google-site-verification: google7d26736b1ef720ed.html

MOI..... EMOI.... Et MOI.

Oui, "MOI" c'est bien gentil de s'occuper de la misère du monde mais enfin "charité bien ordonnée commence à  par soi même".

  • La mal bouffe est une forme de populisme de l'alimentation. NUTRI SCORE.

    13 juillet 2019.

     Certains ont eu l'intelligence, je dis bien, l'intelligence, de suivre le NUTRI SCORE.

    https://www.fleurymichon.fr/fleury-michon-met-en-place-le-nutri-score?gclid=CjwKCAjw36DpBRAYEiwAmVVDMNRlmYkT83GUEU4GCjD5VFqGQIQpgppZf5F9wVVTqL9BTkX6UATZNRoCzhYQAvD_BwE

     D'autres, parlent de s'y mettre...

     J'ai oui dire, sur les ondes de France Inter, radio de référence s'il en est, que le groupe Danone, s'y mettait aussi.

     Je viens d'aller lire sur leur site, et je ne trouve rien de cet ordre.

     Je sais bien, qu'on m'accorde des vertus assez extraordinaires, parait il, mais je tiens à informer ceux qui me suivent, qu'à aucune moment de mon existence, encore jamais il ne m'est arrivé d'entendre des voix....

     

     

     Franchement désolée.

    Lire la suite

  • Mon profil politique, à Génération-S.

     Bonjour.


     Je fais de la politique, de façon bénévole, et c'est très bien ainsi.


      Si je persiste en ce sens,  et que d'en vivre ne me semble pas personnellement, souhaitable, je pense salutaire, de pointer du doigt, certains rapprochements, ou certaines idées, quand mon instinct me dicte, avec fermeté, que ça serait nécessaire.


      Une des raisons,  c'est que ça n'est pas là, ma nature profonde.


      Ma vraie nature, c'est de faire le clown, accessoirement, mais plus généralement,  de jouir d’une liberté dans mes modes d’expression, qu’on  observe, plus généralement,  extérieurement, comme un luxe.
     La seconde raison, et qui n’est pas des moindres, c’est que je jouis ainsi, d’une liberté absolue, dans mes prises de position, puisque je ne suis qu’un satellite.


      Je ne crois pas pour tout dire, que le milieu politique, apprécierait tant que cela, ma liberté de ton.


     Quoi qu'il en soit, "j'ai le nez fin", et pas uniquement sous l'angle artistique, c'est ce qui fait ma valeur.
      C'est en ce sens, que je ne renierai jamais la politique, parce qu’elle  seule est à même de faire avancer des idées que je défends, et que je reconnais chez Benoit Hamon, et générationS.


    Je suis active dans trois régions, Normandie, Bretagne et PARIS .

     (Je précise, qu'il y a sur le site de génération-S, à mon sujet, une adresse parisienne, et que ça n'est pas moi, qui en suis à l'origine).
     

    Lire la suite

  • Thomas Fersen, serait mon cancer du bras droit !

      Je tiens tout de suite à rassurer les fans  du papa de la « nouvelle chanson française », ceci n’est qu’une hypothèse,  mais quand même, qui mérite d’être développée…

      Soyez sans crainte, tel qu’il est là, psychologiquement, comme tout pervers manipulateur qui se respecte, (rôlqu'il joue au delà, du necessaire, helas, c'est bien là, qu'est l'os), quelle qu’en soit la raison, que je comprends parfaitement mais que je n’accepte pas, par ce qu’il aurait pu faire autrement, et tout aussi efficace, et moins traumatisant, il veille toujours à ce que sa « proie », reste à proximité, sur internet, sur laquelle il frappe, sans le moindre scrupule,  au moindre soubresaut qui témoignerait, que « non tout compte fait, elle n’est pas encore morte » .

     En gros, "on peut continuer à taper".

       Pour mieux comprendre, il faut pour cela,  se remémorer, un sketch de notre regretté Coluche,  qui avait écrit, «  mon cancer du bras droit ».

       Il doit y avoir, une douzaine, peut être ? je ne sais plus, d’années, j’avais commenté  ce sketch, que j’adore, et pour être précise, je l’avais même prolongé, ou si vous préférez, je m’étais inspirée du sketch de Coluche, pour écrire le mien.

      Mon idée, consistait à aller plus loin que lui, d’une certaine façon, puisque j‘avais exploité, l’idée du bras droit, comme membre, avec lequel on fait bien plus que d’avoir un cancer, si je puis dire, c'est-à-dire, prendre par le bras, ou prendre par la taille, par exemple.

      Cette métaphore vallait d’autant plus que Coluche, quelques années après, par le biais des restos du cœur, dont il fût le créateur, faisait référence au devoir de solidarité, qu’il fallait qu’on témoigne, vis-à-vis des plus défavorisés, ce qui, en soit, me semblait suffisant, pour justifier que j’écrivis ce sketch.

     Ce qu’est devenu ce sketch, je n’en sais strictement rien.

      Je suppose, que lui, l’a toujours en sa possession, pour ce qui me concerne,  je ne l’ai plus sur mes ordinateurs, depuis bien longtemps.

     Mais j’ai en mémoire, le fait, d’avoir ressenti un plaisir extrême, comme n’importe quel auteur, qui trouve, s’inspirant de quelqu’un, qu’il ou elle admire, le moyen de ficeler, quelque chose, qui tenait bigrement bien la route, et qui témoignait, « mine de rien », en quoi, s’inspirer de quelqu’un de talentueux,  pouvait booster tout à chacun, pour peu qu’on ait la sagesse, au bout d’un moment, de savoir lâcher prise, pour prendre son indépendance, intellectuellement.

     C’est d’autant plus interpellant, qu’ayant écrit, il y a trois semaines environ, mon autoportrait artistique,  je faisais référence à Thomas Fersen, non pas comme source d’inspiration, (ce qu’il fût, quelquefois, je le reconnais), mais comme « bras droit », quand il s’agit, encore aujourd’hui, occasionnellement, de correspondre avec certaines personnes, qui me sont impossible à joindre, par le biais d’internet, par exemple…

     C'est-à-dire ? « je ne sais , dans quelle proportions », pour être franche.

     Parce que quand j’ai besoin de communiquer avec quelqu’un, jamais, quasiment, je ne passe par lui…Enfin, disons, rarement.

     Ainsi, écrivant mon autoportrait artistique, il y a quelques semaines, j’avais complètement oublié le sketch de Coluche, dont je m’étais inspirée, à l’époque.

       Ce matin, sur Europe 1a station, qui voyait se produire  Coluche, à l’époque, et à l’occasion de la nouvelle saison des restos du cœur, une émission lui était consacrée, pour raconter la genèse, des restos du cœur, et c’est seulement là, que j’ai fait le rapprochement.

       Que je me considère, en quelque sorte, comme une enfant spirituelle de Coluche, oui, je le revendique, comme beaucoup, qu’on soit artiste, ou pas…  Qu’on s’en soit inspiré, ou pas, artistiquement, humainement, politiquement.

      Le jour où j’ai appris sa mort, j’ai pleuré une semaine entière, comme pour Desproges, parce que j’avais le sentiment, d’avoir perdu quelqu’un de ma famille.

     Ben oui, je sais, vous trouverez toujours, des personnes, qui se croient plus malines que les autres, pour vous dire, qu’enfin, tout ceci n’est pas tres "raisonnable"…

     Mais qu’a donc, à voir la  raison, quand c’est de cœur, dont il serait question…

     N’importe quel être humain, sur cete terre, doit tracer sa route.

     Et si pour tracer sa route, il doit d’appuyer sur des personnes, célèbres, ou particulièrement charismatiques ou médiatiques, il arrive que l’explication se trouve notamment, dans une forme de carence affective, qu’on peut observer, dans son entourage….

     Je n’ai jamais trouvé à redire, sur ce phenomène, moi, et pour cause…

     Je ne vois pas en quoi, ça poserait effectivement problème, des lors, qu’on garde son esprit  critique, et qu’on ait quitté, tout phénomène d’adulation, non raisonnée.

     Jamais, de ma vie, je n’ai eu cette posture, ni à cette epoque, ni plus tard,  quand j’avais commenc à écrire, à Thomas Fersen.

     Bien au contraire, je dois dire…

     Parce que des lors, que j’ai eu confirmation, de sa part, qu’il m’avait lu, (il m'avais envoyé un bristol, à l'epoque)j’en savais assez, au cntraire, pour exiger de lui, peut être même bien plus, que c qu’il aurait soupçonné, que j’aurai attendu de lui, alors, c’est vous dire…

     Quand à lui, il est arrivé souvent, par exemple, qu’il sorte des conneries, en interview, dans le seul et unique but, que je fasse une mise au point, ou qu’il se prenne, un savon de première….

     Quand à Coluche, ou Balavoine, à l’époque, bien que n’ayant à l’époque, qu’une vingtaine d’années, j’ai l’absolue certitude, à l’époque, que les ayant entendu tenir des propos, que je n’aurai pas approuvé, au grand jamais, je n’aurai moi, mis la sourdine sur mes idées, en mon fort intérieur, au prétexte, que je les admirais…

     Bien au contraire, d’ailleurs.

     Je crois que plus on admire quelqu’un, plus on doit être exigent….

     Raison pour laquelle, je n’ai aucune raison, d’avoir des scrupules, quand je vous parle de Thomas Fersen.

     Ce que je prétends là, je l’ai expliqué, déjà, maintes et maintes fois, sur internet, ou en vidéo.

      Pour cette raison, je suis d’autant plus dure, quand je vois des ados, devant certaines célébrités, et que je vois que ces dernières, outrepassant les limites.

     Bon, là, maintenant, je dois vous parler, de Mickaël  Jakson….. Et là, on est en plein sujet, je crois, non ?

     

    Lire la suite

  • "Figure de style", de Paris Normandie.

     Oui, il m'est deja arrivé, de voir certains de ces protraits, et je trouve ça tout à fait interressant, d'autant plus qu'il s'agit de personnes qui ne sont pas célèbres, généralement, ou en tout cas, peu médiatisées.

     https://www.paris-normandie.fr/actualites/societe/ils-reapparaissent-avec-le-retour-du-printemps--les-frelons-asiatiques-au-piquet--HE14760474

     Pour ce qu'il prétend, au sujet des normands, qui ne sont pas suffisamment fiers de leur Normandie, je crois que beaucoup la connaissent finanlement, assez mal... Ce qui est un peu mon cas, pour dire vrai, parce que la tutelle, puis la curatelle qui ont suivi, depuis 10 ans, m'ont parfaitement empêchée de jouir de beaucoup de choses, qui ont singulièreent évolué postivement, en Normandie.

     Je crois qu'une des raisons, aussi, réside dans le fait que la Normandie, géographiquement, est trop proche de la capitale, pour qu'une forme de régionalisme, ne soit plus consistant.

     C'est pour cette raison, d'ailleurs, que ce qu'il prétend, en comparant, avec la Bretagne, justement, est parfaitement observale aussi.

     Dans ce qui justifie aussi le fait qu'une région, ait une personnalité culturelle plus marquée, il y a aussi le fait, que par son histoire, quelquefois,  elle se sente plus singulière, qu'une autre.

      Maxime Leforestier, chantait "on ne choisit le pays où l'on nait" (je ne me suiviens plus du vers, avec précision, dans la chanson), mais on peut le dire tout auant, avec les régions, au sein d'u même pays je crois, non ?

      On appelle ça, "la culture régionale". mais il n'est pa superflu d'observer, que suite aux fermetures d'usines, ou d'entreprises, depuis des décennies et des décennies,  le monde du travail, appuyé par nos gouvernants, exigeant qu'on témoigne, d'une  mobilité de plus en plus grande, ça modifie quelque peu la relation, qu'on entretient, avec sa region d'origine. Enfin ça n'est pas une probablilité, c'est une certitude.

     Quand à moi, je suis parfaitement d'accord avec ce qu'il prétend, on aime d'autant plus sa région d'origine, qu'on ait l'occasion de ne plus y vivre, au moins, à plein temps.

     Et si je ne l'ai pas encore quittée, et que j'y suis accrochée, "comme une moule à son rocher",  ça n'est pas faute de le vouloir.

     Oui, je sais, je dois vous livrer mon autoprotrait artistique, en vidéo, je vais faire, mais pour l'insant, J'AI FAIM......

    Lire la suite

  • Lettre ouverte, au manager de Thomas Fersen.

      J'ai rédigé cette lettre lundi matin, je crois,  après que Thomas Fersen, par l'intermédiaire de son manager, m'ait interdit l'acces à son concert,  à Rosny sous bois, en banlieue parisienne.

     Ils avaint pris, soin, au préalable, d'attendre que je visite l'exposition des travaux de l'atelier de peinture de la ville, située dans le hall, que je dépose un commentaire sur le livre d'or, (vous pouvez aller verifier)que je poireaute, comme n'importe qui, n'ayant pas de billet,  que la guichetière vienne me voir, pour m'informer qu'elle viendrait me proposer une place, si d'aventure, quelqu'un, lui en rapportait une,  qu'une fan, dans la queue d'attente,  m'en propose une, quelques euros de moins, que je la lui achète, pour qu'en fin de cmpte, aux yeux de tous, son manager, tonitruand, vienne faire de l'esclandre, pour me ridiculiser, je suppose, pour le cas, où l'humiliation, n'ait pas été suffisante.... 

        J'ai ecrit ça à la main, ça va sans dire, comme j'ai l'habitude de faire, quand j'ai quelque chose à dire, à quelqu'un.

    Lettre ouverte, au manager de Thomas Fersen.

     J’ignore votre nom, je ne peux donc pas vous appeler, « comme »….

    Ca n’est pas la première fois, que vous vous adressez à moi, pour m’interdire l’accès  à un concert de Thomas Fersen, n’est ce pas ?

     Si la première fois que vous l’aviez fait, vous aviez trouvé légitime d’appuyer sur la touche « harcèlement », ça n’était pas pour m’en accuser, mais bien uniquement, pour que moi j’y songe, ce que j’avais fait.

    Alors, revenons y, si vous le voulez bien, n’est ce pas ?

    J’avais été accusée à l’époque, (par Thomas Fersen), d’être entrée par effraction, chez lui, à Loquirec.

    Si cette plainte avait été déposée, à l’époque, c’est pour une autre raison, dont je n’ai pas à m’entretenir ici, vous n’êtes pas habilités à en juger, vous n’êtes que manager de Thomas Fersen, je vous le rappelle, vous n’êtes ni juge, ni son avocat, et il semble bien, que ce soit là, des nuances, que votre prestigieux statut, dans le milieu de la scène française, vous empêche de discerner.

    Alors, on va tout de suite mettre les choses au clair, pendant que nous y sommes.

    Pour commencer, « les faits ».

    Que ça vous plaise, ou pas, il m’avait été suggéré, je ne sais plus comment, je dois le reconnaitre, que je retrouverai Thomas Fersen, à son domicile, en fin de journée.

     Que ça vous plaise, ou pas, je dirai que ça ne vous regarde pas !

    Restez à votre place, je vous prie, et moi, à la mienne !

    Le portail de sa maison  était ouvert, aussi, je me suis effectivement, permis d’entrer.

     Comme n’importe quelle personne civilisée, j’ai frappé à la porte.

    Je ne sais plus, si elle était ouverte, elle aussi, ou pas.

    Je me souviens parfaitement, par contre, qu’une jeune femme est arrivée, aimable, et je lui ai donc, expliqué, notre RV.

    Elle m’a donc expliqué, qu’il était absent, et que si je le désirais, je pouvais attendre à l’intérieur.

     J’ai vu son fils ainé, au rez de chaussée, qui jouait avec des petites voitures.

    Comme son second fils était à l’étage, elle m’a même proposé d’aller à l’étage, pour lui lire une histoire, et le voir,  proposition que j’ai refusée, pour ne pas déranger.

    J’ai attendu plus d’une heure, peut être ? je ne sais plus.

    Ce que j’ai fait, ne vous regarde pas.

    Comment ça s’est passé, ensuite, quand Thomas Fersen est arrivé, pas d’avantage.

    Mais les faits sont là.

    Je précise que cet incident, à été longtemps une source d’une terrible souffrance, me concernant, suite à cette plainte qui avait été déposée, et qui ne trouvait aucune justification.

     Ayant raconté les faits, à l’époque, à ma psychologue, et encore, dernièrement, à ma psychiatre, l’une comme l’autre avaient été profondément choquées, par les méthodes de Thomas Fersen, qui, si à ses yeux, avaient pu sembler recevables, à leurs yeux, avaient été perçues, comme extrêmement graves.

    Torturée, malgré tout, par cette histoire de plainte, il y a quelques années, j’avais fait un courrier au tribunal, afin de savoir, si l’affaire courrait encore, et il m’avait été répondu, par courrier, que l’affaire avait été classée sans suite.

     L’accusation de harcèlement, vis-à-vis de Thomas Fersen, comme vous le savez est parfaitement risible.

     Malheureusement, je n’y arrive pas encore.

    Je vous informe d’autre part,  que je m’excuse, de vous a voir insulté, et traité de saloperie, et dit, « je vous emmerde », samedi soir…

    Effectivement, vous n’avez fait qu’obéir aux ordres de Thomas Fersen, et j’en prends acte.

    En théorie, le 25 Mars , c'est-à-dire, dans quelques jours, ma curatelle renforcée, est sensée passer en curatelle simple.

    A cette occasion, si Thomas Fersen, à l’intention de remettre le couvert, qui sait ?

    Il va alors falloir, qu’il démontre, par quel moyen, je suis entrée par effraction, d’une part, parce qu’on n’accuse pas sans preuve, mais il va falloir aussi qu’il montre le contrat de travail, de la garde d’enfant,  qu’il avait embauchée « au noir », peut être ?????

    J’espère alors pour lui, qu’il est au moins aussi méticuleux que moi, pour ranger ses papiers, sinon, il pourrait bien avoir lui, quelques problèmes.

     Car enfin, si j’ai un instinct incroyable, pour pressentir les modes,   jusqu’à preuve du contraire, je ne me suis encore jamais observée en temps que passe muraille.

    Plus raisonnablement, maintenant, si vous le voulez bien, je vais vous faire une autre analyse, moi, bien loin de l’évidente, et absolument scandaleuse mauvaise foi, dont Thomas Fersen, et vous, vous êtes rendus coupables, samedi soir, d’accord ?

    Ma vocation, à moi, c’est d’être une artiste, d’une part, mais aussi,  de travailler, plus généralement dans le milieu artistique.

    Comme on dit vulgairement, et au-delà, du parcours de Thomas Fersen, (qui ne regarde que lui, après tout, je ne suis pas dans sa chemise), j’en ai pas chié, au point d’en a voir tant chié, pour qu’en fin de compte, je renonce à ma nature profonde.

    BREF.

    Depuis toutes ces années, j’ai eu  cœur, d’appliquer la fameuse et terrifiante formule, « nécessité fait loi », de ce qu’on appelle, « la notion de devoir ».

    Que « par devoir », moi, je sois contrainte,  de bosser en politique, y compris, de façon bénévole, y compris, sans jamais recevoir, ni de merci de qui que ce soit, ni la moindre reconnaissance de qui que ce soit, est malheureusement une donne avec laquelle je n’ai pas d’autre choix, que de « faire avec »…

    Là, je venais voir Thomas Fersen, en temps que fan, je ne venais, ni lui demander des comptes, ni lui parler, pas même, lui adresser la parole, d’ailleurs, je n’envisageais même pas, de prendre une place, dans les premiers rangs.

    Non, juste une simple citoyenne, qui,  à  longueur  d’années, par la notion de devoir,  a les deux bras plongés dans la merde de l’humanité, venait chercher un peu de réconfort, dans un spectacle vivant, auprès de l’homme, qui, il y a bien longtemps, lui avait permis  de se réparer et de se reconstruire.

     Voilà, quelle était mon intention, samedi.

    La soirée, avec l’hôtel, m’a couté environ 100€.

    Alors vous, là, en temps que manager, une question, me brûle les lèvres…

    Quel intérêt trouvez vous, en temps que manager,  à mettre en péril, ma relation, avec Thomas Fersen ? Non pas relation, en temps que telle,   (parce que Thomas a bien le droit, de vouloir prendre ses distances, vis-à-vis de moi),  mais vous, en temps que manager, qu’est ce qui vous a empêché, en temps que manager, de dire à Thomas, la chose suivante :  « enfin, tu déconnes, elle peut bien assister à ton concert, tu as peur de quoi ? Si tu veux, on peut lui demander de rester au fond, pour ne pas te déranger … ».

    Enfin, vous voyez, ça sert bien à ça, un manager, non ?

    Ou bien alors, vous n’êtes qu’un videur, qui obéit aux ordres, tel un vulgaire vigile ?

    Je suis obligée d’être désagréable, mais objectivement, là, en temps que coach, CARTON ROUGE.

    Et haut la main.

    Ce qui me blesse, dans cette histoire et au-delà, de ce que vous pouvez imaginer,  c’est le fait, que vous me mettiez en position  de rendre le fait de chanter, même moi seule, dans ma salle de bain, ou moi, seule, d’aller voir quelqu’un en  concert, bien loin de Thomas Fersen, en position traumatique, face à la chanson.

    En gros, « quelle mouche, vous a piqué » ?

    On n’arrête pas de me parler, de la notion de « famille », dans la chanson française, la bande de potes, en tournée, etc….

    Franchement, alors que Thomas Fersen, depuis des années, me fait miroiter, A MOI, un poste de manager,  à ses côtés, j’hésite, sur lequel des deux, face à cette demande, et alors, que j’ai dit à Thomas,  depuis bien longtemps,  que j’étais intéressée, lequel des deux, est le plus truand, face à cette proposition.

     Il fût un temps, jadis, où quand j’écrivais à Thomas Fersen,  10 pages recto verso, avec au fil de l’écriture, un bien être certain, pour finir par sauter comme un cabri, et lui, de se réjouir,  de voir à quel point, ça fonctionnait bien,  sur le plan thérapeutique, et faisait l’admiration des psychiatres.

    Je suis au regret de vous informer, qu’en ce qui vous concerne, c’est très exactement le contraire qui se produit, un peu comme si votre comportement, samedi soir, avait réduit à néant, tout ce que la chanson, m’avait apporté depuis toutes ces années.

    Voilà, je n’ai aucun doute, sur le fait que Thomas, lira cette lettre, tout autant que vous, c’est bien là, le moins qu’il puisse faire, n’est ce pas ?

    Soyez sans crainte, cependant, j’ai bien compris la leçon, je n’irai, à un des es concerts, désormais, que s’il m’y invite,  c’est vous dire, le peu de chance, que ça se produise.

     « Cordialement »   Françoise Niel Aubin.

     

    Lire la suite

  • Pli recommandé à Thomas Fersen, le 14 février 2019.

     J’ai rédigé cette lettre sous pli recommandé, de telle sorte qu’il ne puisse prétendre, que j l’enveloppe aurait été vide.

     C’est toujours ainsi que je procède, pour me protéger, à chaque fois, que mon droit est floué, et que je dois me protéger.

     Vis-à-vis de la tutelle, ou la curatelle, par exemple, j’ai procédé, ainsi, vis à de certains interlocuteurs,  au moins une dizaine de fois,  depuis le début de ma tutelle.

     Monsieur.

    Il y a quelques années, je vous avais délivré certaines autorisations,  qui vous autorisaient à être mon coach, sur internet, mais aussi, par personnes interposées, sous différents autres aspects, d’ordre juridique, curatelle, ou autres.

     A partir de ce jour, le 14 février 2019, je vous informe que je reviens sur le totalité de ces autorisations que je vous avais consenties, parce que je souhaite décider seule, du chemin, ou des chemins, que je souhaite emprunter pour mener à bien, l’ensemble de mon existence.

     Je me tiens à votre disposition, pour vous rencontrer, si vos le désirez,  et ne souhaite que vous rencontrer, dans la vie réelle, et ce, uniquement dans l’hypothèse, où vous le désireriez, vous aussi.

     Cordialement.

     Françoise Niel Aubin.

     (désolée, pour les répétitions).

       Je précise, que j’ai envoyé cette lettre, à sa maison de production, qui est référencée, sur le site internet, au registre des entreprises, où elle est référencée.

     De la même façon, que j’avais procédé, avec Tôt ou tard, il y a quasiment t 19 ans.

       Il faut savoir au sujet de ma correspondance, vis-à-vis de lui, que c’est toujours, à cette adresse que je lui écris, quand je le fais, très rarement, je dois préciser,  pour la simple raison, que je n’ai rien de particulier, à lui communiquer.

     Comment a til pris la chose ?

       Assez mal, visiblement, parce que n’ayant pas eu la copie, avant, par mail,  il a préféré assurer ses arrières, en refusant, carrément, le pli recommandé, avec comme prétexte fallacieux, qu’il n’habitait pas à cette adresse.

      Observant que visiblement, le coup de semonce ne lui avait pas suffi, alors, je me suis permise, alors, de lui envoyer la copie,  sans recommandé, cette fois, afin, qu’il n’ait pas le sentiment, que je lui forçais la main.

     Cette lettre bien sûr, n’est jamais revenue.

     Si j’éprouve le   besoin, aujourd’hui, de déposer cette lettre, sur mon site internet, c’est pour informer, tout à chacun, qui s’intéresse, un peu, ou beaucoup, au soit disant, couple, que nous formerions, que la relation, qui me lie à lui, est tout, sauf, une histoire d’amour…

     Tout, sauf idyllique.

     Tout, sauf du glamour, et que s’il est une chose, que je n’ai jamais support é, c’est bien de tenter de faire, croire, à tout à chacun que ça le serait.

       Mais surtout, sur le plan juridique, ce que je trouve d’une extrême gravité, réside, dans le fait, que grâce à ces autorisations, qui lui ont été accordées, « je ne sais pas vraiment par qui, ni à quel titre », pour être franche,  la moindre entreprise,  que ce soit la plus petite, ou que ce soit à l’international, comme Google, ou n’importe quelle autre GAFA ? lui obéissent, au doigt, et à l’œil, alors, que ça relève, de toute évidence, d’un véritable abus de pouvoir,  qui, à partir de cette date, du 14 février 2019, n’a absolument plus mon aval…

     Je regrette, pour être franche, d’observer, que je n’ai plus d’autre possibilité que d’agir ainsi, avec la seule issue, qui donne le sentiment, de laver notre linge sale, sur le place publique, mais je suis au regret d’observer, que je n’ai, pour me battre, et me défendre,  que ce moyen là.

    Lire la suite

  • Greta Thunberg vous ouvre les portes du futur, ne l'obligez pas à forcer la fenêtre !

    https://www.paris-normandie.fr/actualites/societe/a-rouen-et-au-havre-les-lyceens-et-etudiants-manifestent-et-font-greve-pour-le-climat-BG14741330

    14 Août 2019.

     Gréta Thunberg, est sur l'ocean, pour rejoindre les USA en voilier.

     Elle a parfaitement raison.

     Au delà du fait qu'elle a la prétention de montrer l'exemple, ce en quoi je la rejoins complètement,  elle a renvoyé les sponsors, qui d'habitude, financent ce bateau, au vestiaire,  ce qu'ils ont fait de bonne grâce, et je trouve ça vraiment bien.

    Oui, je fais partie de ceux, qui prétendent, qu'on peut aussi faire du business, quelquefois, tout en respectant une certaine éthique...

     Bon, là, je vois que j'en fais chier plus d'un, et pour être franche, ça ... MERDE, je sais plus comment on dit. Pourtant, mes filles m'ont fait reviser, ce week end... Ca m'en bouge une, sans faire bouger l'autre, c'est bien comme ça, qu'on dit ?

    https://www.huffingtonpost.fr/entry/aux-etats-unis-greta-thunberg-ne-parlera-pas-a-trump-une-perte-de-temps_fr_5d52f3d9e4b0cfeed1a43f1f?ncid=other_facebook_eucluwzme5k&utm_campaign=share_facebook&fbclid=IwAR0hMwB3GhL-1luCh-HL3NB6EZrIdbdH2sTRa6-gAoIRfGHuWnrbIlmpNjM

     Mais enfin, mes filles, ça va pas du tout, là, cette expression, qui fait références aux testicules, qu'est ce qui m'a foutu des féministes pareilles...

     Oui, ça nous a tellement fait rigoler.....

     On devrait dire, "ça nous fait bouger un ovaire, sans nous faire bouger l'autre. UN OVAIRE.

     Et UNE B......

      Mais tenez vous bien, la bougresse  a décidé de ne pas aller voir trumps. D'un autre côté, je ne crois pas non plus qu'il ait envisagé, de lui accorder, la moindre entrevue, ce que je peux comprendre, pour être franche.

      Entre  ses dizaines et ses dizaines de tweets, et ses parties de golf, vous pensez bien qu'il a bien d'autres chattes à fouetter.

     Alors, "une petite pisseuse", qui veut refaire le monde, en plus même pas canon, au point de tourner dans une sitcom, pas bronzée, en plus, je suis sûre qu'elle ne pense même pas à prendre des gelules de carotène pour parfaire son teint, et poser pour les magasines, non mais je vous jure....

     Il y a une expression, qu'on utilise, en france, quand on parle de quelqu'un, qui est radin, on dit, "avoir des oursins, dans les poches".

     Gréta Thunberg, est l'oursin, non pas dans la poche des écologistes, mais dans la poche des financiers, et croyez moi, celle là, tout comme moi, on n'a pas fini de vous en faire chier.

    En cours de commentaire.

    Lire la suite

  • Marine le pen, et rassemblement national , l'arnaque du siècle.

     Je vous livre mon travail, envoyé à mon bras  droit, hier matin.

    Marine le pen,  le 14 mars 2019.

    https://www.ledauphine.com/savoie/2019/03/13/chambery-cafouillage-autour-d-une-visite-de-marine-le-pen-a-la-rotonde

    Ok, je vois...

    C'est très amusant, en effet...

    Car en dehors, d’un symbole difficilement contestable, (je parle du mot ROTONDE),  qui renvoie, à l’image, d’hôtel et restaurants de luxe, le monument quasiment icône,  du système ferroviaire français,  ce qu’elle a cherché à faire, en tentant de venir le visiter, ce matin,  c’est de s’accaparer le symbole de distribution des rôle, come si elle se voyait, comme le chef de gare,  de l’Europe, ou plutôt l’aiguilleur  (au sens aiguilleur du ciel, comme dans l’aviation), régentant, la communication, entre les différents pays membres.

    Heureusement, que les syndicats, ont fait ce qu’il faut, et que cette visite a été annulée, ce matin.

     « pas folle la guèpe »….

     Mais si j le sujet est abordé, ce soir,  on peut lui suggérer de nous expliquer, plutôt que de chercher à s’accaparer ce symbole, en quoi, elle serait susceptible d’aider, par contre, à sa restauration.

    https://rassemblementnational.fr/droits-de-reponse/oui-un-migrant-peut-toucher-davantage-quun-retraite/

     Sur ce sujet, l’œil du 20h, a fait le travail, je crois, et est démontré, que c’est complètement faux.

     Il est bon de noter, par contre, que sur son site internet, elle part d’emblée, sur la posture parano, prétendant qu’aucun journaliste, n’a daigné vérifier ses dires, la condamnant, elle,  d’emblée, comme menteuse….

     Alors, que c’est faux, puisque ça a été vérifié, justement.

     Système pyramidal, quand tu nous tiens.

    Je vois, sur son site internet, qu’elle se donne le droit de réponse, face aux agressions des journalistes, puisque telle est sa posture… vis-à-vis des medias.

     Mais il est interpellant, d’observer, que nulle part, un adhérent, ou un sympathisant, ne soit autorisé, soit à commenter, soit simplement, à approuver, ce qu’elle prétend.

     C'est-à-dire que l’on demeure, toujours, et encore, complètement, dans le culte de sa personnalité, à elle, uniquement, ou des quelques personnes, qui sont à la tête du parti.

    Bon, son programme.

     Apres tout, faut aller voir.

     Le logement…RIEN, elle ne propose, rien, elle ne fait, que poser le constat.

    https://rassemblementnational.fr/le-logement/

    Les 144 engagements.

    Hola, je la cite : « J’ai voulu, par cette démarche, vous permettre de contrôler mon action à la tête de l’État au cours du quinquennat. Sans ce contrôle, il n’existe pas de démocratie saine.

     Au sein de son parti, déjà, personne n’a le droit, de commenter quoi, que ce soit, je viens de regarder sur le règlement interne.. rien n’a changé, donc.

    Mai ce qu’elle dit, est incohérent.

     Comment peut elle prétendre  respecter à l’avenir, une vraie démocratie,  si un jour elle était élue, alors, qu'au sein de son parti, au moment où je vous parle, elle reste dans un schémas, entièrement pyramidal, où rien, n’a changé, depuis le FN ?

     Les idées, neuves, j’en vois nulle part.

    Je fais un copié collé.

    Remettre la France en ordre, en cinq ans.  Cette phrase ne veut rien dire, on sait, qu’on doit complètement changer notre société, ou plus précisément, qu’il faut des idées neuves, et surtout, parfaitement palpables et concrètes, et là,  elle ne fait que demeurer, dans les intentions, et dans la généralité.

    C’est l’engagement que je prends.

    Mon projet contient 144 grandes mesures qui vous seront détaillées tout au long de la campagne.

     Donc, par définition, on ne les connait pas encore.

    J’ai voulu, par cette démarche, vous permettre de contrôler mon action à la tête de l’État au cours du quinquennat. Sans ce contrôle, il n’existe pas de démocratie saine.

     Elle fonctionne toujours, chez eux, de façon pyramidale, alors, c’est plutôt mal barré.

    L’objectif de ce projet est d’abord de rendre sa liberté à la France et la parole au peuple.

     Généralité, qui ne veut rien dire, encore une fois. La liberté de chacun, s’arrête, où commence celle des autres, non ?

     Car c’est en votre nom, et pour votre seul bénéfice, que toute politique nationale doit être menée.

     La notion de bénéfice, prête interprétation, d’une part, mais exclue aussi, la notion de communauté,  triste, comme vision du monde.

    Je veux aussi rendre leur argent aux Français, parce que depuis de trop nombreuses années, notre politique sociale et fiscale appauvrit les classes moyennes et 

    populaires, alors qu’elle enrichit les multinationales et dilapide l’argent public via une immigration totalement incontrôlée.

     Oui, on sait, que les immigrés, ont le dos large… s’ils n’étaient pas là, on se demande bien, sur qui, elle ferait son beurre.

     Quand à l’argent des français, c’est assez simple, en fin de compte, partout, où les extrêmes droites, sont au pouvoir, les citoyens ont peur, et envoient leurs capitaux à l’étranger, et les entreprises, ferment, ou ralentissent, parce qu’ils n’ont plus d’investisseurs, comme ça se produit en Italie, vers la Suisse, actuellement, et ce sont les PME les premières à déguerpir.

    Mon projet, vous pourrez le constater, consiste en une véritable révolution de la proximité.

     Restauration des services publics, alors. OK, elle  fait comment, pour financer ? est ce qu’elle va jusqu’à renationaliser, et reouvrir les postes, et les petites gares ? moi aussi, j’aimerai bien, mais ça induit, une changement de paradisme, dont on ne voit aucune trace encore…

     Proximité démocratique : je veux que les décisions soient prises au plus près des citoyens et directement contrôlées par eux.

     OK, mais là, encore, le citoyen, n’est pas nécessairement le mieux placé, pour observer, comment, les décisions, à prendre, peuvent être, mêlées,  aux régions alentours, ou aux pays limitrophes, pour ne citer, que ces aspects là.

     Proximité économique : il s’agit de réaménager notre territoire, d’y trouver des services publics partout, de relocaliser nos entreprises et donc nos emplois. Plus aucun Français, plus aucun bout de France, y compris l’Outre-mer pour lequel j’ai déjà présenté mon projet complet, ne doit être oublié…

     Y’a rien, quoi, elle ne nous vend, strictement, que de l’emballage.

     J’ai l’impression, d’avoir affaire, à une gamine, complètement à côté de ses pompes.

    https://www.francetvinfo.fr/politique/marine-le-pen/videos-les-sept-sequences-a-retenir-de-l-emission-politique-avec-marine-le-pen_3234291.html

    http://sainteaustrebertheavaitellevuleloup.e-monsite.com/blog/pour-une-europe-plus-sociale-et-donc-plus-humaniste-et-donc-efficace/espagne.html

     

     

    Lire la suite

  • Mon association POT AU FEU.

    L’association  POT AU FEU.

     Il y a environ une vingtaine d’années, l’école du village que j’hatitais, dans une vie antérieure, avait organisé un jumelage, avec un village, non loin du lac d’Annecy, plus précisément, Argonay.

     Nous avions fait l’échange, physique, je veux dire, eux avaient dormi chez l’habitant, c'est-à-dire les parents d’élèves, et nous, aussi, par voie de conséquence, chaque élève, ayant un correspondant, dans la classe du village.

     A cette époque, internet, était encore dans l’œuf, ou en tout cas, pas encore répandu, au point, que dans une école, on puisse en être équipé.

     La question, que certains se posent, alors, serait de savoir, si l’expérience serait aussi enrichissante, aujourd’hui, la réponse relève de la  certitude, ABSOLUMENT.

     Plus encore, je dois préciser, parce que l’idée reçue, qui voudrait, qu’internet par la vidéo live, skype, etc, tuerait la magie de la rencontre, est fausse, parce que rien, jamais, ne vaudra la réalité d’une rencontre , « dans la vraie vie ».

      Michèle, femme au foyer, et qui faisait, comme moi, du bénévolat, dans le milieu associatif, nous avait reçues, ma fille ainée et moi, son mari, ingénieur aux eaux et forêts, ils habitaient un chalet, en pleine forêt, avec vue sur le montagne, et leur parc à daim. (le mari de la daimne ?).

     Enfin, le rêve, quoi.

      Evidemment, on refaisait le monde, parce que j’ai pas attendu ni de péter les plombs, ni d’inspirer des gens, ou des décideurs, pour avoir envie, de mettre ma pierre à l’édifice.

     Déjà, et oui, jeune maman, j’étais une chieuse, qui fourre son nez partout.

       Parlant de choses et d’autres, elle, m’expliquait, qu’un jour, je ne sais plus dans quel contexte, dans le cadre associatif, elle avait eu l’occasion d’organiser un repas, préparé exclusivement, par les femmes, mais je ne me souviens plus, de quel pays arabe, elles étaient originaires.

       Mais ce qui l’avait particulièrement marquée, c’était qu’elle avait ressenti, la charge émotionnelle, absolument incroyable, et particulièrement palpable, due au fait que ces femmes, n’étaient absolument pas habituées, au fait de sortir de chez elles, qui plus est, dans une démarche, où précisément, leur identité culturelle, était ainsi, mise en valeur….

      On leur avait demandé, A ELLES, qui ne sortaient que peu,  de s’en charger.

      Ce qu’elle m’avait expliqué là, je dois dire, m’avait beaucoup touchée, et m’est toujours resté en mémoire.

     J’ai mis ça de côté comme on dit,  en me disant, « un jour, j’en ferai quelque chose ».

     Cette histoire, remonte aux années 70 environ, environ.

     Ou si vous préférez, on courrait le risque, d’être perçus, comme antiféministes, risque que je ne prendrai pas.

       Ce que je retiens de cette expérience si émouvante, réside dans le fait, que c’est dans ce cas précis, par le vecteur de la nourriture, et du « manger ensembles », que l’intégration se fait.

     Alors, qu’aujourd’hui, comme certains l’avaient prévu, dont moi, il y a environ 15 ans, on voudrait nous faire gober, que le phénomène migrant, serait un problème, là où il est en vérité, une incroyable opportunité à saisir, je me suis dit, qu’il fallait agir.

     Certes, il n’est pas question, pur moi, de saper, le repas annuel, de telle association culturelle, émanant de telle, diaspora, régionale, ou nationale, auquel je n’ai d’ailleurs jamais participé….

     Pourquoi, au fait ?

     Et bien parce que vous écrivant ces lignes, je suis sous curatelle, toujours, et que financièrement, je n’en ai jamais les moyens, sinon, j’y viendrai  d’office.

     Je précise, parce qu’il existe des associations locales, prés de chez moi, et qu’elles pourraient penser que je marche sur leurs plates bandes .

    Surtout pas ! L’un n’empêche pas l’autre.

     Quelqu’un qui émigre, comme on le sait tous, émigre aussi, avec une culture culinaire, qui lui est propre. Des que des migrants arrivent, et sont acceptés, pour vivre sur notre territoire, il émerge certains d’entre eux, qui souhaitent cuisiner, et en vivre.

     Certains, au point d’ouvrir leur food truk.

     Il y a quelques semaines, j’tais allée rouler ma bosse, à paris, place de la République, où la ville de Paris, avait organisé une manifestation, un week end entier, pour donner l’occasion à ces food truk,  de proposer leurs cuisines, aux parisiens.

     J’avais trouvé cette idée géniale.

     A renouveler, ça va sans dire, et à multiplier, ailleurs.

     Dans quel contexte, et où, c’est une autre histoire, à laquelle, on doit réfléchir.

     Mais en ce qui me concerne, j’y vois surtout, une occasion rêvée, de mettre en pratique, l’idée selon laquelle, un restaurateur, ambulant, puisque c’est ça, un food truk, peut parfaitement fournir, la logistique, « colorée de sa culture »,  l’association, elle, étant chargée, d’une part,  de répertorier, les food truk,  de veiller à ce que l’éthique de la démarche, venant de chacun, soit conforme  à la culture qu’il revendique, mais aussi,  de veiller, justement, au lieu d’accueil, où le repas, sera servi.

     Ce que je veux dire, c’est que le nomadisme culinaire, peut aussi, donner l’occasion incroyable, de proposer, une activité culturelle, dans certains villages, par exemple, qui voient leur vie culturelle, un peu poussive, par manque de bénévoles,  (je sais ce que c’est), qui voient leurs petits commerces, boulangeries, épiceries, cafés, fermer, les uns après les autres, dans l’objectif que j’assume, aussi, d’apporter un peu de sang neuf, dans des villages, ou petites villes, qui ont le sentiment, d’être les oubliés, de la République.

     Ce qui m’importe, aussi,  je dois admettre, c’est de donner l’opportunité  à ces professionnels, parce que je souhaite que ça ne soit que des professionnels  de la restauration, et pas des bénévoles, qui s’y collent, si possible, puissent bosser, en mauvaise saison, sachant, que le principe, du food truk, réside, dans le fait, que les gens, mangent en plein air,  à proximité, avec éventuellement, quelques chaises, et tables, installées sur place, mais EN PLEIN AIR.

     Avec cette formule, tout sort du food truck, sur le plan matériel, et professionnel, mais c’est uniquement, le lieu de consommation, de la cuisine produite, qui apporte l’opportunité pour le consommateur, de manger, et de profiter de son repas, dans des conditions matérielles, plus confortables.

     Je tiens à ce que ce soit, des food truk, précisément, pour le côté nomade, qui me semble important.

     Ensuite, pour le côté professionnel, qui impose,  des normes de sécurité, mais surtout, pour donner la plus grande crédibilité, à la valeur culturelle,  de la cuisine proposée.

     L’association, bien sûr, (MOI, EN L’OCCURANCE), sera chargée, d’une part, de  dénicher le food truck, prendre contact avec lui, le rencontrer,  voir si le courant passe (parce que sinon, ça le fera pas !), voir son histoire, rédiger une bio, afin de le présenter.

     Afin, que faisant le lien, avec des villages, les associations, les salles, ou pourquoi pas, les restaurateurs, qui souhaiteraient mettre à disposition  leur salles, puissent se faire.

     Au sujet du nom.

     Pour moi, culturellement, le pot au feu ? c’est juste SACRE….. Mais sacre, à un point que vous ne soupçonnez pas.

     C’est un plat rural, et modeste…. Tout est dit.

     On a un potager, on fait un pot au feu, et on le mange, pendant plusieurs jours.

       Le bouillon, pour ma part, j’en congèle une partie, dans des bocaux(remplis aux deux tiers), pour faire des soupes, ou pour cuire des pâtes, nouilles en lettres, vermicelle, cheveux d’anges, ou autres.

       Si je trouve important, de donner ce nom, à cette association, c’est précisément, pour appuyer sr le fait, que notre culture, y compris, donc notre cuisine, puisqu’elle en fait partie, s’est enrichie, au fil des siècles et au fil des voyages, aussi, des découvreurs qui ont introduit, tel légume, ou tel autre.

     En somme NOTRE POT AU FEU, s’il n’était in finé, que la somme de ce mille feuilles salutaire, de ces diverses cultures, nous n’aurions à nous mettre sous la dent, ni chou, ni pommes de terre, ni poireaux….

     Et pour conclure, tiens, je vous recommande, à nouveau, l’émission, de France inter, « on va déguster »,  de François Régis Gaudry, à qui je demande officiellement, d’être le parrain.

    https://www.franceinter.fr/emissions/on-va-deguster/on-va-deguster-17-mars-2019

     Alors, je sais, certains me diront, « mais puisque  c’est ainsi, pourquoi, ne pas prévoir, aussi, des artistes, qui correspondent à cette culture, et à ce pays d’origine… »

     Oui, je sais, j’anticipe.

     Paris et Rouen, ne se sont pas fait en un jour .

     On commence, déjà, par mettre sur pied, le côté strictement  culinaire, à petite échelle, on observe, ou met en pratique, et ensuite, on verra en corrigeant, ce qui peut ne pas fonctionner, et petit à petit, on y pensera, mais pour l’instant, ce qui importe, c’est que ça voie le jour.

     Un détail, encore, et là, je m’adresse aux restaurateurs, en particulier.

     Je sais que pour certains, les temps sont durs, quelquefois, relativement à la baisse du pouvoir d’achat, et donc, des répercussions  sur le nombre de clients, en salle.

     Cette idée, peut offrir l’opportunité alors, de modifier, quelque peu l’image, de certains établissements.

     A méditer.

     Ça n’est pas de bénévolat, dont je parle, je le rappelle.

      Le seul bénévolat, éventuellement, ne serait que dans mon travail de coordination, des différents acteurs de l’ensemble de la démarche.

    20 Mais 2019.

    A l'instant, je parlais de ce projet d'association, pour demontrer, à quel point, au cours de notre histoire, chaque flux mif  graoire, ait enrichi, notre culture.

     POT AU FEU QUI DEDIT !

     

    Lire la suite

  • Ma fibre écologique, je la dois, à.....

    Mon frère ainé !

    On pourrait penser qu'elle me serait vienue de mon père.. Non, en fait.

       Lui, avait une conscience écologique, que je qualifierai d'instinctive, et mal adaptée... Nous lui devons l'amour de la forêt, c'est vrai, on ne peut nier, mais sa fibre écologique, c'est plutôt nous, ses enfants, qui la lui avions enseignée, non pas par théorie, mais plutôt dans les faits, par le jardin.

    Lire la suite

  • Et si on supprimait l'argent liquide, pour lutter contre la fraude fiscale ?

    http://www.leparisien.fr/le-labo-du-parisien/grand-debat-et-si-on-supprimait-l-argent-liquide-pour-lutter-contre-la-fraude-fiscale-08-02-2019-8007135.php?fbclid=IwAR06fNhjPFsb05fm7t-Yhc9rcD9-H8JtvLJ4mwfeMebJB968qJ3q_Dp29CE#xtor=AD-1481423552

     Je reconnais, que ça serait tentant, enfin, je veux dire, que ça serait un moyen, effectivement, de contrôler d'avantage, certaines activités, et notamment, ce que vous dénoncez.

    Mais ce choix revêtirait d’énormes inconvénients, qui sont les suivants..

    D'une part, psychologiquement, avoir la notion de l'argent, véritablement, rien ne vaut, le fait, de le toucher, et d'en avoir conscience...

    Si vous avez une liasse de billet, pour 1000€, dans votre porte feuille, ou votre porte monnaie, vous aurez beau dire et beau faire, vous avez infiniment plus conscience, de ce que ça représente, que si vous avez l’équivalent, sur votre compte en banque.

    Ensuite, le second et énorme inconvénient, réside, dans le fait, qu'avec la précarité sociale, énormément de personnes, aujourd'hui, et c'est bien le drame, en sont réduits à devoir bosser au noir, pour ne pas sombrer, encore plus bas, qu'il ne sont déjà...

    Et cette activité économique parallèle, est la résultante, qu'on ne peut nier, d'une société productiviste, où l'être humain est méprisé...

    Moi aussi, je condamne, idéologiquement le travail au noir, bien évidemment...

    Mais je préfère voir quelqu'un, qui se débrouille au noir, dans une situation de détresse, plutôt que de le voir sombrer psychologiquement, bien plus bas encore...

    Qu'on assure au citoyen, une plus grande bienveillance, il aura à cœur, de respecter la loi, plus probablement, j'en suis convaincue.

     Autre chose, l'évasion fiscale,  il y a bien longtemps, qu'ele ne se fait plus majoritairement, je veux dire, par malettes, d'argent liquide interposées...Non non, elle se fait,"en cols blancs", en surfant, sur les carences juridiques, d'une part, d'un pays à un autre, y compris, au sein de la communauté européenne, (demandez donc, à marine le pen,  elle en connait un rayon, sur le sujet, puisque se faire du blé, est la seue motivation, qui justifie, qu'elle persiste à faire de la politique), par conseillers, fiscaux interposés, e paradis fiscaux, au sein même de l'Eurpe, mais aussi, bien au delà.

     Depuis plusiuers années, quand on achete un bien, à partir d'une certaine somme, (que je ne connais pas), si vous achetez une voiture, par exemple, vous n'avez l droit de payer, que par cheque, carte bancaire, mais pas en liquide.

     Demander d'o n vient l'argent,  à partir d'une certaine somme, me semblerait bienvenu, mai je n'ai pas encore eu l'occasion de le pencher, sur ce problème.

     Une chose demeure certaine, en tout cas, c'et bien d'Europe, là, dont il est question, et certainement pas de politique intérieure, dont il est question.... A bon entendeur...

     Et je ne vous parle pas encore, là, de piratages informatique, venant de hakeurs, ou d'europe de l'est, la Russie, pour ne pas la nommer,  ou d'un quelconque problème informatique, lié plus banalement, aux paiement, en cartes bancaires....

    Lire la suite

  • Violences faites aux femmes, ou aux hommes ? ORDONNANCE DE PROTECTION.

    https://www.femmes-solidaires.org/?L-ordonnance-de-protection

     Je signale, d'autre part, que le systeme de téléphone d'alarme, à deja nettement fait ses preuvs, et qu'à ce titre, peut être, qu'il serait bon, si possible, d'en procurer de disponible, au sein de certains comissariats, ou des associations.

     Féminicides, "50 nuances de connerie".

    3 octobre 2019.

    Je viens de modifier, le titre de mon article, en y ajoutant les hommes. je fais la video, sur le sujet, à l'instant.

    Lire la suite

  • "Avec générationS je suis à la bonne place"....

     Pour ce qui me concerne, j'aurai pu dire la même chose, en précisant, toutefois, "politiquement" (puisque artistiquement, ce qui est ma vraie nature,  ça n'est pas encore le cas, même si ça progresse un peu).

     Je cite, son commentaire, auquel j'ai repondu, pour être plus précise.

    "Avoir entendu autant de gens différents ( même des gilets jaunes se sont joint à nous !!! ) écouter les inquiétudes, les appels à l aide, mais surtout énormément d humanisme , de respect , d espoir ! 
    Incroyable , comme les participants ont ouvert leurs coeurs, et que de belles découvertes ! Que de gens formidables ! Ça fait un bien fou . Je suis vraiment la ou je dois être".

      Oui, voilà, un commentaire, qui fait chaud au cœur, surtout par les temps qui courent. c'est tellement plus facile, d'être dans la critique, et de s'interdire, d'aller chercher à s'ouvrir aux autres, pour voir, ou plutôt, regarder, et réfléchir, à ce qui se fait de positif...Depuis le début de la crise des gilets jaunes, j'explique, que beaucoup de leurs problèmes, trouvent leurs solutionnements, dans le programme de générationS... Mais il n'y a pas plus sourd, que quelqu'un, qui ne veut pas entendre, et surtout, beaucoup, cèdent ou sont tentés de céder, je crois, à la facilité de croire, que ces solutions, seraient trop compliquées, à mettre en oeuvre....

      Et préfèrent croire, que des solution, "plus radicales", seraient préférables... mais n'oubliez jamais ça, surtout, les extrêmes, TOUJOURS, tentent de vous faire passer des vessies, pour des lanternes, et plus vous e^tes ignorants plus ça les arrange, parce qu'ils ne souhaitent qu'ne chose, que vous les suiviez, et donc, que vous ne soyez que "suiviste", et pas "penseurs", et acteurs, de votre problématique.

      Laisser croire, aux citoyens, qu'il existe des solutions simples, à des problèmes qui sont complexes, ce qui est une réalité, est la méthodologie, la plus courante, au sein du rassemblement national, ne l'oubliez jamais. d'ailleurs, il n'y a qu'à observer, à quel point, sur la majorité des points qui fâchent, le rassemblement national, est complètement stérile, sur les idées, et pour cause, vous maintenir, dans l'ignorance, c'est leur but, "non avoué"...

  • Chaque matin, en direct du Colombier, à Pavilly, ou j'expose.

    A demain matin, même lieu, presque même heure, enfin, je fais mon possible.     

    Lire la suite

  • Peuples autochtones et palestiniens, même combat !

     Le vernissage, a lieu vendredi 1 mars 2019, et pas lundi, désolée, pour l'erreur.

    Lire la suite

  • J'expose, du 1 au 10 mars 2019, au Colombier, à Pavilly (76).

     Peinture, dessins, calligraphies, photos, panneaux.

     vernissage, à 18h30, le 1 Mars.

    10 mars, dernier jour, aujourd'hui.

    https://www.facebook.com/francoise.nielaubin.921/media_set?set=a.282155849349996&type=3&uploaded=10

    le 11 Mars 2019.

     J'ai decroché mon exposition, hier soir, apres la fermeture, et ce matin.

    J'ai offert, comme convenu à la municipalité, contre le prêt du colombier, pendant 10 jours, un tableau, j'ai choisi celui sur l'écologie.

     En attendant un comte rendu plus detaillé, je vous propose de regarder l'album que j'ai créé sur FB?.

     J'en ferai un, aussi, sur mon  site, ici même pour cexu, qui ne vont pas sur FB.

    https://www.facebook.com/francoise.nielaubin.921/media_set?set=a.282155849349996&type=3&comment_id=282627989302782&notif_id=1552294458661245&notif_t=photo_album_comment

     

    Lire la suite

  • Ils n'ont rien contre l'Egypte, mais tout contre le système pyramidal.

    https://www.liberation.fr/france/2019/02/20/benoit-hamon-la-votation-ca-a-quand-meme-plus-d-allure-que-les-accords-d-arriere-cuisine_1710540?fbclid=IwAR3YqYijjooTl1gT1OSekl3Wkt-CXylb1BQ_lEEt9KfvhdjzlxwXgiRBfCE

    Je cautionne, tout ce qu'il dit...

     Mais ce que je trouve vraiment étrange, personnellement, c'est qu'aujourd'hui, au moment où je vous parle, alors que les gilets jaunes, les vrais, je veux dire, c'est à dire 95% d'entre eux,  ceux là même, qui dès le depart, se révoltaient, pour effectivement dénoncer leurs situations sociales, effectivement inquietante, sur le moyen terme, et sur le long terme,  se voient passés de mode, d'un seul coup, parce qu'un garde du corps, nous fait le coup de "bel ami", de Maupassant, version diplomatique, entendez par là, je vous prie, "version ariviste",  et que quelques dizaines, de fachistes à grands renforts de vidéos, font tellement sensation, qu'on ne parle plus que tres peu, des fameux gilets a jaunes.

     Et que ce travail d'occultation, quoi qu'on dise, est bien réel, et je ne saurai trop conseiller  aux juges, qui vont être chargés d'étudier leurs dossiers, de se pencher sur leurs modes de subsistance, les leurs, mais aussi, ceux de leurs proches, parce que à mes yeux, même si helas, il n'est pas question d'attendre d'être payé, pour avoir le cerveau rongé par les idées neo nazies... Je trouve, pour ma part, tres interpellant d'observer,  à quel point, cette histoire d'antisémitisme, combiné à l'affaire Benalla, fait littéralement écran de fumée, vis à vis de l'actalité, qui, par les lois, aujourd'hui, demeurent effectivement, fort préoccupantes...

     Que l'antisémitisme, soit extrêmement grave, ça ne fait aucun doute, et là n'est pas la question.

     Aujourd'hui, l'ensemble des cimemtières, TOUS CULTES CONFONDUS, sont souvent profannés, par de jeunes cretins, généralement imbibés d'alcool, le samedi soir,  et ce sont les cimetières chrétiens les plus touchés, alors, que ce ne sont pas les premiers, desquels on parle.

      Pour en revenir à la votation citoyenne, proposée par Benoit Hamon, je suis absolument persuadée, que c'est vraiment une bonne idée, justement, parce qu'elle propose, une alternative fort séduisante, qui d'une part, redonne au citoyen, la main comme on dit, c'est à dire, par son vote, un vrai pourvoir de decision, mais sans tomber, dans la méthode du référendum, qui en est alors, le pire, parce qu'il ne favorise, que le court terme.

     Le fait que les chefs de partis de gauche, (comme le seraient tout autant, des chefs de partis de droite, je suppose),  fassent la fine bouche, si je puis dire, sur ce sujet, est étrange, parce que ça signifie, qu'ils n'ont pas compris, où se trouvait effectivement, le problème... Ou bien alors, ce sot eux, les adeptes des pyramides... Et franchement, quand on voit comment, ça se passe en Egypte, c'est pas de tres bonne augure, en ce qui les concerne. En tout cas, on ne pourra pas dire qu'on ne les aura pas prévenus.

    Lire la suite