google-site-verification: google7d26736b1ef720ed.html

langage

  • Les mafias, les paradis fiscaux et l'obscurantisme, détestent la Lumière.

    Il existe plein de pays, dans le monde, où les humains qui y vivent, n'ont pas acces à la Lumière, liée à une source d'energie globale, ou organisée.

     Depuis plusieurs années, différents politiques ont oeuvré pour que celle lumière, aussi précieuse dans la réalité que par la symbolique qu'elle véhicule, arrive dans ces contrées.

    http://www.energiepourtous.org/?gclid=EAIaIQobChMIicePjOjy2QIVaLHtCh2pFgSkEAAYASAAEgJGIPD_BwE

     Je trouve qu'il est interessant d'observer, selon les endroits, quels sont les actions, afin de se projeter, et observer comment, l'argent, qu'on leur donne, va faire avancer tel projet ou tel autre.

    https://asso.bdpv.fr/?gclid=EAIaIQobChMI_9_DmITz2QIVSLHtCh1xxw_REAAYBCAAEgI87PD_BwE

      Une association, sur le sujet du photovoltaique ne me semble pas un luxe,  parce qu'apres la discussion avec mon couvreur,  il m''a expliqué que dans la réalité, il arrive que certains professionnels, ne fassent pas bien leur travail, ou ne proposent pas necessairement la meilleure installation, alors, plusieurs avis vallent mieux qu'un seul.

      Pour ce qui concerne l'électrification, de certaines zones, dans le monde où l'électricité,  est rare, ou inexistante, il faut admetre que le photovoltaïque, est revolutionnaire, puisqu'il offre la possibilité d'installer des systêmes sur place, indépendants, et parfaitement autonomes.

    https://www.lesechos.fr/pme-regions/actualite-pme/0301220408590-fonroche-vend-50000-lampadaires-solaires-au-senegal-2150320.php

     J'avais découvert cette entreprise, lors d'un reportage, à la télévision, et je trouve ça vraiment super.

    Lire la suite

  • 12 janvier, 2018, message à tous ceux qui attendent après moi.

     Il est vrai que j'ai toujours fourrré mon nez, là, où ça dérange.

       Mais si l'on m'avait affirmé, un jour, que la Justice elle même, que mon avocat, et que mon coach, lui même, en personne, se ligueraient contre moi, pour me museler, afin que je ne puisse plus lutter, contre ce que j'ai toujours détesté...Jamais, je ne l'aurai pensé.

      Je ne sais pas ce qu'il adviendra de moi, j'ai le sentiment que jamais, je ne parviendrai à pardonner, à tous ceux, qui depuis toutes ces années, ont veillé, si méticuleusement, à m'ecraser, pour mieux observer, telle une souris de laboratoire, avec quelle ruse, je parvenais à me relever, TOUJOURS.

      Aujourd'hui, c'est par une décision assassine, qui émane de la juge des tutelles elle même, alors que je n'ai eu de cesse, que de lui dénoncer en quoi, et comment, la curatrice de l'UDAF, pratiquait, sur moi, les pires tortures psychologiques,  en n'appliquant pas ce que la juge pourtant, lui avait indiqué.

      Je pourrai vous la faire théatrale, selon la chanson de Barbara, en vous disant courtoisement, "et je m'en vais sereine".... Il va bien se trouver un crétin, pour s'en contenter, non ?

      Mais ça serait trop d'honneur, que je vous ferai là, et je ne crois pas que le fantôme de Barbara, apprecierait.

      Je pourrai aussi, vous resortir, la chanson de Anne sylvestre, sur "les gens, qui doutent"... Et qu'on s'évertue, inmaquablement, à me recoller sous le nez, en la personne de  Jeanne Cherhal, Vincent Delerm, et Albin de la Simone.... C'est juste oublier, que de souffrir est infiniment plus  acceptable, et concevable, quand on ne vous enferme pas dans un rôle qu'on vous impose.

      Aurait elle, elle même ecrit cette chanson, si elle avait été dans  la situation, que l'on m'impose, depuis toutes ces années ?

      Personne ne le sait, et Anne Sylvestre, pour qui j'ai bien plus que du respect, elle même, ne le sait pas d'aventage.

      Je m'excuse de ne pas être aussi forte, que beaucoup le voudraient, je ne suis qu'une simple femme, qu'on s'evertue à transformer, en vielle conne mal baisée..... Et je ne crois pas être responsable, en quoi, que ce soit,  du sort que l'on m'impose.

      Des lors je n'ai plus d'autre alternative, que de rentrer en moi, afin de lêcher mes plaies, pour une durée indéterminée, puisque l'énergie, qui a été mobilisée, pou porter ma souffrance, les 40 années premières de ma vie, là voilà de nouveau mobilisée, pour cette même raison, énergie, que de facto, je ne puis donc plus donner, vers l'extérieur....

     Comment vous dites ?

     Consulter un psy ?

     Mais j'ai fait, bien sûr.

      Le psy, et la psychiatrie, cautionnent entièrement, les méthodes de barbare, de Thomas Fersen. ils les cautionnent tellement,  qu'ils souhaitent, non pas me mettre sous neuroletiques, de nouveau, mais sous antidépresseurs.

      Quand je pense que je suis assez conne, pour avoir écrit mon histoire sur le sujet, ces derniers jours, pour avoir la certitude, qu'il ne restait rien de douloureux, entre eux et moi, je n'en reviens pas de ma naïveté.

      J'attends toujours, depuis plus d'un mois, qu'il me fixe un RV avec la psychiatre,  principe que j'ai accepté, mais qui visiblement, semblerait, lui poser à lui quelques problèmes de conscience...

      Je souhaite bien du courage, à la profession, pour envisager la moindre collaboration avec moi, quelque soit le sujet, désormais".

      Bon, week end à tous.

     

    Lire la suite

  • A quel âge peut-on consentir à un acte sexuel ?

    http://www.francetvinfo.fr/choix/a-quel-age-peut-on-consentir-a-un-acte-sexuel-un-fait-divers-impliquant-une-fillette-de-11-ans-rouvre-le-debat_2467732.htmlencer, je dois expliquer ma position, depuis toutes ces années, face ce problème, parce qu’il est possible, que je n’ai pas été bien comprise.

    Il s’agissait, depuis quelques années, d’aborder ce sujet, face à des faits divers, qui mettaient en accusation, souvent des professeurs, face à des élèves, qui se voyaient accusés de pédophilie, au seul prétexte de l’âge de l’un d’eux, et sans jamais tenir compte, du fait, que c’était avant tout, d’Amour, dont il était question.

    Je ne suis pas en train d’encourager ce type de comportement, je dis juste que le sentiment véritablement amoureux, entre un adulte, et un ou une adolescente, peut effectivement se produire, et ça n’est certes pas notre couple présidentiel, qui risque de mettre ma parole en doute.

    Un des aspects, qui doit attirer, la plus grande attention, que ce soit dans le milieu des avocats, ou dans l’entourage, réside, dans le fait, qu’il peut parfaitement se produire, que des parents, se disent les mieux intentionnés du monde, en qualifiant de viol, par le dépôt de plainte, sur l’acte commis, ALORS QUE LA VICTIME ELLE N’A PAS CE SENTIMENT et donc, PAS CE DESIR, rendant ainsi, traumatique, un acte sexuel, qui ne l’aurait pas été.

    Voilà, le danger.

    Là, le moins que l’on puisse dire c’est qu’on est bien loin, de ce genre de situation, puisque c’est la victime, qui est plaignante.

    "A 11 ans, on n'est pas consentante." Devant le ministère de la Justice à Paris, mardi 14 novembre, plusieurs organisations féministes dénoncent de récentes décisions de justice dans des affaires concernant des mineures. Début novembre, notamment, la cour d'assises de Melun (Seine-et-Marne) a acquitté un homme accusé du viol d'une fillette de 11 ans, des faits remontant à il y a huit ans. L'affaire a suscité un vif émoi dans l'opinion et relancé le débat sur le consentement sexuel des mineurs : faut-il fixer un seuil, un âge en dessous duquel une victime ne pourra jamais être considérée comme consentante ?

    Dans cette affaire, tout débute au mois d'août 2009. L'enfant se trouve en vacances chez son oncle. Elle joue au ballon et fait du vélo en compagnie d'autres enfants, dans la cour intérieure d'un immeuble de Champs-sur-Marne (Seine-et-Marne). Sa cousine et une amie viennent l'informer qu'un "grand" veut lui parler. Ce jeune homme âgé de 22 ans se trouve également en villégiature dans le lotissement, chez un proche, mais ne lui a jamais adressé la parole auparavant. "Ils discutent de tout et de rien", raconte Laure Habeneck, avocate de cette jeune fille qui est aujourd'hui âgée de 20 ans. L'homme lui demande où il peut trouver un parc dans les alentours.

    La plaignante assure avoir bien informé son interlocuteur de son âge, 11 ans. L'homme affirme qu'elle lui a dit 15 ou 16 ans. La fillette "fait" pourtant bien son âge, affirment par la suite des éducateurs, selon Laure Habeneck. Les deux protagonistes discutent de tout et de rien, tout en se dirigeant vers le parc voisin. "Il la suit, car elle connaît mieux Champs-sur-Marne que lui", raconte Samir Mbarki, avocat de l'homme. "Jusqu'à l'entrée, tout va bien. Ma cliente n'a jamais prétendu qu'il l'avait traînée de force, poursuit Laure Habeneck. Mais d'un seul coup, il s'empare d'elle et tout bascule."

    Consentante à 11 ans ?

    C'est à partir de là que les versions divergent. La plaignante dit avoir été maintenue, déshabillée et pénétrée. "Elle ne lui dit non à aucun moment, ça se fait naturellement", répond Samir Mbarki.

      Et oui c’est bien là, que réside le problème « NATURELLEMENT ? COMME UN ANIMAL EN RUT QUI CONVOITE UNE FEMELLE ET QUI LA PREND,

    Ha, ça, pour se faire, NUTURELLEMENT, c’est naturel, c’est sûr.

    C’est caractéristique, du viol, par essence, justement, aucun affect, aucun discernement, on dispose du corps de la femme, ou de l’enfant, comme si c’eût été un morceau de viande…

    Juste dégueulasse.

    "C'est parole contre parole", ajoute-t-il, en pointant l'absence de certificat médical, d'ITT (Incapacité totale de travail) ou de témoins.

    Et oui, bien sûr, à 11 ans, effectivement, quand on subit ce genre de chose le cops, lui commence à se transformer, mais mentalement on est encore un enfant.

    Ce qui est incroyable, c’est que cette notion de « sidération », que putain de bordel de merde, il va falloir arriver à tatouer, sur le front de tous les humains, ma parole, n’ait encore et toujours, une fois de plus, absolument pas pris en compte !

    Alors, on va rappeler de quoi, il s’agit.

    Le phénomène de sidération, réside dans le fait, que le sentiment de peur paralyse entièrement, le corps de telle sorte qu’on est incapable de réagir, de hurler, ou d’appeler au secours.

    Voir l’exemple que j’ai bien dû raconter environ 20 fais, depuis des années et des années, en divers endroits de mes sites internet, l’exemple de la souris et du chat que j’avais observés, dans mon jardin, il y une vingtaine d’années.

    Mais Laure Habeneck est convaincue du caractère contraint de l'acte sexuel. Elle voit mal sa cliente, de nature timide et réservée, tomber dans un tel scénario avec un inconnu. "L'expert-psychologue explique que c'est quelqu'un qui n'exprime pas ses sentiments, jamais." Un enfant issu de ce rapport sexuel est né l'année suivante, en 2010, avant d'être placé. La famille a pris connaissance des faits lors de la grossesse de la jeune fille, selon Le Parisien.

    Au moment d'évoquer son histoire, lors de l'audience à Melun, lundi 6 et mardi 7 novembre, la plaignante est en pleurs. Laure Habeneck évoque une jeune femme "très courageuse et digne" : "La défense a décrit la scène comme une initiative d'un rapport sexuel – le premier de sa vie, dans un parc avec un inconnu !". L'avocat général requiert huit ans de prison et un suivi socio-judiciaire, mais l'homme est finalement acquitté des accusations de viol. Citée par l'AFP, la procureure de Meaux explique que les jurés ont considéré que les éléments constitutifs du viol, "la contrainte, la menace, la violence et la surprise, n'étaient pas établis". 

    Je regrette , mais pour moi, c’est bien de viol, dont il est question, puisque cet enfant a bel et bien été « prise », par surprise, il y a de toute évidence, abus de pouvoir d’un homme qui se considère comme légitime, AU SEUL PRETEXTE qu’il a un ascendant en âge, et physiquement, pour moi, c’est un viol, et certainement pas une simple agression sexuelle.

    "Comment ça se fait que des gens potentiellement parents puissent prendre des décisions comme celle-ci ?", s'interroge la mère de l'accusée, citée par l'avocate. Pourquoi la Cour n'a-t-elle pas retenue la "contrainte morale" ? Depuis 2010, l'article 222-22-1 du Code pénal prévoit que cette contrainte "peut résulter de la différence d'âge" entre une victime mineure et son agresseur. Agée de 11 ans lors des faits, la fillette était-elle seulement en mesure de consentir à un acte sexuel ? "Ma réponse est non", tranche son avocate.

    Il n'y a aucun doute possible. C'était une enfant à l'époque. Elle ne s'intéressait pas aux garçons.

    Laure Habeneck, avocate de la plaignante

    à franceinfo

    Mais le texte de 2010 sur la contrainte morale donne une "simple possibilité de définition", nuance Audrey Darsonville, professeure de droit pénal : "C'est une indication". La différence d'âge, seule, n'est aujourd'hui pas suffisante pour qualifier la contrainte. En revanche, la juriste estime que le juge aurait, dans cette affaire, pu et dû retenir le critère de surprise. "Une fillette de 11 ans n’a pas besoin de hurler pour que le viol s’applique, explique-t-elle. On peut considérer que l’état de sidération – qui est un état de tétanie – empêche le consentement."

    12, 13, 14, 15 ans... Quelle limite ?

    Pour éviter des cas comme celui-ci, de nombreuses associations proposent de fixer dans la loi un âge en deça duquel l'agression sexuelle (ou le viol, en cas de pénétration) serait établie de facto : tout acte sexuel entre un adulte et un mineur en-dessous de ce seuil serait qualifié de viol. "Cette question se pose car la loi est mal appliquée, estime Audrey Darsonville. C’est peut-être aujourd’hui le seul moyen qu’on a de protéger les mineurs." "L'avantage, c'est que l'avocat général n'aurait plus à apporter la preuve d'un défaut de consentement", poursuit Laure Habeneck. L'idée fait aujourd'hui l'objet de plusieurs pétitions et de quatre projets de loi, selon un décompte du Monde. La ministre de la Justice, Nicole Belloubet, s'est engagée "sur une loi autour du printemps", au micro de CNews

    Reste à définir ce fameux seuil. Le Haut Conseil à l'égalité propose 13 ans. Audrey Darsonville rappelle qu'un mineur peut être incarcéré à partir de cet âge, en droit pénal des mineurs. "Si l’on considère qu’un mineur de 13 ans est assez mûr pour être incarcéré, on peut considérer aussi qu’il a la maturité suffisante pour accorder son consentement aux relations sexuelles." C'est aussi l'âge statistique de la puberté, précise le psychiatre Roland Coutanceau, coauteur de Victimes et auteurs de violence sexuelle (éd. Dunod) : "L’imaginaire sexuel est révolutionné par la puberté. Une fille ou un garçon prépubère ne cherchent pas dans la sensualité la même chose qu’un(e) pubère."

    Mais "la révolution pubertaire" n'est pas suffisante pour "donner un consentement pour une sexualité adulte". Le médecin rappelle que tous les adolescents ne développent pas la même maturité au même âge. "Au-delà du symbole de l'âge, qui permet de donner un message dans le champ social, rien ne remplace l'étude au cas par cas. Il faut encore étudier in concreto chaque histoire, pour comprendre ce qui s'est passé entre les deux protagonistes." D'autres propositions françaises évoquent un seuil à 15 ans. L'Espagne, l'Allemagne et le Royaume-Uni et l'Allemagne ont respectivement adopté des barrières à 12, 14 et 16 ans.

    Une requalification en "atteinte sexuelle" possible

    On veut faire croire que la cour d'assises a légalisé la pédophilie en France, mais personne ne veut comprendre ! C’est horrible ce que la plaignante a subi, mais cela s’appelle une atteinte sexuelle sur mineure de moins de 15 ans et pas un viol.

    Samir Mbarki, avocat de l'accusé

    à franceinfo

    Récemment, le tribunal de Pontoise (Val-d'Oise) a ainsi acquitté un homme, accusé de viol, dans un dossier similaire, tout en le poursuivant pour atteinte sexuelle. Cette qualification, toutefois, n'a pas été évoquée dans l'affaire de Champs-sur-Marne. Sollicité par franceinfo à ce sujet, le parquet n'a pour l'heure pas donné suite. Un tel délit aurait peut-être pu permettre de condamner l'accusé, mais pour Audrey Darsonville, toutefois, ce terme reste un pis-aller dans ce genre d'affaires. "C'est très injuste pour les victimes car l'atteinte sexuelle postule qu'elles étaient consentantes", analyse-t-elle.

    Contrairement au viol, l'atteinte sexuelle n'est pas un crime, jugé aux assises, mais un délit, puni de cinq ans de prison et 75 000 euros d’amende, étudiée au tribunal correctionnel. Quand elle n'est pas utilisée à bon escient, il s'agirait donc d'une sous-qualification. "Les juges sont parfois réticents à envoyer des mineurs devant la cour d’assises [pour un crime, le viol], par crainte que leur parole ne soit pas suffisamment entendue par les jurés", explique Audrey Darsonville.

    Dans cette affaire, la plaignante "a dû faire preuve d'énormément de courage pour venir à la barre", estime son avocate. Après avoir fait "le deuil de son enfance" en 2009, elle a vécu l'acquittement "comme un deuxième traumatisme", selon les mots de Laure Habenec. Aujourd'hui étudiante, la jeune femme âgée de 20 ans ne souhaite pas s'exprimer. Un nouveau procès doit avoir lieu, car l'avocat général a fait appel du jugement controversé.

    Il y a un autre traumatisme, qui n’est pas abordé, c’est que cette jeune femme, elle, a placé son bébé, chose que je peux comprendre.

    Le simple fait, que précisément, elle n’ait pas désiré soit le garder, soit manifester un intérêt positif, pour cet enfant, en dit pourtant long sur le sujet.

    En effet, dans l’hypothèse, où il n’y ait pas eu viol, il eût été plus facilement envisageable, même si elle l’aurait placé, qu’elle garde un lien, avec cet enfant, non ?

    Il importe effectivement, d’aller en appel, et de légiférer sur le sujet, parce que ce verdict, s’il ne change pas, ferait rigoler, bien des pédophiles, qui pour peu que leurs proies potentielles, commencent simplement, à manifester, des signes de puberté, ou à porter le moindre vêtement qui tendraient à montrer un signe de féminité, feraient d’elles, des proies potentielles, avec la bénédiction de la Justice…

    En gros, aux yeux des pédophiles, le message serait le suivant :

    « Bon, ben, ok, y’a plus qu’à se servir, alors ».

    Voilà, la lecture qu’ils en font, EUX !

    Sinon, la question à cent balles, il en pense quoi, lui, le coupable, du fait, que sa descendance, soit pris en charge par la DASS ?

    Lire la suite

  • Retour vers ses racines.

     Moi, perso, j'aimerai bien deja, à 56 ans, qu'on m'autorise à les quitter....

     Mais enfin, ça finira bien par arriver à un moment, ou un autre.

      On se pose toujours la question, à un moment ou  un autre, pas necessairement en période de crise, je précise, mais juste quelquefois,  quand un évènement survient, une naissance, un décès,  ou quoi que ce soit qui survient, et d'un seul, on se souvient.

       Alors, vous en aurez toujours pour vous dire gentiment, "et bien t'avais qu'à ne pas les laisser, becasse"....

      Certes...

      C'est présisément, par l'éloignement, justement, que l'on pend conscience de l'attachement que l'on a à ses racines, et la conscience véritable de cet attachement, ne peut se faire à aucun autre prix, ne serait ce que pour quelques semaines de vacances.

      Une autre raison demeure, qui réside dans le fait que familialement, des liens se  défont, ou des traumatismes vous font fuir, alors, pour vous protéger, l'éloignement aide à panser les plaies.

      C'est une stratégie qui peut aider, effectivement, mais il serait déraisonnable, de pêcher par naïveté sur ce point, car les traumatismes de l'enfance, sont ancrés en nous, et quelque soit l'endroit du monde où l'on habite, ces terribles valises, toujours vous poursuivront.

      L'idéal, en pareil cas, ors contraintes proffesionnelles, je veux dire, c'est de ne s'éloigner que de quelques dizaines de kilomètres, et ne pas hésiter à faire appel à un psy.

     Camille avait fait une chanson sur ce thème, dans son premier opus, "le sac des filles"....

    http://www.deezer.com/search/camille%2C%20%22le%20sac%20des%20filles%22

     Elle s'appelle, "là où je suis née".

     Pour l'heure ce matin, c'est Rosemary Stanley, qui visiblement a fait des petits pieds, l'année dernière, elle aussi, une des Françoises, qui est retournée sur ses racines, à Lanmeur où visiblement, elle n'a pas eu la chance de croiser, le curé de là bas, qui revenait de sa baignade !

     

     En cours de commentaire.

     

    Lire la suite

  • Hanouna ? "intouchable", parce que "rentable".....

      Depuis que cette video avait été tournée, et que l'on m'interdisait de la poser sur internet, je précise que la politique de Hanouna, a changé, et qu'il tente de laver son linge sale, sur son plateau, à défaut de pouvoir le faire en famille.

     Comment vous dites ? ACHARNEMENT ?

     Je ne crois pas non, des que quelqu'un est vraiment toxique, dans les médias, je ramène ma fraise, et si je n'ai jamais "touché" un kopek, relativement au travail que je fournis, ça n'est ni Hanouna, ni Boloré, qui risquent de me faire fermer ma gueule...

     Comme on dit vulgairement, "y'en a qui ont essayé", on voit ce que ça a donné....

     Je précise, cependant, que je ne suis pas naïve, et que je sais fort bien que mon intransigeance, en fait chier plus d'un....

     Mais quand je suis vraiment certaine d'avoir raison, je ne lâche rien.

     Il lave son linge sale, là, d'accord  ? Et bien nous verrons bien...

     Si sa grande lessive médiatique, à grand coup de reseaux sociaux, comme adoucisseur, lui, convient, et convient aux sponsors, et bien ça les regarde.

     Comme on dit vulgairement, "chacun sa route".

     Nous n'avons pas gardé les marcassins ensembles, que je sache.

    "En cours de redaction".

    Lire la suite

  • Ce que tout le monde doit savoir ? Je rajouterai INTÉGRER.

     

     Je cautionne entièrement, tout ce qui a été dit, dans cette vidéo.

       Mais je précise ma pensée...

       Nous n'avons pas affaire ici, à une bande d'illuminés, qui jouent les maitres spirituels, comme  le font certains prédicateurs, helas, quelquefois au sein de certaines religions, non seulement parfaitement officielles et tolérées, et dont certaines sont parfaitement instrumentalisées, par le pouvoir en place, pour justifier certaines dictatures.... Ou bien à certains mentors toxiques, qui sous couvert d'un coaching qui semble clean à tout point de vue, généralement à grand coup de photoshop, et de dents blanches, habillé de la finance internationale, ne cherchent  qu'à nous faire croire que de s'attacher au monde ancien, POUR DE MAUVAISES RAISONS suffirait à calmer la peur de l'avenir....

       Alors qu'en vérité......

         Cette formule n'est pas de moi, on me l'avait posée, sur mo fil FB, je crois, mais je l'avais trouvée tellement juste et intelligente, que je la recite.

     Le meilleur moyen de calmer notre angoisse, quand notre avenir,

    ça consiste à le bâtir soit même, en y prenant part".

     Pour revenir à cette vidéo.

       L'objectif, consiste à mettre en avant le fait qu'au sein de certaines religions, existe depuis le début, certaines théories qui convergent toutes vers la même idée, qui réside dans le fait que d'une part, il existe au sein de l'Humanité, et dans son histoire, certaines valeurs universelles, l'Amour de l'autre, ou au minimum, la Bienveillance, et que chacun est entièrement libre de choisir d'y avoir recours, sans pour autant, qu'il s'agisse d'en souffrir, bien au contraire, puisque c'est le seul enrichissement qui vaille..... 

       J'ai regardé, hier soir, " C politique", sur france 5,  et je suis en train de la commenter.

      Pour ce qui concerne la bienveillance, soyez sans crainte, quand Simone n'est pas là, Françoise ville, et si certains au service de la politique et de la finance, ont deja eu le culot, d'exploiter le mot BIENVEILLANCE à des fins de récuperation politique, j'ai particulièrement hâte d'observer qu'il en soit de même,  avec le mot COMPASSION, qu'on rigole cinq minutes...

    Lire la suite

  • Alan Moore , à Boomrang avec Augustin Trappelard, sur France Inter.

    https://www.franceinter.fr/emissions/boomerang/boomerang-30-aout-2017

       Je n'ai pu ecouter cette emission que partiellement, dans la viture, mais j'ai été frappée, par bon nombre deses propos, qui sont parfaitement simillaires, à bien des idess qui sont les miennes, aussi, comme les simillitudes, ou corrélations, entre certaines perceptions, et d'autres.

      En cours de rédaction.

    Lire la suite

  • Le salon SECOURS EXPO, les 4, 5, 6 février 2016.

    http://www.secours-expo.com/

    https://twitter.com/SecoursExpo/status/691946776320970754?s=04

     Je découvre, en même temps que vous, je vais lire, et ensuite, je commenterai.

    Ma conférence écrite.

     

     Conférence pour SECOURS EXPO.

    1. Je me présente, je m’appelle Françoise Niel Aubin.

     

    1.  Je me permets de vous parler, aujourd’hui, de mon cas personnel, non pas dans le but de me mettre en avant, moi, en temps qu’individu, ou en temps que femme, version nombriliste, mais plutôt en temps que patiente, ce que j’ai bien du accepter d’être, pendant plusieurs années, suite, à une dépression aussi sévère que violente.

     

     3   Il est possible que certains considèrent que la dépression, n’entre pas dans le cadre d’une urgence.

     4  Grossière erreur.

     5  En vérité, le degré d’urgence ou pas, ne peut être connu que par le patient lui même, puisque par définition, quelqu’un qui est en état de souffrance  psychologique extrême,  a renoncé généralement depuis pas mal de temps, à se confier, à qui que ce soit,  « pour ne pas déranger », excepté, quelquefois, à son généraliste, « et encore »….

     6   En cas de risque suicidaire  d’un proche, la seule option sécure, c’est l’hôpital psychiatrique,  vous n’avez aucun état d’âme à avoir, sur le sujet, quelque soit le statut qui est le votre, vis-à-vis de lui, ou elle.

     7  Me concernant,  je vous passe les détails, parce que sinon, ce soir, nous y sommes encore.

     8  Non, ce qui importe, c’est que je mette plutôt l’accent, sur la méthode, que mon instinct, lui, m’ait dictée, et qui importe seul à partager, avec vous, dont la mission,  est de venir au secours, de personnes, qui sont dans la détresse, quelqu’en en soit la nature.

    9  Alors que j’allais très très mal, ma seconde fille, elle, me proposât d’écouter un artiste.

    10  Il s’agit de Thomas Fersen, un auteur compositeur interprète.

     11  Dans l’état où j’étais, je dois dire, qu’à part les psychotropes, la drogue, etc, qui ne m’auraient de toute façon pas tentée, je ne me posais pas grand question, et je suivais mon instinct….

     12   Enfin, BREF imaginez vous bien que dans l’état où je me trouvais, j’étais un peu prête à tenter n’importe quoi, pourvu que je m’en trouve soulagée.

    13   Il se trouve donc, qu’écoutant ses chansons, j’ai eu ce que l’on nomme un coup de foudre artistique.

    14   Oui, je dis bien artistique, parce que dans l’état où j’étais pour être franche, je ne risquais pas de tomber amoureuse.

    15   Enfin, « pas encore », je veux dire.

     16  Enfin, BREF, j’étais dans une bulle, et je me reconnaissais tellement, dans ses chansons, que j’avais le sentiment qu’elles avaient été écrites pour moi.

     17    Au bout de quelques jours, littéralement bouleversée, par cette révélation,  je décidais de lui écrire, pour lui expliquer ce que je ressentais.

    18   La première lettre faisait ça, puis ça, puis ça…….

    19   J’avais décidé, moi, que je ne lui écrirai, que quand j’en avais envie, strictement, sans jamais faire la moindre copie, de telle sorte, que ce soit thérapeutique, le plus possible.

    20   Exactement comme un exutoire.

    21   Bon, je pourrai vous parler de la façon dont ma méthode fût appréciée, moyennement, par la psychiatrie, mais pour être franche, j’ai autre chose à foutre, qu’à déterrer la hache de guerre.

    22   Non, ce qui moi, m’importe, réside plutôt, dans le fait, de ressentir le besoin, de faire plus confiance à son instinct.

    23   Attention, je ne dis pas qu’il faille toujours y faire confiance, parce qu’il peut arriver, que pour des sombres raisons, liées à différents facteurs, comme une histoire familiale difficile,  un profil d’autodestruction, de mutilation, etc, il soit préférable, de ne pas s’y fier, au contraire.

    24   Mais quand souffrant, un patient n’a jamais eu envie de se faire du mal, de façon générale, je pense qu’il peut raisonnablement, décider de faire de son instinct, un véritable ami, puisque nous ne sommes  que des mammifères, et que cet instinct, à la base, nous a été donné, par notre mère nature, et qu’il est là, pour nous donner à suivre une voie, vers un mieux être, je propose, aux soignants, et aux urgentistes, moi, de penser toujours, à cette option là…..

    25   Dire au patient, « qu’est ce que vous en pensez » ?.... Et qu’il sente que son instinct, à lui, peut éventuellement être mis en valeur, comme aide veritable, doit, je pense, être envisagé, plus que ça n’est le cas, aujourd’hui.

    26    Ainsi, si un de vos patients, en pleine crise cardiaque vous dit, « ho, oui, vite, mettez moi, très vite du Thomas Fersen, et je sens que mon cœur, va tout de suite, s’en porter mieux »…..

    27   Excusez moi, moi nez de clown, vient de bondir, ça faisait longtemps.

    28   Enfin, j’en viens à vouloir absolument mettre en avant, le fait, que le quotient émotionnel, est une trait de caractère qui doit ne jamais être négligé, et qu’il importe, de dire, à quelqu’un qui souffre, quelqu’en soit la raison, qu’il est parfaitement légitime,  d’y avoir recours.

    29   Je ne parle pas uniquement, de souffrance, d’ordre psychologique, quand je prétends cela, mais de souffrance, en général.

    30   Bien sûr, vous me direz, à juste titre, que quelqu’un qui souffre véritablement, n’est pas en mesure, de pouvoir se rassurer, de cette façon, ce qui est parfaitement légitime.

    31   Je pense juste que ce soit un facteur, trop souvent négligé.

    32   Pour l’urgence du traitement, un truc que j’avais demandé, moi, il y a bien des années, c’était au moment du tremblement de terre, survenu au Tibet,  des cahiers, et des stylos, ça peut sembler anodin, voir stupide, mais je m’en explique, je comprends, que certains puissent trouver ça idiot.

    33   Mais suite à un trauma, quelqu’en soit la nature, ce qui importe, c’est que les survivants puissent communiquer, et que cette souffrance réactionnelle, puisse s’extérioriser…

    34    Bien sûr, ça ne remplace pas la parole parlée, mais les autres humains, qui sont aussi, dans la détresse, ne sont pas nécessairement disponibles, et donc, pouvoir coucher sur le papier, son ressenti, pour je l’espère, s’autoriser à laisser couler ses larmes, si cette démarche correspond, à un désir réel, est vraiment, j’en suis convaincue, une méthode, qui doit être proposée, chaque fois que possible.

    35   Bon, je vais tâcher d’être sage, enfin, autant que faire se peut, et ne pas trop déborder, ce qui pour moi, est un véritable challenge.

    36   Je tente de rester dans le registre « urgence ».

    37   J’aimerai mettre l’accent, sur le fait, que ce qui importe aujourd’hui, et du coup, me contredis, je vais moi, alors, vous parler de prévention.

    38   Ce qui m’importe à moi, puisque la souffrance que j’ai le plus cotoyée, depuis ma plus tendre enfance, ou chez les autres, c’est surtout la souffrance psychologique,  c’est de mettre l’accent, sur l’importance, d’apprendre aux enfants, à empêcher, leurs éducateurs, donc, surtout leurs parents, ou leur culture,  de poser, devant eux, des portes fermées, qu’ils auront alors, le plus grand mal, à défoncer,  ou à ouvrir, parce que leur culture, ou leur éducation, les a façonnés ainsi.

    39   Entendre des parents, aujourd’hui, qui se liguent contre la tolérance, contre le fait, de s’adapter aux autres, quand ils pensent autrement, ou sont différents, est pour moi, inconcevable.

    40   Il est possible que certains trouvent que mes propos, n’ont rien à faire ici.

    41   Mais lors de rixes,  de commandos, ou des personnes seules, et armées, qui vont s’attaquer à des minorités, à cause de leurs couleurs de peau, de leur orientation sexuelle, ou de leurs religions, ce sont les flics, et les urgentistes, qui ramassent les morceaux, et personne d’autre…

    42   Alors, oui, l’apprentissage de la tolérance, est bien une des clés, qu’il faille apprendre aux enfants, quoi qu’en pensent certains parents, qui eux, choisissent de leur inculquer, au contraire, que de n’être uniquement et strictement, que la réplique idéologique de leurs parents serait la seule voie acceptable et applicable.

    43   En ce qui concerne la prévention, donc, je vais finir par le plus jouissif, mais ça serait me renier, que de ne pas en parler.

    44   Je veux parler du sens de l’humour, de l’ironie, et j’ose le mot, du dessin de presse, qui est à l’expression artistique, la forme la plus primitive,  et peut être justement, pour cette raison avec le musique, la plus sublime, puisqu’elles traversent à elles deux,  les cultures, les bois, les forêts, les océans, sans se soucier, ni des religions, ni des frontières, pour communiquer, d’humain à humain, et ce, sans subir la contrainte de la langue.

    45   Je veux parler du rire.

    46   Certes là, encore, il faut « ne pas trop souffrir », pour en rire.

    47   Mais avant d’être la victime  de ce qui nous fait si mal, apprendre dès le plus jeune âge, à un enfant, à prendre de la distance, avec ce qui le blesse,  ou lui cause du souci, en développant, son sens critique, et la communication verbale, pour qu’il puisse s’exprimer, et se faire respecter, est à mon avis, ce qui importe le plus, pour l’armer, dans le futur.

    48   Avant d’en « venir aux mains », comme disait mon papa, un enfant, qui sait, dire sa colère, ou son indignation, de façon verbale, sera infiniment mieux armé, qu’un autre, qui peut être, aura de meilleures notes à l’école….

    49   J’entendais, il y a quelques jours, quelqu’un, qui parlait de l’école, et qui disait, critiquant les rythmes scolaires, « Mais ce que nous demandons à l’école, ce sont des résultats, et rien d’autre ».

    50   Jamais pour ma part, je ne considérai que d’éduquer un enfant, ce soit d’en faire, ce que l’on nomme, des bêtes à concours », n’en déplaise à certains, que ce soit au sein des familles, ou au sein de l’école.

    51   Aujourd’hui,  ici en France, et plus encore, à l’étranger,  aux USA, notamment, les établissements  scolaires, en fin d’année, brandissent leurs résultats, leurs pourcentages, de reçus, non reçus, etc, comme des trophées, quel triste et désolants, et irespectable tableau que voilà, pour l’humanité…..

    52   Il persiste juste un énorme problème, qui réside, dan le fait, que ces résultats, ne sont absolument jamais croisés, avec d’une part, la consommation d’alcool, de drogues, du taux de dépression, sur le long terme, et sur le court terme, ainsi que du taux de suicide, chez les jeunes.

    53   Les plus belles vertus, que puissent apporter ce que moi, j’appelle une éducation réussie, consiste à transmettre à nos enfants, le pouvoir de s’adapter, de communiquer, de cultiver la curiosité, qu’ils puissent, les jours de découragement, ou de désespoir, par leur instinct, trouver par quelle méthode intellectuelle,  qu’un jour de curiosité, dans un livre, en mémoire d’un enseignant, qui l’aura marqué plus qu’un autre, qu’ils puissent regonfler leurs batteries, rebondir,  et se satisfaire  pour être heureux, de voir le jour se lever, au travers  d’une simple fenêtre, s’emerveiller, d’un rien, surtout s’il est gratuit, et à portée de main, voilà, où se trouve l’essentiel, qu’il faille  il me semble, transmettre à nos enfants…

    54 « Et la réussite par les notes, pour intégrer les bons cursus, me diront certains »…..

    55    S’il suffisait d’être bardés de diplômes, pour être à l’abris, quelque soit l’angle observé, je pense qu’on serait déjà tous au courant.

    56    Nous sommes ici, parmi des gens civilisés, qui ont  parfaitement conscience, que ce qui importe, c’est de déboulonner la souffrance, « à la base », autant que possible.

    57   Une fois qu’on a bien bossé sur les bases, ensuite, on peut éventuellement se soucier des détails.

     

     Mardi 16 fevrier 2016.

     Les "TAMALOU", des pompiers de Barentin.

    http://www.paris-normandie.fr/detail_article/articles/PN-1038203/les-pompiers-adoptent-boul-a-barentin-1038203#.VsNdFNB-gkg

       Qu'est ce que moi, j'en pense ? Et bien je trouve que c'est une très bonne idée, certains enfants, soit parce qu'ils ne peuvent pas parler, soit parce qu'ils ont peur, soit parce qu'ils sont trop petits, ne peuvent que mal s'exprimer,  ou ne pas s'exprimer du tout, alors, avec la peluche, ça crée un objet transitoire, sur le lequel ils peuvent montrer des points, qui leurs font mal, par exemple, oui, je trouve que c'est vraiment une très bonne idée.

       Dans le cas de maltraitance, ou de pedophilie, de façon plus élargie, en observant l'enfant, comme on peut le faire avec une poupée, sur une periode plus longue, les spécialistes, qui bossent sur l'enfance savent ça, qu'on peut comprendre la nature des maltraitances, ou en tout cas, recueillir des indices de probabilité, rien qu'en observant comment un enfant joue avec ses jouets.

    http://www.secours-expo.com/conferences/

     

    Jeudi 17 mars 2016.

     voilà, disponible, un certain nombres de videos, sur internet, sur ce sujet.

     Pour ce qui est dit, je suis parfaitement d'accord; mMoi, c'est exactement, l sentiment que j'ai eu, aussi, c'est à dire, que compte tenu, du contexte post attentat,  il me semble que  les entiment, de brassage, émanant, autant des differentes regions, que des differents contextes, qui ont eclairé, la notion du secours, a aidé, à une prise de conscience générale, du bien fondé, de cette simple, enfin, simple, pour moi, en toutcas, de ce qu'on nomme "la BIENVEILLANCE"....

     Enfin, personnellement, moi, c'est vraiment en ce sens, que je l'ai vecu.

       Bon, sinon, je pose mes commentaires ici, et je pose le lien de l'article, sous la vidéo.

       Ce qu'on pourrait améliorer, dans un premier temps, serait, de faire une liste alphabétique, de différentes professions, qui tournent autour de la notion, de secours.

    J'ai vu, sur le lien, du journal, que j'ai reçu, qu'on proposait, de rediger des article, chose que je vais donc faire.

     
    Dimanche 24 décembre 2017.
     L'edition de fevrier 2018, est cosultable, en suivant ce lien.
      Je précise que le fait que je n'ai rien noté de particulier sur l'edition 2017, ne doit pas être perçu comme une baisse d'attention de ma part, mais plutôt, que je n'en ai rien dit, parce que je devais être préoccupée par autre chose d'aussi important.
     Pour cette édition, je me suis inscrite, et j'espère pouvoir y venir.
     Dimanche 24 decembre 2017.
     Je ne sais si certains sujets qui ont beaucoup évolué, ces dernières années, seront abordés, mas la prevention, contre le harcelement de rue, et donc, par concommitance, contre le viol, ou toute forme d'agression, devrait être abordée, et notament, la prevention face au risque pedophile.
       Oui, je sais, "ça pique", mais bien moins, que les epines du sapin de Noël, que je dise une chose pareille", et bien "franchement désolée", moi, je fais mon job, et y'a pas de 24 décembre qui tienne.
       Si vous voulez, quelques heures avant cette réunion familiale,  qu'on appelle, "réveillon", je peux aussi parler du risque,  et des politiques de prevention en matière d'inceste, aussi, non ?
     
     
      Moi, je pense à un truc, enfin, une possibilité de développement. moi, j'ai été assez surprise, de voir une telle diversité d'ouvrages, destinés aux enseignants, ou au personnel, sensés apprendre des notions de secours, tous secteurs confondus.
     
      Ne serait il pas possible de proposer un site internet, qui soit, une émanation du salon, sur lequel on puisse proposer à la vente, les ouvrages, qui étaient présents au salon ?
      Je pense aux personnes, qui géographiquement, ne se trouvent pas en région parisienne, au moment du salon, et comme ce sont des ouvrages qui sont très spécialisés, ils ne doivent pas être centralisés nulle part, alors, ça serait peut être bien de les voir regroupés, sur un site commun, et proposés à la vente.
     
     
     
    SOS médecins ? Moi, perso, j'ai toujours pensé que c'était pas "facile facile".
     
     

    Lire la suite

  • Compagnes, Muses, Égéries," que d'la merde, moi je vous le dis" !

     Et bien oui quoi enfin, merde, "on est une bande de potes et on se fend la gueule", je dirai même, "à coup de "hâch"......

     Ces derniers temps, figurez vous, France inter "fidèles serviteurs, de ma modeste personne"  a rediffusé des émissions à mon intention.

     L'une d'elle m'a particulièrement touchée, d'autant que je retrouvais mes pinceaux, ce qui accomapgnait mon adolescence, au sujet de Robert Charlebois, dont voici le lien.

    http://www.franceinter.fr/emission-charlebois-par-dela-lindberg

     Et une seconde au sujet de Renaud, qui ne semblait pas être une rediff' ou bien alors, j'aurai raté un truc.

     Le lien est ici :

    http://www.franceinter.fr/emission-docteur-renaud-mister-renard

    Il me semblait que le titre pourtant, mais non.

     Qu'il y ait toujours une femme ou plus precisement, DES FEMMES derrière chaque homme célèbre, n'a jamais fait aucun doute. Je sais que certaines feministes d'ailleurs ont deja travaillé sur ce sujet, mais je n'ai jamais eu l'occasion d'y a voir acces plus que celà.

       Mais s'il est un secteur où ce phénomène est plus pregnant encore, c'est bien dans le secteur artistique, pour la simple raison que ces chers petits anges sont souvnet des  porte couilles torturés, qui font que chialer leur race, des qu'un problème existentiel leur tombe dessus, et qu'ils sont bien trouver leur petite MOMAN , ou leurs nanas qu'ils sollicitent pour sécher leurs larmes.

     Alors à la question, "est ce que le milieu artistique est plus machiste que d'autres secteurs je dirai moi, NON....

     Mais entendons nous bien. je parle, moi, de machisme idéologique.

     Ou si vous préférez.

     "Est ce que le milieu artistique considère que les femmes sont des petits êtres sans défense, qui doivent rester à leurs maison, pour torcher le cul des gosses".....

     Non, excusez moi.

       Au fond de la caverne, pour balayer le sol, avec une queue d'un cheval sur lequel son mari à bondi, le couteau entre les dents, pour lui fabriquer un balais "made in caverne" et qui ne sera même pas homologué "SALON DES METIERS D'ARTS", et bien ça dépend de qui l'on a en face de soi.

     Si c'est un artiste, vous pensez bien qu'il n'est pas fou. Lui certainement pas.... Et puis pour l'inspiration et pour le reste on sait tres bien qu'une femme, c'est ma foi, comment dirai je... Fort utile.

     Si c'est un producteur, elle n'a d'égart que pour d'une part tout ce qui est logistique,  bien planquée dans un bureau, à trouver des solutions parce que les portes couilles, qui eux, sont à la tête de maison de production, eux, n'ont pas assez de jugeote, pour trouver les solutions.

     Autre hypothèse c'est l'éventualité qu'elle ait effectivement du talent, alors dans cette hypothèse bien sûr c'est une autre paire de manche parce que ça peut rapporter gros donc...

      L'idéal quand même, c'est qu'elle ait deja eu des mouflets, parce qu'elle ne risque pas d'interrompre sa carrière, dans quelques années pour cause d'éprouver un besoin irrepressible de se reproduire cette petite conne.

     Mais non, "je ne vise personne", bien sûr que non. Pensez donc, franchement, c'est bien mal me connaitre.

     En fait, il reste quand même celles, aussi, qui ont non seulement du talent, mais qui en plus sont infiniment plus talentueuses,  et qui ont une sacrée grande gueule, et qui poussent même le champignon, jusqu'à discuter le bout gras pour se faire arnaquer par le producteur "le moins possible".

     En fait c'est là aujourd'hui, que réside véritablement le problème.  Car ce sont celles là, qui sont les plus chiantes bien sûr. Vous ne croyez tout de même pas qu'elle en sont arrivé là, pour ensuite, la fermer manquerait plus que ça !

     Et puis il y a les femmes de l'ombre,  les fan de l'ombre je dirai même..... Moi qui n'ai pas envoyé la moindre lettre à Thomas Fersen depuis bien des années, j'imagine que le secrétariat de Tôt ou Tard doit litteralement crouler sous le poids de ces lettres enamourées.

     Mais le pire, c'est que ça doit être pareil dans toutes les maisons de production, au point qu'ils ont tous décidé de faire comme à l'Elysée, embaucher 80 personnes rien que pour  le traitement du courrier.

     D'ailleurs, chez Tôt ou Tard, c'est assez simple, ils ont carrement ouvert une rubrique "comlombophilie" pour que le courrier, arrive par pigeon interplanétaire, de telle sorte que dans l'hypothèse d'une grève "ino  pinnée" (ce qui n'a rien de graveleux, je le précise) leurs chers petits chanteurs, n'aient surtout pas le fil rompu, avec leurs fans c'est vous dire.

      Parce que personne n'est au courant, mais la sonde Rosetta c'est entre autre pour ça qu'elle a été crée il y a quelques années et l'ensemble de la NASA oeuvre aussi, en ce sens.

      Et la fiente des pigeons en question, est prévue, pour servir de capaplasme, pour traiter la calvitie, devinez de qui ?

     Bon "ça c'est fait".

     Ensuite, je precise que pour moi, c'est un peu delicat, de ne parler que de l'un (Charlebois),, et ensuite de l'autre (Renaud) justement parce que chaque cas est bien particulier.

     J'avais écrit à Renaud moi il y a quelques années, à la main.

     Bref. Je ne sais pas si ça lui a apporté quelquechose, je n'en sais rien.  je n'ai jamais eu deses nouvelles autrement que par manipulation, comme chacun à l'habitude de le faire, avec la complicité de Thomas Fersen.

      Je l'ai fait, comme je l'aurai fait pour n'importe qui.  Ca n'a donc aucune importance.

       J'avais pointé du doigt à l'époque le concernant, le fait que son frère, qui n'est au chanteur que l'ombre de ce dernier,  jouait un rôle dans le mal être de renaud, ce qui moi, me semblait une evidence.

       Pour cette même raison, d'ailleurs, on écoute dans cette émission sa maman. Mais nulle part, absolumnt on entend parler, de son paternel....

        Je ne sais pas, il ne vit peut être plus, mais même par le passé, de toute évidence, cette "parait il" culpabilité, relative au fait de gagner beaucoup d'argent, soit je peux le comprendre, avec un père pasteur.

      Mais enfin, un père pasteur, n'en reste pas moins un père. Et sur ce point, de toute évidence Renaud, a toujours eu un problème véritable.

       Je pense moi que son frère qui se dit si bien intentionné vis à vis de son frère Renaud sechan, est une forme de parasite, veritable,  qui mine de rien, prend toujours pla parole, ecrit des libvres plusieurs, sur lui....

        Et que s'il s'en écartait véritablement, ET QU'IL CESSE DE GAGNER DE L'ARGENT RELATIVEMENT AUS SOUFFRANCES DES SON FRERE QUI LUI A DU TALENT, il est tout à fait probable que renaud irait mieux de façon plus constante en tout cas.

     Que j'ai tenu ce discours deja, qui n'est pas nouveau, alors que je suis la seule, remonte à plusieurs années.

      Là, pour l'émission, on a recommencé à lui demander son point de  vue.

     Je cite "quand Dominique et lui ont decidé de se séparer, il y avait un appart au dessus de la closeraie des Lilas"...

     Soit. Si Renaud choisissait de vivre au dessus de son lieu de perdition, c'était son choix;

     Mais làoù l'on voit bien que le frangin y trouvait veritablemet son compte ainsi que sa copine soit dit en passant, c'es qu'il sont venus crechaer avec lui chez lui !

       Ha mais moi, perso, en temps que franf gine si j'avais eu une soeur alcoolique et qu'il soit envisagé  qu'elle deménage la dernière des choses que j'aurai faite aurait té d'aller habiter precisement, au dessus d'un bistraot ! franchement. Drôle de conception de l'entraide familiale si j'ose dire, franchement.

       Le coup de la copine qui lui lave son tee shirt, qu'il n'a pas changé depuis trois semaines, c'est limite qs'il n'a pas precisé qu'elle a bien fait attention de ne pas le reveiller, de son sommeil version "viande froide" je dois dire que je me suis retennue de verser une petite larmes, devant cette belle soeur si bien intentionnée non vraimnt je vou jure.

     Putain de bordel de merde, "les charognes".

     Voilà, à quoi, on a affaire.

       Mais attendez là, où franchement ça devient risible, c'est quand il explique, au sujet de la dualité, qui existe entre "mister renard" et "mister renaud" il dit textuellement la chose suivante. Vous pouvez vérifier.

      Je pense moi, que pour être franc (j'ose à peine imaginer ce que ce doit être quand il triche ou qu'il ment), les deux personnages, dont il est question, et que revendique Renaud par l'une de ses chansons,  sont en fait intimenent liées et extrêmement complices, la frontière entre les deux personnages etant particulièrement floues".

     Bon OK, je ne suis pas allée réécouter ce ne sont peut être pas ces mots précisement qu'il a dit, mais c'est ce qu'il m'a semblé vouloir exprimer...

     Et d'enchainer tenez vous bien, au sujet de Dominique, la mère de Lolita celle là m^ême qui est la femme de sa vie et la maman de Lolita, que je le cite: "je me demande même si dans son esprit, le flou artitique qui existait entre les deux personnages ne faisait pas son affaire".....

     Bon alors là, mesdames et messieurs, on applaudit bien fort, devant une telle langue de bois, parce que franchement comme on dit, "ça force le respect".

     Je lui conseille de se lancer dans la politique, version, "je nage en eau trouble", en principe l'adaptation, devrait se faire relativement facilement.

     Ce que je trouve absolument incroyable, moi c'est que ce discours, qui me révolte au plus haut point, tend à faire croire qu'il soit necessaire d'être dépravé pour être créatif, ce qui est abslument faux....

     

    Samedi 28 octobre 2016.

       Ces jours derniers, on apprenait que certains hummoristes, refusaient de venir en France, ou de collaborer, avec les humoristes canadiens, parce que certains plagient certains de leurs humoristes.

       Et oui, et bien, moi, qu'est ce que je dirai, alors.....

       Il ne se trouve pas un humoriste français, mais aussi canadien ou américain, qui ne soit venu depuis toutes ces années bouffer à mon râtelier, côté inspiration, je serai tentée de préciser, "si ça n'était que celà"....

       Non, infiniment plus inquiétant, psychologiquement en temps que plagia, carrément sur des jeux de mots, bien précis,  DONT J’ÉTAIS L'AUTEUR et avec l'entière complicité de mon coach, qui les leur transmettait et leur transmet encore....

       Comment je vis, ça ?

       J'ai toujours vécu ça, extrêmement mal, et je le vis toujours extrêmement mal, avec un sentiment de viol intellectuel permanent, dans l’indifférence générale.

       Et pou ceux qui se demandent pourquoi et à quel titre, je n'ai jamais pris la peine de monter sur scène, et d'être humoriste moi même, je répondrai que la raison d’état semble bien justifier  aux yeux de mon coach que ce sentiment de viol permanent, qu'il trouve lui légitime, ne semble pas lui poser le moindre problème de conscience, pas plus qu'il n'en pose, d'ailleurs aux humoristes, ou aux artistes qui en jouissent.... 
     
       Et comble de l'ironie,  ce connard "porte couilles", au Canada, qui  dirigeait ce festival de l'humour, JUSTE POUR RIRE....

      Soyez sans crainte, ça n'est pas demain la veille, que je risque d'en rire, moi, parce que jusqu'à preuve du contraire, et je l'ai encore appris à mes dépends, la semaine dernière, une muse jamais n'existe autrement, que par la reconnaissance, de l'artiste ou des artistes, qu'elle ait inspirés, ou qu'elle inspire,  encore aujourd'hui, quand à ma nature profonde,  celle d'humoriste et d'artiste, tout le monde dans le milieu médiatique, et le milieu artistique a tellement chié dessus, que j'ai le sentiment, que jamais je ne m'en relèverai.

    Lire la suite

  • Par les festivals, focus sur les régions.

    http://www.vieillescharrues.asso.fr/2015/

    12 Août 2018.

       Bon, pour commencer, un petit mot sur le film...

       Et oui, je suis dsolée, mais il n'est pas impossible que je sois responsable, d'un tel mefait, et je m'excuse platement, aupres de ceux, qui sont assez cons, pour imaginer, une seule seconde, que lintention, ait été de salir la brtagne.

       Comme on vulgaitrement, "quand on est con, on est con".

       J'ai une de les aïeulles, figurez vous, qui a été bonne de château, ici, en Normandie, au château de Sevis, pour être précise, et j'en suis fière. Elle s'appelait irma, et était tmbée amoureuse, d'un photographe, qui lui avait d'ailleurs tiré le portrait.

      Helas,  "ça n'avait pas pu se faire",  parce que sa mère, lui avait fait promettre qu'elle ne convolerait jamais, on n'en a jamais connu les raisons, en dehors du fait, que son jeune frère travaillait lui aussi au  château, au jardin, pour être precise,  et "qu'il ne pourrait jamais se marier".... Elle passat la fin de sa vie, chez mes grands parents maternels, alors, que ma mère etait enfant, et elle y etait tres attachée.

      Le coup de la provinciale, qui va à la ville, ou chez des riches, pour en devenir le ou la domestique, ne fait que signer, la différence de classe sociale,  ce qui jusqu'à preuve du contraire, n'a jamais été un critère de véritable valeur sociale, à moins, d'être assez con, pour imaginer, que ce qui fait la valaur d'un individu, serait lié  au nombre de zéros, sur son compte en banque....

      Alors, c'est bien ce que je disais, "quand on est con, on est con".

     Bon, sinon, cet apres midi, il y a le festival interceltique, à Lorient,  que je vous recommande, malgré tout ! Foi de Becassine !

    https://www.festival-interceltique.bzh/

    Lire la suite

  • Mettre en valeur les régions. Exemple, la Normandie ou la Bretagne.

      C'est un point chez moi, qui est fort important. Plus important que les autres ?

      Je le crois oui en effet, pour la simple raison que j'ai toujours été ce que l'on nomme "une rurale".

      Je suis fille d'agriculteur, et j'en suis fière. C'est une des raisons d'ailleurs, pour lesquelles j'ai une aussi grande g... Quand il s'agit du monde rural, quelqu'un en soit le sujet, puisque je sais de quoi je parle.

      Ca ne signifie pas que je sois incapable de vivre en ville, cependant.  Mais il serait stupide de tourner le dos à ce qui m'a fait naitre à la Vie, bien au delà de ma naissance au sens physique du mot.

       J'ai écrit sur le sujet d'ailleurs, la première de mes chansons, qui s'appelle "Om'lette" il doit y  avoir 6 ou 7 ans, ou je parle de mes souvenirs de petite fille, quand je marchais chez mes parents, en totale liberté, puisque comme chaque enfant d'agriculteur, j'avais un très très très très très très grand jardin ! Et portais un manteau, devinez quoi ? ROUGE.

      Mais au moment où je vous parle, il se trouve que je dois aussi rédiger un article, relativement à la série de concerts, qui est offerte, chaque année par ma region, la Haute Normandie.

     Vous pouvez retrouver les infos, en suivant ce lien.

    http://www.lesconcertsdelaregion.fr/

        Je prends ce cadeau, comme fait pour moi ! Il est vrai que je ne prête plus vraiment attention, je dois dire, sur ce que j'ai apporté, que ce soit à ma région, ou bien au delà.

       Ne voyez là aucun prétention de ma part, mais juste que c'est dans une telle proportion que je ne ferai que ça. je me concentre plutot à en jouir quand je peux (ce qui est le cas avec les concerts grtuits) et je m'en amuse quand je chope des clins d'oeil, ou des petites peripeties, que ne connaissent que Thomas Fersen moi, et l'artiste en question.

       Ainsi hier soir, nous avions donc trois artistes.

     "Next door". Groupe irelandais, qui n'assument pas !Et qui se font passer pour des normands.... Et bien voilà autre chose. Mais curieusement quand les langues se delient, ça ne risquait pas d'être le patois cauchois qui sortait.

     j'ai trouvé ça  vraiment bien. un niveau technique qui m'a semblé, assez élevé, et un style que je qualifierai, moi, de "tres pluriel".  je crois que c'est la première fois que je vois un "corps de chasse".... Dans un  groupe.... Ce qui me ramène à mon expression "tableau de chasse" quand on a en fasse de soi, un "porte couilles" qui collectionne les conquêtes, comme  d'autres collectionne le autocollants. mais enfin chacun tente de remplir son cerveau comme il le peut et certains hommes je pense n'ont gu- ère le choix quand on n'est pas equipé pour on n'est pas equpé pour.

     A une poque où les femmes revendiquent qu'on s'intrresse à elles, pour autre chose que leur cul, les hommes juenes ou moins junes devrient commencer à y réfléchir.

     C'était, non pas la minute de monsieur Cyclopède, mais la minute féministe de Françoise Niel Aubin, chacun à la pendule qu'il peut.

     Pour la peine, tiens vous l'avez bien cherché.

       Oui, pour en revenir à ces petits jeunes j'ai vraiment bien aimé, parce que j'ai été surprise. ce que j'aime bien moi c'est decouvrir des gens, qui sont "antiadhesifs" un peu comme moi quoi...

       On veut leur coller un nom, comme musique... Ha merde, la "netiquette" elle ne colle pas dis donc. Et ça ça me botte !

     j'en prifite pour passer un message subliminal à DEEZER.

     leur nouveau site là, est super, vachement bien. mais quand je vois les cases carées avec les noms de musique les style, je suis absolument morte de rire et k' j'imagine les discussion enflamées sur l sujet

     "Ha non moi je te dis que c'est ça

       Ha non, mais enfin, non mais ça va pas", etc...

       Ha la la "les nétiqettes", faut toujours coller des "netiquettes" alors que définition, être artiste c'est NE PAS EN VOULOIR BORDEL DE MERDE, DE VOS NETIQUETTES.

     Et "cerise sur le pièce montée des grands jours", EN PLUS, y'a même pas la seule encore à laquelle je comprenne quelque chose, la bien nommée CHANSON FRANCAISE.

     Non mais, de qui se moque t on ?

     Ensuite nous avons decouvert le chanteur"Nord".

     En fait je vais vous dire la programmation a été organisée de telle sorte que sur le plan mnémothecnique, je ne puisse pas les oublier !

     "NEXT DOOR" parce qu'il n'aura echappé à personne, que j'ai l'allure d'un cheval de course, qui s'en va franchir la dernière porte, dans une course d'obstacles parmi lesquels la lutte contre le FN, le réchauffement climatique,  le soutiens à EELV la lutte pour soutenir la biodiversité, l'Ukraine, le Tibet face à la Chine,  le Japon, face au nucléaire, le soit disant déclin, de notre civilisation, qui soit dit en passant, ne decline absolument pas mais se contente d'EVOLUER ce qui est bien différent,  le commerce équittable et chaises de par le monde là où les droits de l'hommes sont pietinnés et que les humains sont exploités,  le petit artisanat, et ses droit, et RSI pour les indépendants, commerçants et artisans, et leurs droits,  le tourisme fluvial sur la "Seine internationale", les migrants qui ces couillons là, ont résiliés leurs abonnements à la piscine municipale dans l'endroit qui les a vus naitre, le tourisme en Haute Normandie, l'évolution de la famille, les énergies renouvelables, le nouveau droit des pères, la GPA, la VGT, la "bhtla nhilaplendierz", la "behfilreisndentik", ainsi que la "bdlemeopcnsjenzets", je retiens sept et ne garde rien, et tout ça, tenez vous bien AVEC LE SOURIRE et surtout, sans perdre mon légendaire  SENS DE l'HUMOUR. Et ça dure depuis cinq ans....

     "Dernière porte" qu'ils ont dit hier soir. Et bien, "nom de Dieu, de nom de Dieu, de nom de Dieu".

     

     Dimanche 5 juillet 2015.

     Désolée, j'ai pas trouvé le temps de continuer sur ma lancée.

    Nous en étions donc à Charlie Winston.

    Oui, je sais, certains se demandent si, etc....  J'en suis l'inspiratrice peut être, j'en sais rien, vous savez ce que c'est .... Et puis on s'en tape un peu non, non, ce qu'il faut savoir, c'est que je suis l'inspiratrice de son mode vestimentaire. Alors ça oui, je le revendique.

       En effet, j'ai pu constater qu'il arbirait en plus de son venérable chapeau "bas de forme" façon "barquette trois chatons la pointe en avant", le mê que R Thomas fersen (hooo, le copieur) un exemplire des plus flamboyant costume, coupé dans une veritable metrage des doubles rideaux qui faisaient fureur dans les années 70.

     Mais avant d'en arriver là je dois vous compter commet celà a commencé;

       J'avais expliqué à Thomas Fersen que de me faire des fringues dans des doubles rideaux, à moi, ne me posait jamais aucun problème, en effet qu'importe le flacon pourvu qu'on ait l'ivresse de la création.

     Les choses en resterent là.

       Et quelques mois plus tard, j'appris dan le Paris Normandie, qu'il s'était déroulé un drôle de manège, au château  Jean Marie le Diable, dont vous pouvez voir les vestiges encore en Normandie.

    http://www.la-crea.fr/chateau-robert-le-diable

       En effet, il y a quelques années, il restait encore accroché sur la devanture d'une des fenêtre de notre illustre château, un pan entier d'une étoffe remarquable. Des feuillages de velours qui me rappellaient curieusement une biche, en train de boire à l'orée d'un sous bois.

       Ors, des habitants des environ virent un soir, des lueurs étranges, qui semblaient venir de l'intérieur, et ça n'est qu'au petit matin, qu'il ne purent que constater que l'étoffe, curieusement,  de la couleur du costume de Charlie Winston avait bel et bien disparu....

       Et oui, vous l'avez compris. Il ne fait effectivement aucun doute, à présent, que notre ami qui a cherché à faire diversion, avec un décor de scène, juste admirable, tout de vert et de bleu électrique, avai cru bon de s'inspirer de l'histoire de notre Normandie, pour argumenter par l'étoffe son attachement à la région.

       Et encore, j'ai bien remarqué aussi à quel point ses vocalises  avec son micro avait été inspirées par Arnaud Ducret, qui est originaire de Rouen, comme chacun sait.... Arnaud sors de ce corps tout de suite ! Décidément, que seraient ils sans nous !

    Bon. RV tout à l'heure......

     

     Lundi 13 juillet  20145.

       Il n'aura échappé à personne, je suppose, que généralement le 13 est une date qui le plus souvent pour ne pas indubittablement, se trouve la veille du 14.

        Comme moi certaines données sont absument immuables. Autant dire que le "soleil donne", que la pluie ça mouille  (non ça n'est pas une contrepetrie), ou que le Front naional est parfaitement antinimique avoir le mot CULTURE.

     oui vous aurez remarqué avec quelle dexterité je passe du nez de clown à des choses extrêmement  sérieuses.

       Il faut dire que je n'ai pas le choix. Mes poches grands ouvertes, ne le sont, non pas excusivement pour y heberger des kangourous mais surtout pour y nicher mon nez de clown virtuel, et ce dernier bondit sur mon nez aussi prestement qu'un kangourou justement;

      Seulement voilà; Quelquefois, il est deja sur le bout de mon nez avant même que j'ai posé le premier mot de mon article alors que je croyais assoupi dans le fond de ma poche.

       Il parait qu'il cohabite très bien avec le "kangourou anti incendiaire", ou extincteur, si vous préférez.

         Quoi qu'il en soit, si je parle du Front National, ce matin, c'est précisement parce que je sais qu'ils ont la prétention de représenter une forme d'alternative au sujet de certaines régions, ou si vous preferez " la ruralité". Et que je les sais particulierrement "infertiles" sur le sujet. Et oui faire son beurre, sur le desenchantement c'est une chose, une chose tellement facile, je précise "Ha, on est pas contents, hein marine qu'on est pas contents, sur qui on va s'acharner pour passer notre colère".

         Et là, les boucs émissaires sont tout trouvés, les immigrés, ça marche toujours bien... Bien appuyer sur le fait qu'ils sont "pas comme nous". Imaginez donc. Ils cachent leurs cheveux sout un foulard. Mais les immigrés parlons en . la seconde génération trop contente et à juste titre d'avoir souvent reussi à venger socialement, le statut social de leurs parents, compotement parfaitement légitime, et donc, cohérent, tout français qu'ils sont désormais, n'en déplaise à certains, sauvent certaines entreprises françaises.

        J'en tiens pour preuve, l'exemple parfaitement parlant, qui a été diffusé hier au sujet de l'entreprise des madeleines JEANNETTE à CAEN que n  vous pouvez revoir ici:

    http://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-2/13h15/

      J'ai été vraiment touchée par cette aventure, relative à cette mutation dans cette entreprise.

       Touchée parce qu'elle demontrait parfaitement les valeurs qui pour moi sont fondamentales au sein d'une entreprise l'entraide la solidarité la responsabilité. Enfin voilà je ne vois rien d'autre à dire,, je suis juste plein d'admiration devant ce reportage et devant les employés ainsi que le repreneur. je precise que suite à la  première diffusion du reportage j'avais deja reagi donné mon point de vue notamment sur certains spects qui pourraient être developpés.

       Il est envisagé de se tourner vers la qualité exclusivement. Et j pense que c'est un bon choix; mais il ne faut pas s'eloigner par contre du côté "populaire". parce que ça serait trahir les valeurs de l'entreprise. Mais j'ai vu qu'il y avait des tasses et des asiettes à l'efigie de l'entreprise "les jeannettes";  il serait peut être envidsageable de créer une forme de partenariat entre l'entreprise des jeannettes et une a entreprise de fabrication de porcelaine de Limoges.

       De cette façon, ça formerait un  duo d'entreprises, qui se valoriseraient muteullement, l'une mettant l'autre en valeur et réciproquement. il serait possible d'envisager aussi ce même type de partenariat avec un fabriquant  de linge de maison, "made in France" voir du côté de l'entreprise DEREN, située à Barentin, vous leur dite que c'est de ma part. Ou bien avec une filature de lin, comme on en est producteurs, dans le pays de Caux.

      Il faut juste vraiment veiller à ce que ça soit du "made in France" à 100 %,  et que ce soit du "tissé teint" et pas de l'imprimé bas de gamme. "Du beau linge", quoi.

    http://www.deren.fr/accueil/historique-deren/

     Je précise que j'étais moi, au collège à côté (le collège Catherine Bernard) et que j'avais eu l'occasion d'aller visiter les métiers à tisser, enfin l'usine, avec le collège. J'avais trouvé ça terriblement bruyant.

     Ma tante Colette, qui était ma marraine avait travailé là bas, dans cette usine, au debut de sa vie de couple, pendant plusieurs années, avant de rester sur sa petite ferme, à Fresquiennes, alors que son mari lui, a fait toute sa carrière comme chauffeur livreur, dans cette même entreprise.

    Je vois que j'allais oublier l'essentiel, qui n'est rien d'autre que la cerise sur le sommet de la pièce montée des grands jours, de ce merveilleux article, et qui réside dans le fait que  je dois absolument vous faire une confidence.

      Chacun sait que mon nez de clown jaillit de ma pcohe de gilet sans a vertir sans crier "gare", alors que ces jours ci on est plutot de la pedale, avec le tour de france et que donc, le chemin de fer, peut aller se rhabiller,  mais je manquerai à mon devoir si je ne vous informais du fait que j'ai pour projet d'ecrire un truc qui servira de trame pour une émission, et qui s'appellera "la madeleine de PROUT".

      "Proutiens proutiennes", amoureux ou  non du principe aérophagiques et borborrygmiens (oh, putain, c'est dur à dire ça...), je vous salue bien bas.

     Et là je sens que j'en vos certains quelque peu deçus....

     ils e sddisent "et bien voilà, tu vois elle y a rrive à être serieuse quand elle veut".

     Et voilà,  mon derapage prosodique qui me reprend. Bon "SANG" ne saurait mentir. ou si vos preferez, "Chassez le naturiste, il revient au galop et les coucougnettes à l'air".

     Lundi 21 septembre 2015.

    http://positiveeconomy.co/fr/positive-economy-forum-le-havre-2015-2/

     Bon, et bien autant de joli monde, la semaine dernière, et moi, qui voulait y aller. Oui, je sais, j'aurai du choper ça, quelque part. Sauf, que ça n'a été annoncé qu'une seule fois, sur France Inter, et que je n'avais pas que ça à penser, comme d'habitude.

     Mais je n'ai aucun doute, que la nombreuse assitance, ait du tirer profit, de toutes ces conferences, et qu'on doit regorger, de multitudes de comptes rendus, sur internet.

    Les régions, c'est ça, aussi, de nouvelles technologie,
    pour les photographier, et les mettre en valeur,
    comme jamais ça n'a pu être fait, auparavent.
    Et en tout premier lieu, par le bais de FR3 Region, qui fait depuis le debut, un travail d'une incroyable efficacité.
    En cours de rédaction.

     

    Lire la suite

  • Lutte contre l'homophobie.

    Samedi 19 décembre 2015.

       Bon,christine Boutin vient d'être condamnée pour propos homophobes.....Je suis bien aimable de tenir de tels propos, parce que le mot "abomination", va bien plus loin, en vérité.

     BREF, sur le sujet, sur je suis interpelle, sur twitter..
      

    Lire la suite