google-site-verification: google7d26736b1ef720ed.html

Regroupements de communes, quelque soit le nom qu'on leur donne.

   Depuis le mandat François Hollande, la simplification administrative, à redessiné, le decoupement administratif de nos campagnes.

 Alors, que les gouvernements anterieurs, s'etaient refilé la patate chaude, comme on dit, François Hollande et son gouvernement, avait demontré, en prenant le problème anormalement élevé des communes, à bras de cops.

 Alors, que le principe des communautés de communes, avait été deja esquissé, il fût alors adopté.

 Le 9 avril 2018.

  Avant hier, une émission passionnante, à n'en pas douter, traitait de l'intérêt, ou pas, pour une petite ou moyenne ville, de détenir un label, pour la promouvoir.

https://www.france.tv/documentaires/voyages/458683-villages-de-france-label-et-tais-toi.html

  C'est d'autant plus interpellant, qu'aujourd'hui, la police est sensée intervenir, pour dégager l'accès,  sur le site de NDDL, quelle relation, me direz vous ?

  "La ruralité", justement, LA RURALITE...

  Alors, que je fais de mon mieux, pour la promouvoir, cette riralité, puisque j'en viens,  Emmanuel Macron, selon les conseils de Jean Pierre Pernaud, parait il, prendra la parole, jeudi, pour s'adresser aux français...

  Dommage, qu'il ne soit pas venu à Goupillières, en Seine Maritime, tout pres de chez moi, où moi, je suis allée à l'ecole, en primaire, et où je suis alée à l'école, parce que justement, son plan relatif à l'Education Nationale, aurait pour conséquence, de faire fermer la seule et dernière classe, où moi, j'ai été scolarisée.

http://www.paris-normandie.fr/region/les-elus-ont-debattu-de-l-ecole-en-milieu-rural-a-goupillieres-JC12677853

  En dehors d'un contexte puremet égöiste, en ce qui me concerne, je trouve extrêmement grave, d'observer que l'aspect transgénérationnel, qui est inné, chez un enfant dans une école, en milieu rural, plus qu'en ville, je pense, se trouve ainsi parfaitement méprisé par le gouvernement.

  En effet, comment revendiquer ensuite que le citoyen, quelque soit l'endroit où il vit, puisse être attaché à son terroir, si d'emblée, on considère que la notion d'apprentissage, dans ce qu'il a de plus noble, puisqu'il s'agit de ce qu'il y a de plus fondamental, la socialisation naturelle, apprendre à lire, écrire et compter, devrait se faire, de façon systèmatique, "en ville", comme si le message, qu'on voudrait lui signifier, ainsi qu'à ses parents, serait que seul PARTIR serait la seule et unique voie,  qu'il serait sensé empreinter  pour s'en sortir, plus tard, delaissant ainsi, le sol, qui l'a vu naitre, et qui souvent, dans le milieu rural, a vu naitre aussi ses parents et grands parents, comme si c'était "has been", terne, sans intérêt....

  Je trouve ça triste, pitoyable, mais bien pire, purement insultant, pour tous ceux qui aiment leurs terres et les gens qui y habitent....

  Ici, à sainte Austreberthe (76), village qui m'a vu naitre, (alors, que le hameau, où nous habitions, etait plu proche, géographiquement de l'école de Goupillières, OU NOUS ALLIONS A L'ECOLE  A PIED, beaucoup se battent pour que l'identité de la commune, ne se trouve pas noyée dans des embroglios administratifs, régis par des chiffres et des pourcentages et loin d'une vision idéalisée, d'une ruralité "façon sépia", comme le chante Vincent Delerm, beaucoup, et moi la première, je fais ce que je peux, pour mettre en avant, ma commune, par les articles, que je rédige, et l'inspiration, que j'y apporte....

http://www.jukebox.fr/vincent-delerm/clip,sepia-plein-les-doigts,3kvu5.html

  Comment donner effectivement envie à des enfants, de persister à créer une activité dans leur village, si d'office, on leur retire rien de moins, que la sève, qui la nourrit, par l'espérance, que représente, symboliquement, le fantasme, de s'y projeter ?... "Du mépris", voilà le sentiment, que cette posture purement burocratique, m'inspire...

  Que les regroupements  de communes soient une necessité, je veux bien l'admettre, pour des raisons purement financières... Mais de grâce, ne fermez jamais les écoles en milieu rural,  car c'est tuer dans l'oeuf, le moindre espoir de voir les enfants qui y vivent, pourvoir s'y projeter, adultes, et donc, d'y créer leurs activités professionnelles, quelqu'en soit la nature.

  Alord, je sais, on me retorquera, je suppose, que sans internet, aujourd'hui,  c'est difficile.

  Il faut reconnaitre, et je ne peux qu'abonder en ce sens, que  de capter internet, de façon satisfaisante, soit desormais indispensable.., ce qui n'est que pure verité... Et cette fracture du numérique, est en train d'être résorbée...

   Mais à l'heure, où précisément, le fait d'avoir acces à un internet acceptable, afin de pouvoir prétendre l'utiliser, pour develiopper, de nouveau certaines activités, là, où le travail manquait, le fait, d'avoir la prétention, pour des raisons non recevables de fermer des écoles en milieu rural, envoie le message contraire, puisqu'il empêche les ecoliers de pouvoir ensuite, sur le plan professionnel, de pouvoir s'y projeter, en y créant leurs propres activités.

  On courra alors, le risque de se retrouver dans une situation, pour le moins ubuesque, pour ne pas dire, d'un ridicule consternant, qui serait que certaines communes, sans école, sans boulangerie, sans café du village, et désertifié, aurait.... UN SUPER WIFI, mais "POUR PERSONNE", puisque tout le monde aurait migré vers la ville.... "Chapeau, pour ce qui est de la clairvoyance", du gouvernement "Ma connien" (ethymologiquement, venant de CONNERIE, bien sûr).

Le 14 avril 2018.

http://www.europe1.fr/politique/letat-va-mobiliser-5-milliards-deuros-sur-5-ans-pour-revitaliser-les-centres-villes-3521036

 25 Juin 2019.

L'Agglo de Rouen, en est un exemple? celle de Lilles, aussi, est assez importante.

 mais revenons à celle de Rouen, parce que je la connais mieux.

https://www.metropole-rouen-normandie.fr/

 En cours de redaction.

FBI Européen féminisme émancipation communautés de communes

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire