google-site-verification: google7d26736b1ef720ed.html

Mai 2017, donald trump en visite en Europe, "chassez le naturel, il revient au galop".

http://www.francetvinfo.fr/monde/usa/presidentielle/donald-trump/direct-sommet-du-g7-consensus-sur-le-terrorisme-mais-statu-quo-sur-le-climat-et-le-commerce_2209160.html

  On a pu voir à quel point, donald trump, par son attitude, a bien vite une fois passé la rencontre avec le pape François, "retrouvé sa nature profonde", arrogance, en bousculant de l'épaule, le président du Monténégro, confirmant ainsi, sa porture plus proche de celle de l'éléphant, dans un magasin de porcelaine, alors que la diplomatie internationale demande au contraire, du tact, de la bienveillance, et une posture, consensuelle tant dans la communication, que dans la traduction, des actes.

  Pour ce qui concerne, le bilan, quelque peu mitigé de la rencontre.

  Parviendront-ils à rédiger une déclaration commune ? Les dirigeants du G7 vont tenter, samedi 27 mai, d'aplanir leurs divergences sur des sujets comme le climat ou le commerce, après une première journée de travail qui n'a guère fait fléchir le président américain Donald Trump".

  Et bien voyons, envisager une seule seconde, qu'il eût été possible qu'il continue à jouer la comédie, pour tenter de se faire passer pour un homme réellement bien intentionné, vis à vis des américains, mais aussi, vis à vis des autres humains, quelque soit, le pays qu'il habite, c'était vraiment nous faire passer des vessies pour des lanternes.

  Oui, j'ai bien parlé de Comédie, parce que son numéro, juste avant de rencontrer le pape, n'a trompé personne.

  Moi, je vais donner un conseil, aux americains de bonne volonté, aujourd'hui, là, à présent.

  Je demande aux américains de se réunir en associations, pour fédérer un mouvement de révolte, afin de faire pression, pour exiger désormais, que des poursuites soient envisagées, contre les compagnies pétrolières, et toute société qui produise de l'énergie fossile, pour leur demander des dommages et intérêt, parce qu'ils sont responsables, du réchauffement climatique,  mais surtout, localement de l'augmentation des taux de cancers, et des autres maladies, qui sont la conséquence, du taux d'émissions, de gazs à effet de serre.

 Ce crime s'appelle ECOCIDE...

 Ces théories, ne relèvent plus de le suspission, désormais, mais uniquement de statistiques, parfaitement vérifiées, et qu'à ce titre, alors, ces compagnies pétrolières, ainsi que celles qui produisent encore du charbon, devraient toutes être poursuivies en Justice, afin, que leurs entreprises, soient remises en cause.

 Oui, je sais, la méthode, peut sembler brultale, et violente....Mais quand on choisit delibérément, de tolérer  à la tête d'un des pays les plus puissants de la planète, un tocard, doublé d'un malade mental, il faut assumer.

 En cours de commentaire.

  Ce sommet qui se tient à Taormina, en Sicile (Italie), est à suivre en direct sur franceinfo. 

Terrain d'entente sur le terrorisme. Vendredi, les chefs d'Etat et de gouvernement du G7, réunis en sommet à Taormina en Sicile, ont trouvé quelques terrains d'entente, à commencer par la lutte contre le terrorisme après l'attentat meurtrier de Manchester.

Trump rechigne sur le climat... Sur ce point, le statu quo reste de mise, en dépit des efforts des Européens (Allemagne, France, Italie et Union européenne), du Japon et du Canada pour amadouer les Etats-Unis. Seule certitude, les Etats-Unis entendent continuer à réfléchir sur ce qu'ils comptent faire de l'accord de Paris sur le climat, censé diminuer les émissions de gaz à effet de serre, pendant que les six autres pays du G7 réaffirment leur engagement à l'appliquer.

... Mais pourrait (légèrement) infléchir sa position. Le point de vue du président américain "évolue, il est venu ici pour apprendre", a assuré son conseiller économique Gary Cohn. Mais les autres délégations se sont montrées plutôt sceptiques. Et cela d'autant plus que M. Cohn a très vite posé les limites de cette ouverture : la base de la décision que prendra Donald Trump après le sommet reposera sur ce qui "sera le mieux pour les Etats-Unis", a-t-il prévenu.