, et bien ça signifie "Française".

       Il y a quelques jours, mais qu'est ce que j'apprends là... Le prénom, "Maurice", figurez vous, vient du mot, MAURE.... c'est à dire, ARABE....

       Alors, sincères condoléances, à tous les racistes de service, néo colonialistes, qui s'appellent "Maurice", franchement, "je compatis",  je ne sais pas, par contre, si c'est aussi comique que recevable, pour changer de prénom en mairie...

       En tout cas, moi, rien que cette idée (qui aurait bien fait rigoler mon grand père,  il me semble),  m'a mise en Joie, pour le reste de la Journée !

    Lire la suite

  • 50 nuances pour balancer son porc !

     Certain vont trouver quelque peu hasardeux, de voir, que je mélange tout ainsi.

    J’ai déjà commenté, pat le passé, ce livre, à l’époque, et surtout, ce que personne ne faisait, le fait qu’il ait eu un aussi grand succès, et quelles, en étaient les potentielles raisons.

    Si je m’étais permis de le commenter, à l’époque, non pas que je m’en croyais indigne, mais comme toujours, je ne l’avais pas lu, alors, ça me semblait cohérent.

    Mais lors d’une de mes dernières hospitalisations à l’HP, pendant quelques jours, alors qu’on m’avait déplacée dans différents services, j’avais sympathisé avec une jeune femme qui tenait dans ses mains, ce livre.

    Elle m’expliquait alors, qu’il lui avait été offert, par sa propre mère, qui comme elle, était victime de violences conjugale, raison pour laquelle elle se trouvait hospitalisée en HP, ce qui en soit, déjà, m’interpellait sérieusement.

    Je ne nie pas qu’il puisse arriver qu’une femme battue, ait besoin, dans certains cas, d’être hospitalisée, mais objectivement, celui qui a de graves problèmes, dans le couple, c’est celui qui porte les coups, et pas celle qui les reçoit.

    BREF.

    Je rentrais chez moi, plutôt pensive, par ces confidences qu’elle m’avait faites.

    Il y a quelques jours, je découvrais le film, qui a été fait du livre.

    Je ne l’ai pas regardé, par intérêt, mais par devoir, parce que je voulais éventuellement pouvoir compléter le travail que j’avais fait sur le livre, et son analyse.

      J’avais retendu, dans un article précédent, qu’il était probable, que sur le pourcentage de livres achetés, un fort pourcentage, l ne l’avaient ^me pas ouvert, et je persiste en ce sens, à moins qu’il ne leur soit tombé des films, comme moi, j’ai laissé tomber le film, au bout d’une heure…

      J’ai insisté, je précise, par devoir, puis j’ai laissé tomber.

      Vous me direz « mais toi aussi, tu achètes des livres, quelquefois, que tu ne lis pas », ce qui est vrai, et c’est souvent le cas, mais moi, c’est pour une autre raison, c’est par manque de temps, et à cause de ma dyslexie.

      Mais une des questions, qu’on peut se poser, réside sur les raisons, qui justifient d’acheter un livre.

      Je pense que certains font l’objet d’achats compulsifs, comme n’importe quelle bien de consommation.

      Acheter 50 nuances de gris, à l’époque, et le poser sur la table, en rentrant chez soi, était sensé, je crois, se faire passer pour ce qu’on est pas, ou en tout cas, tenter de suggérer, qu’on aimerait bien, être autre chose, vis-à-vis de celui qui partage sa vie que ce qu’on est.

      Tenter d’allumer un fantasme, en quelque sorte.

      L’autre théorie que j’avais avancée, était que le succès, était dû au fait que les femmes devant assurer sur tous les plans, ce qui se traduit sociologiquement, par l’expression « charge mentale », le désir de laisser l’initiative aux hommes, une fois passé le seuil de la chambre à coucher, m’avait semblé assez cohérent.

      Et oui, comme vous l’aurez remarqué, il existe effectivement, une sacrée nuances, entre revendiquer des pratiques SM, et simplement proposer à l’homme de prendre l’initiative, nuance, que certains hommes, semblent d’ailleurs, ne pas avoir encore saisie.

      Mais venons-en au film.

      Il s’agit dune jeune femme, vierge, de surcroit, qui fait la connaissance d’un bel homme, plus âgé qu’elle, et riche….

      La description qui est faite du film, généralement, prétend, que l’objectif du film, tendrait à décrire, l’initiation du mentor sexuel, vis-à-vis de son élève, qu’il initie.

      Pour commencer, je tiens juste à préciser, que le contexte qui est décrit, est détaché de toute probabilité.

      Je ne prétends pas que ça n’existe pas…

      Mais franchement, la fille qui gagne le SMIG, à ranger des boites de conserves, dans une superette de quartier, qui voit débouler un mec pété de thunes, qui l’emmène des le lendemain, à la ville la plus proche, dans son hélico personnel, qu’il conduit lui même bien sûr….Moi, perso, je n’ai pas trouvé ça excitant, mais comique, oui, certainement .

      Nous en étions, là, à la version de Danny Boon, qui nous explique la collection Arlequin…

      Car en vérité, ça n’est de plus que ça…..

      Et oui, objectivement, il faut bien le reconnaitre, ça n’est rien de plus.

      Car enfin, que recherche ton, quand on ouvre un livre, ou qu’on regarde un film ?

      Certains ont envie de trouver des réponses aux questions qu’ils se posent, sur un thème abordé.

      D’autres « une belle histoire ».

      D’autres, que ça colle avec certaines formes de réalité sociétales, dignes de les faire ressortir, ensuite, en se disant, « tiens, oui, c’est vrai, j’aurai pas vu les choses comme ça ».

      Un peu des trois, souvent, je crois, avec selon les goûts de chacun, plus certaines raisons que d’autres.

      En ce qui me concerne, je place le cinéma si haut, dans mon estime, qu’il me faut bien reconnaitre que c’est la troisième raison, qui est la plus forte.

      Inutile de vous alors, que « le film m’est bien vite tombé des mains ».

      Mais au-delà du fait que je n’y ai pas trouvé mon compte, je vois d’autre part, par contre, une certaine toxicité, dans le film, puisque ce dernier tendrait à laisser croire, puisque le lien, entre coups et blessures, ou si vous préférez, le phénomène de violences conjugales, est avéré, qu’il existerait une voie, qui tendrait à laisser croire, qu’une femme battue, ne serait qu’une femme, qui serait adepte du SM, mais qui refuse de l’admettre, ou qui en tout cas, refuserait d’admettre, la théorie, sein laquelle, de recevoir des coups serait légitime, et acceptable, au sein d’un couple.

      En somme, ce film, pour moi, est juste d’une certaine façon, fortement préjudiciable, parce qu’il tendrait à légitimer la violence conjugale, en laissant croire, que « sous certaines conditions », liées aux pratiques sexuelles, ça serait non seulement, acceptable, mais pourquoi pas, digne, d’ouvrir des portes insoupçonnées, vers le plaisir sexuel.

      Et que l’on ne vienne pas me répondre, qu’avec son contrat, qu’il lui fait signer, ça devient recevable et légitime…

      S’il suffisait d’être épanouie sexuellement, pour que tout roule, comme sur des roulettes, psychologiquement, ça se saurait.

      L’équilibre psychologique au sein d’un couple, est une chose éminemment subtile, l’épanouissement sexuel, n’en est qu’une des facettes, et je persiste à prétendre que ce film, en banalisant les violences et la domination du « mentor sexuel », sur la jeune femme, dans l’esprit de certains jeunes, filles ou garçons, peut être toxique.

      Il est possible que certains doutent, de ce que je prétends, là .

      Et bien sachez pour information, que lors de cet internement psychiatrique, aussi, justement, il m’est arrivé aux oreilles, que certaines femmes, et pas uniquement des jeunes filles, se retrouvaient embarquées, dans des histoires soit disant SM, alors, que pour moi, la définition même du SM, ne peut être autre, que librement consentie, et entre personnes, qui se connaissent suffisamment, pour y prétendre, certaines, donc, se retrouvent au comissariat, pour viols, ou coups et blessure, voir, internement psy, au seul prétexte, qu’elle sont parties d’à prioris, parfaitement tronqués, sur les pratiques SM.

      Alors, je le dis, et je dis, de nouveau, le corps que nous avons, est un bien précieux, qu’on ne doit pas prêter à n’importe qui, et surtout à un connards, qui n’a pour seul ambition, de vous considérer que comme un jouet sexuel, destiné à assouvir, ses frustrations perverses, dans sa sexualité à lui.

    Lire la suite

  • Ecrire au procureur, quand il y a prescription.

     La question, est suggérée sur AIVI, "est ce necessaire, oui, ou non, et pourquoi ? Enfin, "à quoi bon" ?

    https://aivi.org/

    Voici ma réponse.

      Bonjour...

     OUI OUI OUI, trois fois oui !

       La seule raison, pour laquelle il ne faudrait pas le faire, serait que tu n'en ais toi, pas envie.

       Imagine que celui qui t'ait fait ça, l'ait fait à d'autres, même si c'est prescrit, et que cette c victime, ou ces victimes, ne peuvent pas porter plainte, non plus.

       Ainsi, le procureur, détient des éléments, qui sont susceptibles de donner des renseignements, qui s’avéreraient fort précieux,  si c'est un prédateur, plus actif, que tu ne le soupçonnes, et en lui écrivant, tu peux ainsi, apporter ta pierre à l’édifice, pour le coincer, juridiquement, afin qu'il ne puisse plus être dangereux, pour qui que ce soit.

       Il ne faut pas oublier, que (je ne sais pas quel âge, à ton violeur), mais peut être qu'il recommence, et que personne ne dit rien !

       Ce qu'il faut comprendre, c'est que par définition,  un pédophile, ou violeur, compte parfaitement, sur la peu qu'il a engendré, quelquefois, il continue à menacer, sa victime, pour ne pas qu'elle parle, et son objectif, c'est qu'il passe entre les gouttes.

        Si les averses, c'st à dire, les renonciations, sont trop nombreuses, on diminue les chances, de le voir passer entre les gouttes.

        Moi, j'ai déjà écrit à plusieurs reprises au procureur,  une fois, au sujet d'une forte suspicion, de violence conjugale, j'avais pris toutes les précautions, c'est à dire, en utilisant, le conditionnel, puisque ça n'était qu'une suspicion, mais ça avait été suivi.
     
       J'avais été convoquée, à la gendarmerie pour expliquer, et la victime elle aussi, de son côté avait été convoquée aussi.

       C'est lui, ensuite, qui a synthétisé, et qui a pris la décision, afin de déterminer, si ça devait aller plus loin, ou pas.

       Je pense d'autre part, que le fait de dénoncer quelque chose à un procureur, peut n'avoir pour conséquence, que le cas, se trouve croisé, avec le fichier pédophile, par exemple,  ce qui serait fort important et le fait, que tu n'en entende pas parler, ne signifierait pas, pour autant, que ça n'ait pas été lu, avec beaucoup d'attention.

       Dans le cas, de fait très grave, et si tu as vraiment peur, pour ta vie,ou la vie de quelqu'un d'autre, ce qui peut arriver, avec des violeurs, ou des pédophiles, ou qu'une vie est en jeu, et que tu crains, que la gendarmerie, ait du mal, à entendre ce que tu dis, je te recommande, d'utiliser la formule, "pli recommandé", de telle sorte qu'on ne puisse pas dire, que l'enveloppe était vide.

       Je suis assez chiante, avec cette méthode, qui fait soupirer ma postière, à chaque fois (mdr), mais juridiquement, je peux te dire que ça tient la route.

       Mais de toute façon, par rapport à l'image, que toi, tu te renvoies,  comme le dit Isabelle (joli prénom),  est juste absolument fondamental, quand o au fait que tu sois "acteur", de ta réparation.
     

       Parce que quelqu'un, qui écrit, mentalement, est toujours, DEBOUT !

    Lire la suite

  • Que faire, en cas de harcèlement ?

       Pour commencer, suite aux affaires de harcelement,  qui sont sorties dernièrement, et comme chaque jour, nous n'avons pas d'autres possibilité  que d'en parler,  je précise que je suis du mieux que je peux, mais que je dois veiller, à être la plus efficace possible, et comme je suis moi même victime de harcèlement juridique, de la part de ma curatelle,  je n'ai quelquefois pas d'autre possibilité  que de me taire,  pour mieux me protéger de la curtrice, qui bien loin de me protéger, est l'outil même du harcèlement que je subis depuis plusieurs années.

      Quoi qu'il en soit, je fais pour le mieux, et ce matin,  je viens d'aller voir, ce que le gouvernement avait prévu, puisque j'ai entendu, que les choses bougent, sur le plan juridique.

      Je précise, que je ne suis pas allée tout lire, encore, mais j'ai vu que le document était tranmis au procuteur de la République, qui est celui, qui est au dessus du juge, et qui donc, estime si oui ou non, la plainte est recevable, ou pas.

      Il est important de noter qu'il est prévu, sur le document en ligne, que vous puissiez commenter, éventuellement, si d'aventure, vous estimez, que certains mots, sont inadaptés, ou qu'il y ait quelque chose à améliorer.

       Apres tout, c'est bien nous les victimes, qui sommes les mieux placées pour le savoir.

    https://www.service-pubje ne parviens lic.fr/particuliers/vosdroits/F32247

     Mardi 28 novembre 2017.

    Samedi soir,  le spectacle etait comme chaque samedi dsoir, sur le plateau de OEPC.

     Je donne entièrement raison, à Camille Chamoux, qui n'en deplaise, à Yann Moix, a eu parfaitement raison, de pointer du doigt, les propos, de "Papy Finkielkraut"...

     Il est en effet, tellement pratique, de saisir l'opportunité du phenomène "balancetonporc", pour appuyer plus encore, sur son islamophobie, et la légitimiser.

     Que l'Islam, bien plus que les musulmans, soit antinomique, avec la moindre notion de féminisme, est une chose, qu'objectivement, personne ne peut nier.

     D'ailleurs, pour s'en convaincre, c'est assez simple.

      Je recommandais dimanche matin, d'aller voir les émission religieuses, qui traient justement, de la question suivante:

     "Les religions, sont elles mysogines".

    Vous pouvez revoir cette émission, en suivant ce lien:

     On peut observer que lors de cette émission, l'islam a été bien moins représentée, que les autres religions.

      Je ne cherche pas à mettre en défaut le reportage, ou l'organisation du debat,   j'ai juste remarqué que la femme musulmane présente, qui n'est pas voilée (quand bien même elle l'aurait été), semblait bien seule, et bien peu convaincante, et ça n'était certes pas sa faute.

      Les musulmans d'aujourd'hui, ne sont pas responsables des dictats qui sont énoncés dans le coran, mais ils sont coupables, pour certains de ne pas avoir le courage de dénoncer, ce qu'il porte de toxique, et surtout d'anachronique.

      Pour en revenir au débat de samedi soir, sur les intellectuels.

      Bien sûr, qu'il n'était pas question, pour Camille Chamoux, de remettre en cause, le statut d'intellectuel.

     Je me considère comme telle, moi aussi, même si je n'ai pas encore été éditée, et c'est une necessité absolue effectivement, de s'occuper d'analyser le monde dans lequel nous vivons.

      Mais il importe, comme elle le dit, de veiller à ce que le regard que nous portons, sur le monde dont il est question, ne soit pas déconnecté de toute réalité.

      Et aujourd'hui, à plus forte raison, avec le phénomène "balancetonporc", il est tout à fait souhaibable JUSTEMENT,  de prêter attention, au fait que le cliché, "jeune beur de banlieu", ne soit pas l'arbre qui cache la forêt.

      Quand certains parlent de prostitution, ils ont à l'esprit, systèmatiquement, la fille qui travaille sur le trottoir,  parce qu'on est victime des clichés, alors, que la prostitution, aujourd'hui, se passe par l'intermediaire d'internet,  elle n'est plus dans la rue, ou si peu, et les jeunes étudiantes, qui en sont arrivées à se prostituer, pour parvenir à boucler les fins de mois, est complètement "ors cadre", alors que c'est un cas de prostition avéré, qui est la conséquence d'une detresse sociale évidente.

     Et bien le harcèlement, c'est pareil... Exactement pareil, il faut absolument ne pas se limiter, aux cas des petits jeunes de balalieue, parce que quand on parle de harcèlement sur le lieu du travail,  ça me semble bien plus grave encore, que le harcelement de rue, parce que le c... en question, on est obligé de  se le coltiner, du matin au soir, il est au dessus de vous, dans la hierarchie, et on doit bien faire avec, et celui là, statitiquement, il est très rare, que ce soit un immigré seconde génération, "qui ait reussi", si j'en crois la discrimination à l'embauche, dont ils se plaignent, régulièrement, A JUSTE TITRE.

     Alors, oui, le vieux crouton,  qui a bu ses compliments, samedi soir, "comme du petit lait", il serait bien inspiré de sortir de ses charentaises de chez Wuitton.

    En cours de commentaire.

     

    Lire la suite

  • A quel âge peut-on consentir à un acte sexuel ?

    http://www.francetvinfo.fr/choix/a-quel-age-peut-on-consentir-a-un-acte-sexuel-un-fait-divers-impliquant-une-fillette-de-11-ans-rouvre-le-debat_2467732.htmlencer, je dois expliquer ma position, depuis toutes ces années, face ce problème, parce qu’il est possible, que je n’ai pas été bien comprise.

    Il s’agissait, depuis quelques années, d’aborder ce sujet, face à des faits divers, qui mettaient en accusation, souvent des professeurs, face à des élèves, qui se voyaient accusés de pédophilie, au seul prétexte de l’âge de l’un d’eux, et sans jamais tenir compte, du fait, que c’était avant tout, d’Amour, dont il était question.

    Je ne suis pas en train d’encourager ce type de comportement, je dis juste que le sentiment véritablement amoureux, entre un adulte, et un ou une adolescente, peut effectivement se produire, et ça n’est certes pas notre couple présidentiel, qui risque de mettre ma parole en doute.

    Un des aspects, qui doit attirer, la plus grande attention, que ce soit dans le milieu des avocats, ou dans l’entourage, réside, dans le fait, qu’il peut parfaitement se produire, que des parents, se disent les mieux intentionnés du monde, en qualifiant de viol, par le dépôt de plainte, sur l’acte commis, ALORS QUE LA VICTIME ELLE N’A PAS CE SENTIMENT et donc, PAS CE DESIR, rendant ainsi, traumatique, un acte sexuel, qui ne l’aurait pas été.

    Voilà, le danger.

    Là, le moins que l’on puisse dire c’est qu’on est bien loin, de ce genre de situation, puisque c’est la victime, qui est plaignante.

    "A 11 ans, on n'est pas consentante." Devant le ministère de la Justice à Paris, mardi 14 novembre, plusieurs organisations féministes dénoncent de récentes décisions de justice dans des affaires concernant des mineures. Début novembre, notamment, la cour d'assises de Melun (Seine-et-Marne) a acquitté un homme accusé du viol d'une fillette de 11 ans, des faits remontant à il y a huit ans. L'affaire a suscité un vif émoi dans l'opinion et relancé le débat sur le consentement sexuel des mineurs : faut-il fixer un seuil, un âge en dessous duquel une victime ne pourra jamais être considérée comme consentante ?

    Dans cette affaire, tout débute au mois d'août 2009. L'enfant se trouve en vacances chez son oncle. Elle joue au ballon et fait du vélo en compagnie d'autres enfants, dans la cour intérieure d'un immeuble de Champs-sur-Marne (Seine-et-Marne). Sa cousine et une amie viennent l'informer qu'un "grand" veut lui parler. Ce jeune homme âgé de 22 ans se trouve également en villégiature dans le lotissement, chez un proche, mais ne lui a jamais adressé la parole auparavant. "Ils discutent de tout et de rien", raconte Laure Habeneck, avocate de cette jeune fille qui est aujourd'hui âgée de 20 ans. L'homme lui demande où il peut trouver un parc dans les alentours.

    La plaignante assure avoir bien informé son interlocuteur de son âge, 11 ans. L'homme affirme qu'elle lui a dit 15 ou 16 ans. La fillette "fait" pourtant bien son âge, affirment par la suite des éducateurs, selon Laure Habeneck. Les deux protagonistes discutent de tout et de rien, tout en se dirigeant vers le parc voisin. "Il la suit, car elle connaît mieux Champs-sur-Marne que lui", raconte Samir Mbarki, avocat de l'homme. "Jusqu'à l'entrée, tout va bien. Ma cliente n'a jamais prétendu qu'il l'avait traînée de force, poursuit Laure Habeneck. Mais d'un seul coup, il s'empare d'elle et tout bascule."

    Consentante à 11 ans ?

    C'est à partir de là que les versions divergent. La plaignante dit avoir été maintenue, déshabillée et pénétrée. "Elle ne lui dit non à aucun moment, ça se fait naturellement", répond Samir Mbarki.

      Et oui c’est bien là, que réside le problème « NATURELLEMENT ? COMME UN ANIMAL EN RUT QUI CONVOITE UNE FEMELLE ET QUI LA PREND,

    Ha, ça, pour se faire, NUTURELLEMENT, c’est naturel, c’est sûr.

    C’est caractéristique, du viol, par essence, justement, aucun affect, aucun discernement, on dispose du corps de la femme, ou de l’enfant, comme si c’eût été un morceau de viande…

    Juste dégueulasse.

    "C'est parole contre parole", ajoute-t-il, en pointant l'absence de certificat médical, d'ITT (Incapacité totale de travail) ou de témoins.

    Et oui, bien sûr, à 11 ans, effectivement, quand on subit ce genre de chose le cops, lui commence à se transformer, mais mentalement on est encore un enfant.

    Ce qui est incroyable, c’est que cette notion de « sidération », que putain de bordel de merde, il va falloir arriver à tatouer, sur le front de tous les humains, ma parole, n’ait encore et toujours, une fois de plus, absolument pas pris en compte !

    Alors, on va rappeler de quoi, il s’agit.

    Le phénomène de sidération, réside dans le fait, que le sentiment de peur paralyse entièrement, le corps de telle sorte qu’on est incapable de réagir, de hurler, ou d’appeler au secours.

    Voir l’exemple que j’ai bien dû raconter environ 20 fais, depuis des années et des années, en divers endroits de mes sites internet, l’exemple de la souris et du chat que j’avais observés, dans mon jardin, il y une vingtaine d’années.

    Mais Laure Habeneck est convaincue du caractère contraint de l'acte sexuel. Elle voit mal sa cliente, de nature timide et réservée, tomber dans un tel scénario avec un inconnu. "L'expert-psychologue explique que c'est quelqu'un qui n'exprime pas ses sentiments, jamais." Un enfant issu de ce rapport sexuel est né l'année suivante, en 2010, avant d'être placé. La famille a pris connaissance des faits lors de la grossesse de la jeune fille, selon Le Parisien.

    Au moment d'évoquer son histoire, lors de l'audience à Melun, lundi 6 et mardi 7 novembre, la plaignante est en pleurs. Laure Habeneck évoque une jeune femme "très courageuse et digne" : "La défense a décrit la scène comme une initiative d'un rapport sexuel – le premier de sa vie, dans un parc avec un inconnu !". L'avocat général requiert huit ans de prison et un suivi socio-judiciaire, mais l'homme est finalement acquitté des accusations de viol. Citée par l'AFP, la procureure de Meaux explique que les jurés ont considéré que les éléments constitutifs du viol, "la contrainte, la menace, la violence et la surprise, n'étaient pas établis". 

    Je regrette , mais pour moi, c’est bien de viol, dont il est question, puisque cet enfant a bel et bien été « prise », par surprise, il y a de toute évidence, abus de pouvoir d’un homme qui se considère comme légitime, AU SEUL PRETEXTE qu’il a un ascendant en âge, et physiquement, pour moi, c’est un viol, et certainement pas une simple agression sexuelle.

    "Comment ça se fait que des gens potentiellement parents puissent prendre des décisions comme celle-ci ?", s'interroge la mère de l'accusée, citée par l'avocate. Pourquoi la Cour n'a-t-elle pas retenue la "contrainte morale" ? Depuis 2010, l'article 222-22-1 du Code pénal prévoit que cette contrainte "peut résulter de la différence d'âge" entre une victime mineure et son agresseur. Agée de 11 ans lors des faits, la fillette était-elle seulement en mesure de consentir à un acte sexuel ? "Ma réponse est non", tranche son avocate.

    Il n'y a aucun doute possible. C'était une enfant à l'époque. Elle ne s'intéressait pas aux garçons.

    Laure Habeneck, avocate de la plaignante

    à franceinfo

    Mais le texte de 2010 sur la contrainte morale donne une "simple possibilité de définition", nuance Audrey Darsonville, professeure de droit pénal : "C'est une indication". La différence d'âge, seule, n'est aujourd'hui pas suffisante pour qualifier la contrainte. En revanche, la juriste estime que le juge aurait, dans cette affaire, pu et dû retenir le critère de surprise. "Une fillette de 11 ans n’a pas besoin de hurler pour que le viol s’applique, explique-t-elle. On peut considérer que l’état de sidération – qui est un état de tétanie – empêche le consentement."

    12, 13, 14, 15 ans... Quelle limite ?

    Pour éviter des cas comme celui-ci, de nombreuses associations proposent de fixer dans la loi un âge en deça duquel l'agression sexuelle (ou le viol, en cas de pénétration) serait établie de facto : tout acte sexuel entre un adulte et un mineur en-dessous de ce seuil serait qualifié de viol. "Cette question se pose car la loi est mal appliquée, estime Audrey Darsonville. C’est peut-être aujourd’hui le seul moyen qu’on a de protéger les mineurs." "L'avantage, c'est que l'avocat général n'aurait plus à apporter la preuve d'un défaut de consentement", poursuit Laure Habeneck. L'idée fait aujourd'hui l'objet de plusieurs pétitions et de quatre projets de loi, selon un décompte du Monde. La ministre de la Justice, Nicole Belloubet, s'est engagée "sur une loi autour du printemps", au micro de CNews

    Reste à définir ce fameux seuil. Le Haut Conseil à l'égalité propose 13 ans. Audrey Darsonville rappelle qu'un mineur peut être incarcéré à partir de cet âge, en droit pénal des mineurs. "Si l’on considère qu’un mineur de 13 ans est assez mûr pour être incarcéré, on peut considérer aussi qu’il a la maturité suffisante pour accorder son consentement aux relations sexuelles." C'est aussi l'âge statistique de la puberté, précise le psychiatre Roland Coutanceau, coauteur de Victimes et auteurs de violence sexuelle (éd. Dunod) : "L’imaginaire sexuel est révolutionné par la puberté. Une fille ou un garçon prépubère ne cherchent pas dans la sensualité la même chose qu’un(e) pubère."

    Mais "la révolution pubertaire" n'est pas suffisante pour "donner un consentement pour une sexualité adulte". Le médecin rappelle que tous les adolescents ne développent pas la même maturité au même âge. "Au-delà du symbole de l'âge, qui permet de donner un message dans le champ social, rien ne remplace l'étude au cas par cas. Il faut encore étudier in concreto chaque histoire, pour comprendre ce qui s'est passé entre les deux protagonistes." D'autres propositions françaises évoquent un seuil à 15 ans. L'Espagne, l'Allemagne et le Royaume-Uni et l'Allemagne ont respectivement adopté des barrières à 12, 14 et 16 ans.

    Une requalification en "atteinte sexuelle" possible

    On veut faire croire que la cour d'assises a légalisé la pédophilie en France, mais personne ne veut comprendre ! C’est horrible ce que la plaignante a subi, mais cela s’appelle une atteinte sexuelle sur mineure de moins de 15 ans et pas un viol.

    Samir Mbarki, avocat de l'accusé

    à franceinfo

    Récemment, le tribunal de Pontoise (Val-d'Oise) a ainsi acquitté un homme, accusé de viol, dans un dossier similaire, tout en le poursuivant pour atteinte sexuelle. Cette qualification, toutefois, n'a pas été évoquée dans l'affaire de Champs-sur-Marne. Sollicité par franceinfo à ce sujet, le parquet n'a pour l'heure pas donné suite. Un tel délit aurait peut-être pu permettre de condamner l'accusé, mais pour Audrey Darsonville, toutefois, ce terme reste un pis-aller dans ce genre d'affaires. "C'est très injuste pour les victimes car l'atteinte sexuelle postule qu'elles étaient consentantes", analyse-t-elle.

    Contrairement au viol, l'atteinte sexuelle n'est pas un crime, jugé aux assises, mais un délit, puni de cinq ans de prison et 75 000 euros d’amende, étudiée au tribunal correctionnel. Quand elle n'est pas utilisée à bon escient, il s'agirait donc d'une sous-qualification. "Les juges sont parfois réticents à envoyer des mineurs devant la cour d’assises [pour un crime, le viol], par crainte que leur parole ne soit pas suffisamment entendue par les jurés", explique Audrey Darsonville.

    Dans cette affaire, la plaignante "a dû faire preuve d'énormément de courage pour venir à la barre", estime son avocate. Après avoir fait "le deuil de son enfance" en 2009, elle a vécu l'acquittement "comme un deuxième traumatisme", selon les mots de Laure Habenec. Aujourd'hui étudiante, la jeune femme âgée de 20 ans ne souhaite pas s'exprimer. Un nouveau procès doit avoir lieu, car l'avocat général a fait appel du jugement controversé.

    Il y a un autre traumatisme, qui n’est pas abordé, c’est que cette jeune femme, elle, a placé son bébé, chose que je peux comprendre.

    Le simple fait, que précisément, elle n’ait pas désiré soit le garder, soit manifester un intérêt positif, pour cet enfant, en dit pourtant long sur le sujet.

    En effet, dans l’hypothèse, où il n’y ait pas eu viol, il eût été plus facilement envisageable, même si elle l’aurait placé, qu’elle garde un lien, avec cet enfant, non ?

    Il importe effectivement, d’aller en appel, et de légiférer sur le sujet, parce que ce verdict, s’il ne change pas, ferait rigoler, bien des pédophiles, qui pour peu que leurs proies potentielles, commencent simplement, à manifester, des signes de puberté, ou à porter le moindre vêtement qui tendraient à montrer un signe de féminité, feraient d’elles, des proies potentielles, avec la bénédiction de la Justice…

    En gros, aux yeux des pédophiles, le message serait le suivant :

    « Bon, ben, ok, y’a plus qu’à se servir, alors ».

    Voilà, la lecture qu’ils en font, EUX !

    Sinon, la question à cent balles, il en pense quoi, lui, le coupable, du fait, que sa descendance, soit pris en charge par la DASS ?

    Lire la suite

  • Roman Polanski, "impunité, ou pas" ?

      Un article refait l'historique des faits qui lui sont reprochés, depuis que ce monsieur, a considéré que le milieu du cinéma, était l'occasion de consommer de la chaire fraiche, parce que "intellectuellement, il pouvait se le permettre"....

       A ceux qui attendent de voir ce que j'en dis, mais surtout, qui s'etonnent de voir, que je n'en ai pas encore parlé, je répondrai simplement, que ça n'est pas par négligeance, mais uniquement, parce que ces histoires de harcelements, de viols, et d'humiliations, que subissent la majorité des femmes, partout dans le monde, chaque jour qui passe avec des nouveaux faits, reactions, et révélations, sur des prises de position, demontrent à quel point c'est extrêmement complexe, et qu'il importe que je veille à ne pas vouloir montrer les différents éclairages, dans la même vidéo, puisque ces derniers temps, c'est par video, souvent, que je travaille.

    http://www.lefigaro.fr/cinema/2017/01/24/03002-20170124ARTFIG00221-pour-tout-comprendre-de-l-affaire-polanski.php

       Cet article présente l'aventage de démonter la chronologie.

       La raison, pour laquelle cette chronologie est importante, parce qu'elle doit mettre en evidence, le fait que les faits qui lui sont reprochés, correspondent à une époque, ou la liberation sexuelle, avait poussé certains à considérer que la pedophilie, n'aurait pas été sigrave, et dommageable, pour l'enfant.

      On sait, aujourd'hui, qu'il n'en est rien, et au contraire, que c'est là, un crime veritable, qui detruit, la vie de l'enfant violé, à tout jamais.

       Maintenant, il y a d'autres eclairages, qu'il me semble judicieux, de montrer.

      Je suis particulièrement choquée, pour la part, par le fait, que nulle part, jamais, je n'ai entendu Roman Planski, emettre le moindre regret,  sur cette periode de sa vie.

      Parce qu'il est bien là, en vérité, le souci, aujourd'hui, ce ne sont pas les faits, qu'il ait commis, qui lui sont reprochés, enfin, je ne pense pas, puisque le passé est le passé, et que les victimes elles, portent ce fardeau, pour leurs vies entières.

      Non, la vrai malaise, réside dans le fait que pour lui, c'est avant tout, une histoire d'avocats, d'ailleurs, dans l'article, il est bien précisé, que ça n'est pas lui, qui attaque aux USA, pour se défendre, mais bien "ses avocats", comme si lui, etait dans sa bulle, artitiquement, à l'abri de toute attaque, psychologiquement.

      En gros,c'est que du business, tout ça, n'est ce pas ?

      La souffrance générée, ma Foi, je crois qu'il s'en tape, mais alors, complètement.

     Maintenant, un autre problème se pose, et il est de taille....

      Le fait d'observer  des crimes commis, et des jugements rendus, et appliqués, quand il s'agit du milieu artitique, fait observer, qu'il se pose, un veritable cas de conscience, ensuite, qui réside dans le fait, qu'artistiquement, une fois la peine prononcée et exécutée, s'il est "entendable", au sens comprendre, que certains se trouvent choqués, par le fait de voir son travail promu... Je considère, comme particulièrement choquant, de refuser à l'artiste en question, une fois la peine executée, qu'il ne s'en trouve pas blanchi, comme doit bénéficier n'importe quel condamné, quelque soit le crime commis, et la peine en question.

      Je pense à Canta...

      D'accord, sur le fait, que le fait d'être artiste et riche, célèbre, ne doit surtout pas avoir pour conséquence, qu'ils soient au dessus des lois...Pour moi, c'est une évidence....

      Mais à l'inverse, une fois le crime payé, par le jugement rendu, et la peine executée, quelque soit la décision de Justice, je trouve incohérent,  de ne pas accorder la seconde chance,  au coupable en question.

      Pour polanski, le problème ne se pose pas sous cet angle, puisque certaines affaires sont en cours....

      J'ai le sentiment, our tout dire, d'être vraiment manipulée, pour le coup, parce que moi, qui lit peu, justement, le film dont il est le realisateur, bizarrement, est l'un des rares que j'ai lu, ces derniers temps, et que j'ai beaucoup apprecié, de Delphine de Vigan, "d'apres une histoire vraie".

       Je vous recommande chaleureusement le livre, d'ailleurs.

      Le problème réside donc, dans le fait que l'on reproche à la cinémathèque d'avoir organisé, cette rétrospective, à cause de ces accusations.

      Je suis d'accord avec cette posture, mais je m'en explique.

      C'est au prétexte que des accusations,  sont encore en cours, que je la justifie, et pas vis à vis des faits qui ont été jugés.

     Apres tout, chacun est libre individuellement, de juger, en son âme et conscience,  de boïcoter polanski, dans tout ce qu'il fait, non ?

      Mais de là, à mettre en avant l'oeuvre d'un homme, qui n'est même pas foutu d'emettre le moindre regret, sur cette periode trouble de son existence, voilà, ce qui moi, me pose veritablement problème.

      Et puis merde, enfin, il trouve le pognon, sans le moindre problème, pour exister artitiquement, et faire ses films, mais visiblement, il est trop con, et trop arrogant, pour dire, "j'ai vraiment deconné, alors, j'utilise mon pognon, pour proposer une arrangement amiable, à chacune de mes victmes, dont j'ai ruiné la vie et la carrière?" non mais c'est quoi, ce délire ?

      Même DSK, a lui, au moins, eu cette présence d'esprit, que de proposer un arrangement amiable, pour parvenir à avoir la paix, et ne plus être entravé, enfin, le moins possible.

      Alors, quoi, polanslki, est aussi con, qu'il est PETIT, c'est ça, son problème ?

    Ha, ça, c'est sûr, pour être "petit", il est "petit".

    Lire la suite

  • #balancetonporc dans la rue.

    https://www.franceinter.fr/emissions/la-revue-de-presse/la-revue-de-presse-30-octobre-2017

     La vidéo est en train d'uploder.

    https://twitter.com/search?q=%23balancetonporc&src=typd

    https://www.facebook.com/search/top/?q=balancetonporc 

    http://sainteaustrebertheavaitellevuleloup.e-monsite.com/blog/justice/roman-polanski-impunite-ou-pas.html

     

     Elle est tres bien, ta video, pas le même style que moi, mais nou en arrivons bien aux m^mes conclusions, toi, et moi.

     Sinon, sur le sujet, j'ai ecouté, en roulant, en voiture, aujourd'hui, une emission sur France Inter, dans "Affaires sensibles".

    https://www.franceinter.fr/emissions/affaires-sensibles/affaires-sensibles-03-novembre-2017

     Que je vous recommande particulièrement.

     

     

    En cours de rédaction.

    Lire la suite

  • L'islam orthodoxe, évoqué au procès contre des terroristes, le 23 octobre 2017.

    http://www.anti-religion.net/jihad_islam.htm

      Le seul commentaire qui me vient, c'est qu'en aucune façon, le prexte "islam orthodoxe", ne serait en mesure d'évoquer un islam plus toéerant, tel qu'il est pratiqué majoritairement, dans le monde.

      Je rappelle que dans n'importe quelle religion, l'être humain, des son plus jeune âge, par la force des choses, se voit imposé la religion des parents, ou la non religion, si tel est le cas,  mais que cette constante, ne doit jmais faire perdre de vue, que la liv berté de culte, est une donnée fondamentale, des droits de  l'homme, et que ça n'est certes pas avec des tels precepts, qu'on orsque de voir cette liberté de culte, si ce n'est evoquée, au minimum, envisagée.

      Je souhaite bien du courage, au musulmans de France ou d'ailleurs, qui sont progressistes, et qui s'opposent au principe de lobotomisation, que certains chefs religieux, persistent à vouloir encourager.

    Lire la suite

  • Retour vers ses racines.

     Moi, perso, j'aimerai bien deja, à 56 ans, qu'on m'autorise à les quitter....

     Mais enfin, ça finira bien par arriver à un moment, ou un autre.

      On se pose toujours la question, à un moment ou  un autre, pas necessairement en période de crise, je précise, mais juste quelquefois,  quand un évènement survient, une naissance, un décès,  ou quoi que ce soit qui survient, et d'un seul, on se souvient.

       Alors, vous en aurez toujours pour vous dire gentiment, "et bien t'avais qu'à ne pas les laisser, becasse"....

      Certes...

      C'est présisément, par l'éloignement, justement, que l'on pend conscience de l'attachement que l'on a à ses racines, et la conscience véritable de cet attachement, ne peut se faire à aucun autre prix, ne serait ce que pour quelques semaines de vacances.

      Une autre raison demeure, qui réside dans le fait que familialement, des liens se  défont, ou des traumatismes vous font fuir, alors, pour vous protéger, l'éloignement aide à panser les plaies.

      C'est une stratégie qui peut aider, effectivement, mais il serait déraisonnable, de pêcher par naïveté sur ce point, car les traumatismes de l'enfance, sont ancrés en nous, et quelque soit l'endroit du monde où l'on habite, ces terribles valises, toujours vous poursuivront.

      L'idéal, en pareil cas, ors contraintes proffesionnelles, je veux dire, c'est de ne s'éloigner que de quelques dizaines de kilomètres, et ne pas hésiter à faire appel à un psy.

     Camille avait fait une chanson sur ce thème, dans son premier opus, "le sac des filles"....

    http://www.deezer.com/search/camille%2C%20%22le%20sac%20des%20filles%22

     Elle s'appelle, "là où je suis née".

     Pour l'heure ce matin, c'est Rosemary Stanley, qui visiblement a fait des petits pieds, l'année dernière, elle aussi, une des Françoises, qui est retournée sur ses racines, à Lanmeur où visiblement, elle n'a pas eu la chance de croiser, le curé de là bas, qui revenait de sa baignade !

     

     En cours de commentaire.

     

    Lire la suite

  • Décrochage et phobie scolaire.

       J'ai travaillé sur ce sujet, depuis bien des années, deja. Vous pouvez retrouver mon travail, en suivant ce lien.

    https://www.google.fr/search?q=fran%C3%A7oise+niel+aubin%2C+et+les+rytmes+scolaires&oq=fran%C3%A7oise+niel+aubin%2C+et+les+rytmes+scolaires&aqs=chrome..69i57.13702j0j4&sourceid=chrome&ie=UTF-8

    http://www.lemonde.fr/sciences/article/2017/10/16/phobie-scolaire-comment-reprendre-le-chemin-de-l-ecole_5201740_1650684.html

     J'ai decouvert cette association, dans l'article, que je ne connaissais pas.

    http://www.phobiescolaire.org/

      J'ai pris contact avec eux, pour intégrer le groupe, sur FB.

       Il est possible que certains trouvent étrange, que de tels groupes soient fermés, mais je trouve ça légititme. Toute personne qui est confronté, à une souffrance, quelque soit sa nature,  doit veiller, à trouver sur internet, quand on ne peut faire autrement,  que sur des sites ou des réseaux, où règne, une forme de bienveillance, et où aucun voyeurisme mal placé, pourait nuire à la bonne entente, qu'ils sont en droit d'attendre, alors je cautionne parfaitement cette précaution.

     

    Lire la suite

  • "Tous à l'Ecole", au delà de nos frontières.

     Cette video, remonte à plusieurs années, deja, mais plante bien le decor, d'une certaine façon, puisque qu'elle decrit le fonctionnement, exact, de l'association, et demontre comment, l'education des filles, parce qu'elle sont dans les faits, souvent, de futures mères, detiennet effectivement, un réel potentiel, economique, pour influer, le devenir économique, et donc, de developpement, d'un pays.

     Prêtez bien attention, aux chiffres qui sont énoncés, notamment, par Michel Drucker.

      Pour ce qui me concerne, je travaille depuis pas mal de temps, deja, à l'écriture d'un livre, qui traite de la famille, au sens large.

       J'y compile mes articles sur le sujet, selon les problèmatiques que l'on m'a soumis depuis plusieurs années, et notamment, tout ce qui concerne, le manque d'enfant, donc, la stérilité, notamment, entre autre, l'adoption, et en quoi le phénomène de parrainnage, peut dans certains cas, proposer une forme d'alternative, à un manque d'enfant.

      Je ne prétends pas que ce soit, l'alternative absolue, mais uniquement qu'il peut se produire, que ça le soit.

      Il n'est pas question, pour moi, de vous livrer l'ensemble de mon travail, sur le sujet, ici, mais je vais juste poser, ce que j'ai rédigé, sur le parrainnage, qui est la solution, la plus souhaittable, pour tout le monde, pour soutenir une ONG, comme l'explique,Tina Kieffer, dans la vidéo.

    EXTRAIT:

      Pourquoi avoir recours au parrainage ?

      J'ai l'intime conviction, que le parrainage par ses différentes formules, propose des opportunité, de remettre du lien, entre les êtres, de la façon la plus ajustée, que chaque cas le nécessite.

      Il est tout à fait probable que certains ne  discernent pas vraiment en quoi, et pourquoi, je tiens à en développer les différentes formules…

      Alors, je m'en explique.

      Le souci, est le suivant.

      D'un côté, des gens qui ont la chance, d'avoir un niveau de vie suffisamment décent, pour avoir la prétention de parrainer, sans pour autant, je le précise, qu'il soit nécessaire, qu'ils fassent partie des classes particulièrement privilégiées, socialement ou financièrement.

      De l'autre, des villages entiers, des familles entières, des fratries, ou des enfants seuls, qui ont besoin, soit, d'un soutien uniquement financier, pour poursuivre leurs études, soit d'un soutien financier, pour jouir d'assez de dignité, pour ne pas mourir de faim et aller à l'école, soit des familles entières, qui sont dans une vraie détresse, totale et absolue, soit leur village, entièrement dévasté….Par un cyclone, par exemple.

      L'écueil à éviter absolument, consiste dans le fait que le parrain et celui qui en bénéficie, ne soit pollué par le côté toxique des différences de classe.

      Il faut qu'ils ne jouissent que  du côté merveilleusement positif du parrainage, tout en évitant, le côté toxique, qui lui, a toutes les chances de se produire, si le parrain, fait partie des classes les plus privilégiées, et que certaines conditions ne sont pas remplies.

     Vous doutez  ? Et bien écoutez ceci.

     J'ai parrainé un enfant, au Nicaragua, il y a quelques années.

     J'ai dû stopper, hélas, parce que sous tutelle, je ne pouvais continuer.

     C'était par l'association PLAN, que je vous recommande chaleureusement.

     Ce sont eux, qui m'avaient expliqué, ce "travers", effectivement regrettable.

     Une française, parrainant, à l'époque, un enfant, dans un pays  "en voie de développement", parce que les adresses véritables, avaient été échangées, avait été contactée par la famille de l'enfant, et sollicitée plus que de raison, pour donner plus d'argent, et une autre avait pris contact, pour carrément, venir ici en France.

      Il n'est pas question pour moi, de polémiquer, ou de porter un jugement sur une famille, qui était effectivement dans le besoin, ou dans une forme de détresse, mais juste de dénoncer les dangers, les risques, ou les dérives qui peuvent survenir, si la notion de parrainage, n'est pas encadrée, dans les règles psychologiques, parfaitement déterminées.

      Suite à ces problèmes, l'association PLAN, avait fait le nécessaire, pour que ça ne puisse plus se reproduire, et leur protocole est, je le précise, sur ce point, parfaitement fiable.

     Enfin, je veux dire qu'ils ont une grande expérience, du parrainage.

     Il est bon de savoir, que suite à mes suggestions, beaucoup d'associations, ont développé le parrainage, qui présente de multiples aventage, dont celui, extrêmement précieux, qui réside dans le fait, qu'au lieu de recevoir de l'argent, massivement, suite à une catastrophe, l'ONG en question reçoit au contraire, l'argent, sur le long terme, et de façon plus régulière, ce qui permet un travail, sur le long court,  qui ménage autant le moyen terme, et le long terme, que l'urgence immédiate.

     Il peut quelquefois, être parfaitement envisagé, que le parrain, ou la marraine, se rende effectivement sur place, ce qui se fait aussi, mais ce projet est alors, préparé en amont, justement pout en éviter les écueil, et je dois avouer, que ces témoignages, ensuite, concrétisent ce parrainage, de façon particulièrement émouvante, il y a sur le site de l'association, des témoignages, tout à fait touchants.

      Parrainage, par Éloignement Géographique.

     C'est l'exemple que je cite, plus haut.

      Dans l'hypothèse, de parrain, ou marraine qui soit particulièrement généreux, je recommande, EN PLUS DU PARRAINAGE CLASSIQUE ET INDIVIDUEL, que vous êtes en droit de multiplier, votre protégé, ou vos protégés, n'ont pas besoin, d'être informés que vous êtes riche ! Et votre relation, n'en sera que….. Plus riche, encore.

      Si vous estimez, qu'ils doivent en être informés, je ne saurai trop vous recommander, de consulter un psy, parce que c'est vous, qui avez un problème avec l'argent, et la relation que vous avez avec…..

      Car nous savons tous, que l'argent, pervertit beaucoup de choses, et notamment, la relation que nous avons à l'autre….

      Et que certains peuvent être tentés, par le parrainage, pour des raisons qui ne seraient pas les bonnes.

     Si vous souhaitez "investir" (je parle affectivement), dans la parrainage, d'aventage que sur le plan individuel, je sais qu'il est possible aussi, d'investir, par le parrainage sur un projet, plus conséquent, et parfaitement déterminé….

      Si vous souhaitez que ce projet plus précisément, porte votre nom, quel qu'il soit, et que c'est là votre condition, pour que vous le financiez, je ne connais pas la posture de l'ONG, sur ce point, mais je suppose, que leur position, doit être arrêtée, et pour tout dire, je ne la connais pas.

      Il me semble, que cette posture a le mérite, au moins d'être honnête, des lors qu'elle est clairement annoncée, en amont.

      Parrainage dans votre ville, ou proche de chez vous.

     J'avais suggéré, il y a quelques années, que les ONG œuvrant sur le sol français propose aussi ce parrainage de proximité.

     Pour moi, il revêt une importance absolument prépondérante, et présente de multiples avantages….Puisque la rencontre véritable, est effectivement envisageable.

     Mais là, encore, dans le cas de parrains, particulièrement aisés financièrement, certaines précautions, doivent être prises, de telle sorte que le parrain, ne se trouve sollicités, "pour de mauvaises raisons".

      Sinon, je rappelle que Pascal Plisson  avait tourné un film, il y a quelques années, qui s'appelle "sur le chemin de l'école", que j'avais adoré, et qui montrait comment, dans des pays extrêmement defavorisés, certains parents avaient à coeur, de tout faire pour que leurs enfants, aillent à 'ecole, et ce, même si dans leur pays, la scolarité n'est pas encore obligatoire, comme c'est le cas, dans des pays occidentaux. Ce film a été rediffusé, ces derniers temps, et est disponible encre, par le biais de France télévision Education.

    http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=210112.html

     Pour ce qui concerne France TV Education, je donne le lien.

    http://education.francetv.fr/matiere/education-civique/cm1/serie/les-chemins-de-l-ecole

     Pour ce qui concerne, l'ONG "tous à l'école", plus particulièrement, voilà, où ils en sont actuellement.

    http://www.toutes-a-l-ecole.org/

     

     

     

     

     

     

    Lire la suite

  • Ce que tout le monde doit savoir ? Je rajouterai INTÉGRER.

     

     Je cautionne entièrement, tout ce qui a été dit, dans cette vidéo.

       Mais je précise ma pensée...

       Nous n'avons pas affaire ici, à une bande d'illuminés, qui jouent les maitres spirituels, comme  le font certains prédicateurs, helas, quelquefois au sein de certaines religions, non seulement parfaitement officielles et tolérées, et dont certaines sont parfaitement instrumentalisées, par le pouvoir en place, pour justifier certaines dictatures.... Ou bien à certains mentors toxiques, qui sous couvert d'un coaching qui semble clean à tout point de vue, généralement à grand coup de photoshop, et de dents blanches, habillé de la finance internationale, ne cherchent  qu'à nous faire croire que de s'attacher au monde ancien, POUR DE MAUVAISES RAISONS suffirait à calmer la peur de l'avenir....

       Alors qu'en vérité......

         Cette formule n'est pas de moi, on me l'avait posée, sur mo fil FB, je crois, mais je l'avais trouvée tellement juste et intelligente, que je la recite.

     Le meilleur moyen de calmer notre angoisse, quand notre avenir,

    ça consiste à le bâtir soit même, en y prenant part".

     Pour revenir à cette vidéo.

       L'objectif, consiste à mettre en avant le fait qu'au sein de certaines religions, existe depuis le début, certaines théories qui convergent toutes vers la même idée, qui réside dans le fait que d'une part, il existe au sein de l'Humanité, et dans son histoire, certaines valeurs universelles, l'Amour de l'autre, ou au minimum, la Bienveillance, et que chacun est entièrement libre de choisir d'y avoir recours, sans pour autant, qu'il s'agisse d'en souffrir, bien au contraire, puisque c'est le seul enrichissement qui vaille..... 

       J'ai regardé, hier soir, " C politique", sur france 5,  et je suis en train de la commenter.

      Pour ce qui concerne la bienveillance, soyez sans crainte, quand Simone n'est pas là, Françoise ville, et si certains au service de la politique et de la finance, ont deja eu le culot, d'exploiter le mot BIENVEILLANCE à des fins de récuperation politique, j'ai particulièrement hâte d'observer qu'il en soit de même,  avec le mot COMPASSION, qu'on rigole cinq minutes...

    Lire la suite

  • 2017, une soirée continue, sur France 3, contre le viol.

     

      Je tiens à faire une mise au point, face à ceux qui soNt victimes de ces crimes Sexuels, et qui portent d'autres noms, aussi, comme attouchements, inceste,  pédophilie,  que si je ne parle que tr7s peu, pas assez je suppose, de ces crimes? ce fait a pour principale raison, que j'en suis complètement guerrie.

      Et que c'est précisément, parce que j'en suis parfaitement guerrie, que je n'en parle plus guère, "pour l'instant".

       Il ne faut voir dans ma posture, aucun mépris ou démotivation face à cette cause, bien au contraire, mais uniquement, le fait que cette cause, me tient à coeur, non pas plus qu'une autre, mais plutôt, autant qu'une autre.

      En ce sens, je suis accaparée, par d'autres sujets, comme  la famille, notamment, entre autre, mais surtout, d'autres thèmes, qui comme la famille, justement, sont précisement, intimement liés à la lutte contre le viol, et les crimes sexuels...

      En ce sens, il ne faut surtout pas considérer ce fait, comme une forme de résignation, venant de moi, bien au contraire, mais juste comme un signe, qu'on peut s'en sortir véritablement, et rien de plus.

      Par contre, sur ce plan là, j'ai une excellente nouvelle à vous annoncer, me concernant. 

      Depuis des années, sur differents aspects de la santé, je suis amenéee, et sollicitée, pour devenir "patiente experte", comme le sont beaucoup de malades, qui souhaitent mettre leur experience en temps que patients, au service es chercheurs, ou des associations.

      Jusqu'à il y a quelques mois, maintenant, le prétexte psychiatrique (par le biais des expertises mensongères) avait rendu impossible, la moindre chance, que ce soit envisageable, pour des raisons parfaitement coherentes.

      Lors de l'entrevue  avec la juge des tutelles, il y a quelques mois, il a été entendu, que la seule raison pour laquelle je serai maintenue sous curatelle, désormais, ne serait que pour répondre à ma demande, uniquement afin de servir de période transitoire à la tutelle, et la sortie de la moindre mesure de protection juridique.

      En théorie, en tout cas, plus rien de  ne s'opose, au fai, que je devienne patiente experte....

      Par contre, alors qu'il est prévu aussi, que je postule comme assesseur, auprès d'un tribunal, pour aider les magistrats,  au sujet des crimes sexuels,  j'ai deja fait la demarche les années passées, postulé etc, mais la moindre mesure de protection, donc, aussi, la curatelle, entrave entièrement, la moindre chance que ce soit realisable....

      Ca ne pourra donc se faire, strictement, que quand je serai délivrée de la moindre mesure de protection,  ce qui est aussi le cas, pour que je puisse donner mon sang, soit dit en passant.

     En cours de rédaction.

    Lire la suite

  • Des propos racistes échangés sur un parking....

       La scène a été filmée au Canada, mais aurait pu et doit probablement se produire, dans n'importe quel pays, de culture judéochrétienne, avec une tendance islamophobe.

      Spontannément, je serai tenté de préciser à ce primate que j'ai bien quelqu'idée, sur la destination du doigt qu'il brandit, mais il n'est que 9h du matin, et j'ai décidé ce matin, de m'interdire la vulgarité.

       La réaction de l'autre femme, qui est venue à sa rescousse, est juste géniale de spontanéité, RIEN A REDIRE.... Je suis admirative... Difficile de dire, devant une démonstration de connerie et de debilité, si l'on aurait eu cette repartie. 

      C'est une histoire de réflexe. Ca me remémore, Naja Wallaud Belkacem, qui sur un plateau télé, s'était vu refuser de se voir serrer la main, au prétexte qu'elle était une femme, et qui s'était vu reprocher, de ne pas avoir réagi...

      Je pense que c'est une histoire de réflexe, alors, je comprends. Probable que si ça se reproduisait, elle serait partie, ou en tout cas, aurait dit quelque chose.

      Ce genre d'individu n'a rien à faire sur un plateau de télévision, ils sont bien assez toxiques comme ça, sur internet, sans qu'en plus, on leur donne la parole à la télévision.

     

    Lire la suite

  • Maëlys, 9 ans, a disparu en Isère.

    http://actu.orange.fr/france/isere-maelys-9-ans-a-disparu-lors-d-un-mariage-magic-CNT000000MJKus.html

    29 Août 2017.

     ça fait plusieurs jours, à present, que cette fillette a disparu.

      J'ai entendu,  ce matin, que les chiens, avaient marqué la perte de sa travce, sur le parking, ce qui tendrait à laisser croire, que la fillette ait été emmenée, par une voiture, dans laquelle elle aurait monté, ce qui orienterait les enquêteurs, vers l'enlevement.

      Je précise que depuis le début, j'ai commenté en interne, pour donner mon sentiment, afin que ce soit transmis aux autorités compétantes.

     Au sujet de l'alerte enlevement, voci u lien, qui explique, pourquoi elle n'a pas été utilisée.

    http://www.ouest-france.fr/societe/faits-divers/alerte-enlevement/disparition-de-maelys-pourquoi-l-alerte-enlevement-n-pas-ete-declenchee-5211099

       Si la thèse de l'enlèvement, semble être actuellement privilégiée, j'y vois personnellement, l'occasion de mettrre en avant, comme si ça n'était pas une évidence aujourd'hui, la necessité d'avoir une structure européenne equivalente au FBI, qui permette au même titre que pour le proxénétisme, la traite d'humains, l'esclavage moderne, ou le risque terroriste, d'offrir une collaboration, digne de ce nom, avec les autres pays europépens limitrophes.

    Samedi 2 septembre 2017.

    http://www.francetvinfo.fr/faits-divers/disparition-de-la-petite-maelys/recit-on-a-vu-passer-un-vehicule-en-trombe-gyrophare-allume-comment-la-fete-a-bascule-apres-la-disparition-de-maelys_2350673.html

    On vient d'apprendre à l'instant, que les deux hommes, qui avaient été mis en  garde à vue, ont été relâchés.

    Plusieurs liens, sur ce sujet, sont disponibles sur FranceTVinfos.

    Pour ce qui concerne les chiens renifleurs, je sais que ces derniers ont perdu sa trace, sur le parking.

        Actuellement, ce qui serait souhaitable, serait de poser sur leur collier,  un émeteur, et de les laisser divaguer, dans la zone à prospecter, et de les suivre par satellite, de telle sorte qu'ils n'aient plus le soutien de leur maitre, pour observer ce que ça donne.... Les chiens, dans le lien de l'humain, ouvriraient peut être certaines novelles opportunités, pour faire avancer l'enquête. Enfin, c'est ce que moi, je ferai.

    Mardi 5 septembre 2017.

     

     COUVERTURE MEDIATIQUE DE L'AFFAIRE MAËLYS.

     Je ne trouve rien à redire, je trouve que les leçons prises, hélas, par l'affaire Grégory, ont bien été apprises, et sont appliquées, je cautionne entièrement, l'extrême précaution, et la prudence de la procureur, qui sot pafaitement justifiées.

    23 septembre 2016.

    http://www.francetvinfo.fr/faits-divers/disparition-de-la-petite-maelys/info-france-3-affaire-maelys-le-principal-suspect-etait-violent-intimidant-et-menacant-avec-les-femmes-qu-il-frequentait_2384659.html

    http://www.francetvinfo.fr/faits-divers/disparition-de-la-petite-maelys/maelys-le-suspect-avait-ete-pris-en-filature-par-les-gendarmes-avant-sa-garde-a-vue_2383290.html

    http://www.francetvinfo.fr/faits-divers/disparition-de-la-petite-maelys/affaire-maelys-le-dispositif-de-recherche-revu-a-la-baisse_2369723.html

     

     En cours de commentaire.

    Lire la suite