google-site-verification: google7d26736b1ef720ed.html

Nous sommes ce que l'on mange.

 En cours d'ecriture.

  • L'identité des petites communes rurales, menacées par le principe des communautés de communes.

       Depuis le mandat François Hollande, la simplification administrative, à redessiné, le decoupement administratif de nos campagnes.

     Alors, que les gouvernements anterieurs, s'etaient refilé la patate chaude, comme on dit, François Hollande et son gouvernement, avait demontré, en prenant le problème anormalement élevé des communes, à bras de cops.

     Alors, que le principe des communautés de communes, avait été deja esquissé, il fût alors adopté.

     Le 9 avril 2018.

      Avant hier, une émission passionnante, à n'en pas douter, traitait de l'intérêt, ou pas, pour une petite ou moyenne ville, de détenir un label, pour la promouvoir.

    https://www.france.tv/documentaires/voyages/458683-villages-de-france-label-et-tais-toi.html

      C'est d'autant plus interpellant, qu'aujourd'hui, la police est sensée intervenir, pour dégager l'accès,  sur le site de NDDL, quelle relation, me direz vous ?

      "La ruralité", justement, LA RURALITE...

      Alors, que je fais de mon mieux, pour la promouvoir, cette riralité, puisque j'en viens,  Emmanuel Macron, selon les conseils de Jean Pierre Pernaud, parait il, prendra la parole, jeudi, pour s'adresser aux français...

      Dommage, qu'il ne soit pas venu à Goupillières, en Seine Maritime, tout pres de chez moi, où moi, je suis allée à l'ecole, en primaire, et où je suis alée à l'école, parce que justement, son plan relatif à l'Education Nationale, aurait pour conséquence, de faire fermer la seule et dernière classe, où moi, j'ai été scolarisée.

    http://www.paris-normandie.fr/region/les-elus-ont-debattu-de-l-ecole-en-milieu-rural-a-goupillieres-JC12677853

      En dehors d'un contexte puremet égöiste, en ce qui me concerne, je trouve extrêmement grave, d'observer que l'aspect transgénérationnel, qui est inné, chez un enfant dans une école, en milieu rural, plus qu'en ville, je pense, se trouve ainsi parfaitement méprisé par le gouvernement.

      En effet, comment revendiquer ensuite que le citoyen, quelque soit l'endroit où il vit, puisse être attaché à son terroir, si d'emblée, on considère que la notion d'apprentissage, dans ce qu'il a de plus noble, puisqu'il s'agit de ce qu'il y a de plus fondamental, la socialisation naturelle, apprendre à lire, écrire et compter, devrait se faire, de façon systèmatique, "en ville", comme si le message, qu'on voudrait lui signifier, ainsi qu'à ses parents, serait que seul PARTIR serait la seule et unique voie,  qu'il serait sensé empreinter  pour s'en sortir, plus tard, delaissant ainsi, le sol, qui l'a vu naitre, et qui souvent, dans le milieu rural, a vu naitre aussi ses parents et grands parents, comme si c'était "has been", terne, sans intérêt....

      Je trouve ça triste, pitoyable, mais bien pire, purement insultant, pour tous ceux qui aiment leurs terres et les gens qui y habitent....

      Ici, à sainte Austreberthe (76), village qui m'a vu naitre, (alors, que le hameau, où nous habitions, etait plu proche, géographiquement de l'école de Goupillières, OU NOUS ALLIONS A L'ECOLE  A PIED, beaucoup se battent pour que l'identité de la commune, ne se trouve pas noyée dans des embroglios administratifs, régis par des chiffres et des pourcentages et loin d'une vision idéalisée, d'une ruralité "façon sépia", comme le chante Vincent Delerm, beaucoup, et moi la première, je fais ce que je peux, pour mettre en avant, ma commune, par les articles, que je rédige, et l'inspiration, que j'y apporte....

    http://www.jukebox.fr/vincent-delerm/clip,sepia-plein-les-doigts,3kvu5.html

      Comment donner effectivement envie à des enfants, de persister à créer une activité dans leur village, si d'office, on leur retire rien de moins, que la sève, qui la nourrit, par l'espérance, que représente, symboliquement, le fantasme, de s'y projeter ?... "Du mépris", voilà le sentiment, que cette posture purement burocratique, m'inspire...

      Que les regroupements  de communes soient une necessité, je veux bien l'admettre, pour des raisons purement financières... Mais de grâce, ne fermez jamais les écoles en milieu rural,  car c'est tuer dans l'oeuf, le moindre espoir de voir les enfants qui y vivent, pourvoir s'y projeter, adultes, et donc, d'y créer leurs activités professionnelles, quelqu'en soit la nature.

      Alord, je sais, on me retorquera, je suppose, que sans internet, aujourd'hui,  c'est difficile.

      Il faut reconnaitre, et je ne peux qu'abonder en ce sens, que  de capter internet, de façon satisfaisante, soit desormais indispensable.., ce qui n'est que pure verité... Et cette fracture du numérique, est en train d'être résorbée...

       Mais à l'heure, où précisément, le fait d'avoir acces à un internet acceptable, afin de pouvoir prétendre l'utiliser, pour develiopper, de nouveau certaines activités, là, où le travail manquait, le fait, d'avoir la prétention, pour des raisons non recevables de fermer des écoles en milieu rural, envoie le message contraire, puisqu'il empêche les ecoliers de pouvoir ensuite, sur le plan professionnel, de pouvoir s'y projeter, en y créant leurs propres activités.

      On courra alors, le risque de se retrouver dans une situation, pour le moins ubuesque, pour ne pas dire, d'un ridicule consternant, qui serait que certaines communes, sans école, sans boulangerie, sans café du village, et désertifié, aurait.... UN SUPER WIFI, mais "POUR PERSONNE", puisque tout le monde aurait migré vers la ville.... "Chapeau, pour ce qui est de la clairvoyance", du gouvernement "Ma connien" (ethymologiquement, venant de CONNERIE, bien sûr).

    Le 14 avril 2018.

    http://www.europe1.fr/politique/letat-va-mobiliser-5-milliards-deuros-sur-5-ans-pour-revitaliser-les-centres-villes-3521036

     En cours de redaction.

    Lire la suite

  • Les cinq méthodes de l’industrie pharmaceutique pour nous bourrer de médicaments inutiles.

    https://reporterre.net/Les-cinq-methodes-de-l-industrie-pharmaceutique-pour-nous-bourrer-de

    L’industrie pharmaceutique va bien, très bien même.

    Grâce aux Français, leurs plus fidèles clients au monde, mais d’abord grâce à un intense et efficace travail de l’ombre auprès des autorités politiques et sanitaires et des médecins.

    Si la santé des laboratoires est renforcée par ces pratiques, ce n’est pas le cas de celle des patients.

    Au concours des consommateurs du comprimé, les Français figurent toujours sur la première marche du podium. En moyenne : quatre comprimés avalés par jour pour l’ensemble de la population et une facture de 34 milliards d’euros en 2014. Soit 2,7 % de plus que l’année précédente, dont 20 milliards pris en charge par la Caisse nationale d’assurance maladie. Parallèlement, l’industrie pharmaceutique s’affirme comme la plus rentable au monde et elle ne cesse de progresser : 639 milliards d’euros de chiffres d’affaires global pour le secteur en 2013, en croissance de 4,5 % par rapport à 2012.

    Il y a 10 ans, un rapport de la Chambre des Communes anglaises sur l’industrie pharmaceutique concluait : « Elle est maintenant hors de tout contrôle. Ses tentacules s’infiltrent à tous les niveaux » (texte en bas de cet article). Le constat est-il toujours d’actualité ? Comment s’y prend-elle, dans quelles strates se fond-elle pour maintenir notre dépendance et commercialiser toujours plus de nouvelles molécules ?

    Bon, il y a pas plus de deux heures, je disais en privé à Thomas textuellement ceci, "je ne sais pas comment on peut faire, mon sentiment, c'est que l'industrie pharmaceutique, tient litteralement, les gouvernement, par les couilles"? qu'est ce que tu en "panses" ? Thomas n'a rien répondu.

     Ca veut dire que j'ai raison, sinon, il aurait ramené sa fraise.

     Je réalise, lisant la phrase qui précède, que si mon expression peut paraitre assez imagée, elle n'en reste pas moins réelle.

      Ce qui est alors, très inquiétant, réside dans le fait, qu'avec la Loi, "secret des affaires", 88 % des députés étaient absents pour le vote, ce qui signifie donc, que quelque chose, ou quelqu'un, les a incité à fuir ce débat, là, en particulier... Est ce que la main de fer, qui tient les coucougnettes en question, serait si forte que ça, qu'elle mettrait en péril, une certaine virilité, au sein du pouvoir excutif actuel...?

      Loin, de moi, le desir de m'en prendre, à cette forme de virilité là, d'autant plus qu'avec la grève des cheminots, ça ne me semble pas être le bon moment, mais je voudrai juste comprendre, pourquoi un tel taux d'absenteisme, 88 %, dans l'Assemblée Nationale, pour voter, cette Loi...?

      Ca fout pas un peu les boules, ça  ?

      Le MEDIATOR, pour information, c'est aussi l'objet, qu'utilise le guitariste, pour jouer de la guitare.... Je vous dirai bien que Macron, nous joue du pipo, mais ça ne résoudrait pas, je le crainds, le problème.

      Juste une idée, comme ça? si c'est effectivement comme ça, que ça s'est passé, à l'Asseùmblée nationale, pour le vote en question, est que le Senat, ne pourrait pas mettre son veo, sur le resultat du scrutin, afin d'invalider le vote ?

      Je veux dire, que 18% des députés présents, ça me semble insuffisant pour déclarer que la Loi, ait été votée démocratiquement.

    Tout commence par le cabinet du médecin traitant : le principe concurrentiel de la médecine libérale et payée à l’acte implique la notion de satisfaction. Claude Malhuret, sénateur UMP, a proposé plusieurs amendements en faveur de l’indépendance du corps médical face au lobby pharmaceutique lors du vote de la loi santé. « Les médecins sont prêts à tout pour garder leurs patients. Alors ils répondent à leurs demandes. Les somnifères, les benzodiazépines[anxiolytiques]… C’est un scandale, ça tue les vieux ! C’est normal, quand on est vieux, de ne dormir que cinq heures par nuit. Tous ceux qui en prennent à long terme – pas plus de six semaines normalement – sont finalement dépendants et subissent un déficit cognitif d’autant plus fort qu’ils sont âgés. »

     Bon, je ne connaissais pas ce phénomène.

     Moi, j'ai pris du XANAX, pas mal de temps, à l'epoque, je ne savais pas, à l'epoque, que j'aurai pu pretendre m'en passer. une fois, que j'ai commencé à aller mieux, la psychiatre, me l'avait retiré, et puis d'autres, mais mon objectif, a toujours, été de ne plus en prendre, et le sevrage a été tres lent, et progressif.

     Mais si le patient, n'est pas dans cette volonté de sevrage ? Comment faire ?

     De façon générale, il est vrai que beaucoup de personnes âgées, trouvent legitime, de prendre des medicaments, comme si, ça leur était psychologiquement, necessaire, pour maintenir, le lien, "affectif", avec leur medecin.

     De leur côté, les généralistes, de façon générale, n'ont pas nedcessairement la tâche facile, puisque s'ils proposent, à leur patient, d'apprendre à s'en passer,  ces derniers, ne sont pas necesairement d'accord,, parce que ça n'est pas ce qu'ils veulent...

     Revoir Knock, peut être ne me semblerai pas inutile, non  ?

     Je veux dire que les medecins, sont sans cesse aussi à menager la chevre et le chou.

     Certains patients, ne sont pas prêts à entendre certains discours, de leurs medecins. Et ça, c'est un réel problème.

      Dans ce système régi par la rentabilité et la réponse aux besoins immédiats du patient, pas le temps de s’intéresser en profondeur aux origines des troubles du sommeil ou d’une dépression, comme l’explique Jean-Sébastien Borde, président du Formindep, collectif de médecins qui œuvre pour une formation indépendante. « Nous sommes parmi les champions du monde de la consommation des anxiolytiques. Or l’accompagnement de ces pathologies prend du temps si l’on veut comprendre ce qu’il se passe, tandis que la prise d’un médicament va soulager automatiquement. C’est la conjonction d’un manque de praticiens et d’un nombre de consultations très élevé pour chacun qui conduit à ces prescriptions très importantes. »

      Oui, je suis parfaitement d'accord avec cette posture.

      Je pense que la bonne question à se poser alors, c'est de savoir, si ça côuterait moins cher ou plus cher, de créer des postes de psychologues, en ville, rattachés aux hopitaux de jour, eux même dépendants des HP, pour répondre à ce besoin, car dans la réalité, une consultation chez le psy, par semaine, parviendrait à supprimer l'anxiolitique, et résoudrait le problème, sur le long terme.

      Comment, attendre du medecin, qu'il y envoie ses patients, s'il sait que de toute façon, le seul, qui y exerce, est surbooké, et que le premier RVn qu'il pourra a voir, sera au bout de trois semaines ?

      Rien n'est plus thérapeutique que la parole, c'est un fait, encore faut il, qu'il est le bon professionel, et competent, qui soit prêt à fixer un RV rapidement.

     1. Manipuler le baromètre thérapeutique.

    Cette surconsommation de médicaments est encouragée par les labos. Première technique : modifier le seuil à partir duquel le médecin doit prescrire. Prenons l’exemple de l’hypertension, à l’origine de troubles cardiovasculaires, qui représente la moitié du marché médicamenteux de la cardiologie, selon Philippe Even, ex-président de l’institut Necker [1] et fervent militant anticorruption. « L’industrie, puis les agences de santé et les médecins ont redéfini l’hypertension à 14, contre 16 auparavant. Alors que la tension moyenne de la population se situe aux alentours de 13. Ça a l’air de rien comme ça, je n’arrive pas à réveiller les gens à ce sujet, mais qu’est-ce que cela signifie ? » Le professeur émet un bref silence avant de hausser le ton. « Cela veut dire quadrupler le marché des antihypertenseurs, parce qu’il y a quatre fois plus de gens qui ont une tension entre 14 et 16 ! »

     Ho, putain, les salops !

    2. À nouvelles maladies, nouveaux marchés

    Autre tendance, la transformation de facteurs de risque en maladies. Exemple phare : le cholestérol, « notre ennemi à tous ». Parmi les traitements « blockbusters », le Crestor, du laboratoire Astrazeneca. Il est la troisième référence pharmaceutique la plus commercialisée au monde. Cette pilule anticholestérol fait partie de la famille des statines, prescrites à outrance et souvent à vie. « Cinq millions de gens sont traités avec des statines en France, explique Claude Malhuret. Contre un million seulement qui en auraient besoin. » Seules les personnes qui ont déjà eu un accident cardiovasculaire devraient en consommer, selon lui. Quid des quatre millions de personnes qui en prennent inutilement ? Les effets secondaires recensés sont lourds : insuffisance rénale, troubles musculaires, cognitifs, hépatiques, impuissance, myopathie, cataractes.

     Et bien moi, je propose a chosoe suivante? si c'est effectivement ce medicament, qui est responsable, de l'insuffisance reinale, pourquoi, ne pas se retourner contre le laboratoire, pour lui faire payer les frais, consecutifs, à la dialyse, et à la greffe du rein, ensuite ?

    Le sénateur enchérit : « Le jour où toutes ces personnes âgées qui consomment des statines et autres somnifères vont mourir d’un accident médicamenteux, personne ne va s’en occuper ou bien même s’en soucier. Elles seront mortes de vieillesse, comme tout le monde ! »

     En somme de bonne vaches à lait, bien dociles, quoi , qu'on envoie à l'abattoir.

     20.000 accidents dus à de mauvaises prescriptions sont recensés chaque année en France. Un chiffre sous-estimé selon Michèle Rivasi, députée européenne EELV, « du fait des carences de notre système de pharmacovigilance ».

    3. Chers visiteurs médicaux

    Une vigilance qui doit s’opposer à l’omniprésence du marketing. Les médecins sont quotidiennement sollicités par les visiteurs médicaux qui assurent la promotion des nouvelles molécules. « Les lobbies sont omniprésents dans les couloirs des hôpitaux, affirme Jean-Sébastien Borde, du Formindep. Or, le médicament prescrit par le spécialiste aura tendance ensuite à être prescrit par le généraliste à la sortie de l’hôpital. » Et cette promotion fonctionne à merveille, selon une étude de 2013 publiée dans Prescrire, la seule revue médicale indépendante en France.

     Oui je confirme, cette excellente revue, aussi, dont j'i deja entendu parler, dans d'autres articles, en d'autres occasions.

      Les médecins qui reçoivent le plus de consultants ont les ordonnances les plus généreuses. Ces mêmes praticiens reçoivent plus de patients, pour des temps de consultation plus courts et lisent davantage de presse gratuite financée par les firmes elles-mêmes. Les visiteurs tentent d’instaurer « une relation amicale » avec les médecins et offrent petits-déjeuners ou déjeuners, proposent d’organiser le pot de départ des internes… 244.572.645 € : voici le montant total des cadeaux des firmes pharmaceutiques aux médecins entre janvier 2012 et juin 2014, recensés par le collectif Regards citoyens.

      Ôtez moi d'un doute, on se serait pas en train de nager, en plein conflit d'interêt, de la part des medecins, là ?

      Je pense qu'il ne serait pas un luxe d'aller verifier les revenus, ou plus précisément, les "interressements" de certains médecins, dans les labos, enfin, dan certains.

      Plus clairement, j'aimerai savoir, si par hasard, en dehors des "cadeaux",   d'autres se sont des costumes, apres tout, chacun sa carotte,  ne porteraient pas la double casquette, de médecins, ET actionnaires? Vous voyez bien, là, ce que je veux dire , est ce que c'est plus clair ?

    4. Séduire les leaders d’opinion

    Les Key Opinion Leaders, alias KOL, ou leaders d’opinion, clés de voûte de la promotion des médicaments, interviennent en première ligne, avant et après l’autorisation de mise sur le marché (AMM) des médicaments. Ils sont rémunérés pour réaliser les essais cliniques, les valider puis prêcher la bonne parole durant les congrès de spécialistes, dont les déplacements, frais de bouche et hôtels sont pris en charge par les labos, pour eux comme pour leurs confrères présents sur place. En tant que chef du service de gériatrie à l’hôpital Pompidou, à Paris, Olivier Saint-Jean a le profil parfait. « Je suis un KOL négatif », affirme-t-il pourtant. Le professeur refuse de prescrire les seuls traitements « inutiles voire dangereux » qui existent aujourd’hui contre la maladie d’Alzheimer. « C’est complexe pour nous de dire : “Je n’ai rien à vous prescrire.” Mais à partir du moment où je me suis rendu compte que le traitement était dangereux pour les patients, j’ai basculé et j’ai dit à mes étudiants à l’université que cela ne marche pas. » En 2006, l’Inserm lui demande d’étudier de plus près les analyses de ces médicaments. Résultat : il démontre leur inutilité, et révèle qu’ils peuvent s’avérer toxiques pour des patients justement atteints de troubles de la mémoire. « Je me suis fait insulter par mes confrères, (ha, tiens, une brebis galleuse, peut être), raconte-t-il. Certains, en lien avec les labos, disaient qu’il était criminel de dire que ces médicaments étaient inefficaces. » KOL négatif, donc non rentable, brebis égarée d’un star système qu’il décrit par ailleurs pour y avoir participé quand la recherche était encore teintée d’espoir.

    « Il y a trente ans, ces personnes âgées restaient dans les hospices et les fonds de salle des hôpitaux psychiatriques. Puis, les labos ont proposé des médicaments en parallèle de professionnels qui se bougeaient pour avoir une vraie reconnaissance de ces malades. J’ai eu des liens d’intérêts avec les labos à ce moment-là. On avait vraiment envie de faire mieux. Cela m’arrivait d’aller faire des formations à des médecins traitants et puis, c’est vrai que je repartais avec un chèque. Parfois réinjecté dans le service, parfois dans ma poche. » À l’heure où le montant des crédits alloués à la recherche ne cesse de baisser, de plus en plus de chefs de service, les « patrons », comme on les appelle, acceptent la manne des études diligentées par les labos.

       Oui, je vois, c'est vraiment inquietant, parce qu'en vérité, il faudrait vraiment, que la recherche medicale, emane, d'organismes, type ONG, qui n'ont aucun lien, de quelque nature que ce soit, ni acctionnaire, ni partenaire, avec le moindre labo, puisqu'on voit bien, que le labo, cherche à trouver une molecule, "sensée soigner", là, où celles, qui ne soignent absolument pas, sont vendues comme pretendue soigner... Alors, que la recherche elle, plus logiquement, va commencer par chercher à comprendre comment arrive la maladie, afin, par exemple, d'anticiper, si possible, et en trouvant des causes, enrayer qu'elles n'arrivent.

       En somme, on peut considérer qu'en aucun cas, les laboratoire pharmaceutique, n'ont interêt,  à ce qu'o agisse sur les causes en amont, mais au contraire,  qu'on se sente parfaitement impuissants, qu'on soit submergés, par ces terribles, fleaux, et qu'ils continuent, à se faire des couilles en or.

       Raison pour laquelle je soutiens  la Fondation pour la Recherche Médicale, qui oeuvre, sur l'ensemble de la recherche, ou celle liées au maladies du cerveau.

    https://don.frm.org/donner?gclid=EAIaIQobChMIn9LZl5Gi2gIVhbvtCh12wwFLEAAYASAAEgIYuvD_BwE

    Pendant que j'y suis, donc, et pour être conforme au raisonnement, que je viens d'exposer, une question me brûle les levres.

     Je leur envoie, sur leur site.http://dons@frm.org

     Est ce qu'il existe des liens, actuellement,  que ce soit des liens, financiers, ou que ce soit des liens, sur le plan decisionnaires, au sein de la fondation ?

      En d'autre termes,  qui, aujourd'hui, au sein de la fondation, decide, des recherches qui sont menées ?

      J'imagine, et c'est logique, que ce sont des medecins, sensés connaitre ces problèmatiques, mieux que personne, alors, c'est coeherent.

      Alors, ma question, est alors, la suivante, est ce que de façon detournée, alors, il n'existerait pas une distortion du pouvoir décisionnaire, au sein des fondations, (ET PAS UNIQUEMENT LA FONDATION POUR LE RECHERCHE MEDICALE, qui tendrait à favoriser, les desirs de certains labos, qui seraient en lien, avec les médecins, en question ?

      Et oui, je sais, JE SUIS TRES CHIANTE à pinailler, sur des détails, mais c'est précisément dans les details, que se cache le diable.

      Car si les médecins, sont "achetés", par les labos, et que ce sont les mêmes  qui décident des recherches qui sont menées, au sein des fondations, il ne faut pas s'étonner,  qu'on trouve beaucoup plus difficilement, alors... Ou si vous preferez, "qu'ils fereinent des quatres pieds".

     Vous voulez un exemple ?

     Je vous en donne un, plus criant que la vérité elle même.

      Fe ma belle mère, celle de ma vie anterieure, décédée de la maladie d'Alzheimer, il y a 10 ou 12 ans, je ne sais plus.

      Elle avait la particularité, de faire sa vaisselle, à la main, et de ne jamais rincer sa vaisselle. On avait beau le lui dire, rien n'y faisait, elle a toujours fait comme ça. j'ai l'intime conviction, que le produite vaisselle, qu'elle utilisait, (pas du BIO, pensez donc), je soupçonne tres fortement, que le produit vaisselle, qu'elle utilisait, aurait bien été responsable, de la maladie d'Alzheimer,  qui a mené son mari, puis elle, ensuite, jusqu'à la mort....

      Qui aujourd'hui, serait tenté de financer des recherches, pour demontrer, la dangerosité evidente, des molecules, chimiques, utilisées, dans les produits menagers, si la recherche est financée, par les laboratoires pharmaceutiques ? alors, que leur objectif, à eux, LEUR UNIQUE OBJECTIF EST DE FABRIQUER ET NOUS VENDRE DES MEDICAMENTS ?

     QUI ?

       Mais alors quelle différence y a t-il entre lien et conflit d’intérêts ? Claude Malhuret s’est battu au Sénat en 2015 lors du vote de la loi santé de Marisol Touraine pour imposer des amendements en faveur de plus de transparence entre les firmes et le corps médical. « Un laboratoire vous demande par exemple d’effectuer des recherches pour approfondir la compétence sur une pathologie. Vous réalisez cette étude, vous amenez donc des résultats et êtes rémunéré pour les services que vous avez rendus au laboratoire mais vous n’êtes pas en situation de conflit. Au contraire, il y a conflit d’intérêts lorsque, en échange d’une rémunération, vous apposez votre signature en bas d’une étude que vous n’avez pas pris le temps de suivre, de réaliser vous-même. » Ceux-ci sont une minorité insiste Philippe Even dans son dernier ouvrage Corruptions et crédulité en médecine : il identifie par exemple « les six cardiologues parisiens les plus liés à l’industrie ». Ce sont eux qui agissent ensuite auprès des autorités publiques, puis qui deviennent membres et présidents des agences de santé et livrent leurs recommandations au ministère pour les autorisations de mise sur le marché (AMM).

     Et bien, c'est du propre !

    5. Contrôler les études et les consciences

    Une fois l’AMM obtenue, une grosse machine en trois étapes se met en branle. La première est celle de la diffusion orale : « Il faut que des universitaires aillent de congrès en séminaires répandre la vérité sur la dernière merveille du monde qui vient d’arriver », raconte Philippe Even. Aux États-Unis, des médecins que l’on appelle les « Tour Doctors » passent des contrats d’orateurs avec les firmes.

     Et bien oui, BUSINESS IS BUSINESS ! The shox must go on.

    C’est à ce moment-là que la presse s’en empare, c’est la deuxième phase. Les firmes s’arrangent alors pour faire signer les articles par les spécialistes des pays au plus fort potentiel de marché : États-Unis, Europe, Japon, Chine, Brésil. « Le plus souvent, ils lisent l’article écrit par des sous-traitants de l’industrie et le signent », poursuit l’auteur de Corruption et crédulité en médecine. Nos consultants ou leaders d’opinion ont ensuite la charge de répercuter la promotion dans leurs pays respectifs, dans les journaux locaux, sur les plateaux télé. « Et alors de nombreux journaux, même réputés, tombent dans le panneau : “Un expert mondialement reconnu”, lit-on dans Le Monde ou dans Le Figaro, par exemple… Reconnu à l’intérieur du périph, oui ! » rit Philippe Even, avant de poursuivre. « Or, ces journaux, comme les journaux spécialisés ne vivent plus que grâce à la pub et donc à l’industrie. »

    RRRRRRrrrrrr, "comme c'est amusant, dites donc, toutes ces infos, c'est incroyable, non ?

     Dommage que la trêve hivernale, soit passée, parce que CES JOURNEAUX SONT HABILLES POUR L'HIVER, avec une COUVERTURE, ça va sans dire, une COUVERTURE SANTE, ça va sans dire...

     d'où la necessité, hier, soit dit en passant, d'avoir ecouté, Sonia Devillers, qui parlait de la defense dela presse papaier, et de la diffusion, de cette derniere, je vous fais un paquet, pour le tout, allez, "c'est pas cher".

    https://www.franceinter.fr/emissions/l-instant-m/l-instant-m-04-avril-2018

     Alors, certains me diront, "mais qu'est ce que ça fout là"? et bien justement, au contraire, si les labos, bourrent le mou, à certains journeaux, ils en financent la survie, et s(opposent alors, à la dehonthologie du journal, qui visiblement, ne lit m^me pas les articles.

       D’ailleurs, quel secteur se porte encore mieux que l’industrie pharmaceutique ? Justement celui de ces journaux médicaux. « Alors que les firmes pharmaceutiques réalisent en moyenne 20 % de bénéfices par an, les organes de publication en réalisent 30 % ! » affirme le président de l’institut Necker.

    Dernière phase : le médicament doit être recommandé par les prescripteurs et les sociétés dites savantes, comme les fédérations de santé, qui sont des centaines en France. La fédération de cardiologie par exemple, celle de l’hypertension, la société d’athérosclérose, etc., financées par les laboratoires : « Elles émettent des recommandations officieuses. Pour les rendre officielles, la Haute Autorité de santé reprend les articles d’experts qui les ont rédigés pour les firmes. À travers ces trois étapes, les congrès, les journaux, les sociétés et agences de santé, on peut dire que les sociétés tiennent directement la plume des prescripteurs. » 

    Sur les 2.000 médicaments commercialisés (10.000 au total avec les copies), seuls « 200 sont utiles », selon Philippe Even. Michel Thomas, professeur en médecine interne [2] à Bobigny, va plus loin. Il a publié une étude en 2013 recensant 100 médicaments vraiment indispensables. « On considérait qu’il y avait beaucoup trop de consommation de médicaments en France et qu’il fallait se pencher sur l’essentiel. » Après validation auprès d’une centaine de médecins internistes français, la liste se réduit aujourd’hui à 85 références, hors traitements de maladies rares et anticancéreux, pour une prise en charge de « 95 % des pathologies de départ ». Michel Thomas attend avec impatience de voir si, comme prévu dans la loi de santé, une liste des médicaments « préférentiels » inspirés de la sienne verra le jour. « Le Leem, le syndicat des firmes pharmaceutiques en France, a fait une offensive lors de la discussion de cette loi pour tenter de l’interdire, mais cette proposition a retenu l’aval de l’Assemblée et du Sénat », se félicite-t-il. Reste à savoir quand et comment sera promulguée cette loi de santé, car, comme il le dit, « les décrets d’application peuvent tout changer ».


    « L’INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE EST MAINTENANT HORS DE TOUT CONTRÔLE »

    Voici un extrait d’un rapport de 2006 de la Chambre des Communes anglaise sur l’industrie pharmaceutique, dont les conclusions ont été reprises par l’ONU en 2008. Selon les médecins contactés, ce rapport est toujours valable.

    La Chambre des Communes anglaise.

    « L’industrie pharmaceutique trahit ses responsabilités à l’égard du public et des institutions.

    Les grandes firmes se sont de plus en plus focalisées sur le marketing, plus que sur la recherche, et elles exercent une influence omniprésente et persistante, non seulement sur la médecine et la recherche, mais sur les patients, les médias, les administrations, les agences de régulation et les politiques. (...) Elle s’est imbriquée dans tout le système, à tous les niveaux. C’est elle qui définit les programmes et la pratique médicale. Elle définit aussi les objectifs de recherche de médicaments sur d’autres priorités que celles de la santé publique, uniquement en fonction des marchés qu’elle peut s’ouvrir. Elle détermine non seulement ce qui est à rechercher, mais comment le rechercher et surtout comment les résultats en seront interprétés et publiés. Elle est maintenant hors de tout contrôle. Ses tentacules s’infiltrent à tous les niveaux. Il faut lui imposer de grands changements. »

     

     JE VOIS.... on est complètement, dans ce que j'appelais, il y a quelques années, dans "les pieuvres opportunistes", là, non ?

     

    Lire la suite

  • Au sujet de la Loi, "secret des affaires".

     Je cite, "le télégramme".

    http://www.letelegramme.fr/france/secret-des-affaires-frachon-se-fache-30-01-2015-10509437.php#4jzQGgCFgMsug3pQ.99

    Secret des affaires.

     Irène Frachon se fâche.

    Le Dr Irène Frachon, pneumologue au CHU de Brest, qui avait révélé le scandale du Mediator, a découvert « avec effarement » l'amendement de la loi Macron instaurant un « secret des affaires » susceptible d'écarter journalistes et lanceurs d'alerte. « Avec cet amendement, l'affaire du Mediator ne serait jamais sortie », prévient-elle. 


     

    Pourquoi estimez-vous que cet amendement est dangereux ? 
    Avez-vous lu l'amendement initial ? C'était... terrifiant ! Une information devenait protégée dans la mesure où celle-ci avait « une valeur économique » ou encore parce qu'elle n'était « généralement pas connue ou aisément accessible ». Cela voulait dire, pas question de mettre le nez dans nos affaires ! Pas d'investigation possible ! C'est tout simplement incroyable. C'est une chape de plomb qui s'abat avec le verrouillage de toute info qui pourrait gêner les intérêts d'un industriel. Qu'elle provienne de la presse ou d'un lanceur d'alerte.

    Cela vous a immédiatement fait penser à l'affaire du Mediator ? 

    Oui ! Sortir cette affaire, vous vous en souvenez, n'a pas été une promenade de santé. C'est grâce au relais de la presse que le scandale a véritablement éclaté. Le livre que j'avais écrit et qui donnait l'alerte avait été censuré par le tribunal de Brest. Les motifs donnés par le jugement donnent un aperçu de ce que serait le prétexte du « secret des affaires » : le sous-titre « combien de morts » avait été censuré parce que cette mention était, je cite, « une imprudence par l'important discrédit qu'elle pourrait faire supporter au fabricant du produit et les conséquences sur l'image de ce dernier, et, par là-même, son activité industrielle, économique, et commerciale » et dépassait « à l'évidence la seule liberté d'expression en matière de presse ». Avec l'amendement de la loi Macron, en sus de la censure, c'était le spectre de la ruine et de la prison ! Je n'aurais personnellement jamais eu le courage d'affronter cette perspective et certainement renoncé à publier mon livre.

    Le revirement du gouvernement, hier matin, qui promet d'amender l'amendement (sic) pour garantir la liberté de la presse, la liberté d'information et la liberté d'investigation vous satisfait-il ? 
    Les derniers éléments qui m'ont été communiqués, hier midi, ne me rassurent pas du tout. Il est, par exemple, fait mention d'un risque « grave » pour la santé pour échapper à cette loi. Tout est dans ce terme de « grave » et son appréciation. Le diable se glisse dans les détails. Dans le jugement qui a condamné mon éditeur à retirer le livre sur le Mediator (NDLR, le jugement a été cassé en appel, huit mois plus tard), c'est bien la contestation du mot « grave » par le juge qui a abouti à cette condamnation, ainsi que la préservation de l'intérêt commercial de la firme. Servier estimait que je surévaluais le risque et contestait la gravité des faits dénoncés...

    Quelle solution s'impose à vos yeux ? 
    Il me semble qu'il faut retirer la totalité de l'amendement et le réécrire plus tard, après audition de lanceurs d'alerte et de journalistes. Pour moi, le problème a été abordé à l'envers. Si on doit protéger les firmes de l'espionnage industriel, ce n'est pas en muselant la critique.
    http://© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/france/secret-des-affaires-frachon-se-fache-30-01-2015-10509437.php#7LmbHiMCLOPAJsVV.99

    Plus bas, ensuite:

    Le texte décrié

    Une disposition instaurée en commission.Dans cette épineuse question du « secret des affaires », c'est une disposition instaurée en commission spéciale par la droite et la gauche dans le projet de loi Macron qui inquiète les médias et les « lanceurs d'alerte ». Les parlementaires souhaitent insérer le secret des affaires dans le Code du commerce, au motif de protéger les entreprises de l'espionnage économique. Rappelons que le terme « lanceur d'alerte » désigne celui qui entend donner un coup d'arrêt à une action illégale ou irrégulière. Il a aussi pour but de signaler un danger ou un risque, en interpellant les pouvoirs en place et en suscitant la prise de conscience de ses contemporains.

    De lourdes peines. Reprenant les termes d'une proposition de loi PS, ce texte pose le principe général de l'interdiction de violer le secret des affaires ; il prévoit de punir quiconque prend connaissance, révèle sans autorisation ou détourne toute information protégée, à ce titre, d'une peine de trois ans d'emprisonnement et de 375.000 euros d'amende. La peine pourra être portée à sept ans et 750.000 euros d'amende en cas d'atteinte à la sécurité ou aux intérêts économiques essentiels de la France.


     Juste un enorme souci, c'est que l'ensemble de cet article, date du.....Publié le 30 janvier 2015 Modifié le 30 janvier 2015 à 10h35.

     Quelle est l'évolution du texte, et leur posture, à present, sur ce même dossier ? mystère.

     

    Lire la suite

  • La fête du pissenlit, à l'Auberge du Val au Cesne, chaque année, le lundi de Pâques.

    https://www.logishotels.com/fr/hotel/auberge-du-val-au-cesne-2275?PARTID=1012&gclid=EAIaIQobChMIl-PTm9uY2gIVz7DtCh0i_AvEEAAYASAAEgLIO_D_BwE

    https://www.seine-maritime-tourisme.com/diffusio/fr/je-choisis/un-evenement/fete-manifestation/croix-mare/fete-du-pissenlit_TFOFMANOR076V50NAIR.php

      J'assiste quasiment chaque année à cette manifestation, qui me permet de passer une tres bonne journée.

     En principe, si rien ne s'y oppose, je viendrai demain, avec  quelques plantes, et des reproductions, de mes calligrammes.

      Les diverses  animations qui y sont proposées, combinées avec la qualité de l'accueil, permet dans un cadre aussi rural que modeste, et je dirai "typé",  de profiter du charme  des colombages,  du torchis,  et des "modestes", qui forment des plates bandes, aux abords plus assimilables à nos jardins de campagnes, qu'aux fastes de jardins prétentieux, qu'on met plus souvent en avant...

       Loin, de moi l'idée de dénigrer ces derniers, mais jusqu'à preuve du contraire,  s'il est une chose fondamentale que nous apprend le jardinage, c'est bien l'humilité, la patience, la persévérance, et de l'echec, pour en comprendre le pourquoi, et peaufiner la stratégie pour que cette foutue plante, que vous aviez fantasmée, comme devant être magnifique et prolifique, chez vous, DANS VOTRE JARDIN, daigne simplement, pousser, se plaire, et donner le meilleurs d'elle même....

       Et pour se faire, une salade de pissenlit au Val au Cesne, et "fleurter", parmi les humbles me semble à n'en pas douter, d'une plus grande efficacité.

       Bon, ok, j'ai aussi plein de copains et copines jardiniers, là bas, qui vont vous y attendre, pour vous vendre pour pas cher, plein de leurs petits trésors, je reste cependant assez inquiete, parce que je vois que Gérard Farcy,  et Frace Bleu, seront présents, et je n'ai aucune certitude, sur le fait, qu'il envisage de parler des ASSOS THOMATE.... Parce que ASSOSTHOMATE FARCY....

     "Prière" de rire, après la virgule.

    Lire la suite

  • FB, comment passer de l'arbre qui cache la forêt, au statut de locomotive "gafiste" ?

    https://www.franceinter.fr/emissions/on-n-arrete-pas-l-eco

    http://sainteaustrebertheavaitellevuleloup.e-monsite.com/blog/politique-internationale/panama-papers-l-arbre-qui-cache-la-foret-il-faut-se-donner-les-moyens.html

      Si j'étais directeur, chez FB, je prendrai les devant, sur ce qui de toute est absolument ineluctable, à savoir, que les GAFA, fonctionnent selon des règles internationales, qui les empêchent le plus possible, de la moindre notion de toxicité...

     Certes, le problème des reventes de données reste entier, et il serait pour le moins naïf, de penser que les autres, comme microsoft, etc, ou google, ne s'y livrent pas...

     Pour l'heure, les concernant, il s'agit de sauver les meubles.

      Je propose bien quelques camions d'agloos, pour rehausser le congélateur et le sauver des eaux, dans le le sous sol inondé, un peu comme Moïse, sauvé des eaux .... Mais je pense que ça ne va pas suffire...

      Désolée, mon nez de clown, avec son gilet de sauvetage, vient de faire des siennes....

      Mais en prenant les devant sur le plan fiscal,  en s'engageant de leur propre chef, DANS CHAQUE ETAT, à payer leurs impôts exatement, en proratat du chiffre d'affaire fait dans chaue pays, ils couperaient l'herbe sous le pied, à tous les autres GAFAS, et retablissent leur crédibilité.

      Certes, ça ne résoudrait pas tout, mais ça serait, je crois d'une efficacité redoutable, il ne faut surtout pas que ce soit partiel, mais au contraire,  MONDIAL... Ensuite, les concurrents, "ils peuvent attendre qu'ils s'alignent"....

     Sinon, je vous prévient, en tout cas, on ne pourra pas dire que je ne vous aurai pas prévenus, mon nez de clown et moi, on va monter une entreprise, qui va s'appeler, GAFATAGUEULE,    avec le "hachetagueule", comme chasse bison, et je vous préviens que ça va chier !

    #GAFATAGUEULE

    #gafatagueule

    Lire la suite

  • Pour la défense du service public, toute branches confondues.

    Mobilisation du 22 mars 2018.

      Aujourd'hui, partout, en France, vont avoir lieu des manifestations, un peu partout dans le pays.

      Sur le plan du calendrier, il se trouve que ça correspond relativement, avec les  quarante ans de Mai 68.

      Sur les services publics, mais "pas que", sur France Inter, notamment, beaucoup d'emissions sont consacrées à cet anniversaire,  où soit dit en passant, certains commentaires,  nous laissent, enfin, c'est mon cas, "sans voix"...

      Je crois que les révolutions, où que ce soit, dans le monde, parce que c'est d'idéologie politique dont il est question, justement, ont ceci en commun avec le fait de croire en Dieu, que l'on y trouve, ce que l'on veut, ou plutôt, "ce qui nous arrange".

      Alors, je vais vous reveler, ce que moi, ça m'a apporté à l'époque, je n'avais que 7 ans, le souvenir est un peu flou.

      Je me souviens simplement d'une énorme agitation, dans le petit écran,  l'image est en noir et blanc, je n'y comprends rien,  je vois des gendarmes, ceux là, même qui sont aujoud'hui, déguisés en cloportes, côté vêture,  à cause de leur carapaces en plastic dur, ce qui fait rigoler les CRS, quand je leur dit, charger des gens, qui ne sont pas contents et qui défilent en hurlant des slogans... Des fumigènes, je me dis que ça doit drôlement leur piquer les yeux, et que les coups ça doit leur faire mal.

      Mon père est furieux, et vocifère contre ces jeunes cons, à cheveux longs.

      Je comprends fort vite, que malgré le fait, que j'avais deja les cheveux courts, mon coeur,  etait deja du côté des jeunes cons, et pire, des muuuuuuuuusiciens.

       Je crois que le meilleurs, c'est de se remémorer cette période, actuellement, comme c'est fait sur France Inter, et qui permet de revisiter,  ce qu'est objectivement, le fait de refuser de courber l'échine,  de refuser une forme de fatalité sociale, de se rappeler qu'on est en droit, d'avoir des ambitions autres, que de passer à la caisse, sous toutes les formes possibles et imaginables, comme celles d'être respectés dans sa dignité, d'être soigné, dans des conditions acceptables, quand on est malade, parce qu'aujourd'hui, nous ne sommes plus, dans ce que j'appellelrai, "le confort", ou les fioritures...

     Non, c'est de l'essentiel dont il est question, et du vital, voilà, pourquoi moi, je suis révoltée, aujourd'hui.

       Pour ce qui concerne le parallèle, entre Mais 68 et aujourd'hui, je voudrai simplement mettre en garde, contre le fait qu'il soit vraiment hasardeux de s'y livrer, parce que je pense que ça n'a pas lieux d'être.

      Les défits d'aujoud'hui, ne sont pas ceux d'hier, par bon nombre d'aspects, bien trop longs à énumérer, pour ce matin, en tout cas.

      Pour ce qui concerne Mais 68,  il n'y a guère que dans le sentiment de rebellion, et de dignité revendiquée, que ce parallèle peut être fait, je crois, comme si si cette sève, était comme une graine, qui regermerait, à chaque fois que le seuil de l'intolérable, semble atteint, ce qui est le cas, aujourd'hui.

      Pour ma part, j'y ai réfléchi, ces derniers temps, me disant,

    "qu'est ce que Mai 68 t'a apporté, toi, qui etait si jeune, 7 ans, à cette époque, au fil des ans ?

      Et Ma réponse, est la suivante.

      Ca m'a apporté, la conscience, que jamais aucune porte, ne devrait être considérée comme définitivement fermée, des le plus jeuen âge.... Et que Mais 68, je crois, à acté, ça....Comme si, par cette révolution intellectuelle, on prenait conscience, tous, qu'on dispose d'un potentiel que jamais on n'aurait soupçonné.

      Et ça, on ne l'aquiert, qu'en le vivant.... Probable que pour certains, ce que je prétend là,  demeure quelque chose de trop abstrait,  face aux défits actuels, et pourtant. Nous vivons dan un beau pays, et dans ce beau pays, certaines institutions, ainsi que certains services publics existent,  qu'il faut les bichonner, qu'il faut les chérir, et que c'est une chance.

      Si d'aller défiler aujourd'hui, donne l'occasion à chacun, de se sentir plus fort, devant une refus d'embauche, devant une fin de mois difficile, devant un refus pour obtenir un logement, devant n'importe quelle merde, qui vous tombe dessus, alors que pourtant, vous pensiez avoir tout fait, pour que ça roule...

      Alors, oui, bien sûr, qu'il faut aller défiler, pour défendre nos services publics.... Voilà le lien qui existe, alors, avec Mais 68, prendre conscience, que jamais aucune porte, n'est definitivment fermée, c'est aussi de négociations, dont je parle.

     Mais je n'ai aucune doute sur le fait, que le gouvernement, aura saisi la perche, que je leur tends là.

     A SUIVRE, monsieur Duval, prof de philo, au Lycée Jeanne d'Arc, à Rouen,  et ce qu'il m'avait raconté, sur... LES CRAVATES ! c'était en 1978 !

    19 avril 2018.

     Nouvelle mobilisation générale, aujourd'hui.

    Lire la suite

  • #Ensemblelagauche

    Soyez fière d'être écologistes,
    Soyez fière d'être social-démocrates,
    Soyez fière d'être communistes,
    Soyez fière d'être anticapitalistes, 
    Soyez fière d'être européens, 
    Soyez fière d'être républicains
    Soyez fière d'être progressistes,

    Tous simplement, soyez fière d'être de gauche !

     Mon commentaire....

       Oui, parfaitement, et même si j'ai toujours émis des réserves sur le communisme, par sa monstruosité dans son application et la resultantes, et le nombre de morts, qu'il ait généré, et genère encore, dans certains pays.

       Beaucoup, en sont au même point que moi, sur ce point, il faut bien reconnaître qu'il est loin d'être stupide, d'observer, en ce qui concerne les raisons véritables, qui ont généré le désir, de vouloir renverser la table, à l’époque, les choses ont été faite, de telle sorte qu'à une situation anormalement scandaleuse, ne pouvait répondre, que son opposé, et donc, hélas, de cette façon, dans les extrêmes, et je soupçonne que Macron, n'ait pas encore saisi, cette notion absolument fondamentale. Voilà, ce qui m’inquiète.

      J'ai entendu, ce matin,  le discours, du president chinois qui revendique lui, aussi, à present, de nouveau, le communisme, comme etant seul digne, de rendre son peuple heureux,  ce qui me consterne, et je ne s  dois pas être la seule, mais là, oùça devient particulièrement, interpellant, c'est d'observer, à quel point, la situation, va devenir plus que delicate à negocier, si leurs ideologies, et la dictature, qui rique de se resserrer encore encore d'aventage,  avec les fruits, qu'ils revendiquent, comme leus etant legitimes,  sur le plan du commerce, et de l'economie, à l'international... il fût un temps, où il avait été ecrit, QUAND LA CHINE S'EVEILLERA, il semble bien que le président actuel,  un certain Xi Jinping, se croyant, envoyé des Dieux, au seul pretexte, qu'il ait épousé une chanteuse, visiblement, et si j'en crois, l'exemple, de Nicolas Sarkozy, avec sa garde à vue, aujourd'hui, et sans vouloir tirer sur l'ambulance, il m semble, que Xi Jinping,  devrait y regarder à deux fois.

      Par contre, il est vrai que dans la richesse de notre repertoire, nous avons, la chance d'avoir des gens plein de talents, qui eux, n'ont jamais convolé, avec la moindre Reige, même des neige, que je sache, d'autant que c'est un groupe, et que la polyandrie, n'est hélas (sic!), pas encore autorisée.

      Mais enfin, s'il aime la chanson de variétoche, apres tout, qu'on ait les yeux bridés, autant que la liberté d'expression, ne devrait pas empêcher d'en jouir...

     Roulement de tambour !

     Bon, à relier, avec, "la cifelle" picarde, dont j'ai parlé.....

    ICI !

    http://thomasfrancoisefersen.e-monsite.com/blog/cuisine/he-had-a-dream-team-martin-luter-king-ou-quand-le-mexique-viendra-sauver-les-usa-des-griffes-de-l-industrie-agricole-et-productiviste.html

    Lire la suite

  • Les mafias, les paradis fiscaux et l'obscurantisme, détestent la Lumière.

    Il existe plein de pays, dans le monde, où les humains qui y vivent, n'ont pas acces à la Lumière, liée à une source d'energie globale, ou organisée.

     Depuis plusieurs années, différents politiques ont oeuvré pour que celle lumière, aussi précieuse dans la réalité que par la symbolique qu'elle véhicule, arrive dans ces contrées.

    http://www.energiepourtous.org/?gclid=EAIaIQobChMIicePjOjy2QIVaLHtCh2pFgSkEAAYASAAEgJGIPD_BwE

     Je trouve qu'il est interessant d'observer, selon les endroits, quels sont les actions, afin de se projeter, et observer comment, l'argent, qu'on leur donne, va faire avancer tel projet ou tel autre.

    https://asso.bdpv.fr/?gclid=EAIaIQobChMI_9_DmITz2QIVSLHtCh1xxw_REAAYBCAAEgI87PD_BwE

      Une association, sur le sujet du photovoltaique ne me semble pas un luxe,  parce qu'apres la discussion avec mon couvreur,  il m''a expliqué que dans la réalité, il arrive que certains professionnels, ne fassent pas bien leur travail, ou ne proposent pas necessairement la meilleure installation, alors, plusieurs avis vallent mieux qu'un seul.

      Pour ce qui concerne l'électrification, de certaines zones, dans le monde où l'électricité,  est rare, ou inexistante, il faut admetre que le photovoltaïque, est revolutionnaire, puisqu'il offre la possibilité d'installer des systêmes sur place, indépendants, et parfaitement autonomes.

    https://www.lesechos.fr/pme-regions/actualite-pme/0301220408590-fonroche-vend-50000-lampadaires-solaires-au-senegal-2150320.php

     J'avais découvert cette entreprise, lors d'un reportage, à la télévision, et je trouve ça vraiment super.

    Lire la suite

  • Connaissez vous, le moringa ?

    https://www.plantes-et-sante.fr/decouvrir/le-moringa-couteau-suisse-therapeutique

    http://lesmoutonsrebelles.com/recherche-novatrice-cette-plante-pourrait-etre-le-remede-a-5-differents-types-de-cancer-y-compris-de-lovaire-du-foie-du-poumon-et-le-melanome/

      Bon, pour ce dernier lien, ça vient du "mouton rebelle", alors, attention.... C'est du sérieux, bon, des fois il dit des conneries, rarement, mais ça arrive, et c'est pas dit que le jour où je chope, "le mouton rebelle" il ne se prenne pas une petite claque, pour lui remettre un peu les idées en place.

    Lire la suite

  • Arbitrage international.

     Il existe plusieurs types d'arbitrages internationaux.

       Celui, qui émane de l'ONU, sachant que certains pays mettent en doute, on ne sait pas exactement, en fin de compte, on ne sait pas si c'est le bien fondu de l'ONU, en eux même, ou si c'est uniquement les raisons, pour lesquelles, ils sont mis en cause...

       Je suppose que quand l'ONU pointe du doigt quelque chose qu'on leur reproche,  l'ONU, est tres tres tres vilain... Et quand l'ONU, s'en prend à leurs ennemis, d'un seul, ça devient une haute instance des plus respectables.

       C'est comme ça, que font les enfants, non ?

     "sui qu'il dit qui est".....

       Non, c'est pas moi, je vous jure, qui ai trempé les doigts dans le pot de confiture, je veux parler des terres rares, bien sûr, "m'adame, je vous jure".

       En attendant, pour résoudre les "conflits de canards qui sont toujours vivants", ou bien "conflits de canard déchainés", on a beau dire, tant qu'on aura pas mis sur pied, la Fédération Internationale de Paint Ball, (FIPB), d'une part, et qu'individuellement, les égos des dictateurs, version Corée du Nord et USA,  ne se seront pas réglés, sur le champs d'honneur, à l'ancienne,  au lever du jour, avec la brume, et tout et tout.....

     Bougez pas, je m'enfile une bonne petite "vodke coca", et je reviens.

     On leur colle à chacun, en guise d'épée, de sabre ou de fleuret,  un bon vieux couteau à beurre, et c'est moi qui vous dit qu'ensuite, ils feront moins les malins.

      La prochaine fois, je vous expliquerai, une autre forme d'arbitrage international, verson "pieuvre opportunistes", et vous allez voir, à quel point on va se fendre la gueule, "à coup de hache".

    Lire la suite

  • Dominique Wolton a écrit sur le pape François.

    dimanche 17 septembre 2017

    08:07

     "Saint père", l'appeler saint Père.

       Moi aussi, comme Laurent Ruquier, je pourrai l'appeler ainsi, je trouve ça parfaitement légitime, non parce qu'il est "mon pape", mais parce qu'il le mérite amplement, posture que je n'aurai, je crois, jamais adopté, vis-à-vis de ses prédécesseurs, qui ont été bien moins courageux que lui, ne l'a jamais été, depuis le début de sa nomination, en temps que pape.

       Pour ce qui concerne le fait, qu'il ait choisi un français, pour ouvrir son cœur, et si j'approuve parfaitement les motivations, qui sont données par l'auteur,  je crois que c'est aussi, en partie lié à moi, qui suis française, pour le cas, où certains l'auraient oublié.

       Christine Angot, ensuite, explique que sa notion du temps, devient pour le moins contraire, aux propos tenus par l'auteur, si l'on observe que six mois de psychanalyse, lui ait semblé suffisant.

       Si je crois avoir un regard à présent assez affuté sur le sujet, tout comme elle, il me semble plutôt hasardeux, de prétendre qu'une psychanalyse soit inefficace, sous prétexte, qu'elle ait été aussi courte….

       En effet, chaque individu est unique, il le devient plus encore, au fur et à mesure, que les décennies se déroulent, et posent devant nous d'incroyables obstacles à franchir, et si l'on peut prétendre, dicerner certaines généralités, dans ce domaine, il me semble qu'elle tout comme moi, d'ailleurs, devons a voir la sagesse, de ne pas prendre nos expériences, sur le sujet, comme seul regard qui mériterait de valoir comme généralité….

      Pour ce qui concerne le regard qu'il donne, sur les femmes, alors, qu'on lui reproche, que sous prétexte qu'il ait eu quelques petites amies, il ne peut pas les prétendre…

      Mais peut on vraiment, aujourd'hui, prétendre les connaître? Ou plutôt NOUS CONNAITRE….

      Nous ne pouvons prétendre connaître les femmes, comme n'importe quel autre groupe d'humains, d'ailleurs, que par le regard un peu biaisé, de nos expériences personnelles, qui, si elle peuvent sembler partiales, quelquefois, présentent, au moins, l'aventage, de la bienveillance, enfin, j'ose l'espérer, là, où une plus grande subjectivité, peut être, le serait moins…

      Combien d'hommes, aujourd'hui, sont en couple, aujourd'hui, jeunes couples, vieux couples, qui font quelquefois, l'admiration, autour d'eux, alors, qu'une fois, entre leurs quatre murs, ils ne se parlent quasiment, pas, ou peu, et l'un et l'autre, vont confier leurs soucis, à l'extérieur ?

      Connaissent ils mieux pour autant, l'autre sexe, que quelqu'un, comme le pape ?... Pas si sûr.

      Bon ensuite, en ce qui concerne l'affaire barbarin, par contre je me range entièrement, derrière ce que prétend, Christine Angot….

     "Grâce à Dieu, les faits sont prescrits"….

      C’est-à-dire que pour barbarin, la réputation de l'Eglise, passe avant l'intérêt des enfants, qui avaient été confiés aux prêtres….

      Christine Angot dit : "il considère que le silence des enfants, traduit leur responsabilité", enfin, c'est tourné un peu comme ça.

      Quand l'auteur cherche à recentrer la problématique, sur le fait que la pédophilie, doit être revu sous l'angle sociétal donc, surtout, aussi familial, il a parfaitement raison… SAUF QUE…..

      Adopter cette tournure, démontre, une méconnaissance absolue de la psychologie de l'enfant, puisque c'est occulter entièrement, le fait que précisément, en temps que "notable spirituel", un prêtre est infiniment plus répréhensible, encore, que ne le serait un autre adulte, qui serait simplement responsable d'un enfant….

      Et que c'est justement aussi, parce qu'il s'agit d'un maitre spirituel, que l'enfant se tait, d'autant plus, vis-à-vis de sa famille, et de ses parents…

      Pour ce qui concerne le fait, d'observer le fait que l'Eglise, gère des temporalités, je dois admettre, que j'ai du mal, à taire ma colère, parce que la temporalité, j'y vois, moi, une autre notion, qui concerne le temps de prescription, en ce qui concerne les crimes sexuels, en général, et la Loi, qui est si imparfaite, encore, pour l'instant….

      Un enfant qui est victime d'un acte pédophile, est entièrement broyé, si cet acte est commis, par un prêtre, il l'est dix fois plus, n'en déplaise à certains, justement, parce que la notion de bienveillance, et de refuge spirituel, s'en trouve assassiné…

      Imaginez donc, ensuite, dans quel contexte cet enfant, (qui  existe encre aujourd'hui, pour information), et qui va se rendre au catéchisme, sachant que son père et sa mère, souhaite qu'il s'y rende, il n'ose rien dire, de peu du scandale, et ses parents, en gros, l'envoie direct à l'abattoir….

      Oui, j'ai bien dit AUJURD'HUI, là, au moment, où je vous parle.

      L'Eglise d'aujourd'hui, n'est pas responsable, pour ce cas là, puisque tant que l'enfant, terrifié, n'a pas tiré le signal d'alarme, et que les parents n'ont pas réagi….

      Ha, au fait, aujourd'hui, en 2017? Comment, réagit un père ou une mère, qui entend de la BOUCHE DES SON ENFANT, que le  prêtre, s'est fait faire une petite gâterie, et qu'il voit son gamin, en pleur, comment, réagit il ?

      Est-ce qu'il lui dit, comme je l'ai entendu, les années passées, en disant "tu te tais, tu mens, c'est impossible, " ou bien , "tu vas nous faire remarquer".

      Ou bien, "on ira pas au paradis, et ça sera ta faute"…

      Ne riez pas,…

      Enfin, si riez en, désolée, si je choque,  mais à for ce de filer, des coups de tatanes, dans la fourmilière, quelquefois, la colère est si grande….

      On nous parle là, une perception, du temps qui passe, aux yeux de l'Eglise, "la bonne blague".

      Jusqu'à preuve du contraire, la seule temporalité que connaît la Justice, elle, et la prescription,  c'est la temporalité du calendrier, celui, qui, je le rappelle, est basé, au départ, sur le naissance, du Christ, celui là, même que l'on vénère, dans la religion, catholique, ha, ça, pour être "vener", je suis vener…..

      Pour information, je signale juste qu'un enfant, quia été victime, d'un pédophile, voir, son traumatisme, inscrit, sur son génome, et que cette trace sur son génome, est inscrite, SUR TROIS GENERATIONS…..

     TROIS GENERATIONS…..

      Alors, NOUS AUSSUI, LES VICTIMES DE PEDOPHILIE AVONS NOTRE TEMPORALITE !

      Pour ce qui concerne les reproches, qui sont faits, sur la responsabilité des enfants…

      Je n'ai pas lu, les propos, qui sont reportés dans le livre.

      Mais de façon générale, pour qu'un enfant, soit tenté de se confier, à ses parents, quand il subit un acte de pédophilie,  il doit se trouver en confiance.

      Ce qui traduit, la position, de Christine Angot, et j'espère ne pas la trahir en disant cela, c'est que les choses, sont présentées, comme si l'enfant, parce qu'il a été silencieux, est perçu, comme étant responsable des accusations, qu'il profère ultérieurement.

       Je ne crois pas que l'on reprocherait à un enfant de s'être tu, pour un crime semblable, dans un contexte, qui serait en dehors du contexte religieux…

       Mais là, PARCE QU'IL S'AGIT DE L'EGLISE, on le lui reproche.

       Il me semble que c'est sous cet angle que les choses doivent être observées, parce que la Vérité réside dans le fait, que ça braque l'objectif sur le fait que la pédophilie, serait moins grave dans le cadre religieux  qu'elle ne le serait dans les autres sphères sociétales.

      Ce qui je prétend là, n'est pas de l'ordre de la suspicion, mais de l'ordre de l'absolue certitude.

      Il est probable que beaucoup, qui ont la chance, de ne jamais avoir été confrontés, à la pédophilie, de près ou de loin, et s'il est un point que cette observation, met en évidence, c'est que ça ouvre la boite de pandore, sur le fait, parfaitement positif, celui, là, qui réside, dans le fait, que l'Eglise catholique, au moment, où je vous parle, EST LE SEULE A AVOIR OBSERVE LE PHENOMENE PEDOPHILIE AVEC INTELLIGENCE ET HONNETETE…. De la part du pape.

     Car les pédophiles, au sein des autres cultes, eux, agissent en toute légalité, sans que jamais personne ne trouve à y redire.

       Je sais, par exemple, qu'aujourd'hui, beaucoup de curseurs, bougent, au sein de l'Eglise, qui tendent à faire évoluer, les choses, sur  le mariage des prêtres, par exemple,  qui  n'est pas le seul point, qui a lui seul, pourrait résoudre, le problème de la négation, du plaisir charnel, vis-à-vis de l'Eglise, nous sommes bien d'accord, mais qui au moins, tend à proposer des solutions….

       Aujourd'hui, je sais, parce que j'en ai été informée, que les jeunes hommes, qui souhaitent devenir prêtres, et entament des études, dans cet objectif, font l(objet, d'une détection véritable, relativement au risque pédophile…

      Quand je parle "détection", c'est au sens large, qu'il faut l'entendre, et je ne sais pas comment, c'est organisé, mais je sais que  c'est fait, véritablement, et la raison, c'est qu'il y a plusieurs années, j'avais m pointé du doigt, le fait, qu'un e pédophile, avéré, avait tout intérêt, à devenir prêtre, puisqu'il savait qu'il serait couvert, par l'Eglise…

       Alors, du coup,  à présent, ils e  anticipent les risques.

      Je précise que cette détection ne peut en aucune façon, être sécure à 100%... Quelle qu'elle soit.

       Mais au moins, par ce fait, et combiné au fait que l'Eglise, n'est plus considérée à présent, grâce au pape François, comme antinomique avec la psychanalyse, les officiants, qui œuvrent à encadrer les postulants prêtres,  agissent en ce sens.

       Je précise, d'autre part qu'au sein de chaque diocèse, il y a un psychiatre,  qui collabore avec le culte, enfin, c'est le cas pour le diocèse de Rouen, en tout cas, que je connais mieux que les autres, puisque c'est mon diocèse.

      Je précise que Monseigneur Lebrun, s'est vu remettre ces jours derniers, la légion d'Honneur.

    https://actu.fr/normandie/rouen_76540/apres-une-annee-eprouvante-larcheveque-rouen-recoit-legion-dhonneur_11900320.html

      Je précise ma pensée, s j'ai moi aussi, beaucoup d'admiration pour mon Evêque, je connais fort bien sa position sur le droit à l'avortement, et l'euthanasie…

      Mais "ne mélangeons pas tout".

      Pour ce qui concerne le rapport au temps, qui est dénoncé par Dominique Wolton,  c'est en ce sens, qu'il faut l'entendre…

      Ca met alors, parfaitement en lumière, justement, la relation, que nous avons, tout à chacun, avec le culte…

      Pour quelle raison, va t'on à l'Eglise, est ce que c'est pour se souvenir de quelle culture nous sommes issus ? 

      Est ce que c'est pour se retrouver "entre soi" ?

      Est ce que parce qu'on croit en Dieu ?

      Ne riez pas, certains vont à la messe, alors, qu'ils ne croient pas nécessairement, mais ça les rassure….

      Certains croient, et ne veulent pas entendre parler de culte…

      Certains y vont uniquement  pour les valeurs.

      La relation à Dieu, si l'on y croit, est très diverse, celle au culte, l'est d'autant plus.

      Et c'est pour cette raison que cette notion de temps, que l'on doit rattacher, à la notion d'adaptabilité, doit être retenue, comme une forme d'indulgence, vis-à-vis du pape, sur ces problèmes de société, il me semble.

     En cours de rédaction.

    Lire la suite

  • 2017, une soirée continue, sur France 3, contre le viol.

     

      Je tiens à faire une mise au point, face à ceux qui soNt victimes de ces crimes Sexuels, et qui portent d'autres noms, aussi, comme attouchements, inceste,  pédophilie,  que si je ne parle que tr7s peu, pas assez je suppose, de ces crimes? ce fait a pour principale raison, que j'en suis complètement guerrie.

      Et que c'est précisément, parce que j'en suis parfaitement guerrie, que je n'en parle plus guère, "pour l'instant".

       Il ne faut voir dans ma posture, aucun mépris ou démotivation face à cette cause, bien au contraire, mais uniquement, le fait que cette cause, me tient à coeur, non pas plus qu'une autre, mais plutôt, autant qu'une autre.

      En ce sens, je suis accaparée, par d'autres sujets, comme  la famille, notamment, entre autre, mais surtout, d'autres thèmes, qui comme la famille, justement, sont précisement, intimement liés à la lutte contre le viol, et les crimes sexuels...

      En ce sens, il ne faut surtout pas considérer ce fait, comme une forme de résignation, venant de moi, bien au contraire, mais juste comme un signe, qu'on peut s'en sortir véritablement, et rien de plus.

      Par contre, sur ce plan là, j'ai une excellente nouvelle à vous annoncer, me concernant. 

      Depuis des années, sur differents aspects de la santé, je suis amenéee, et sollicitée, pour devenir "patiente experte", comme le sont beaucoup de malades, qui souhaitent mettre leur experience en temps que patients, au service es chercheurs, ou des associations.

      Jusqu'à il y a quelques mois, maintenant, le prétexte psychiatrique (par le biais des expertises mensongères) avait rendu impossible, la moindre chance, que ce soit envisageable, pour des raisons parfaitement coherentes.

      Lors de l'entrevue  avec la juge des tutelles, il y a quelques mois, il a été entendu, que la seule raison pour laquelle je serai maintenue sous curatelle, désormais, ne serait que pour répondre à ma demande, uniquement afin de servir de période transitoire à la tutelle, et la sortie de la moindre mesure de protection juridique.

      En théorie, en tout cas, plus rien de  ne s'opose, au fai, que je devienne patiente experte....

      Par contre, alors qu'il est prévu aussi, que je postule comme assesseur, auprès d'un tribunal, pour aider les magistrats,  au sujet des crimes sexuels,  j'ai deja fait la demarche les années passées, postulé etc, mais la moindre mesure de protection, donc, aussi, la curatelle, entrave entièrement, la moindre chance que ce soit realisable....

      Ca ne pourra donc se faire, strictement, que quand je serai délivrée de la moindre mesure de protection,  ce qui est aussi le cas, pour que je puisse donner mon sang, soit dit en passant.

     En cours de rédaction.

    Lire la suite

  • Ma chaine youtube et les commentaires, qui s'y rapportent.

    https://www.youtube.com/channel/UCtcBQK79sCTfa4oxgoZew9A/discussion

     J'invite tout à chacun, à deposer des commentaies, sous mes videos, et  au sein de ma chaine, globale, pour ceux qui le souhaitent.

     Je vous invite surtout, à vous y abonner, bien sûr.

    Lire la suite

  • Europe, un bon de pompe dans le derch, ça vous dit ? (pêche électrique).

       Désolée pour le ton quelque peu expéditif, de ma revendication, ou plutôt, de ma proposition, qui si elle n'en porte pas la moindre connotation sexuelle, n'en demeure pas moins, une intention d'en vouloir, aux postérieurs rébondis des députés européens, qui, visiblement, éprouvent quelques difficultés,  ces jous ci,  pour MARCHER DROIT, et je ne peux que déplorer, que notre Président de la République, Emmanuel Macron, si bon marcheur qu'il soit,  n'en finisse par lui aussi, par senti visé, de par son postérieur, parce que si c'est necessaire, sachez que je n'aurai aucun scrupule, à lui livrer de façon verbale, enfin, disons, par écrit,  je le précise, "d'où vient le vent".

      Au moins, quitte à marcher, risque t il tout au plus, de faire un sacré bond en avant,  ce qui ne me semble pas superflu,  quelquefois !

       Je suis en effet en pétard, ces jours ci, relativement, à ce qui est en train de se produire, au Parlement Eurpéen, vis à vis de la pêche électrique, qui sur le plan écologiue, est, comme chacun sait, un véritable désastre.

    https://www.bloomassociation.org/stop-peche-electrique/

      Le seul argument, POUR réside, dans l'économie de carburant... Soit, mais ça ne représente ici, qu'un bénéfice à court terme, et strictement à court terme, et qui plus est, au bénéfice seul,  de la comptabilité du marin pêcheur....

     Pour le CO2, et la pollution ?

      Il faut envisager que les marins pêcheurs artisanaux, ne développent un mode de propulsion, qui cumule le vent, avec un autre mode de propulsion, et je n'ai aucun doute sur le fait que certains constructeurs de bâteaux, sont deja au travail, sur ce point.

      Ca existe deja pour les porte containers, alors, je ne vois pas à quel titre, ça n'existerait pas aussi, pour des bateaux usines, (que je déplore), ou des bâteaux de pêche, à l'echelon plus modestes, ou artisanaux.

      Sous cet angle, cet argument parfaitement bidon, qui ne représente que des aventages A COURT THERME, ne tient donc, absolument pas la route.

      Oui, j'ai bien dit, à court terme, puisque à long therme, justement, c'est bien la raréfaction des espèces marines, qui sont en grand danger, avec cette pêche, et tous les ecologistes, et les chercheurs, qui travaillent, sur les faune et la flore sous rarine, sont unanymes, sur ce point.

      Mais si je parle d'un bon coup de pompe dans là, où je pense, vis à vis des députés européens, c'est de façon beaucoup large, pour une autre raison qui réside dans le fait qu'ils sont sensés veiller, à ce que leurs décisions,  soient au service des européens, j'entends (au sens comprendre), les peuples, les humains, faits de chair, et de sang, nous, quoi, vous, là, qui me lisez,  ET PAS LA FINANCE ET LES LOBBIES DE LA PÊCHE INDUSTRIELLE.....OU AUTRES LOBBIES.

     Voilà, pourquoi, ce matin, je ne décolère pas !

      C'est qu'en aucune manière, par principe,   quelque soit le sujet, ils ne devraient se trouver en face des représentants des sociétés interressées financièrement, mais au contraire,   face aux personnes, compétentes, spécialisées, et non rémunérées, par des lobbies, pour prendre leurs décisions, et j'ose espérer que ce que je prétends là, va bien être perçu, comme devant être observé, et pas vu,  et entendu, au sens comprendre,  dans n'importe quel autre secteur, comme l'agriculture,  l'agrialimentaire, ou la santé, par exemple...

     EST CE QUE J'AI BIEN  ETE ASSEZ EXPLICITE LA ?

    Lire la suite

  • Pourquoi je persiste à porter le nom de FERSEN, sur certains réseaux sociaux.

       Depuis le debut d'internet, j'ai sur FB, sur twitter, sur wordpress, differents comptes, dans mon historique sur internet, qui portent toujours, mon nom, et de façon bien moindre, tres recemment, le nom de Fersen (uniquement, sur mon mail, ORANGE, sur WORDPRESS, et sur TWITTER).

       Si je persiste à porter ce nom, c'est uniquement, parce que techniquement, on m'interdit de fonctionner avec mon nom veritable, qui est NIEL AUBIN? et ppas par choix personnel. Curieuse methode, pour un artiste, qui se revendique, soit dit en passant, FEMINISTE.

       Je tente à chaque fois, de reprendre mon vrai nom, mais entre les mots de passe et les différents comptes,  je renonce à me battre pendant des demi heures entières, pour retrouver mes comptes d'origine,  en somme, c'est uniquement, par facilité, je donne cette prcision, afin qu'il n'existe aucun mlentendu, sur le sujet.

      Je déteste l'idée, que l'on nous perçoive, lui et moi, pour un couple que nous ne sommes pas.

      Je precise, pour clore le sujet, que j'ai envoyés mes photocopies de pices d'identité, à twitter, et FB? depuis bien longtemps, et demandé la certification, mais sans jamais qu'ils n'acceptent encore, de me l'octroyer.

    Lire la suite

  • 12 janvier, 2018, message à tous ceux qui attendent après moi.

     Il est vrai que j'ai toujours fourrré mon nez, là, où ça dérange.

       Mais si l'on m'avait affirmé, un jour, que la Justice elle même, que mon avocat, et que mon coach, lui même, en personne, se ligueraient contre moi, pour me museler, afin que je ne puisse plus lutter, contre ce que j'ai toujours détesté...Jamais, je ne l'aurai pensé.

      Je ne sais pas ce qu'il adviendra de moi, j'ai le sentiment que jamais, je ne parviendrai à pardonner, à tous ceux, qui depuis toutes ces années, ont veillé, si méticuleusement, à m'ecraser, pour mieux observer, telle une souris de laboratoire, avec quelle ruse, je parvenais à me relever, TOUJOURS.

      Aujourd'hui, c'est par une décision assassine, qui émane de la juge des tutelles elle même, alors que je n'ai eu de cesse, que de lui dénoncer en quoi, et comment, la curatrice de l'UDAF, pratiquait, sur moi, les pires tortures psychologiques,  en n'appliquant pas ce que la juge pourtant, lui avait indiqué.

      Je pourrai vous la faire théatrale, selon la chanson de Barbara, en vous disant courtoisement, "et je m'en vais sereine".... Il va bien se trouver un crétin, pour s'en contenter, non ?

      Mais ça serait trop d'honneur, que je vous ferai là, et je ne crois pas que le fantôme de Barbara, apprecierait.

      Je pourrai aussi, vous resortir, la chanson de Anne sylvestre, sur "les gens, qui doutent"... Et qu'on s'évertue, inmaquablement, à me recoller sous le nez, en la personne de  Jeanne Cherhal, Vincent Delerm, et Albin de la Simone.... C'est juste oublier, que de souffrir est infiniment plus  acceptable, et concevable, quand on ne vous enferme pas dans un rôle qu'on vous impose.

      Aurait elle, elle même ecrit cette chanson, si elle avait été dans  la situation, que l'on m'impose, depuis toutes ces années ?

      Personne ne le sait, et Anne Sylvestre, pour qui j'ai bien plus que du respect, elle même, ne le sait pas d'aventage.

      Je m'excuse de ne pas être aussi forte, que beaucoup le voudraient, je ne suis qu'une simple femme, qu'on s'evertue à transformer, en vielle conne mal baisée..... Et je ne crois pas être responsable, en quoi, que ce soit,  du sort que l'on m'impose.

      Des lors je n'ai plus d'autre alternative, que de rentrer en moi, afin de lêcher mes plaies, pour une durée indéterminée, puisque l'énergie, qui a été mobilisée, pou porter ma souffrance, les 40 années premières de ma vie, là voilà de nouveau mobilisée, pour cette même raison, énergie, que de facto, je ne puis donc plus donner, vers l'extérieur....

     Comment vous dites ?

     Consulter un psy ?

     Mais j'ai fait, bien sûr.

      Le psy, et la psychiatrie, cautionnent entièrement, les méthodes de barbare, de Thomas Fersen. ils les cautionnent tellement,  qu'ils souhaitent, non pas me mettre sous neuroletiques, de nouveau, mais sous antidépresseurs.

      Quand je pense que je suis assez conne, pour avoir écrit mon histoire sur le sujet, ces derniers jours, pour avoir la certitude, qu'il ne restait rien de douloureux, entre eux et moi, je n'en reviens pas de ma naïveté.

      J'attends toujours, depuis plus d'un mois, qu'il me fixe un RV avec la psychiatre,  principe que j'ai accepté, mais qui visiblement, semblerait, lui poser à lui quelques problèmes de conscience...

      Je souhaite bien du courage, à la profession, pour envisager la moindre collaboration avec moi, quelque soit le sujet, désormais".

      Bon, week end à tous.

     

    Lire la suite