google-site-verification: google7d26736b1ef720ed.html

infanticide

  • le pape François cherche à obtenir la « pleine implication de l’Église mondiale dans la protection des enfants ».

    https://www.la-croix.com/Religion/Catholicisme/Monde/cardinal-Cupich-rencontre-abus-sexuels-devra-etre-debut-dune-reforme-mondiale-2018-11-25-1200985415?from_univers=&id_folder=1200819732&position=2

    Ces propos sont tenus, par  l’archevêque de Chicago, chargé d'organiser la rencontre mondiale sur les abus sexuels qui se tiendra à Rome en février 2019.

    Il s'agit du cardinal le cardinal Blase Cupich.

    Je le cite:

    « Cela signifie avant tout que nous devons nous assurer que tous les responsables d’Église ont une compréhension complète et directe de l’impact des abus sexuels commis sur des victimes », a-t-il précisé. Cela implique également à ses yeux « de nommer et de prendre pleinement en charge nos échecs afin qu’ils ne se répètent pas ».

    « Pour cela, l’Église, à tous les niveaux – local, régional, national et universel – devra assumer ses responsabilités, a-t-il détaillé. À cette fin, nous devons définir plus clairement ces responsabilités particulières et établir la réactivité, la transparence et la responsabilité, en particulier pour les évêques. »

     Le problème, alors, est le suivant.

     Puisque le pape, lui meme,  CE QUI EST INCROYABLEMENT REVOLUTIONNAIRE, considère que desormais, EN AUCUNE FACON, LA JUSTICE DIVINE NE DEVRAIT SUPPLANTER LA JUSTICE DES HOMMES, en matière de pédophilie,  ça implique, donc, necessairement, une fois la réelle prise de conscience, faite, dans n'importe quel pays,  que a Justice des hommes,  soit à la hauteur, pour raiter le problème de pedophilie, sur le plan sociétal....

     Ors, dans beaucoup de pays,  la pedophilie, est considérée, m^me pas comme un crime, ce qu'il est, comme le viol, mas au mieux, comme un delit mineur, voir, commequelque chose de non seulement, anecdotique, voir parfaitement toléré, et legitime, comme dans d'autres reigions, telles que l'Islam, mais elle n'est pas la seule...

     Les evangelistes, actuellement, feraient un tabac, parait il, et notamment, aux USA.

     Vous savez, pourquoi ? parce qu'ils ont le sens du rythmes, parait il....

     Si si, je vous jure, leur truc, c'est de chanter, autour d'u piano, et certains, sont assez cons, figurez vous, pour s'en contenter, sur le plan spirituel.... mais c'est pas grave, ils vous soulagent, quand même, "grave", votre compte en banque, on ne peut as tout avoir, dans la vie, n'est ce pas.

     Mais côté pedophilie, par contre, on sait pas, c'est MOTUS ET BOUCHE COUSUE.

    Lire la suite

  • L'Association LE REFUGE.

    http://sainteaustrebertheavaitellevuleloup.e-monsite.com/videos/francoise-niel-aubin-l-homosexualite.html

    http://sainteaustrebertheavaitellevuleloup.e-monsite.com/videos/do/tag/benoit-hamon/

    http://francoise.babaorum.info/t2993-Le-film-qui-met-le-feu-aux-poudre-dans-les-pays-arabes.htm

    https://www.le-refuge.org/?utm_source=Liste+lecteurs&utm_campaign=3bb8a1ab67-EMAIL_CAMPAIGN_2018_05_31_10_36&utm_medium=email&utm_term=0_b576c2295c-3bb8a1ab67-72648685&mc_cid=3bb8a1ab67&mc_eid=665c8cf02f

    https://www.le-refuge.org/actualites-presses/actualite-nationale/item/sondage-bva-pour-le-refuge-les-francais-et-la-lutte-contre-l-homophobie.html

     Je suis intriguée par ces chiffres, enfin, ces pourcentages, je veux dire.

     En effet, les deux tiers de la polpulation française, trouvent normal de protéger, un jeune homosexuel, qui  serait rejetté par sa famille.... E gros, pour repondre au sondage, tout le monde demeure dans le "politiquement correct".

     Difficile d'avouer à l'enquêteur, en effet, qu'en f  gros, "non j'aime pas les PD".

     Désolée, si je choque, mais quelquefois, il n'est pas unitile d'être grossier, ou un peu trop direct, pour secouer le cocotier.

     J'en déduis donc, que pour certains, "on les aime bien, on compatis même,  mais on le fait d'autant plus que ça se passe dans la famille des autres.

      J'ai pris contact avec l'Association, parce que je vois qu'il n'y a aucune antenne, encore, aux anlentours de Rouen. Alors, je propose mes services, la creation d'une antenne, chez nous, est en cours de création, m'a ton dit.

    4 fevrier 2019.

    Un concours est organisé, pour soutenir la cause LGBT, et l'association, "le refuge".

    http://"Grand Concours Le Refuge : Initiatives contre les LGBT-phobies" 2019 : toutes les infos !

    Je viens d'autre part, depuis quelques jours, d'ouvrir une cagnotte, sur FB, pour aider l'association, à ouvrir une structure,  dans la region de Rouen, ou du Havre.

    https://www.facebook.com/donate/407211840025366/

      En cours de commentaire.

    Lire la suite

  • Viol et meurtre d'un petit garçon de 9 ans, dans l'Aisne.

    https://www.francetvinfo.fr/faits-divers/meurtres/meurtre-d-un-enfant-dans-l-aisne/direct-meurtre-d-un-enfant-dans-l-aisne-le-suspect-est-defere-devant-un-juge_2779029.html#xtor=CS3-794

      Pour l'heure, on ne sait pas grand chose sur le présumé innocent, selon la formule consacrée. Je ne suis pas psychiatre, et donc, je n'ai aucun commentaire à faire.

      Il serait marginal.

      Parfait.

        On sait qu'à chaque fois qu'un enfant, que ce soit un petit garçon ou une petite fille, se fait agresser sexuellement, dans 80% des cas, il s'agit de quelqu'un de la famille, ou de l'entourage. Là, il semble, que ce soit le cas, aussi, puisqu'il était du village.

      Je n'ai rien à dire de plus pour l'instant.

      Le fait de préciser qu'il s'agit d'un petit garçon, me semble important, aux yeux de l'opinion, parce que beaucoup croient, je le soupçonne, que les victimes de viol ou d'attouchement, sont plus souvent de sexe féminin. Je n'ai aucun pourcentage à vous donner sur le sujet.

      Une précision, toutefois, alors que la psychiatrie, manque cruellement de moyens, actuellement, alors  que beaucoup en souffrance, auraient besoin, si ce n'est de faire un séjour en HP, plus ou moins long, ou necessiteraient de pouvoir être suivi,  il serait bon de ne pas crier au loup, avant d'avoir la certitude,  que c'est bien lui, qui serait le coupable....je veux dire qu'il ne faut pas mettre la charrue avant les boeufs.

     1 Juin 2018.

     Qui est le jeune homme suspecté ?

    https://www.francetvinfo.fr/faits-divers/meurtres/meurtre-d-un-enfant-dans-l-aisne/meurtre-d-un-enfant-dans-l-aisne-qui-est-l-homme-place-en-garde-a-vue_2777563.html

     Casier juciciaire vierge.  Donc, fiché nulle part, et donc, pas d'avenatge, sur le fchier des deliquents sexuels.

     Sa marginalité, c'est assez simple, "on s'en fout", puisqu'on sait fort bien, que sur 100 crimes de cette nature, dans la grande majorité des cas, ce sont des ersonnes, qui semblent, "normales"...

     Et c'est quoi, l normalité ?

     Lui, exentrique, par son apparence,  faisait son jardin, et construisait des maisons d'oiseaux....

     La nouveauté reside, dans son passé psychiatrique,  il est skysiophrène... Et là, je vais juste me taire, pour la simple raison, que je n'ai aucune compétance, sur le sujet.

     Dernièrement, on a pu voir,  à la télévision,  une video, qui m'a semblée fort bien faite, pour expliquer cette maladie.

    https://schizinfo.com/

    https://www.schizinfo.com/experience/

      Le mari d'une amie de jardin, etait skizophrène, il ne voyait, ni ne pr  fréquentait jamais personne.

      Il avait simplement dit à sa femme, un jour, qu'avec ce qu'il ressentait,  il devrait ne pas être en liberté, mais à l'ecart du monde.

      Elle avait confié à des voisins, que quelquefois,  elle avait peur de lui.

      Elle n'avait jamais voulu le faire consulter, parce qu'elle vivait avec des préjugés stupides et irresponsables,  sur l'HP.

      En fin de nuit, un jour, il arrivât un jour, reveillant son voisin, qui  vivait seul, puis lui dit, "viens vite, je crois que je viens de faire une enorme connerie"....

      Le voisin arrivât,  et decouvrit son epouse, qu'il adrait, pourtant, il venait de lui donner une diezaine de coups de couteau.

      Il a été hospotalisé, dans la même unité que moi, extrêmement calme, n'adressant jamais la parole à qui que ce soit. je precise, que l'unité, ou je me trouvais, à cette époque, était le pavillon Antinin Artaud, et que ça n'est pas la pathlogie, ou m^me le symptôme d  qui determine, en principe, le fait, que vous arriviez, dans tel pavillon, ou tel autre, mais simplement, la zone géographique.

       C'est pour cette raison que je connais certaines personnes de mon canton, qui ont été hospitlisées là bas, à différents moments de leurs vies, comme je l'ai été et ce qui explique, que je l'avais été en même temps que lui.

       D'après ma psychiatre à l'époque,  qui m'en avait un peu parlé, il passait tout son temps, à faire l'éloge de son épouse, qu'il avait assassinée.

      Il a terminé sa vie à l'HP, neutralisé par les médicaments.

      Je crois qu'en ce qui concerne cette maladie, comme dans beaucoup de pathologies mentales, d'ailleurs, la communication est défaillante, au point qu'elle évolue en mutisme...  Ce qui est difficile, c'est d'arriver à percevoir,  si c'est la maladie, qui par le complexe qu'elle provoque, induit le mutisme, ou le défaut de communication, ou si c'est l'inverse.

     En cours de commentaire.

    Lire la suite

  • L'affaire Angélique, au sujet du phénomène de sidération. #cuentalo.

     Bon, j'ai bossé deux heures, au bas mot sur le sujet, mais suite à un bug, il a disparu.

    https://www.francetvinfo.fr/faits-divers/meurtres/meurtre-d-angelique/video-quand-elle-a-commence-a-se-debattre-il-a-su-quil-fallait-la-tuer-le-recit-glacant-du-calvaire-d-angelique_2731005.html

     Première question.

     Ces pillules, qu'il a achetées,  dans un sex shop, est ce que c'esst du viagra ?  Ou est ce q  d'autres pillules ? auqquel cas, ça induirait la dangerosité de cette prise "ors prescription mediacale", alors, que l'on sait, qu'il existe un vrai problème actuellement, si l'on considère que d'autres pays d'europe en autotorisent la vente sans ordnnance, notamment, via internet.

     Je ne connais pas ces pillules, d'autant moin encore, que je ne suis pas un homme. Quelle influence sur le désir  ? ou (et), les pulsions sexuelles ?

      An niveau du couple, est ce qu'il y avait recours ?

      Sa femme savait elle, qu'il y avait recours, dans le cadre de ses relations sexuelles, avec elle, ou pas ?

      Je précise, enfin, je soupçonne, que certains trouvent mes commentaires étranges.

      Mais  ces questions n'ont pour vocation, que de tirer des leçons, et pour y parvenir il convient, d'investiguer autour du crime, pour comprendre comment, ça ait pu arriver.

      Je comprends, que la Justice veille à ce que le visage du présumé coupable, n'apparaisse pas dans les médias, et je suis d'accord sur ce point, quand on observe les réactions populaires, qui avec les reseaux sociaux, sont exhacerbées, encore d'aventage.

      Mais une question me hante.... Considérant le fait que cet homme ait deja commis un viol, avec arme, pour lequel il avait été condamné, je voudrai savoir comment, declancher le fait, que d'eventuelles autres victimes, qui sous l'effet de la sidération, qui auraient éventuellement été ses victimes antérieures, si c'est arrivé, pourraient éventullement le reconnaitre...

       Je précise que cette demarche peut être envisagée, je crois, maintenant, sans qu'une plainte, ne soit deposée, "encore", ou en tout cas, il en est question.

      J'invite donc toute personne, ayant été victime de viol,  et qui n'auraient pas osé aller porter plainte  à la gendarmerie,  habitant dans ce secteur, ou bien auilleurs, alors, qu'elles, l'auraient croisé, dans un autre endroit, comme en vacances, à se rendre à la gendarmerie, afin d'identifier éventuellement leur agresseur, et déposer plainte, "peut être".

      Je sais, que beaucoup, trop , helas de victimes, n'osent pas encore porter plainte.... Mais la raison principale, pour laquelle il importe, précisément, de deposer plainte, en cas de viol, ou d'actes pédophile, Y COMPRIS POUR DES ATTOUCHEMENTS réside principalement dans le fait, que le coupable,  s'il n'est pas denoncé puis,poursuivi, considère alors, objectivement, premièrement, que son acte, est presque "normal", puisque la victime ne porte pas plainte, mais aussi, qu'il peut recommencer....

      En ce sens, le fait de deposer plainte, est un acte de courage, qui est une véritable preuve d'amour, vis à vis de votre prochaine, celle que vous croisez dans la rue, la petite fille qui fait du vélo, dans un square, ou votre fille, votre nièce, ou votre voisine.

    https://www.francetvinfo.fr/faits-divers/meurtres/meurtre-d-angelique/meurtre-dangelique-les-maires-doivent-ils-savoir-si-un-de-leurs-administres-est-sur-le-fijaisv_2731177.html

    La polémique sur le fichier judiciaire automatisé des auteurs d’infractions sexuelles ou violentes (FIJAISV) monte. Le nom du meurtrier présumé de la petite Angélique, dont le corps a été retrouvé à Quesnoy-sur-Deule (Nord) dimanche 29 avril, était inscrit sur cette base de données. L’ancien voisin de la victime avait été condamné en 1996 pour viol avec arme sur une mineur de 12 ans. Il n'était pas soumis à une obligation de soins car "la législation à l'époque n'autorisait ce type de suivi que dans la cadre d'une libération conditionnelle", a précisé le procureur de Lille qui a annoncé l'ouverture d'une information judiciaire.

      Oui, et bien il faut revoir ça, je pense, avec l'application d'un effet rétroactif,  remontant à plusieurs decennies.... Sinon, certains risquent de passer au travers les amilles du filet, si je puis m'exprimer ainsi.

      Il en va de la securité de nos concitoyens.

      Demeure le problème des détenus, sortis, parce qu'ils ont accompli leurs peines, figurant dans le fichier, qui refusent le suivi psychiatrique.... Pour moi, dans de telles circonstances, il faut que la pression, sur eux, demeurent, comme d'avoir alors, à disposition, leur ADN, et qu'une obligation de suivi de leurs moindre sdeplacements physiques, comme sorties du departement, soit obligatoirement, imposé.

      Je suppose, que certains vont trouver que je vais un peu loin, mais je m'en explique...

      Des prédateur sexuels, il en existe avec differents profils, certains, ont une réelle conscience, du danger potentiel, qu'ils representent,  et sont objectivement responsables, au point, qu'il velent, veritablement  être reintegrés,  dans la vie sociale normale, et certains psychiatres,  dont c'est la specialité, oeuvrent en ce sens, et parviennet à les soigner.

      Pour d'autres, cette prise de conscience, jamais, ne se fera.... ors, refuser precisement, la prise en charge, et l'injonction de soin, est une preuve indubittable, que non seulement, ils r  demeurent dans le deni le plus total de la gravité du crime qu'ils ont commis, et donc, ils considerent, que pour leur cas, "il n'ya plus le moindre problème".

     Objectivement, donc, ces hommes sont lâchés dans la nature, legalement, alors, qu'ils demeurent dangereux....

     Alors, qu'il existerait des moyens, qui ne sont pas sûr, à 100, c'est vrai, mais quand même, de  parvenir à determiner, quel est leur risque pontentiel, de demeurer à presenter u danger potentiel.... 

      L’homme de 45 ans a reconnu le meurtre d’Angélique peu de temps après son interpellation samedi 28 avril. "C'est incompréhensible d'avoir un habitant délinquant sexuel et que personne n'avait été mis au courant", a dénoncé très vite dénoncé Michel Sas, premier adjoint au maire de Wambrechies.

      Ha, non non, je comprends son embarras, mais c'est au contraire souhaittable, que la population, ne le sache pas, afin d'eviter, la stigmatisation, car je rappelle, que c'est à la Jutice, de faire ce travail, soit il aurait été considéré Y COMPRIS UNE FOIS EXECUTE SA PEINE encore potentiellement dangereux, et dans cette hypothèse, ils doivent vivre quelque part, en un lieu où où ne peuvent plus recidiver, soit on considère,  qu'ayant acepté de se faire soigner,  CE QUI ARRIVE VRAIMENT, avec certificiats medicaux à l'appui, ayant entrainé alors, un risque suffisemment limité de risque de recidive, auquel cas, alors, il peut reintegrer une vie normale, dans la société, alors, dans cette hypothèse, en aucun cas, ils ne doivent être stigmatisés...

      Par contre que lui, en temps que maire de son village, oui, je suis d'accord, il aurait dû en être avisé, sur ce point, je suis d'accord....

    "Assurer la transmission de l'information"

    Ce fichier judiciaire automatisé des auteurs d’infractions sexuelles ou violentes (FIJAISV) créé en 2004 "n'est destiné qu'à la justice", rappelle sur franceinfo Me Marie Grimaud, avocate de l’association Innocence en danger avant de demander "garder ses propres données pour quoi faire ?"Ce FIJAISV doit permettre de suivre les déplacements des anciens condamnés et d'éviter la récidive. Dans ce cas, il a d’ailleurs permis l’arrestation mais n’a servi à rien pour éviter le drame. Au nom de l’association Innocence en danger, Me Grimaud demande que "les éléments de ce fichier doivent être transmis aux collectivités territoriales de manière systématique pour assurer une transmission de l'information sur un territoire donné".

     Oui, je suis d'accord, sur ce point, mais il me semble, que c'est dans l'autre sens, que le problème de detection, d'un danger potentiel, devrait être apprehendé, puisque transmettre des données, à echéances regulières, lors de mises à jour, par un calendrier strict par exemple, serait inefficace, puisque concretement, cette date ne conhinciderait pas necessairement, avec l'embauche de stagiaire, ou de nouvelles recrues, pour des postes sensibles, comme l'encadrement d'enfants, dans un centre aeré, ATSEM, stagiaires, ou animateurs, dsn le milieu sportif.

     Je veux dire, que cette méthodologie administraitive, ne me semble pas adaptée.

     Il est bon de noter d'autre part, que d'observer les lois, mises sur pied, à l'etranger, et leurs consequences, doivent être scrutées avec la plus grande attention.

     Ainsi, au Royaume Uni,  ces dernièrs années, cette histoire de fichier, a été mis sur pied.

      Si son fonctionnements, quand aux déplacements, des délinquants sexuels, ou d'autres prérogatives, devraient inspirer notre systême pour l'améliorer, il est admis outre manche, que certaines dérives sont apparues, qui résident dans le fait, que certains particuliers, ayant voulu le consulter, ont donné en pâture, le nom de ces délinquants, pour faire les choux gras, de la presse à sensation, ce qui me semble, profondément choquant....

      Soit, on vit dans un etat de droit, où l'on considère que la vie d'un délinquant sexuel, doit être assumée, pour lui donner toutes les chances de pouvoir se reinsérer, dans un cadre précis,  où il est cependant légitime, de tout faire pour que les risques soient minimisés, soit on considère que ces hommes sont perdus, de façon ultime et irreversible, et on est en plein fachisme....

      Mais on ne peut pas avoir le cul entre deux chaises.

     Il est possible que cette histoire de delation, soit minimisée, mais j'informer simplement, que ceux qui se livrent à ces denonciations, oublient juste un fait, d'une grande gravité, qui reside, dans le fait, que ça decourage probablement certains delinquents sexuels, à vouloir cooperer, pour se soigner, parce que'ils doivent penser que quoi, qu'ils fassent, de toute façon, une fois la peie purgée, jamais, il ne pourront esperer retrouver une vie "reltivement normale"...

     Alors, que ces dérives, pourraient être evitéesen condamnant les "fuiteurs", ainsi que les journaux en question., qui sont alors, ors la Loi.

    Dans votre collectivité, vous avez un délinquant sexuel et vous devez faire attention et mettre en œuvre pourquoi pas une assistante sociale qui soit un relais auprès de ce délinquant en cas de difficulté.Me Marie Grimaud, avocate de l’association Innocence en dangerà franceinfo

     Oui, c'est une bonne idée, mais elle doit être assermentée, pour eviter les fuites, justement.

    Cette question fait débat. Laurence Blisson, secrétaire générale du Syndicat de la magistrature et juge d’application des peines estime que la communication aux maires fait l'objet d'une "hostilité très forte". La magistrate rappelle qu’"en réalité, le maire n'a aucun pouvoir spécifique et ça n'est pas légitime dans notre démocratie".

      Pour une petite fille, ou pour une femme non plus, ça n'est pas "légitime", de se faire violer.

      Des qu'une personne, doit integrer un poste au sein d'une municipalité, il suffit de taper son nom, pour savoir s'il fait parie d fichier, c'est donc, si compliqué que ça ? je ne crois pas.

      Ca devrait être un acte justement cohérent, et je dirai systèmatique, qui encadre toute embauche, y compris pour des CDD, ou un simple stage d'une semaine, ou de quelques jours, ou m^me une journée, des qu'il y a contact potentiel, avec des enfants....

      J'aimerai savoir, comment celui, dont il est question, dans ce crime, celui d'Angélique, ait pu se retrouver d'ailleurs, embauché, pour faire du transport, il était chauffeur de car, et jusqu'à preuve du contraire, un chaugffeur de car, transporte AUSSI des enfants.

      Il semble bien que l'affaire Emile Louis, visiblement, n'ait pas encore suffisemment, marqué les esprits.

    https://www.lyonne.fr/auxerre/faits-divers/2017/01/14/demile-louis-a-jean-pierre-treiber-l-yonne-terre-de-faits-divers_12241615.html

     Je rappelle qu'il etit chauffeur de car, et qu'il emmenait ses victimes dans les campagnes, puis une fois violées, il les supprimait.

      Elle alerte sur les "dérives qui pourraient naître de cette communication". Laurence Blisson évoque par exemple les risques pour le délinquant sexuel de se voir "refuser de logement sociaux", d'avoir "des difficultés pour la scolarisation de sa famille"ou de subir "des formes qui auraient pour objet de le faire aller ailleurs".

      Oui, oui, sur ce point, je suis parfaitement d'accord, c'est un vrai problème.... c'est pour cette raison que l'acces au fichier, doit être systêmatique, mais par un nombre limité, asermenté, et tres restraint d'individu.

    "Fragilisation des personnes"

    La secrétaire générale du Syndicat de la magistrature cite des études faites aux États-Unis. Selon elle, elles montrent que "c'est un facteur de fragilisation des personnes, notamment au niveau de logement, de l'emploi, de la capacité, qui aggravent le risque de récidives parce qu'on est sur des personnes qui vont être mises dans des situations encore plus difficiles." 

    Oui, je suis d'accord, sur ce point.

      Je ne sais plus quel pays, a  adopté, un systême plus radical, encore, qui consiste à a voir reservé une petite ville, où ils habitent, et c'est l'inverse qui est preconisé, c'est à dire qu'il n'y a que eux, qui y vivent...ça doit faire l'objet de reflexion. il semblait, que ça avait le merite, d'être efficace... Et consenti, par les violeurs et pedophiles à risque, puisque parfaitement encadré par la Justice, et la police.

     

    Lire la suite

  • Affaire Gregory, la piste internationale de la pédophilie.

     Ces jours derniers, une nouvelle affaire de pedophilie est appararue.

    https://www.lalsace.fr/actualite/2018/04/18/reseau-de-pedophilie-le-principal-protagoniste-reconnait-les-faits

       Je ne sais plus si c'est pour ce cas, que j'ai apperçu ce détail, mais l'enfant avait été retrouvé entouré d'une corde, dans la rivière... Et c'est là, que j'ai fait le rapprochement, avec l'affaire Gregory. Est ce qu'il n'y aurait pas  ce qu'on appelle "un modus operendi"? C'est à dire, un rituel d'execution, dans les deux sens du terme. Dans cette hypothèse, il serait alors envisagé que l'enfant, ait été remis, ou vendu, à un pedophile, ou à un reseau.

      Ca n'est qu'une piste, bien sûr. Et j'imagine bien que je ne suis pas la seule, à y avoir pensé. Mais ce raprochement me semble étrange.

     Le 19 Mai 2018.

      Ces jours derniers, nous avons appris, que pour des raisons  de vices de procédure, certaines mises en examens, ont été annulées.

    https://actu.orange.fr/france/affaire-gregory-l-expertise-qui-pourrait-faire-basculer-l-enquete-magic-CNT00000130OzX.html

      Certain trouvent celà dommageable, à la résolution de l'affaire. mais ça serait infiniment plus dommageable encore, que ça n'ait pas été le cas, puisque vices de procedure, il y avait. Supposons par exemple, que les mises en examen, aient porté des fruits, allant vers la resolution de l'enquête,  tel que ça s'etait deroulé, et bien ensuite, il autrait pu être usité d'utiliser ces vices de procedures qui n'auraient pas été assumées, pour invalider la totalité des resultats obtenus? ce qui eut été un comble. Là, au moins l'affaire repart sur des bases plus saines.

     Pour ce qui concerne l'enquête,  il reste semble t til, une piste juridique,  qui emanerait d'une nouvelle technique d'expertise, qui doit être exploitée.

     J'ai vu, le reportage, à la télé, qui montre qu'au sein de la petite ville, "tout le monde en a marre", et  considère desormais, le sujet, comme tabou.

      Qu'il soit tabou, aupres des medias, je dirai que ça n'est pas plus mal. Pour ce qui est d'observer que ça le soit, de façon plus générale, je rappele simplement, que cet enfant, il n'est pas mort, par le don du saint Esprit, et qu'il y a bien quelqu'un, qui l'a assassiné... Et que cette personne, peut paprfaitement, qui sait , Un jour, s'en prendre à un autre enfant. je ne pretends pas celà, pour faire peur, mais juste pour insister que de dire, "on ne veut plus en parler", n'est pas un moyen de faire honneur à la Justice.

      Pour ce qui concerne Muriel Boll, à qui j'avais ecrit,  avant que les juges ne l'assigne à residence, eloignée de son domicile, et notamment, de sa soeur ainée, même si cet eloignement, ait pu lui, sembler difficile, je pense que dans une famille douloureuse, il est toujours profittable, de jouir de l'eloignement, parce que ça permet de realiser que l'on existe en dehors de son clan d'origine, dont j'imagine bien que par la mort de cet enfant, la toxicité,  devait être plus forte, encore.

      Il me semble me souvenir, que les deux soeurs, ne se parlaient plus.

      Lors d'une interview,  elle avait déclaré, furtivement, "j'ai jamais été avec mon beau frère".

      Cette expression, jamais n'a été decryptée, ou plutôt comprise, comme elle aurait dû l'être, et c'est bien dommage. C'est à ce sujet, que je lui avais écrit, longuement, parce que je savais comment, tenter de l'aider, pour lui oter, une forme de culpabilité.

      Ce qu'elle avait voulu dire, alors, à la face du monde, c'est qu'elle n'avait jamais été la maitresse de son beau frère...

      Je ne suis pas en train de prétendre, qu'elle l'avait été, et qu'elle avait menti, et que la haine, ou en tout cas le desamour de sa soeur ainée, y trouvait son origine.

      Non, au sein des familles, quand les frères et soeur sont des amoureux, sont fiancés, et plus encore, quand les couples s'installent, se créent alors, se tisssent des liens tres fort, et bien plus sincères et purs,  qu'on ne le soupçonne, comme j'avais pu le voir, avec mon mari, il y a fort longtemps, et ma petite soeur,  qui n'est plus de ce monde, helas...

      Il etait "comme fils unique", lui, parce que ses deux frères res et soeurs habitaient loin, et étaient beaucoup plus âgés que lui.

      Alors, moi, tres proche de ma petite soeur, à l'époque, qui s'appelait Nathalie,  il la considérait, je le sais, comme sa petite soeur, à lui aussi...

      Ces atttachement sont purs,  et si  Muriel Bolle avait prononcé cette phrase, "j'ai jamais été avec mon beau frère", c'est qu'il s'était simplement trouvé quelu'un, pour trouver à y redire, alors, que cet attachment n'avait rien de suspect, ou d'immoral... Il aura suffi, d'une crise de jalousie entre soeurs, pour peu que quelqu'un, de mal intentionné, peut être, eut trouvé un certains plaisir, à influencer sa soeur ainée, peut être, pour y voir à mal, alors, que ça n'aurait pas dû.

      Pour ce qui concerne le petit Grégory, et la piste pédophile internationale, plus le temps passe, et plus mon sentiment, d'avoir voulu nuire, en "prétant l'enfant", à un reseau, me semble une piste plausible, parce que ça correspond parfaitement, à une attitue vengeresse, version, "on va faire disparaitre le gamin, quelques temps, ils s'amuseront avec, peu importe sur ce que ça debouchera, ils auront la trouille de leur vie, et leur vie sera bousillée"....

      C'est dur, ce que je dis, n'est ce pas ? Mais la pédophilie, l'infanticide, n'arrivent pas necessairement, "de façon intentionnelle"... "Ben oui, un gamin, c'est un truc qui braille, on l'utilise, comme on utilise, une batte de base ball, pour frapper quelqu'un, ce que devient la batte de base ball ensuite, qu'est ce qu'on s'en fout"....

      La personne, qui a  commis l'infanticide,  a reçu le gamin, peut être même pas, avec la mission de le supprimer, mais juste "d'en faire ce qu'il voulait"...

      Comme on shoote dans un caillou,  ou comme on lance un morceau de bois à un chien, à la campagne,  et qu'on espère qu'il va bien s'amuser à sauter dans tous les sens, comme avec un jouet....

      Il est tout à fait envisageable, que ceux qui ont remis l'enfant, à celui qui l'a assassiné,  n'ont même peut être pas clairement signifié, qu'il fallait le tuer, ils s'en foutaient, ils voulaient juste instrumentaliser la disparition du petit, pour torturer les parents.

     En cours de redaction.

    Lire la suite

  • Les mafias, les paradis fiscaux et l'obscurantisme, détestent la Lumière.

    Il existe plein de pays, dans le monde, où les humains qui y vivent, n'ont pas acces à la Lumière, liée à une source d'energie globale, ou organisée.

     Depuis plusieurs années, différents politiques ont oeuvré pour que celle lumière, aussi précieuse dans la réalité que par la symbolique qu'elle véhicule, arrive dans ces contrées.

    http://www.energiepourtous.org/?gclid=EAIaIQobChMIicePjOjy2QIVaLHtCh2pFgSkEAAYASAAEgJGIPD_BwE

     Je trouve qu'il est interessant d'observer, selon les endroits, quels sont les actions, afin de se projeter, et observer comment, l'argent, qu'on leur donne, va faire avancer tel projet ou tel autre.

    https://asso.bdpv.fr/?gclid=EAIaIQobChMI_9_DmITz2QIVSLHtCh1xxw_REAAYBCAAEgI87PD_BwE

      Une association, sur le sujet du photovoltaique ne me semble pas un luxe,  parce qu'apres la discussion avec mon couvreur,  il m''a expliqué que dans la réalité, il arrive que certains professionnels, ne fassent pas bien leur travail, ou ne proposent pas necessairement la meilleure installation, alors, plusieurs avis vallent mieux qu'un seul.

      Pour ce qui concerne l'électrification, de certaines zones, dans le monde où l'électricité,  est rare, ou inexistante, il faut admetre que le photovoltaïque, est revolutionnaire, puisqu'il offre la possibilité d'installer des systêmes sur place, indépendants, et parfaitement autonomes.

    https://www.lesechos.fr/pme-regions/actualite-pme/0301220408590-fonroche-vend-50000-lampadaires-solaires-au-senegal-2150320.php

     J'avais découvert cette entreprise, lors d'un reportage, à la télévision, et je trouve ça vraiment super.

    Lire la suite

  • 50 nuances pour balancer son porc !

     Certain vont trouver quelque peu hasardeux, de voir, que je mélange tout ainsi.

    J’ai déjà commenté, pat le passé, ce livre, à l’époque, et surtout, ce que personne ne faisait, le fait qu’il ait eu un aussi grand succès, et quelles, en étaient les potentielles raisons.

    Si je m’étais permis de le commenter, à l’époque, non pas que je m’en croyais indigne, mais comme toujours, je ne l’avais pas lu, alors, ça me semblait cohérent.

    Mais lors d’une de mes dernières hospitalisations à l’HP, pendant quelques jours, alors qu’on m’avait déplacée dans différents services, j’avais sympathisé avec une jeune femme qui tenait dans ses mains, ce livre.

    Elle m’expliquait alors, qu’il lui avait été offert, par sa propre mère, qui comme elle, était victime de violences conjugale, raison pour laquelle elle se trouvait hospitalisée en HP, ce qui en soit, déjà, m’interpellait sérieusement.

    Je ne nie pas qu’il puisse arriver qu’une femme battue, ait besoin, dans certains cas, d’être hospitalisée, mais objectivement, celui qui a de graves problèmes, dans le couple, c’est celui qui porte les coups, et pas celle qui les reçoit.

    BREF.

    Je rentrais chez moi, plutôt pensive, par ces confidences qu’elle m’avait faites.

    Il y a quelques jours, je découvrais le film, qui a été fait du livre.

    Je ne l’ai pas regardé, par intérêt, mais par devoir, parce que je voulais éventuellement pouvoir compléter le travail que j’avais fait sur le livre, et son analyse.

      J’avais retendu, dans un article précédent, qu’il était probable, que sur le pourcentage de livres achetés, un fort pourcentage, l ne l’avaient ^me pas ouvert, et je persiste en ce sens, à moins qu’il ne leur soit tombé des films, comme moi, j’ai laissé tomber le film, au bout d’une heure…

      J’ai insisté, je précise, par devoir, puis j’ai laissé tomber.

      Vous me direz « mais toi aussi, tu achètes des livres, quelquefois, que tu ne lis pas », ce qui est vrai, et c’est souvent le cas, mais moi, c’est pour une autre raison, c’est par manque de temps, et à cause de ma dyslexie.

      Mais une des questions, qu’on peut se poser, réside sur les raisons, qui justifient d’acheter un livre.

      Je pense que certains font l’objet d’achats compulsifs, comme n’importe quelle bien de consommation.

      Acheter 50 nuances de gris, à l’époque, et le poser sur la table, en rentrant chez soi, était sensé, je crois, se faire passer pour ce qu’on est pas, ou en tout cas, tenter de suggérer, qu’on aimerait bien, être autre chose, vis-à-vis de celui qui partage sa vie que ce qu’on est.

      Tenter d’allumer un fantasme, en quelque sorte.

      L’autre théorie que j’avais avancée, était que le succès, était dû au fait que les femmes devant assurer sur tous les plans, ce qui se traduit sociologiquement, par l’expression « charge mentale », le désir de laisser l’initiative aux hommes, une fois passé le seuil de la chambre à coucher, m’avait semblé assez cohérent.

      Et oui, comme vous l’aurez remarqué, il existe effectivement, une sacrée nuances, entre revendiquer des pratiques SM, et simplement proposer à l’homme de prendre l’initiative, nuance, que certains hommes, semblent d’ailleurs, ne pas avoir encore saisie.

      Mais venons-en au film.

      Il s’agit dune jeune femme, vierge, de surcroit, qui fait la connaissance d’un bel homme, plus âgé qu’elle, et riche….

      La description qui est faite du film, généralement, prétend, que l’objectif du film, tendrait à décrire, l’initiation du mentor sexuel, vis-à-vis de son élève, qu’il initie.

      Pour commencer, je tiens juste à préciser, que le contexte qui est décrit, est détaché de toute probabilité.

      Je ne prétends pas que ça n’existe pas…

      Mais franchement, la fille qui gagne le SMIG, à ranger des boites de conserves, dans une superette de quartier, qui voit débouler un mec pété de thunes, qui l’emmène des le lendemain, à la ville la plus proche, dans son hélico personnel, qu’il conduit lui même bien sûr….Moi, perso, je n’ai pas trouvé ça excitant, mais comique, oui, certainement .

      Nous en étions, là, à la version de Danny Boon, qui nous explique la collection Arlequin…

      Car en vérité, ça n’est de plus que ça…..

      Et oui, objectivement, il faut bien le reconnaitre, ça n’est rien de plus.

      Car enfin, que recherche ton, quand on ouvre un livre, ou qu’on regarde un film ?

      Certains ont envie de trouver des réponses aux questions qu’ils se posent, sur un thème abordé.

      D’autres « une belle histoire ».

      D’autres, que ça colle avec certaines formes de réalité sociétales, dignes de les faire ressortir, ensuite, en se disant, « tiens, oui, c’est vrai, j’aurai pas vu les choses comme ça ».

      Un peu des trois, souvent, je crois, avec selon les goûts de chacun, plus certaines raisons que d’autres.

      En ce qui me concerne, je place le cinéma si haut, dans mon estime, qu’il me faut bien reconnaitre que c’est la troisième raison, qui est la plus forte.

      Inutile de vous alors, que « le film m’est bien vite tombé des mains ».

      Mais au-delà du fait que je n’y ai pas trouvé mon compte, je vois d’autre part, par contre, une certaine toxicité, dans le film, puisque ce dernier tendrait à laisser croire, puisque le lien, entre coups et blessures, ou si vous préférez, le phénomène de violences conjugales, est avéré, qu’il existerait une voie, qui tendrait à laisser croire, qu’une femme battue, ne serait qu’une femme, qui serait adepte du SM, mais qui refuse de l’admettre, ou qui en tout cas, refuserait d’admettre, la théorie, sein laquelle, de recevoir des coups serait légitime, et acceptable, au sein d’un couple.

      En somme, ce film, pour moi, est juste d’une certaine façon, fortement préjudiciable, parce qu’il tendrait à légitimer la violence conjugale, en laissant croire, que « sous certaines conditions », liées aux pratiques sexuelles, ça serait non seulement, acceptable, mais pourquoi pas, digne, d’ouvrir des portes insoupçonnées, vers le plaisir sexuel.

      Et que l’on ne vienne pas me répondre, qu’avec son contrat, qu’il lui fait signer, ça devient recevable et légitime…

      S’il suffisait d’être épanouie sexuellement, pour que tout roule, comme sur des roulettes, psychologiquement, ça se saurait.

      L’équilibre psychologique au sein d’un couple, est une chose éminemment subtile, l’épanouissement sexuel, n’en est qu’une des facettes, et je persiste à prétendre que ce film, en banalisant les violences et la domination du « mentor sexuel », sur la jeune femme, dans l’esprit de certains jeunes, filles ou garçons, peut être toxique.

      Il est possible que certains doutent, de ce que je prétends, là .

      Et bien sachez pour information, que lors de cet internement psychiatrique, aussi, justement, il m’est arrivé aux oreilles, que certaines femmes, et pas uniquement des jeunes filles, se retrouvaient embarquées, dans des histoires soit disant SM, alors, que pour moi, la définition même du SM, ne peut être autre, que librement consentie, et entre personnes, qui se connaissent suffisamment, pour y prétendre, certaines, donc, se retrouvent au comissariat, pour viols, ou coups et blessure, voir, internement psy, au seul prétexte, qu’elle sont parties d’à prioris, parfaitement tronqués, sur les pratiques SM.

      Alors, je le dis, et je dis, de nouveau, le corps que nous avons, est un bien précieux, qu’on ne doit pas prêter à n’importe qui, et surtout à un connards, qui n’a pour seul ambition, de vous considérer que comme un jouet sexuel, destiné à assouvir, ses frustrations perverses, dans sa sexualité à lui.

    Lire la suite

  • Institut pour le cerveau et la moelle épinière.

    https://icm-institute.org/fr/

      Je vous recommande d'aller jeter un eil, sur leurs videos, qui sont fort bien faites.

       Le viellissement de la population, combiné aux conséquences de differents facteurs, comme la pollution atmosphérique,  "ou pas", le consumérisme, l'invasion des ecrans, les addictions, qui sont une conséquence en premier lieu, d'un véritable mal être intérieur,  nous oblige à considèrer que mieux nous connaitrons notre cerveau, et son incroyable plasticité, plus nous seront à même d'aider les patients, à se soigner par eux même,  de façon naturelle, à chaque fois que ça sera possible, pour peu qu'eux même acceptent l'idée qu'ils puissent, au moins en partie, être leur propre thérapeute.

      Je leur ai envoyé un message, pour proposer mon aide, en temps que "patiente experte".

    Lire la suite

  • A quel âge peut-on consentir à un acte sexuel ?

    http://www.francetvinfo.fr/choix/a-quel-age-peut-on-consentir-a-un-acte-sexuel-un-fait-divers-impliquant-une-fillette-de-11-ans-rouvre-le-debat_2467732.htmlencer, je dois expliquer ma position, depuis toutes ces années, face ce problème, parce qu’il est possible, que je n’ai pas été bien comprise.

    Il s’agissait, depuis quelques années, d’aborder ce sujet, face à des faits divers, qui mettaient en accusation, souvent des professeurs, face à des élèves, qui se voyaient accusés de pédophilie, au seul prétexte de l’âge de l’un d’eux, et sans jamais tenir compte, du fait, que c’était avant tout, d’Amour, dont il était question.

    Je ne suis pas en train d’encourager ce type de comportement, je dis juste que le sentiment véritablement amoureux, entre un adulte, et un ou une adolescente, peut effectivement se produire, et ça n’est certes pas notre couple présidentiel, qui risque de mettre ma parole en doute.

    Un des aspects, qui doit attirer, la plus grande attention, que ce soit dans le milieu des avocats, ou dans l’entourage, réside, dans le fait, qu’il peut parfaitement se produire, que des parents, se disent les mieux intentionnés du monde, en qualifiant de viol, par le dépôt de plainte, sur l’acte commis, ALORS QUE LA VICTIME ELLE N’A PAS CE SENTIMENT et donc, PAS CE DESIR, rendant ainsi, traumatique, un acte sexuel, qui ne l’aurait pas été.

    Voilà, le danger.

    Là, le moins que l’on puisse dire c’est qu’on est bien loin, de ce genre de situation, puisque c’est la victime, qui est plaignante.

    "A 11 ans, on n'est pas consentante." Devant le ministère de la Justice à Paris, mardi 14 novembre, plusieurs organisations féministes dénoncent de récentes décisions de justice dans des affaires concernant des mineures. Début novembre, notamment, la cour d'assises de Melun (Seine-et-Marne) a acquitté un homme accusé du viol d'une fillette de 11 ans, des faits remontant à il y a huit ans. L'affaire a suscité un vif émoi dans l'opinion et relancé le débat sur le consentement sexuel des mineurs : faut-il fixer un seuil, un âge en dessous duquel une victime ne pourra jamais être considérée comme consentante ?

    Dans cette affaire, tout débute au mois d'août 2009. L'enfant se trouve en vacances chez son oncle. Elle joue au ballon et fait du vélo en compagnie d'autres enfants, dans la cour intérieure d'un immeuble de Champs-sur-Marne (Seine-et-Marne). Sa cousine et une amie viennent l'informer qu'un "grand" veut lui parler. Ce jeune homme âgé de 22 ans se trouve également en villégiature dans le lotissement, chez un proche, mais ne lui a jamais adressé la parole auparavant. "Ils discutent de tout et de rien", raconte Laure Habeneck, avocate de cette jeune fille qui est aujourd'hui âgée de 20 ans. L'homme lui demande où il peut trouver un parc dans les alentours.

    La plaignante assure avoir bien informé son interlocuteur de son âge, 11 ans. L'homme affirme qu'elle lui a dit 15 ou 16 ans. La fillette "fait" pourtant bien son âge, affirment par la suite des éducateurs, selon Laure Habeneck. Les deux protagonistes discutent de tout et de rien, tout en se dirigeant vers le parc voisin. "Il la suit, car elle connaît mieux Champs-sur-Marne que lui", raconte Samir Mbarki, avocat de l'homme. "Jusqu'à l'entrée, tout va bien. Ma cliente n'a jamais prétendu qu'il l'avait traînée de force, poursuit Laure Habeneck. Mais d'un seul coup, il s'empare d'elle et tout bascule."

    Consentante à 11 ans ?

    C'est à partir de là que les versions divergent. La plaignante dit avoir été maintenue, déshabillée et pénétrée. "Elle ne lui dit non à aucun moment, ça se fait naturellement", répond Samir Mbarki.

      Et oui c’est bien là, que réside le problème « NATURELLEMENT ? COMME UN ANIMAL EN RUT QUI CONVOITE UNE FEMELLE ET QUI LA PREND,

    Ha, ça, pour se faire, NUTURELLEMENT, c’est naturel, c’est sûr.

    C’est caractéristique, du viol, par essence, justement, aucun affect, aucun discernement, on dispose du corps de la femme, ou de l’enfant, comme si c’eût été un morceau de viande…

    Juste dégueulasse.

    "C'est parole contre parole", ajoute-t-il, en pointant l'absence de certificat médical, d'ITT (Incapacité totale de travail) ou de témoins.

    Et oui, bien sûr, à 11 ans, effectivement, quand on subit ce genre de chose le cops, lui commence à se transformer, mais mentalement on est encore un enfant.

    Ce qui est incroyable, c’est que cette notion de « sidération », que putain de bordel de merde, il va falloir arriver à tatouer, sur le front de tous les humains, ma parole, n’ait encore et toujours, une fois de plus, absolument pas pris en compte !

    Alors, on va rappeler de quoi, il s’agit.

    Le phénomène de sidération, réside dans le fait, que le sentiment de peur paralyse entièrement, le corps de telle sorte qu’on est incapable de réagir, de hurler, ou d’appeler au secours.

    Voir l’exemple que j’ai bien dû raconter environ 20 fais, depuis des années et des années, en divers endroits de mes sites internet, l’exemple de la souris et du chat que j’avais observés, dans mon jardin, il y une vingtaine d’années.

    Mais Laure Habeneck est convaincue du caractère contraint de l'acte sexuel. Elle voit mal sa cliente, de nature timide et réservée, tomber dans un tel scénario avec un inconnu. "L'expert-psychologue explique que c'est quelqu'un qui n'exprime pas ses sentiments, jamais." Un enfant issu de ce rapport sexuel est né l'année suivante, en 2010, avant d'être placé. La famille a pris connaissance des faits lors de la grossesse de la jeune fille, selon Le Parisien.

    Au moment d'évoquer son histoire, lors de l'audience à Melun, lundi 6 et mardi 7 novembre, la plaignante est en pleurs. Laure Habeneck évoque une jeune femme "très courageuse et digne" : "La défense a décrit la scène comme une initiative d'un rapport sexuel – le premier de sa vie, dans un parc avec un inconnu !". L'avocat général requiert huit ans de prison et un suivi socio-judiciaire, mais l'homme est finalement acquitté des accusations de viol. Citée par l'AFP, la procureure de Meaux explique que les jurés ont considéré que les éléments constitutifs du viol, "la contrainte, la menace, la violence et la surprise, n'étaient pas établis". 

    Je regrette , mais pour moi, c’est bien de viol, dont il est question, puisque cet enfant a bel et bien été « prise », par surprise, il y a de toute évidence, abus de pouvoir d’un homme qui se considère comme légitime, AU SEUL PRETEXTE qu’il a un ascendant en âge, et physiquement, pour moi, c’est un viol, et certainement pas une simple agression sexuelle.

    "Comment ça se fait que des gens potentiellement parents puissent prendre des décisions comme celle-ci ?", s'interroge la mère de l'accusée, citée par l'avocate. Pourquoi la Cour n'a-t-elle pas retenue la "contrainte morale" ? Depuis 2010, l'article 222-22-1 du Code pénal prévoit que cette contrainte "peut résulter de la différence d'âge" entre une victime mineure et son agresseur. Agée de 11 ans lors des faits, la fillette était-elle seulement en mesure de consentir à un acte sexuel ? "Ma réponse est non", tranche son avocate.

    Il n'y a aucun doute possible. C'était une enfant à l'époque. Elle ne s'intéressait pas aux garçons.

    Laure Habeneck, avocate de la plaignante

    à franceinfo

    Mais le texte de 2010 sur la contrainte morale donne une "simple possibilité de définition", nuance Audrey Darsonville, professeure de droit pénal : "C'est une indication". La différence d'âge, seule, n'est aujourd'hui pas suffisante pour qualifier la contrainte. En revanche, la juriste estime que le juge aurait, dans cette affaire, pu et dû retenir le critère de surprise. "Une fillette de 11 ans n’a pas besoin de hurler pour que le viol s’applique, explique-t-elle. On peut considérer que l’état de sidération – qui est un état de tétanie – empêche le consentement."

    12, 13, 14, 15 ans... Quelle limite ?

    Pour éviter des cas comme celui-ci, de nombreuses associations proposent de fixer dans la loi un âge en deça duquel l'agression sexuelle (ou le viol, en cas de pénétration) serait établie de facto : tout acte sexuel entre un adulte et un mineur en-dessous de ce seuil serait qualifié de viol. "Cette question se pose car la loi est mal appliquée, estime Audrey Darsonville. C’est peut-être aujourd’hui le seul moyen qu’on a de protéger les mineurs." "L'avantage, c'est que l'avocat général n'aurait plus à apporter la preuve d'un défaut de consentement", poursuit Laure Habeneck. L'idée fait aujourd'hui l'objet de plusieurs pétitions et de quatre projets de loi, selon un décompte du Monde. La ministre de la Justice, Nicole Belloubet, s'est engagée "sur une loi autour du printemps", au micro de CNews

    Reste à définir ce fameux seuil. Le Haut Conseil à l'égalité propose 13 ans. Audrey Darsonville rappelle qu'un mineur peut être incarcéré à partir de cet âge, en droit pénal des mineurs. "Si l’on considère qu’un mineur de 13 ans est assez mûr pour être incarcéré, on peut considérer aussi qu’il a la maturité suffisante pour accorder son consentement aux relations sexuelles." C'est aussi l'âge statistique de la puberté, précise le psychiatre Roland Coutanceau, coauteur de Victimes et auteurs de violence sexuelle (éd. Dunod) : "L’imaginaire sexuel est révolutionné par la puberté. Une fille ou un garçon prépubère ne cherchent pas dans la sensualité la même chose qu’un(e) pubère."

    Mais "la révolution pubertaire" n'est pas suffisante pour "donner un consentement pour une sexualité adulte". Le médecin rappelle que tous les adolescents ne développent pas la même maturité au même âge. "Au-delà du symbole de l'âge, qui permet de donner un message dans le champ social, rien ne remplace l'étude au cas par cas. Il faut encore étudier in concreto chaque histoire, pour comprendre ce qui s'est passé entre les deux protagonistes." D'autres propositions françaises évoquent un seuil à 15 ans. L'Espagne, l'Allemagne et le Royaume-Uni et l'Allemagne ont respectivement adopté des barrières à 12, 14 et 16 ans.

    Une requalification en "atteinte sexuelle" possible

    On veut faire croire que la cour d'assises a légalisé la pédophilie en France, mais personne ne veut comprendre ! C’est horrible ce que la plaignante a subi, mais cela s’appelle une atteinte sexuelle sur mineure de moins de 15 ans et pas un viol.

    Samir Mbarki, avocat de l'accusé

    à franceinfo

    Récemment, le tribunal de Pontoise (Val-d'Oise) a ainsi acquitté un homme, accusé de viol, dans un dossier similaire, tout en le poursuivant pour atteinte sexuelle. Cette qualification, toutefois, n'a pas été évoquée dans l'affaire de Champs-sur-Marne. Sollicité par franceinfo à ce sujet, le parquet n'a pour l'heure pas donné suite. Un tel délit aurait peut-être pu permettre de condamner l'accusé, mais pour Audrey Darsonville, toutefois, ce terme reste un pis-aller dans ce genre d'affaires. "C'est très injuste pour les victimes car l'atteinte sexuelle postule qu'elles étaient consentantes", analyse-t-elle.

    Contrairement au viol, l'atteinte sexuelle n'est pas un crime, jugé aux assises, mais un délit, puni de cinq ans de prison et 75 000 euros d’amende, étudiée au tribunal correctionnel. Quand elle n'est pas utilisée à bon escient, il s'agirait donc d'une sous-qualification. "Les juges sont parfois réticents à envoyer des mineurs devant la cour d’assises [pour un crime, le viol], par crainte que leur parole ne soit pas suffisamment entendue par les jurés", explique Audrey Darsonville.

    Dans cette affaire, la plaignante "a dû faire preuve d'énormément de courage pour venir à la barre", estime son avocate. Après avoir fait "le deuil de son enfance" en 2009, elle a vécu l'acquittement "comme un deuxième traumatisme", selon les mots de Laure Habenec. Aujourd'hui étudiante, la jeune femme âgée de 20 ans ne souhaite pas s'exprimer. Un nouveau procès doit avoir lieu, car l'avocat général a fait appel du jugement controversé.

    Il y a un autre traumatisme, qui n’est pas abordé, c’est que cette jeune femme, elle, a placé son bébé, chose que je peux comprendre.

    Le simple fait, que précisément, elle n’ait pas désiré soit le garder, soit manifester un intérêt positif, pour cet enfant, en dit pourtant long sur le sujet.

    En effet, dans l’hypothèse, où il n’y ait pas eu viol, il eût été plus facilement envisageable, même si elle l’aurait placé, qu’elle garde un lien, avec cet enfant, non ?

    Il importe effectivement, d’aller en appel, et de légiférer sur le sujet, parce que ce verdict, s’il ne change pas, ferait rigoler, bien des pédophiles, qui pour peu que leurs proies potentielles, commencent simplement, à manifester, des signes de puberté, ou à porter le moindre vêtement qui tendraient à montrer un signe de féminité, feraient d’elles, des proies potentielles, avec la bénédiction de la Justice…

    En gros, aux yeux des pédophiles, le message serait le suivant :

    « Bon, ben, ok, y’a plus qu’à se servir, alors ».

    Voilà, la lecture qu’ils en font, EUX !

    Sinon, la question à cent balles, il en pense quoi, lui, le coupable, du fait, que sa descendance, soit pris en charge par la DASS ?

    Lire la suite

  • Roman Polanski, "impunité, ou pas" ?

      Un article refait l'historique des faits qui lui sont reprochés, depuis que ce monsieur, a considéré que le milieu du cinéma, était l'occasion de consommer de la chaire fraiche, parce que "intellectuellement, il pouvait se le permettre"....

       A ceux qui attendent de voir ce que j'en dis, mais surtout, qui s'etonnent de voir, que je n'en ai pas encore parlé, je répondrai simplement, que ça n'est pas par négligeance, mais uniquement, parce que ces histoires de harcelements, de viols, et d'humiliations, que subissent la majorité des femmes, partout dans le monde, chaque jour qui passe avec des nouveaux faits, reactions, et révélations, sur des prises de position, demontrent à quel point c'est extrêmement complexe, et qu'il importe que je veille à ne pas vouloir montrer les différents éclairages, dans la même vidéo, puisque ces derniers temps, c'est par video, souvent, que je travaille.

    http://www.lefigaro.fr/cinema/2017/01/24/03002-20170124ARTFIG00221-pour-tout-comprendre-de-l-affaire-polanski.php

       Cet article présente l'aventage de démonter la chronologie.

       La raison, pour laquelle cette chronologie est importante, parce qu'elle doit mettre en evidence, le fait que les faits qui lui sont reprochés, correspondent à une époque, ou la liberation sexuelle, avait poussé certains à considérer que la pedophilie, n'aurait pas été sigrave, et dommageable, pour l'enfant.

      On sait, aujourd'hui, qu'il n'en est rien, et au contraire, que c'est là, un crime veritable, qui detruit, la vie de l'enfant violé, à tout jamais.

       Maintenant, il y a d'autres eclairages, qu'il me semble judicieux, de montrer.

      Je suis particulièrement choquée, pour la part, par le fait, que nulle part, jamais, je n'ai entendu Roman Planski, emettre le moindre regret,  sur cette periode de sa vie.

      Parce qu'il est bien là, en vérité, le souci, aujourd'hui, ce ne sont pas les faits, qu'il ait commis, qui lui sont reprochés, enfin, je ne pense pas, puisque le passé est le passé, et que les victimes elles, portent ce fardeau, pour leurs vies entières.

      Non, la vrai malaise, réside dans le fait que pour lui, c'est avant tout, une histoire d'avocats, d'ailleurs, dans l'article, il est bien précisé, que ça n'est pas lui, qui attaque aux USA, pour se défendre, mais bien "ses avocats", comme si lui, etait dans sa bulle, artitiquement, à l'abri de toute attaque, psychologiquement.

      En gros,c'est que du business, tout ça, n'est ce pas ?

      La souffrance générée, ma Foi, je crois qu'il s'en tape, mais alors, complètement.

     Maintenant, un autre problème se pose, et il est de taille....

      Le fait d'observer  des crimes commis, et des jugements rendus, et appliqués, quand il s'agit du milieu artitique, fait observer, qu'il se pose, un veritable cas de conscience, ensuite, qui réside dans le fait, qu'artistiquement, une fois la peine prononcée et exécutée, s'il est "entendable", au sens comprendre, que certains se trouvent choqués, par le fait de voir son travail promu... Je considère, comme particulièrement choquant, de refuser à l'artiste en question, une fois la peine executée, qu'il ne s'en trouve pas blanchi, comme doit bénéficier n'importe quel condamné, quelque soit le crime commis, et la peine en question.

      Je pense à Canta...

      D'accord, sur le fait, que le fait d'être artiste et riche, célèbre, ne doit surtout pas avoir pour conséquence, qu'ils soient au dessus des lois...Pour moi, c'est une évidence....

      Mais à l'inverse, une fois le crime payé, par le jugement rendu, et la peine executée, quelque soit la décision de Justice, je trouve incohérent,  de ne pas accorder la seconde chance,  au coupable en question.

      Pour polanski, le problème ne se pose pas sous cet angle, puisque certaines affaires sont en cours....

      J'ai le sentiment, our tout dire, d'être vraiment manipulée, pour le coup, parce que moi, qui lit peu, justement, le film dont il est le realisateur, bizarrement, est l'un des rares que j'ai lu, ces derniers temps, et que j'ai beaucoup apprecié, de Delphine de Vigan, "d'apres une histoire vraie".

       Je vous recommande chaleureusement le livre, d'ailleurs.

      Le problème réside donc, dans le fait que l'on reproche à la cinémathèque d'avoir organisé, cette rétrospective, à cause de ces accusations.

      Je suis d'accord avec cette posture, mais je m'en explique.

      C'est au prétexte que des accusations,  sont encore en cours, que je la justifie, et pas vis à vis des faits qui ont été jugés.

     Apres tout, chacun est libre individuellement, de juger, en son âme et conscience,  de boïcoter polanski, dans tout ce qu'il fait, non ?

      Mais de là, à mettre en avant l'oeuvre d'un homme, qui n'est même pas foutu d'emettre le moindre regret, sur cette periode trouble de son existence, voilà, ce qui moi, me pose veritablement problème.

      Et puis merde, enfin, il trouve le pognon, sans le moindre problème, pour exister artitiquement, et faire ses films, mais visiblement, il est trop con, et trop arrogant, pour dire, "j'ai vraiment deconné, alors, j'utilise mon pognon, pour proposer une arrangement amiable, à chacune de mes victmes, dont j'ai ruiné la vie et la carrière?" non mais c'est quoi, ce délire ?

      Même DSK, a lui, au moins, eu cette présence d'esprit, que de proposer un arrangement amiable, pour parvenir à avoir la paix, et ne plus être entravé, enfin, le moins possible.

      Alors, quoi, polanslki, est aussi con, qu'il est PETIT, c'est ça, son problème ?

    Ha, ça, c'est sûr, pour être "petit", il est "petit".

    Lire la suite

  • #balancetonporc dans la rue.

    https://www.franceinter.fr/emissions/la-revue-de-presse/la-revue-de-presse-30-octobre-2017

     La vidéo est en train d'uploder.

    https://twitter.com/search?q=%23balancetonporc&src=typd

    https://www.facebook.com/search/top/?q=balancetonporc 

    http://sainteaustrebertheavaitellevuleloup.e-monsite.com/blog/justice/roman-polanski-impunite-ou-pas.html

     

     Elle est tres bien, ta video, pas le même style que moi, mais nou en arrivons bien aux m^mes conclusions, toi, et moi.

     Sinon, sur le sujet, j'ai ecouté, en roulant, en voiture, aujourd'hui, une emission sur France Inter, dans "Affaires sensibles".

    https://www.franceinter.fr/emissions/affaires-sensibles/affaires-sensibles-03-novembre-2017

     Que je vous recommande particulièrement.

     

     

    En cours de rédaction.

    Lire la suite

  • L'islam orthodoxe, évoqué au procès contre des terroristes, le 23 octobre 2017.

    http://www.anti-religion.net/jihad_islam.htm

      Le seul commentaire qui me vient, c'est qu'en aucune façon, le prexte "islam orthodoxe", ne serait en mesure d'évoquer un islam plus toéerant, tel qu'il est pratiqué majoritairement, dans le monde.

      Je rappelle que dans n'importe quelle religion, l'être humain, des son plus jeune âge, par la force des choses, se voit imposé la religion des parents, ou la non religion, si tel est le cas,  mais que cette constante, ne doit jmais faire perdre de vue, que la liv berté de culte, est une donnée fondamentale, des droits de  l'homme, et que ça n'est certes pas avec des tels precepts, qu'on orsque de voir cette liberté de culte, si ce n'est evoquée, au minimum, envisagée.

      Je souhaite bien du courage, au musulmans de France ou d'ailleurs, qui sont progressistes, et qui s'opposent au principe de lobotomisation, que certains chefs religieux, persistent à vouloir encourager.

    Lire la suite

  • Retour vers ses racines.

     Moi, perso, j'aimerai bien deja, à 56 ans, qu'on m'autorise à les quitter....

     Mais enfin, ça finira bien par arriver à un moment, ou un autre.

      On se pose toujours la question, à un moment ou  un autre, pas necessairement en période de crise, je précise, mais juste quelquefois,  quand un évènement survient, une naissance, un décès,  ou quoi que ce soit qui survient, et d'un seul, on se souvient.

       Alors, vous en aurez toujours pour vous dire gentiment, "et bien t'avais qu'à ne pas les laisser, becasse"....

      Certes...

      C'est présisément, par l'éloignement, justement, que l'on pend conscience de l'attachement que l'on a à ses racines, et la conscience véritable de cet attachement, ne peut se faire à aucun autre prix, ne serait ce que pour quelques semaines de vacances.

      Une autre raison demeure, qui réside dans le fait que familialement, des liens se  défont, ou des traumatismes vous font fuir, alors, pour vous protéger, l'éloignement aide à panser les plaies.

      C'est une stratégie qui peut aider, effectivement, mais il serait déraisonnable, de pêcher par naïveté sur ce point, car les traumatismes de l'enfance, sont ancrés en nous, et quelque soit l'endroit du monde où l'on habite, ces terribles valises, toujours vous poursuivront.

      L'idéal, en pareil cas, ors contraintes proffesionnelles, je veux dire, c'est de ne s'éloigner que de quelques dizaines de kilomètres, et ne pas hésiter à faire appel à un psy.

     Camille avait fait une chanson sur ce thème, dans son premier opus, "le sac des filles"....

    http://www.deezer.com/search/camille%2C%20%22le%20sac%20des%20filles%22

     Elle s'appelle, "là où je suis née".

     Pour l'heure ce matin, c'est Rosemary Stanley, qui visiblement a fait des petits pieds, l'année dernière, elle aussi, une des Françoises, qui est retournée sur ses racines, à Lanmeur où visiblement, elle n'a pas eu la chance de croiser, le curé de là bas, qui revenait de sa baignade !

     

     En cours de commentaire.

     

    Lire la suite

  • Décrochage et phobie scolaire.

       J'ai travaillé sur ce sujet, depuis bien des années, deja. Vous pouvez retrouver mon travail, en suivant ce lien.

    https://www.google.fr/search?q=fran%C3%A7oise+niel+aubin%2C+et+les+rytmes+scolaires&oq=fran%C3%A7oise+niel+aubin%2C+et+les+rytmes+scolaires&aqs=chrome..69i57.13702j0j4&sourceid=chrome&ie=UTF-8

    http://www.lemonde.fr/sciences/article/2017/10/16/phobie-scolaire-comment-reprendre-le-chemin-de-l-ecole_5201740_1650684.html

     J'ai decouvert cette association, dans l'article, que je ne connaissais pas.

    http://www.phobiescolaire.org/

      J'ai pris contact avec eux, pour intégrer le groupe, sur FB.

       Il est possible que certains trouvent étrange, que de tels groupes soient fermés, mais je trouve ça légititme. Toute personne qui est confronté, à une souffrance, quelque soit sa nature,  doit veiller, à trouver sur internet, quand on ne peut faire autrement,  que sur des sites ou des réseaux, où règne, une forme de bienveillance, et où aucun voyeurisme mal placé, pourait nuire à la bonne entente, qu'ils sont en droit d'attendre, alors je cautionne parfaitement cette précaution.

     

    Lire la suite