google-site-verification: google7d26736b1ef720ed.html
Créer un site internet

Moussa, jeune artiste de 28 ans ressortissant Guinéen retenu au CRA de Nîmes depuis un mois.

Parce qu'il n'est pas supportable de se dire qu'on ne fait rien ...

M. le préfet, 
Vous trouverez ci-joint un appel à votre sens du pacte républicain , pour ne pas condamner le jeune Moussa à une mort certaine dans son pays d'origine quand son pays d'accueil, la France, a aboli la peine de mort depuis près de 40 ans.

Très respectueusement

Corinne Acheriaux
Conseillère municipale d'opposition 
Mairie de Cébazat (63)

Monsieur Didier LAUGA
Préfet du Gard
10 avenue Feuchères
30 045 Nîmes cedex 9

Cébazat, le 2 mai 2018

Monsieur le Préfet,

Je souhaite par ce courrier attirer votre attention sur la situation de Moussa, jeune artiste de 28 ans ressortissant Guinéen retenu au CRA de Nîmes depuis un mois.

Arrivé en France en 2015, Moussa a immédiatement réussi à s’intégrer dans le tissu local tant culturel qu’associatif. Il a ainsi pu verbaliser son vécu, et ses craintes de retourner dans un pays qui le considère comme un criminel, tout simplement parce qu’il est homosexuel.

Monsieur le Préfet, vous n’ignorez pas, cela vous a été rappelé à de nombreuses reprises, que si Moussa devait être renvoyé à Conakry, il y serait exposé à une peine d’emprisonnement dans le meilleur des cas, et, dans le pire des cas, à un lynchage. Vous n’ignorez pas, non plus, en effet, que la Guinée est l’un des pays où le rejet des personnes LGBT est le plus fort, puisque 96% des guinéens disent éprouver de la haine à l’encontre des personnes homosexuelles.

Moussa, depuis son arrivée sur le territoire national, n’a pas simplement réalisé un exemplaire parcours d’intégration républicaine : il a également œuvré, quasi-quotidiennement, en qualité de bénévole pour l’association AIDES, reconnue d’utilité publique.

Par ailleurs, Moussa n’a plus aucune attache ni aucun lien en Guinée. En France au contraire, il a de nombreux liens, notamment à Nîmes, où il habite.

Sa reconduite en Guinée constituerait un préjudice grave pour Moussa, qui y serait exposé à un danger grave et immédiat.

Je vous demande donc de réexaminer en urgence la situation de Moussa en utilisant votre pouvoir discrétionnaire pour le libérer du CRA et examiner sa demande de délivrance d’un titre de séjour, ou d’attribution de la protection subsidiaire. Là serait votre honneur. Là serait l’honneur de la France. Nous ne laisserons pas Moussa seul face à l’injustice et au danger.

Veuillez agréer, Monsieur le Préfet, l’expression de mes salutations distinguées.


Corinne Acheriaux

FBI Européen viol attouchements Liberté d'expression homosexualité

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire