google-site-verification: google7d26736b1ef720ed.html

13406723 1033195280101638 4640138142691404904 n

"Le tapis de courses comme alternative au tapis de la caisse enregistreuse, contre la souffrance au travail".

 Je dois avouer que je suis vraiment consternée, de lire une chose pareille.

 Désolée pour la longueur du titre, hein, mais  quelquefois, mieux vaut une bonne formule (dont je ne suis pas l'auteure), qu'un titre deja vu pour retenir l'attention.

 Être stupide, au point de ne même pas comprendre, à quel point une femme qui accouche, ou bien un malade, qu'il soit en situation d'urgence ou pas, soit en état de vulnérabilité, et demande une qualité de communication, la plus juste et la plus affutée possible, me consterne, au plus haut point.

 Quand à la comparaison, avec la caisière, elle n'est pas plus futée, quand on sait, que precisement, sans être dans l'etat d'urgence d'être rassurée, sur son etat de santé, beaucoup rechignenent aujourd'hui, à commercer au quotidien,  dans les grandes surfaces deshumanisées, justement, parce qu'ils accordent une importance croissante, à la communication...

 Non, vraiment, je ne sais plus quoi dire, devant un tel comportement, qui pose le travailleur, plus bas que terre.

 Il s'agit de rien de moins, qu'une forme de chosification de l'être humain, chosification que je vais observer, pour ma part, de façon relativement silimaire, même s je choque, à celle constatée, devant un criminel, un violeur ou un pédophile...

 Oui, je sais, je vais loin, mais si l'on y réfléchit bien, mentalement, c'est ça, nous ne sommes en sommes, que des numéros, ou des objets.....

immigration féminisme émancipation Conscience droit du travail

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire