google-site-verification: google7d26736b1ef720ed.html

640x340 000 hq704

Leïla Slimani, Maroc et mixité....?

https://www.franceinter.fr/emissions/l-invite

   J'ai ecouté cette femme dont je n'ai encore lu aucun livre, je precise, encore,  et ses propos sont frappés de bon sens.

   Quand elle, explique, que pour juger de la situation réelle d'un Maroc, qu'il faut prendre du recul, notamment, je trouve que ce sont là  des propos frappés de bon sens, et qui sont applicables, pour n'importe quel pays, quelque soit sa culture, et surtout, la religion, dont elle est emprunte.

   Elle evite, comme je le comprends, d'appuyer là où ça fait mal,  alors, je vais bien de voir m'y coller.....

  Avoit la pretention  de revendiquer une forme de feminisme, en pays arabe,  c'est juste infiniment plus difficile, que ça ne l'est, dans un pays non musulman...

  Ho, "la vilaine", ça y est, la délatrice !

  Bon, allez cessons de nous voiler la face,  je parle à messieurs, surtout peut être, encore que non, tout compte fait, puisque selon ses propos, il semble bien que certaines femmes, manifestent une forme de retropédalage...

  Mais je me demande si le mot "retropedalage", convienne... C'est plutôt de l'ordre du non dit, "les traditions, c'est bon pour tout le monde, mais moi, je me cache derrière la porte" !

  Les propos qui sont tenus sur l'hypocrisie, qui consiste à tolérer qu'au sein de sa vie personnelle, on ait le droit, de faire ce que l'on veut, parce que simplement, "c'est caché", induit implicitement alors, que ce droit, entre ses quatre murs, autorise aussi alors le pire, c'est à dire le viol et la pédophilie... Je ne vous parle même pas encore (moi), de l'inceste...

  Et sur ce point, je dois dire, que ces propos sont d'une rare intelligence, et d'une subtilité, qui force l'admiration...

  Pour ce qui concerne le droit sexuel, qui fait partie intégrante des Droits de l'Homme, et dont l'ONU, est le rédacteur, j'ai travaillé sur le sujet, dernièrement, et  j'espère que ça paraitra dans un livre ou un autre,  puisque j'en ai plusieurs en chantier, qui sont en passe d'être terminés, l'un sur la famille, l'autre sur le féminisme, et un autre sur une approche philosophique du fait religieux.

   Philosophique, oui, je le revendique, ludique, aussi, pour certaines partie, comme quoi, la religion, peut être pretexte à rire, et pas necessairement à "en rire", dans les propos que je tiens pourtant, puisque je ne fais que rebondir, entre autre, dans cer ouvrage, sur certaines citation, dont certaines, à force de sentir la naphtaline, renvoient les mythes, sur la planete mars, à moins que ça ne soit Jupiter (coucou, Charline)...j'entends par là, que ça sera avant tout un ouvrage aux antipodes, du principe theologique, c'est à dire, ABORDABLE.

  Nier, que ces différents thèmes sont liés les uns aux autres, serait irresponsable, aussi est il un peu délicat, quelquefois, de dicerner, dans quelle mesure, certains propos, ont plus leur place dans l'un que dans l'autre. Mais je ne suis pas seule à en décider. Si vous voulez plus de lumière, demandez donc à Thomas fersen, entre ses chanson, j'y ai une place, assez importante, je crois, encore !

  Que le féminisme soit antinomique dans l'Islam, n'est pas une révélation, et le reconnaitre est juste une marque de clairvoyance,  que ça vienne des hommes, ou des femmes.

  Pour autant, l'observer et avoir la sagesse de le reconnaitre ne résoud rien, et les musulmans d'aujourd'hui, pas plus que les catholiques, ou les juifs,  ne sont responsables de la religion, qui leur a été imposée.

  Quand ces derniers sont nés dans le cas où la famille, était ou est encore fortement impactée, par le culte dont il est question, ménager, pour eux, "la chèvre et le chou",  est quelquefois difficile, raison pour laquelle par exemple, quand on cherche à diaboliser, le burkini, ou le foulard, j'eprouve un besoin urgent, d'expliquer, qu'il ne faut surtout pas omettre que la liberation de la femme, c'est à elle seule, d'en debattre, de parler, de s'expliquer, AU SEINE DE SA FAMILLE AUSSI, et que personne, et moi, pas d'aventage, n'est en droit de se substituer, au cheminement personnel, de chacune d'elle....

  On nous dit, qu'il y a quelques decennies, on ne voyait aucun burkini, sur les plages, ce qui est vrai... Elle restaient à la maison, et renonçait à aller à la plage...

  Si le respect de la femme, n'était qu'une histoire de fringues, ou de couleur de foulard, je pense qu'on serait au courant, et je ne crois pas q'un musulman, qui chosifie le corps d'un enfant, d'une fillette,  d'une jeune femme, ou d'une femme, Y COMPRIS DE FACON INCONSCIENTE, soit conditionné, par le vêtement, uniquement, ou le pourcentage de la surface de sa peau, qui soit recouvert, ou qui ne le soit pas.

  Pour ce qui concerne l'hypocrisie, qui est expliquée, par leïla Slimani, et dont je parle plus haut, ce fait met en évidence, un embarras, dont je pense que la prise de conscience, est la première marche, qu'il faut avoir le courage d'emprunter, pour prendre de la hauteur....

  Alors, comment faire ?

  Pour commencer, je précise que beaucoup de musulmans connaissent mon travail personnel, apprécient la qualité de mes propos, et si j'ose, moi, qui suis chrétienne,  poser le pied, sur cette marche, là, dont je parle, et où d'autres préfèrent me laisser le faire, c'est que je crois en la bienveillance de bon nombre d'entre eux, qui j'ose l'espèrer,  sont plus nombreux, que ceux à qui ma démarche porterait ombrage.

  Présenter le problème du droit sexuel, est, il me semble, un bon moyen de parler plus humblement, et de façon plus basique, de Dignité....

  Et sur ce point, je pense qu'il est plus facile alors, de parler de parité, ou d'égalité des sexes.

  Trouverait on logique, de considérer qu'un homme n'existe, que parce qu'il a des organes reproducteurs, mais oubliant froidement, qu'il ait un cerveau, pour réfléchir, une âme, un esprit, un coeur,  pour aimer, un sourire, un rire, une langue, pour s'exprimer ?

  Non, certainement pas....

  Alors, pourquoi l'Islam, ne voit il pas dans la femme, selon le Coran, que le fait qu'elle soit une reproductrice, qui n'a pour seule "fonction", comme on le dirait, d'un appareil, ou d'un outil, donc, UN OBJET (sexuel ?), que celà ?

 Je ne devrai avoir à tenir ces propos, mais je n'ai pas le choix, puisque ce sont les musulmans eux même, et mes musulmannes, elles même, qui me le demandent implicitement.

  Depuis des années, maintenant quand nous allons à la messe, ici en France,  le prêtre ne dit plus "psaumes", pour parler, de certains passages des évangiles, mais "verset"... Comme on le dit du coran....

  Nous parlons ici, sur le sol français, des versets des évangiles, ou de la bible, parce que les livres sacrés, quelqu'ils soient ne doivent jamais, en aucune façon, faire oublier que chaque individu, qui le lit, qu'il soit simple serviteur ou officiant officiellement d'une religion, au sein d'un culte, est en droit de prendre ses distances, vis à vis du livre dont il est question, et de remettre en cause, ce qui y est écrit, et dit...

  Il n'est pas question pour moi, de blesser qui que ce soit, ou de condamner les livres que certains, trop, considèrent, comme "sacrés", mais juste de rappeler que jamais, aucun livre sous aucun prétexte, ne doit être considéré comme sacré,  seule l'être humain, et son corps, tout particulièrement, qui est l'enveloppe charnelle de sa personnalité, et de son histoire, est sacré, et que ça n'est qu'un livre, "qui peut présenter quelqu'intérêt", comme beaucoup d'autres...

  Et surtout, jamais ne doit être considéré, comme une liste de règles à suivre, au détriment de chacun, d'en débattre.

 En cours de redaction.

Esclavage ku klux klan immigration Mexique Espagne FBI Européen emprise sectaire MIVILUDES patriotes féminisme laïcité émancipation sexisme parité infanticide inceste viol attouchements pédophilie avortement Droit à l'IGV

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire