google-site-verification: google7d26736b1ef720ed.html

SANTE NI CAFE mais si possible avec humour.

   Il ne faut jamais perdre l'occasion de sourire ou de rire, quelque soit le sujet.

   La seule réserve ne réside que dans le fait que l'interlocuteur ou les interlocuteurs, soient dans une souffrance trop profonde pour le recevoir.

   Mais si l'on sent qu'ils en sont capables, alors, oui c'est à n'en pas douter le moyen le plus sur et le plus naturel, si ce n'est de guerrir au moins de moins en souffrir psychologiquement.

 

  • CLAIRLAND, substitut au glyphosate ?

     Je viens de leur envoyer un message privé, sur Leroy Merlin,  que je pose ici:

     " Je viens d'entendre dans la pub à la télévision, que ce désherbant contenait des substances naturelle, précisant, "contenues dans la nature".

     Si je ne vois rien à redire, sur cet argument publicitaire, je ne trouve nulle part, la composition de votre désherbant, TOTALE, je veux dire, ce que je trouve pour le moins inquiétant. 
     je pose ce commentaire, sur mon site internet, dans l'hypothèse, où vous persisteriez, à ne pas écouter mon conseil".

     J'attends la réponse !

    Lire la suite

  • l’insuffisance rénale.

      J'ai écouté ça, ce matin, aux infos...

      Je ne suis pas malade renale, mais accidentellement, je l'ai été, quelques mois, au point que ma fille ainée, mon premier bébé, ma "magnifique petite crevette", comme on me l'a presentée, une fois que nous étions elle et moi, sorties d'affaire, avions bien failli claquer...

      TOXEMIE GRAVIDIQUE, qu'on m'a alors expliqué... La phase juste avant l'eclampsie, quoi.  1,9 kl, à terme.... Comme on dit chez nous, "ça faisait pas besef". Cesarienne, en urgence.

      BREF, une fois passé un bilan renal très approfondi, au bout de quelques mois, histoire d'attendre que tout soit rentré dans l'ordre, sur le plan métabolique, on m'annonçait que mes reins fonctionnaient à merveille, et qu'ils n'avaient aucun explication. Il importait de le savoir, afin de savoir, si une autre grossesse était envisageable ou pas. 

      J'ai eu ensuite, deux autres filles, que j'ai mise au monde par la voie naturelle, et mes reins, independamment de mes oedemes,  ne m'ont plus jamais joué de tours.

     Je ne sais pas par quelle cause, ou mauvaise alimentation, ou mauvais comportement, on met ses reins en danger, ou si c'est accidentel, ou uniquement génétique, en dehors du fait  de ne pas boire siffisemment, je veux dire, je ne demande qu'à mieux comprendre.

    https://www.franceinter.fr/sciences/les-insuffisants-renaux-pas-assez-informes-pour-eviter-la-dialyse

    Lire la suite

  • RIFIFI, avec François Ruffin, à "On est pas couchés".

     J'ai regardé ça, samedi soir, et j'ai été bluffée, par une telle efficacité.

     Il fau absolument revenir voir cette émission, pour bien profiter de tout ce qui y est dit, je vais revenir sur certains propos, que jai trouvés particulièrement justes, et comme devant être mis en avant.

     Merci d'avoir repris, certains aspects que j'avais mis en avant, et qu'il est fondamental d'observer, sur lesquels je vais revenir. (je parle SNCF).

     

    Lire la suite

  • Maladie de nash, ou maladie du soda.

    Bonsoir à tous.

    Oui, je sais, c'est un horaire, auquel, je ne vous ai pas habitués, encore, mis je dirai que nécessité fait loi...

    Alors, je m'y colle...
        Maladie de Nash, maladie du soda. véritable fléau mondial, qui risque d'avoir pour conséquence, si on laisse faire, que les labos, et les multinationales de l'agroalimentaire, se gavent littéralement, sur notre santé, avant qu'il ne vous aient envoyés, six pieds sous terre...
    Vous je ne sais pas, mais moi, c'est ors de question, que je laisse faire.

    https://www.francetvinfo.fr/…/la-maladi…

    https://www.facebook.com/nielaubin.francoise.1/videos/177641849715006/?notif_id=1523632344415328&notif_t=feedback_reaction_generic

     

    Lire la suite

  • La vraie raison pour laquelle Emmanuel Macron, choisit de s'adresser au français, par l’intermédiaire de "Jean Pierre Pernaud ricard".

      Mon dieu, mais quelle incroyable manoeuvre et hypocrisie, d'avoir fait un tel choix, pour prendre la parole, devant les français....

      Dire que c'est cousu de fil blanc, mais alors, là, plus blanc que ça, le fil, ça sera difficile...

      EXPLICATIONS.

      Ce matin, Sonia Devillers, comme chaque jours, devoilait le pot au roses.... Que les médias privés,  privés de quoi, deja , ha, oui,  du sens diu collectif, peut être, à moins que ça ne soit du simple sens du reflexe  de solidarité...

      Mais attendez, on va bien rire, quand je vais leur mettre leur nez dans leur caca, moi, à ces bouseux de province, qui lêchent, les bottes de jean pierre pernaud, sur TF1, oui, j'ai bien dit:

     TF1.

    "Non, Emanuel macron, ne va pas parler, à tous les français", ha, ça, c'est clair, difficile de voir plus juste...

    https://www.franceinter.fr/emissions/l-edito-m/l-edito-m-09-avril-2018

     Ha, oui, je suis morte de rire, mais je vous explique.

     Ici, moi, je vis à sainte Austreberthe, près de Pavilly.

     Et le bon petit facho du coin, quand il a quelques sous à placer, ou si vous préférez, un bon bas de laine,  qu'on peut aussi, appeler le syndrôme "bas de laine, elle aime tant ça".... Et bien, il investit, où , Dites moi  ?

     Et bien dans la pierre, il achète un bien immobilier, un petit appart', une petite maison, et il la loue...

     Comme n'importe où en France ça va sans dire, et pas plus ici, à Pavilly, qu'ailleurs.

     Et là, où moi je rigole, c'est quand j'observe, que la macronite aigüe, qui sévit depuis son élection, et bien il existe partout, autour de chez moi, comme partout en France, des logements vacants, parce que les propriétaires, qui souhaitent louer, recherchent,  ils recherchent..... ils rechechent....

     Le premier qui trouve, à droit à une partie gratuite !

     Ils recherchent...

     Des FONTINNAIRES, bien sûr.

     Mais attention, hein, surtout pas des CDD, ho, lala, "ma bonne dame, parlez pas de malheur"...

     Non, non, des chemonots, je sais pas moi, des gens, qui ont un bon vieux, CDI, qui les assurera de toujours, percevoir leur loyer, pardi, vous pensez bien...

     Résultat des courses, rien que sur Pavilly vous devez avoir, environ, 20 logements, qui ne trouvent pas preneurs, uniquement, parce que leurs proprios, eux, revendiquent, de ne louer leurs biens immobiliers, qu'à des FONTIONNAIRES....

     Alors, les propriétaires fonciers macronniens, là, vous le sentez bien, le pernaud macronniens, comment, il vous le met proffond, le doigt, là ?

     Vous le sentez bien  ?

     Ou bien, il faut que je developpe encore, un peu plus ?

     Et oui, parce que c'est bien gentil de promouvoir, la notion de flexibilité, et de vouloir faire croire, que  de changer de job, trois ou quatre fois dans une carrière, "y'a pas le feu au lac", mais encore faut il, que la France Sepia, elle, elle suive, alors, que visiblement, en dehors de faire suivre, leur votre front national, par le votr macronien, par pur opportunisme, celui qui trouvera le moyen, de le convaincre, de louer son petit appart' ou sa maison à un mec ou une nana, qui n'a pas de contrat de travail définitif,  ET BIEN C'EST PAS MACRON, en tout cas...  A moins de révélations, fracassantes sur le sujet, je pense que le foncier qui dort, il dort, pour un bon bout de temps, en tout cas, et pendant ce temps là, IL COÛTE CHER.....

     Comment, vous dites ? Moi, moqueuse ? allez, VOUS ME FLATTEZ !

    Lire la suite

  • Face à la corruption, la meilleure parade, c'est...... La prison !

    http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2018/04/07/au-bresil-lula-annonce-accepter-d-aller-en-prison_5282289_3222.html

     Pourquoi ? Parce que se contenter de leur faire payer des amandes, si lourdes soient elles, c'est comme si vous pissiez dans un violon....

     Je présente mes plus plates excuses,  aux violonneux, contrabassites, violoncellistes, balalayakaiens, ukuléléyens, banjoïstes, hapistes, s'il le faut, et si j'avais peine à utiliser cette expression, moi, qui aime tant les instruments à cordes,  Thomas Fersen  a veillé à me déculpabiliser sur ce point, puisqu'il y met le sien, "dans la cabane de son cochon"...

     Vous aurez noté cependant, qu'il n'ya pas mis son Ukulélé, '  "pas fou, non plus le gars".

      Un homme  d'affaire ou un homme politique corrompu,  s'enrichit sur le plan personnel, il se moque éperdument qu'on lui pique son oseille, puisque de toute façon, il n'a eu aucun mal à le gagner, ça n'est que du bonus, pensez donc, s'il avait été le fruit de son travail, ça le ferait bien chier, mais comme là, c'est pas le cas, ma Foi"...

      Pour un peu, il ricannerait et dirait au juge, "je vous en prie, très cher, servez vous, et faites comme chez vous".

      Et si comme dans le processus des poupées russes, (car on ne dit plus boites à chaussures à présent, mais "poupées russes", c'est amusant, comme expression, n'est ce pas ?

      Dans ce systême de "poupées russes", donc, puisque le principe consiste à profiter, qu'il existe un véritable gouffre, sur le droit internationnal des affaires, ces mecs là, qui portent toujours, costumes cavates, soyez sans crainte, anticipent littéralement les risques qu'il en courent, de telle sorte, que les amandes en question, font partie du fonctionnement, et j'ose l'affimer, de la stratégie d'entreprise, ils appellent ça, exactement, "la culture du risque financier".

     Autant dire, "la natation en eaux troubles"...

     Alors, que la tôle, et bien... C'est la tôle, et jusqu'à preuve du contraire, quand un verreux se trouve condamné, c'est bien lui, qui doit aller derrière les barreaux, et personne d'autre.

     Que lui, ça le fasse réfléchir, pour l'avenir de sa carrière est une chose... Mais que ça serve d'exemple, d'autre part, ne me semble pas un luxe, non ?

     Seul argument, "le vide juridique", qui peut être évoqué, quelquefois, par les avocats... Autant dire, bien peu de chance que ça fonstionne, mais enfin, on ne sait jamais "sur un malentendu"....

    Lire la suite

  • Université n'est pas universalité. François Hollande avait raison !

      Peut être devrai je dire plutôt, "transversalité", non ?

      Enfin, je veux dire, "faut surtout pas qu'on les melange", en gros, c'est un peu ça.

      Il y a quelques semaines, j'ai eu l'occasion de discuter avec des étudiants, de Génération S, à Amiens, où ils s'étaient réunis, pour un groupe de travail. il n'était pas question encore,  des roblèmes, lié à la refiorme de l'université, mais de façon equibvalente, d'autres sujets, comme la reforme de la SNCF.

      Je leur avais donné moon point de vue.

      J'estimais, et je le pense toujours, que l'idée de la lettre de motivation, aurait été une bonne chose.

      Je parle au conditionnel, parce que c'est irréalisable.

      On vient de m'appuyer sur le nez, pour avoir mon sentiment, alors, voilà le copié collé.

       La gronde des université, est liée, au fait, que la majorité refuse, le système proposé, par le gouvernement, pour plusieurs raisons. l'idée de la lettre de motivation, était bonne, je pense, au depart, simplemen, c'était sans compter, sur le travail considérable, que ça aurait demandé, c'est juste, matériellement, INAPPLICABLE, selon le personnel, des FAC eux même. j'ai assité à une reunion à Amiens, des etuf diants de génération S avant que ça n'explose, et j'ai constaté, que la grogne, vient surtout, du fait, qu'on leur reproche, le principe de solidarité. Ils refusent, le système d’éviction,  de ceux qui viennent des classes les plus defavorisées. Ceux qui sont contre la gréve, en FAC, sont tous, sans exception,  des enfants de riches, qui s'ils échouent, de toute façon, auront la boite privée, financée par leurs parents !


       A bien y réfléchir, c'est encore la proposition, de François Hollande, qui était la plus équitable, car au moins, riches ou pauvres, avaient la même chance de bénéficier du tirage au sort. Les étudiants ont parfaitement raison, sur ce point, les enfants de riches s'en foutent, eux, avec le carnet de chèque de leurs parents, retomberont toujours sur leurs pattes ! Pas les enfants de pauvres.

     

    Lire la suite

  • L'identité des petites communes rurales, menacées par le principe des communautés de communes.

       Depuis le mandat François Hollande, la simplification administrative, à redessiné, le decoupement administratif de nos campagnes.

     Alors, que les gouvernements anterieurs, s'etaient refilé la patate chaude, comme on dit, François Hollande et son gouvernement, avait demontré, en prenant le problème anormalement élevé des communes, à bras de cops.

     Alors, que le principe des communautés de communes, avait été deja esquissé, il fût alors adopté.

     Le 9 avril 2018.

      Avant hier, une émission passionnante, à n'en pas douter, traitait de l'intérêt, ou pas, pour une petite ou moyenne ville, de détenir un label, pour la promouvoir.

    https://www.france.tv/documentaires/voyages/458683-villages-de-france-label-et-tais-toi.html

      C'est d'autant plus interpellant, qu'aujourd'hui, la police est sensée intervenir, pour dégager l'accès,  sur le site de NDDL, quelle relation, me direz vous ?

      "La ruralité", justement, LA RURALITE...

      Alors, que je fais de mon mieux, pour la promouvoir, cette riralité, puisque j'en viens,  Emmanuel Macron, selon les conseils de Jean Pierre Pernaud, parait il, prendra la parole, jeudi, pour s'adresser aux français...

      Dommage, qu'il ne soit pas venu à Goupillières, en Seine Maritime, tout pres de chez moi, où moi, je suis allée à l'ecole, en primaire, et où je suis alée à l'école, parce que justement, son plan relatif à l'Education Nationale, aurait pour conséquence, de faire fermer la seule et dernière classe, où moi, j'ai été scolarisée.

    http://www.paris-normandie.fr/region/les-elus-ont-debattu-de-l-ecole-en-milieu-rural-a-goupillieres-JC12677853

      En dehors d'un contexte puremet égöiste, en ce qui me concerne, je trouve extrêmement grave, d'observer que l'aspect transgénérationnel, qui est inné, chez un enfant dans une école, en milieu rural, plus qu'en ville, je pense, se trouve ainsi parfaitement méprisé par le gouvernement.

      En effet, comment revendiquer ensuite que le citoyen, quelque soit l'endroit où il vit, puisse être attaché à son terroir, si d'emblée, on considère que la notion d'apprentissage, dans ce qu'il a de plus noble, puisqu'il s'agit de ce qu'il y a de plus fondamental, la socialisation naturelle, apprendre à lire, écrire et compter, devrait se faire, de façon systèmatique, "en ville", comme si le message, qu'on voudrait lui signifier, ainsi qu'à ses parents, serait que seul PARTIR serait la seule et unique voie,  qu'il serait sensé empreinter  pour s'en sortir, plus tard, delaissant ainsi, le sol, qui l'a vu naitre, et qui souvent, dans le milieu rural, a vu naitre aussi ses parents et grands parents, comme si c'était "has been", terne, sans intérêt....

      Je trouve ça triste, pitoyable, mais bien pire, purement insultant, pour tous ceux qui aiment leurs terres et les gens qui y habitent....

      Ici, à sainte Austreberthe (76), village qui m'a vu naitre, (alors, que le hameau, où nous habitions, etait plu proche, géographiquement de l'école de Goupillières, OU NOUS ALLIONS A L'ECOLE  A PIED, beaucoup se battent pour que l'identité de la commune, ne se trouve pas noyée dans des embroglios administratifs, régis par des chiffres et des pourcentages et loin d'une vision idéalisée, d'une ruralité "façon sépia", comme le chante Vincent Delerm, beaucoup, et moi la première, je fais ce que je peux, pour mettre en avant, ma commune, par les articles, que je rédige, et l'inspiration, que j'y apporte....

    http://www.jukebox.fr/vincent-delerm/clip,sepia-plein-les-doigts,3kvu5.html

      Comment donner effectivement envie à des enfants, de persister à créer une activité dans leur village, si d'office, on leur retire rien de moins, que la sève, qui la nourrit, par l'espérance, que représente, symboliquement, le fantasme, de s'y projeter ?... "Du mépris", voilà le sentiment, que cette posture purement burocratique, m'inspire...

      Que les regroupements  de communes soient une necessité, je veux bien l'admettre, pour des raisons purement financières... Mais de grâce, ne fermez jamais les écoles en milieu rural,  car c'est tuer dans l'oeuf, le moindre espoir de voir les enfants qui y vivent, pourvoir s'y projeter, adultes, et donc, d'y créer leurs activités professionnelles, quelqu'en soit la nature.

      Alord, je sais, on me retorquera, je suppose, que sans internet, aujourd'hui,  c'est difficile.

      Il faut reconnaitre, et je ne peux qu'abonder en ce sens, que  de capter internet, de façon satisfaisante, soit desormais indispensable.., ce qui n'est que pure verité... Et cette fracture du numérique, est en train d'être résorbée...

       Mais à l'heure, où précisément, le fait d'avoir acces à un internet acceptable, afin de pouvoir prétendre l'utiliser, pour develiopper, de nouveau certaines activités, là, où le travail manquait, le fait, d'avoir la prétention, pour des raisons non recevables de fermer des écoles en milieu rural, envoie le message contraire, puisqu'il empêche les ecoliers de pouvoir ensuite, sur le plan professionnel, de pouvoir s'y projeter, en y créant leurs propres activités.

      On courra alors, le risque de se retrouver dans une situation, pour le moins ubuesque, pour ne pas dire, d'un ridicule consternant, qui serait que certaines communes, sans école, sans boulangerie, sans café du village, et désertifié, aurait.... UN SUPER WIFI, mais "POUR PERSONNE", puisque tout le monde aurait migré vers la ville.... "Chapeau, pour ce qui est de la clairvoyance", du gouvernement "Ma connien" (ethymologiquement, venant de CONNERIE, bien sûr).

    Le 14 avril 2018.

    http://www.europe1.fr/politique/letat-va-mobiliser-5-milliards-deuros-sur-5-ans-pour-revitaliser-les-centres-villes-3521036

     En cours de redaction.

    Lire la suite

  • Enfin, une voiture électrique, pour les petits budgets !

    https://news.autoplus.fr/Dacia/Dacia-Electrique-Projet-Prix-Environnement-1518167.html

         Je réclame ça, à corps et à cris, depuis environ 10 ans, comme quoi. VIEUX MOTARD QUE JAMAIS.

    Lire la suite

  • "THE NAVIGATOR", ce que je dis, depuis des années et des années. Grèves SNCF.

      Et bien ce film, vous sa vez quoi , J'Y SUIS POUR RIEN.... Et oui, la bienveillance, dans le milieu artistique, ou plus precisement, le militantisme, je ne les ai pas inventés, pas plus que je ne les ai inspirés.

      Parce que jamais, au grand jamais, qui que ce soit ne peut ambitionner, d'empêcher, cette bienveillance.

      Ce qui est interpellant, par contre, réside dans le fait, que ça confirme ce que je prétendais, il y a quelques jours sur l'inspiration, lors d'une vidéo en live, sur l'inspiration, et la "sororité", (oui, aujourd'hui, jour de mon anniversaire, je dis "sororité", et pas "fraternité"), d'inconscient à inconscient, entre artistes.

     Ken Loach  , excusez du peu, si je ne m''envoie pas des fleurs, qui s'en chargera ?

    http://www.telerama.fr/cinema/films/the-navigators,56530.php

      Pour moi, des l'instant, qu'on considère, que les rail est géré par des entreprises privées, ça induit la notion de competitivité, et donc, de recherched e rentabilité, ce qui est incompatible, avec la notion de sécurité, ou en tout cas, au détriment, de....

     A réécouter, l'intervention de Olivier Besancenot, ce matin, sur France Inter.

    https://www.franceinter.fr/emissions/l-invite-de-7h50/l-invite-de-7h50-04-avril-2018

    http://thomasfrancoisefersen.e-monsite.com/blog/inspiration-imprgnation-cheminement-vers-la-creation/jesoutienslagrevedescheminots.html

     04 avril 2018.

       Pour pallier au fait, que certains sont contraints de trouver des alernatives, pour se deplacer, je pense aux villes, surtout, je pense que ça serait bien, de créer un site internet, pour proposer du couchsurffing, afin de proposer des hebergements à domicile, sur Paris, notamment, afin d'eviter à certains de rentrer chez eux, le soir, ou au moins, de pouvoir alterner, un soir sur deux, ne pas avoir à rentrer, et combiner avec les patrons, pour regrouper les heures de presence.

       Sinon, pour ce qui concerne la TCAR, transports en Car, dans l'agglomeration rouannaise, j'ai vu, qu'hier, beaucoup avaient saisi l'occasion, pour remplacer les trains. ça serait bien, qu'ils en proposent plus peut être ?

    https://reseau-astuce.fr/

    http://www.vtni.fr/

     En cours de commentaire.

     

     

    Lire la suite

  • Les cinq méthodes de l’industrie pharmaceutique pour nous bourrer de médicaments inutiles.

    https://reporterre.net/Les-cinq-methodes-de-l-industrie-pharmaceutique-pour-nous-bourrer-de

    L’industrie pharmaceutique va bien, très bien même.

    Grâce aux Français, leurs plus fidèles clients au monde, mais d’abord grâce à un intense et efficace travail de l’ombre auprès des autorités politiques et sanitaires et des médecins.

    Si la santé des laboratoires est renforcée par ces pratiques, ce n’est pas le cas de celle des patients.

    Au concours des consommateurs du comprimé, les Français figurent toujours sur la première marche du podium. En moyenne : quatre comprimés avalés par jour pour l’ensemble de la population et une facture de 34 milliards d’euros en 2014. Soit 2,7 % de plus que l’année précédente, dont 20 milliards pris en charge par la Caisse nationale d’assurance maladie. Parallèlement, l’industrie pharmaceutique s’affirme comme la plus rentable au monde et elle ne cesse de progresser : 639 milliards d’euros de chiffres d’affaires global pour le secteur en 2013, en croissance de 4,5 % par rapport à 2012.

    Il y a 10 ans, un rapport de la Chambre des Communes anglaises sur l’industrie pharmaceutique concluait : « Elle est maintenant hors de tout contrôle. Ses tentacules s’infiltrent à tous les niveaux » (texte en bas de cet article). Le constat est-il toujours d’actualité ? Comment s’y prend-elle, dans quelles strates se fond-elle pour maintenir notre dépendance et commercialiser toujours plus de nouvelles molécules ?

    Bon, il y a pas plus de deux heures, je disais en privé à Thomas textuellement ceci, "je ne sais pas comment on peut faire, mon sentiment, c'est que l'industrie pharmaceutique, tient litteralement, les gouvernement, par les couilles"? qu'est ce que tu en "panses" ? Thomas n'a rien répondu.

     Ca veut dire que j'ai raison, sinon, il aurait ramené sa fraise.

     Je réalise, lisant la phrase qui précède, que si mon expression peut paraitre assez imagée, elle n'en reste pas moins réelle.

      Ce qui est alors, très inquiétant, réside dans le fait, qu'avec la Loi, "secret des affaires", 88 % des députés étaient absents pour le vote, ce qui signifie donc, que quelque chose, ou quelqu'un, les a incité à fuir ce débat, là, en particulier... Est ce que la main de fer, qui tient les coucougnettes en question, serait si forte que ça, qu'elle mettrait en péril, une certaine virilité, au sein du pouvoir excutif actuel...?

      Loin, de moi, le desir de m'en prendre, à cette forme de virilité là, d'autant plus qu'avec la grève des cheminots, ça ne me semble pas être le bon moment, mais je voudrai juste comprendre, pourquoi un tel taux d'absenteisme, 88 %, dans l'Assemblée Nationale, pour voter, cette Loi...?

      Ca fout pas un peu les boules, ça  ?

      Le MEDIATOR, pour information, c'est aussi l'objet, qu'utilise le guitariste, pour jouer de la guitare.... Je vous dirai bien que Macron, nous joue du pipo, mais ça ne résoudrait pas, je le crainds, le problème.

      Juste une idée, comme ça? si c'est effectivement comme ça, que ça s'est passé, à l'Asseùmblée nationale, pour le vote en question, est que le Senat, ne pourrait pas mettre son veo, sur le resultat du scrutin, afin d'invalider le vote ?

      Je veux dire, que 18% des députés présents, ça me semble insuffisant pour déclarer que la Loi, ait été votée démocratiquement.

    Tout commence par le cabinet du médecin traitant : le principe concurrentiel de la médecine libérale et payée à l’acte implique la notion de satisfaction. Claude Malhuret, sénateur UMP, a proposé plusieurs amendements en faveur de l’indépendance du corps médical face au lobby pharmaceutique lors du vote de la loi santé. « Les médecins sont prêts à tout pour garder leurs patients. Alors ils répondent à leurs demandes. Les somnifères, les benzodiazépines[anxiolytiques]… C’est un scandale, ça tue les vieux ! C’est normal, quand on est vieux, de ne dormir que cinq heures par nuit. Tous ceux qui en prennent à long terme – pas plus de six semaines normalement – sont finalement dépendants et subissent un déficit cognitif d’autant plus fort qu’ils sont âgés. »

     Bon, je ne connaissais pas ce phénomène.

     Moi, j'ai pris du XANAX, pas mal de temps, à l'epoque, je ne savais pas, à l'epoque, que j'aurai pu pretendre m'en passer. une fois, que j'ai commencé à aller mieux, la psychiatre, me l'avait retiré, et puis d'autres, mais mon objectif, a toujours, été de ne plus en prendre, et le sevrage a été tres lent, et progressif.

     Mais si le patient, n'est pas dans cette volonté de sevrage ? Comment faire ?

     De façon générale, il est vrai que beaucoup de personnes âgées, trouvent legitime, de prendre des medicaments, comme si, ça leur était psychologiquement, necessaire, pour maintenir, le lien, "affectif", avec leur medecin.

     De leur côté, les généralistes, de façon générale, n'ont pas nedcessairement la tâche facile, puisque s'ils proposent, à leur patient, d'apprendre à s'en passer,  ces derniers, ne sont pas necesairement d'accord,, parce que ça n'est pas ce qu'ils veulent...

     Revoir Knock, peut être ne me semblerai pas inutile, non  ?

     Je veux dire que les medecins, sont sans cesse aussi à menager la chevre et le chou.

     Certains patients, ne sont pas prêts à entendre certains discours, de leurs medecins. Et ça, c'est un réel problème.

      Dans ce système régi par la rentabilité et la réponse aux besoins immédiats du patient, pas le temps de s’intéresser en profondeur aux origines des troubles du sommeil ou d’une dépression, comme l’explique Jean-Sébastien Borde, président du Formindep, collectif de médecins qui œuvre pour une formation indépendante. « Nous sommes parmi les champions du monde de la consommation des anxiolytiques. Or l’accompagnement de ces pathologies prend du temps si l’on veut comprendre ce qu’il se passe, tandis que la prise d’un médicament va soulager automatiquement. C’est la conjonction d’un manque de praticiens et d’un nombre de consultations très élevé pour chacun qui conduit à ces prescriptions très importantes. »

      Oui, je suis parfaitement d'accord avec cette posture.

      Je pense que la bonne question à se poser alors, c'est de savoir, si ça côuterait moins cher ou plus cher, de créer des postes de psychologues, en ville, rattachés aux hopitaux de jour, eux même dépendants des HP, pour répondre à ce besoin, car dans la réalité, une consultation chez le psy, par semaine, parviendrait à supprimer l'anxiolitique, et résoudrait le problème, sur le long terme.

      Comment, attendre du medecin, qu'il y envoie ses patients, s'il sait que de toute façon, le seul, qui y exerce, est surbooké, et que le premier RVn qu'il pourra a voir, sera au bout de trois semaines ?

      Rien n'est plus thérapeutique que la parole, c'est un fait, encore faut il, qu'il est le bon professionel, et competent, qui soit prêt à fixer un RV rapidement.

     1. Manipuler le baromètre thérapeutique.

    Cette surconsommation de médicaments est encouragée par les labos. Première technique : modifier le seuil à partir duquel le médecin doit prescrire. Prenons l’exemple de l’hypertension, à l’origine de troubles cardiovasculaires, qui représente la moitié du marché médicamenteux de la cardiologie, selon Philippe Even, ex-président de l’institut Necker [1] et fervent militant anticorruption. « L’industrie, puis les agences de santé et les médecins ont redéfini l’hypertension à 14, contre 16 auparavant. Alors que la tension moyenne de la population se situe aux alentours de 13. Ça a l’air de rien comme ça, je n’arrive pas à réveiller les gens à ce sujet, mais qu’est-ce que cela signifie ? » Le professeur émet un bref silence avant de hausser le ton. « Cela veut dire quadrupler le marché des antihypertenseurs, parce qu’il y a quatre fois plus de gens qui ont une tension entre 14 et 16 ! »

     Ho, putain, les salops !

    2. À nouvelles maladies, nouveaux marchés

    Autre tendance, la transformation de facteurs de risque en maladies. Exemple phare : le cholestérol, « notre ennemi à tous ». Parmi les traitements « blockbusters », le Crestor, du laboratoire Astrazeneca. Il est la troisième référence pharmaceutique la plus commercialisée au monde. Cette pilule anticholestérol fait partie de la famille des statines, prescrites à outrance et souvent à vie. « Cinq millions de gens sont traités avec des statines en France, explique Claude Malhuret. Contre un million seulement qui en auraient besoin. » Seules les personnes qui ont déjà eu un accident cardiovasculaire devraient en consommer, selon lui. Quid des quatre millions de personnes qui en prennent inutilement ? Les effets secondaires recensés sont lourds : insuffisance rénale, troubles musculaires, cognitifs, hépatiques, impuissance, myopathie, cataractes.

     Et bien moi, je propose a chosoe suivante? si c'est effectivement ce medicament, qui est responsable, de l'insuffisance reinale, pourquoi, ne pas se retourner contre le laboratoire, pour lui faire payer les frais, consecutifs, à la dialyse, et à la greffe du rein, ensuite ?

    Le sénateur enchérit : « Le jour où toutes ces personnes âgées qui consomment des statines et autres somnifères vont mourir d’un accident médicamenteux, personne ne va s’en occuper ou bien même s’en soucier. Elles seront mortes de vieillesse, comme tout le monde ! »

     En somme de bonne vaches à lait, bien dociles, quoi , qu'on envoie à l'abattoir.

     20.000 accidents dus à de mauvaises prescriptions sont recensés chaque année en France. Un chiffre sous-estimé selon Michèle Rivasi, députée européenne EELV, « du fait des carences de notre système de pharmacovigilance ».

    3. Chers visiteurs médicaux

    Une vigilance qui doit s’opposer à l’omniprésence du marketing. Les médecins sont quotidiennement sollicités par les visiteurs médicaux qui assurent la promotion des nouvelles molécules. « Les lobbies sont omniprésents dans les couloirs des hôpitaux, affirme Jean-Sébastien Borde, du Formindep. Or, le médicament prescrit par le spécialiste aura tendance ensuite à être prescrit par le généraliste à la sortie de l’hôpital. » Et cette promotion fonctionne à merveille, selon une étude de 2013 publiée dans Prescrire, la seule revue médicale indépendante en France.

     Oui je confirme, cette excellente revue, aussi, dont j'i deja entendu parler, dans d'autres articles, en d'autres occasions.

      Les médecins qui reçoivent le plus de consultants ont les ordonnances les plus généreuses. Ces mêmes praticiens reçoivent plus de patients, pour des temps de consultation plus courts et lisent davantage de presse gratuite financée par les firmes elles-mêmes. Les visiteurs tentent d’instaurer « une relation amicale » avec les médecins et offrent petits-déjeuners ou déjeuners, proposent d’organiser le pot de départ des internes… 244.572.645 € : voici le montant total des cadeaux des firmes pharmaceutiques aux médecins entre janvier 2012 et juin 2014, recensés par le collectif Regards citoyens.

      Ôtez moi d'un doute, on se serait pas en train de nager, en plein conflit d'interêt, de la part des medecins, là ?

      Je pense qu'il ne serait pas un luxe d'aller verifier les revenus, ou plus précisément, les "interressements" de certains médecins, dans les labos, enfin, dan certains.

      Plus clairement, j'aimerai savoir, si par hasard, en dehors des "cadeaux",   d'autres se sont des costumes, apres tout, chacun sa carotte,  ne porteraient pas la double casquette, de médecins, ET actionnaires? Vous voyez bien, là, ce que je veux dire , est ce que c'est plus clair ?

    4. Séduire les leaders d’opinion

    Les Key Opinion Leaders, alias KOL, ou leaders d’opinion, clés de voûte de la promotion des médicaments, interviennent en première ligne, avant et après l’autorisation de mise sur le marché (AMM) des médicaments. Ils sont rémunérés pour réaliser les essais cliniques, les valider puis prêcher la bonne parole durant les congrès de spécialistes, dont les déplacements, frais de bouche et hôtels sont pris en charge par les labos, pour eux comme pour leurs confrères présents sur place. En tant que chef du service de gériatrie à l’hôpital Pompidou, à Paris, Olivier Saint-Jean a le profil parfait. « Je suis un KOL négatif », affirme-t-il pourtant. Le professeur refuse de prescrire les seuls traitements « inutiles voire dangereux » qui existent aujourd’hui contre la maladie d’Alzheimer. « C’est complexe pour nous de dire : “Je n’ai rien à vous prescrire.” Mais à partir du moment où je me suis rendu compte que le traitement était dangereux pour les patients, j’ai basculé et j’ai dit à mes étudiants à l’université que cela ne marche pas. » En 2006, l’Inserm lui demande d’étudier de plus près les analyses de ces médicaments. Résultat : il démontre leur inutilité, et révèle qu’ils peuvent s’avérer toxiques pour des patients justement atteints de troubles de la mémoire. « Je me suis fait insulter par mes confrères, (ha, tiens, une brebis galleuse, peut être), raconte-t-il. Certains, en lien avec les labos, disaient qu’il était criminel de dire que ces médicaments étaient inefficaces. » KOL négatif, donc non rentable, brebis égarée d’un star système qu’il décrit par ailleurs pour y avoir participé quand la recherche était encore teintée d’espoir.

    « Il y a trente ans, ces personnes âgées restaient dans les hospices et les fonds de salle des hôpitaux psychiatriques. Puis, les labos ont proposé des médicaments en parallèle de professionnels qui se bougeaient pour avoir une vraie reconnaissance de ces malades. J’ai eu des liens d’intérêts avec les labos à ce moment-là. On avait vraiment envie de faire mieux. Cela m’arrivait d’aller faire des formations à des médecins traitants et puis, c’est vrai que je repartais avec un chèque. Parfois réinjecté dans le service, parfois dans ma poche. » À l’heure où le montant des crédits alloués à la recherche ne cesse de baisser, de plus en plus de chefs de service, les « patrons », comme on les appelle, acceptent la manne des études diligentées par les labos.

       Oui, je vois, c'est vraiment inquietant, parce qu'en vérité, il faudrait vraiment, que la recherche medicale, emane, d'organismes, type ONG, qui n'ont aucun lien, de quelque nature que ce soit, ni acctionnaire, ni partenaire, avec le moindre labo, puisqu'on voit bien, que le labo, cherche à trouver une molecule, "sensée soigner", là, où celles, qui ne soignent absolument pas, sont vendues comme pretendue soigner... Alors, que la recherche elle, plus logiquement, va commencer par chercher à comprendre comment arrive la maladie, afin, par exemple, d'anticiper, si possible, et en trouvant des causes, enrayer qu'elles n'arrivent.

       En somme, on peut considérer qu'en aucun cas, les laboratoire pharmaceutique, n'ont interêt,  à ce qu'o agisse sur les causes en amont, mais au contraire,  qu'on se sente parfaitement impuissants, qu'on soit submergés, par ces terribles, fleaux, et qu'ils continuent, à se faire des couilles en or.

       Raison pour laquelle je soutiens  la Fondation pour la Recherche Médicale, qui oeuvre, sur l'ensemble de la recherche, ou celle liées au maladies du cerveau.

    https://don.frm.org/donner?gclid=EAIaIQobChMIn9LZl5Gi2gIVhbvtCh12wwFLEAAYASAAEgIYuvD_BwE

    Pendant que j'y suis, donc, et pour être conforme au raisonnement, que je viens d'exposer, une question me brûle les levres.

     Je leur envoie, sur leur site.http://dons@frm.org

     Est ce qu'il existe des liens, actuellement,  que ce soit des liens, financiers, ou que ce soit des liens, sur le plan decisionnaires, au sein de la fondation ?

      En d'autre termes,  qui, aujourd'hui, au sein de la fondation, decide, des recherches qui sont menées ?

      J'imagine, et c'est logique, que ce sont des medecins, sensés connaitre ces problèmatiques, mieux que personne, alors, c'est coeherent.

      Alors, ma question, est alors, la suivante, est ce que de façon detournée, alors, il n'existerait pas une distortion du pouvoir décisionnaire, au sein des fondations, (ET PAS UNIQUEMENT LA FONDATION POUR LE RECHERCHE MEDICALE, qui tendrait à favoriser, les desirs de certains labos, qui seraient en lien, avec les médecins, en question ?

      Et oui, je sais, JE SUIS TRES CHIANTE à pinailler, sur des détails, mais c'est précisément dans les details, que se cache le diable.

      Car si les médecins, sont "achetés", par les labos, et que ce sont les mêmes  qui décident des recherches qui sont menées, au sein des fondations, il ne faut pas s'étonner,  qu'on trouve beaucoup plus difficilement, alors... Ou si vous preferez, "qu'ils fereinent des quatres pieds".

     Vous voulez un exemple ?

     Je vous en donne un, plus criant que la vérité elle même.

      Fe ma belle mère, celle de ma vie anterieure, décédée de la maladie d'Alzheimer, il y a 10 ou 12 ans, je ne sais plus.

      Elle avait la particularité, de faire sa vaisselle, à la main, et de ne jamais rincer sa vaisselle. On avait beau le lui dire, rien n'y faisait, elle a toujours fait comme ça. j'ai l'intime conviction, que le produite vaisselle, qu'elle utilisait, (pas du BIO, pensez donc), je soupçonne tres fortement, que le produit vaisselle, qu'elle utilisait, aurait bien été responsable, de la maladie d'Alzheimer,  qui a mené son mari, puis elle, ensuite, jusqu'à la mort....

      Qui aujourd'hui, serait tenté de financer des recherches, pour demontrer, la dangerosité evidente, des molecules, chimiques, utilisées, dans les produits menagers, si la recherche est financée, par les laboratoires pharmaceutiques ? alors, que leur objectif, à eux, LEUR UNIQUE OBJECTIF EST DE FABRIQUER ET NOUS VENDRE DES MEDICAMENTS ?

     QUI ?

       Mais alors quelle différence y a t-il entre lien et conflit d’intérêts ? Claude Malhuret s’est battu au Sénat en 2015 lors du vote de la loi santé de Marisol Touraine pour imposer des amendements en faveur de plus de transparence entre les firmes et le corps médical. « Un laboratoire vous demande par exemple d’effectuer des recherches pour approfondir la compétence sur une pathologie. Vous réalisez cette étude, vous amenez donc des résultats et êtes rémunéré pour les services que vous avez rendus au laboratoire mais vous n’êtes pas en situation de conflit. Au contraire, il y a conflit d’intérêts lorsque, en échange d’une rémunération, vous apposez votre signature en bas d’une étude que vous n’avez pas pris le temps de suivre, de réaliser vous-même. » Ceux-ci sont une minorité insiste Philippe Even dans son dernier ouvrage Corruptions et crédulité en médecine : il identifie par exemple « les six cardiologues parisiens les plus liés à l’industrie ». Ce sont eux qui agissent ensuite auprès des autorités publiques, puis qui deviennent membres et présidents des agences de santé et livrent leurs recommandations au ministère pour les autorisations de mise sur le marché (AMM).

     Et bien, c'est du propre !

    5. Contrôler les études et les consciences

    Une fois l’AMM obtenue, une grosse machine en trois étapes se met en branle. La première est celle de la diffusion orale : « Il faut que des universitaires aillent de congrès en séminaires répandre la vérité sur la dernière merveille du monde qui vient d’arriver », raconte Philippe Even. Aux États-Unis, des médecins que l’on appelle les « Tour Doctors » passent des contrats d’orateurs avec les firmes.

     Et bien oui, BUSINESS IS BUSINESS ! The shox must go on.

    C’est à ce moment-là que la presse s’en empare, c’est la deuxième phase. Les firmes s’arrangent alors pour faire signer les articles par les spécialistes des pays au plus fort potentiel de marché : États-Unis, Europe, Japon, Chine, Brésil. « Le plus souvent, ils lisent l’article écrit par des sous-traitants de l’industrie et le signent », poursuit l’auteur de Corruption et crédulité en médecine. Nos consultants ou leaders d’opinion ont ensuite la charge de répercuter la promotion dans leurs pays respectifs, dans les journaux locaux, sur les plateaux télé. « Et alors de nombreux journaux, même réputés, tombent dans le panneau : “Un expert mondialement reconnu”, lit-on dans Le Monde ou dans Le Figaro, par exemple… Reconnu à l’intérieur du périph, oui ! » rit Philippe Even, avant de poursuivre. « Or, ces journaux, comme les journaux spécialisés ne vivent plus que grâce à la pub et donc à l’industrie. »

    RRRRRRrrrrrr, "comme c'est amusant, dites donc, toutes ces infos, c'est incroyable, non ?

     Dommage que la trêve hivernale, soit passée, parce que CES JOURNEAUX SONT HABILLES POUR L'HIVER, avec une COUVERTURE, ça va sans dire, une COUVERTURE SANTE, ça va sans dire...

     d'où la necessité, hier, soit dit en passant, d'avoir ecouté, Sonia Devillers, qui parlait de la defense dela presse papaier, et de la diffusion, de cette derniere, je vous fais un paquet, pour le tout, allez, "c'est pas cher".

    https://www.franceinter.fr/emissions/l-instant-m/l-instant-m-04-avril-2018

     Alors, certains me diront, "mais qu'est ce que ça fout là"? et bien justement, au contraire, si les labos, bourrent le mou, à certains journeaux, ils en financent la survie, et s(opposent alors, à la dehonthologie du journal, qui visiblement, ne lit m^me pas les articles.

       D’ailleurs, quel secteur se porte encore mieux que l’industrie pharmaceutique ? Justement celui de ces journaux médicaux. « Alors que les firmes pharmaceutiques réalisent en moyenne 20 % de bénéfices par an, les organes de publication en réalisent 30 % ! » affirme le président de l’institut Necker.

    Dernière phase : le médicament doit être recommandé par les prescripteurs et les sociétés dites savantes, comme les fédérations de santé, qui sont des centaines en France. La fédération de cardiologie par exemple, celle de l’hypertension, la société d’athérosclérose, etc., financées par les laboratoires : « Elles émettent des recommandations officieuses. Pour les rendre officielles, la Haute Autorité de santé reprend les articles d’experts qui les ont rédigés pour les firmes. À travers ces trois étapes, les congrès, les journaux, les sociétés et agences de santé, on peut dire que les sociétés tiennent directement la plume des prescripteurs. » 

    Sur les 2.000 médicaments commercialisés (10.000 au total avec les copies), seuls « 200 sont utiles », selon Philippe Even. Michel Thomas, professeur en médecine interne [2] à Bobigny, va plus loin. Il a publié une étude en 2013 recensant 100 médicaments vraiment indispensables. « On considérait qu’il y avait beaucoup trop de consommation de médicaments en France et qu’il fallait se pencher sur l’essentiel. » Après validation auprès d’une centaine de médecins internistes français, la liste se réduit aujourd’hui à 85 références, hors traitements de maladies rares et anticancéreux, pour une prise en charge de « 95 % des pathologies de départ ». Michel Thomas attend avec impatience de voir si, comme prévu dans la loi de santé, une liste des médicaments « préférentiels » inspirés de la sienne verra le jour. « Le Leem, le syndicat des firmes pharmaceutiques en France, a fait une offensive lors de la discussion de cette loi pour tenter de l’interdire, mais cette proposition a retenu l’aval de l’Assemblée et du Sénat », se félicite-t-il. Reste à savoir quand et comment sera promulguée cette loi de santé, car, comme il le dit, « les décrets d’application peuvent tout changer ».


    « L’INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE EST MAINTENANT HORS DE TOUT CONTRÔLE »

    Voici un extrait d’un rapport de 2006 de la Chambre des Communes anglaise sur l’industrie pharmaceutique, dont les conclusions ont été reprises par l’ONU en 2008. Selon les médecins contactés, ce rapport est toujours valable.

    La Chambre des Communes anglaise.

    « L’industrie pharmaceutique trahit ses responsabilités à l’égard du public et des institutions.

    Les grandes firmes se sont de plus en plus focalisées sur le marketing, plus que sur la recherche, et elles exercent une influence omniprésente et persistante, non seulement sur la médecine et la recherche, mais sur les patients, les médias, les administrations, les agences de régulation et les politiques. (...) Elle s’est imbriquée dans tout le système, à tous les niveaux. C’est elle qui définit les programmes et la pratique médicale. Elle définit aussi les objectifs de recherche de médicaments sur d’autres priorités que celles de la santé publique, uniquement en fonction des marchés qu’elle peut s’ouvrir. Elle détermine non seulement ce qui est à rechercher, mais comment le rechercher et surtout comment les résultats en seront interprétés et publiés. Elle est maintenant hors de tout contrôle. Ses tentacules s’infiltrent à tous les niveaux. Il faut lui imposer de grands changements. »

     

     JE VOIS.... on est complètement, dans ce que j'appelais, il y a quelques années, dans "les pieuvres opportunistes", là, non ?

     

    Lire la suite

  • Réchauffement climatique, une nouvelle lecture du relief montagnard s'impose.

      Docteur vertical, originaire de Haute Normandie, Grand Quevilly, plus particulièrement, fondateur d'une association qui s'appelle  l'IFFREMONTS.

    http://www.ifremmont.com/

      Qu'avec la modification du climat, et plus particulièrement, e rechauffement climatique, le risque lié aux avalanches, soit de plus en plus important, me semble une evidence.

      Je pense que le moment est venu, de d'aventage sevir pour tout ce qui concerne le ski ors piste, sous peine de voir de en plus de victime, y laisser leurs vies.

      En cours de redaction.

    Lire la suite

  • Au sujet de la Loi, "secret des affaires".

     Je cite, "le télégramme".

    http://www.letelegramme.fr/france/secret-des-affaires-frachon-se-fache-30-01-2015-10509437.php#4jzQGgCFgMsug3pQ.99

    Secret des affaires.

     Irène Frachon se fâche.

    Le Dr Irène Frachon, pneumologue au CHU de Brest, qui avait révélé le scandale du Mediator, a découvert « avec effarement » l'amendement de la loi Macron instaurant un « secret des affaires » susceptible d'écarter journalistes et lanceurs d'alerte. « Avec cet amendement, l'affaire du Mediator ne serait jamais sortie », prévient-elle. 


     

    Pourquoi estimez-vous que cet amendement est dangereux ? 
    Avez-vous lu l'amendement initial ? C'était... terrifiant ! Une information devenait protégée dans la mesure où celle-ci avait « une valeur économique » ou encore parce qu'elle n'était « généralement pas connue ou aisément accessible ». Cela voulait dire, pas question de mettre le nez dans nos affaires ! Pas d'investigation possible ! C'est tout simplement incroyable. C'est une chape de plomb qui s'abat avec le verrouillage de toute info qui pourrait gêner les intérêts d'un industriel. Qu'elle provienne de la presse ou d'un lanceur d'alerte.

    Cela vous a immédiatement fait penser à l'affaire du Mediator ? 

    Oui ! Sortir cette affaire, vous vous en souvenez, n'a pas été une promenade de santé. C'est grâce au relais de la presse que le scandale a véritablement éclaté. Le livre que j'avais écrit et qui donnait l'alerte avait été censuré par le tribunal de Brest. Les motifs donnés par le jugement donnent un aperçu de ce que serait le prétexte du « secret des affaires » : le sous-titre « combien de morts » avait été censuré parce que cette mention était, je cite, « une imprudence par l'important discrédit qu'elle pourrait faire supporter au fabricant du produit et les conséquences sur l'image de ce dernier, et, par là-même, son activité industrielle, économique, et commerciale » et dépassait « à l'évidence la seule liberté d'expression en matière de presse ». Avec l'amendement de la loi Macron, en sus de la censure, c'était le spectre de la ruine et de la prison ! Je n'aurais personnellement jamais eu le courage d'affronter cette perspective et certainement renoncé à publier mon livre.

    Le revirement du gouvernement, hier matin, qui promet d'amender l'amendement (sic) pour garantir la liberté de la presse, la liberté d'information et la liberté d'investigation vous satisfait-il ? 
    Les derniers éléments qui m'ont été communiqués, hier midi, ne me rassurent pas du tout. Il est, par exemple, fait mention d'un risque « grave » pour la santé pour échapper à cette loi. Tout est dans ce terme de « grave » et son appréciation. Le diable se glisse dans les détails. Dans le jugement qui a condamné mon éditeur à retirer le livre sur le Mediator (NDLR, le jugement a été cassé en appel, huit mois plus tard), c'est bien la contestation du mot « grave » par le juge qui a abouti à cette condamnation, ainsi que la préservation de l'intérêt commercial de la firme. Servier estimait que je surévaluais le risque et contestait la gravité des faits dénoncés...

    Quelle solution s'impose à vos yeux ? 
    Il me semble qu'il faut retirer la totalité de l'amendement et le réécrire plus tard, après audition de lanceurs d'alerte et de journalistes. Pour moi, le problème a été abordé à l'envers. Si on doit protéger les firmes de l'espionnage industriel, ce n'est pas en muselant la critique.
    http://© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/france/secret-des-affaires-frachon-se-fache-30-01-2015-10509437.php#7LmbHiMCLOPAJsVV.99

    Plus bas, ensuite:

    Le texte décrié

    Une disposition instaurée en commission.Dans cette épineuse question du « secret des affaires », c'est une disposition instaurée en commission spéciale par la droite et la gauche dans le projet de loi Macron qui inquiète les médias et les « lanceurs d'alerte ». Les parlementaires souhaitent insérer le secret des affaires dans le Code du commerce, au motif de protéger les entreprises de l'espionnage économique. Rappelons que le terme « lanceur d'alerte » désigne celui qui entend donner un coup d'arrêt à une action illégale ou irrégulière. Il a aussi pour but de signaler un danger ou un risque, en interpellant les pouvoirs en place et en suscitant la prise de conscience de ses contemporains.

    De lourdes peines. Reprenant les termes d'une proposition de loi PS, ce texte pose le principe général de l'interdiction de violer le secret des affaires ; il prévoit de punir quiconque prend connaissance, révèle sans autorisation ou détourne toute information protégée, à ce titre, d'une peine de trois ans d'emprisonnement et de 375.000 euros d'amende. La peine pourra être portée à sept ans et 750.000 euros d'amende en cas d'atteinte à la sécurité ou aux intérêts économiques essentiels de la France.


     Juste un enorme souci, c'est que l'ensemble de cet article, date du.....Publié le 30 janvier 2015 Modifié le 30 janvier 2015 à 10h35.

     Quelle est l'évolution du texte, et leur posture, à present, sur ce même dossier ? mystère.

     

    Lire la suite

  • Arnaud Beltrame, héros national, un nom prédestiné ?

      J'ai regardé cet homage, hier matin, comme la majorité des français, je suppose, et j'ai trouvé ça très touchant, et parfaitement justifié.

      J'ai regardé sur France 2, plus précisément, et apprecié les commentaires, qui ont été faits.

      J'ai été touchée, notmment, par les explications qui ont été données, relativement au fait que certaines professions, par leur nature, prédisposent à voir leurs vie mises en danger, sans qu'il n'y ait eu plus de détails de donnés, ce que bien peu connaissent, et moi même, je n'aurai pas soupçonné que ce soit "à ce point".

      Pour ce qui concerne notre héros national, et le fait qu'il ait donné sa vie pour notre pays, je signale que si j'ai trouvé deplacé, le fait que l'Eglise, ait tenté une forme de récupération, c'est bien à elle, et à elle seule, que j'ai fait ce reproche, et en aucun cas, à sa veuve, puisque j'ai bien compris qu'elle abonde, elle, en ce sens.

      Mon propos n'avait pas d'autre objectif que de pointer une forme de mise en avant,  sur le plan religieux, risquait de donner du grain à moudre, à l'islamophobie, que certains extrêmistes à droite, auraient été trop contents de saisir.

     C'est uniquement en ce sens, qu'il fallait l'entendre, et pas autrement.

     Pour ce qui concerne son nom, j'ai tilté hier soir, seulement.

       Les choses sont ainsi faites, qu'il arrive souvent que des dates ou des noms, par leurs sonorités, disent bien des choses,  et si le mot TRAME, peut être, aux yeux de certains,  ne signifie pas grand chose, pour moi, au contraire, comme dit la chanson, "ça veut quelquefois dire beaucoup".

      J'ai , pour ma part, été frappée par une vidéo, où on le montrait dans son travail, hier midi, je crois, où il expliquait, face caméra la necessité de développer le langage et la communication, parce que c'était bien là, et pas ailleurs, que se trouvait la résolution du moindre conflit, qu'il s'agisse de querelles importantes ou qu'il s'agisse du quotidien....

      Théorie, que je défends mordicus, depuis bien des années.

      C'est pour cette raison, d'aileurs, que pour faire face aux burn out, dans l'armée ou dans la police, j'avais proposé, qu'en prévention, il existe des phases d'alternance, où ils puissent pratiquer, leur métier, sous l'angle associatif, ou sportif, de telle sorte, que le côté repressif, ne constitue plus, le  noyau dur, de leur profession, ou en tout cas, qu'ils soient perçus comme tels.

      La perception de leur metier, d'autre part, s'en trouverait aventageusement améliorée, et la respectabilité dans les cités, par exemple, serait elle aussi aventagée.

      Ainsi, ce qu'on appelle "une trame", ça consiste à fournir, une forme de mode d'emploi, un peu comme un chemin, qu'il nous propose d'emprunter. Voilà, pourquoi, son nom, hier, dans mon esprit, à tilté.

    http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/trame/79001

     Jeudi 5 avril 2018.

    https://actu.orange.fr/france/je-resterai-debout-parce-qu-il-le-vaut-bien-confie-la-mere-d-arnaud-beltrame-magic-CNT00000114qgG.html

     

    Lire la suite

  • Agressions à la FAC de Droit de Montpellier, à qui profite la baston ?

    https://www.facebook.com/photo.php?fbid=380568045793550&set=gm.682388515269619&type=3&theater

     Et je rajouterai même, "manquerait plus que des pauvres deviennent juges, ou avocats", imaginez donc, un peu, le merdier, pour un peu, ils auraient envie de Justice...

      On savait deja, que les FAC de droit, avaient toujours été des repaires de fripouilles, ou les motivations pour faire du droit, consistaient d'aventage, dans une forme d'apprentissage en eaux troubles, au point que j'ai connu, bien des jeunes, hyper motivés, lâcher l'affaire, parce que c'était un repaire de reacs, version FN....

      Je n'ai aucun doute, sur le fait, que sur ce point, beaucoup de FAC, aient progress, positivement, sur la coloration politique des etudiants, mais il semble bien que la stratégie, du nettoyage par le vide, ait été un choix delibéré, à en croire, le sourie rayonnant, de ce prof de FAC....

      Car enfin,  qui peut lire autre chose, qu'une volonté délibérée,  de vider les bancs des FAC, en procédant pareillement ?

      Alors, moi, je ne donnerai qu'un conseil, bien étudier les déplacements d'argent, et évolutions de carrière de ces messieurs, parce que procéder uniquement par enveloppes sonnantes et trébuchantes, si je puis dire, risque d'être un peu délicat, non ?

     

    Lire la suite

  • FB, comment passer de l'arbre qui cache la forêt, au statut de locomotive "gafiste" ?

    https://www.franceinter.fr/emissions/on-n-arrete-pas-l-eco

    http://sainteaustrebertheavaitellevuleloup.e-monsite.com/blog/politique-internationale/panama-papers-l-arbre-qui-cache-la-foret-il-faut-se-donner-les-moyens.html

      Si j'étais directeur, chez FB, je prendrai les devant, sur ce qui de toute est absolument ineluctable, à savoir, que les GAFA, fonctionnent selon des règles internationales, qui les empêchent le plus possible, de la moindre notion de toxicité...

     Certes, le problème des reventes de données reste entier, et il serait pour le moins naïf, de penser que les autres, comme microsoft, etc, ou google, ne s'y livrent pas...

     Pour l'heure, les concernant, il s'agit de sauver les meubles.

      Je propose bien quelques camions d'agloos, pour rehausser le congélateur et le sauver des eaux, dans le le sous sol inondé, un peu comme Moïse, sauvé des eaux .... Mais je pense que ça ne va pas suffire...

      Désolée, mon nez de clown, avec son gilet de sauvetage, vient de faire des siennes....

      Mais en prenant les devant sur le plan fiscal,  en s'engageant de leur propre chef, DANS CHAQUE ETAT, à payer leurs impôts exatement, en proratat du chiffre d'affaire fait dans chaue pays, ils couperaient l'herbe sous le pied, à tous les autres GAFAS, et retablissent leur crédibilité.

      Certes, ça ne résoudrait pas tout, mais ça serait, je crois d'une efficacité redoutable, il ne faut surtout pas que ce soit partiel, mais au contraire,  MONDIAL... Ensuite, les concurrents, "ils peuvent attendre qu'ils s'alignent"....

     Sinon, je vous prévient, en tout cas, on ne pourra pas dire que je ne vous aurai pas prévenus, mon nez de clown et moi, on va monter une entreprise, qui va s'appeler, GAFATAGUEULE,    avec le "hachetagueule", comme chasse bison, et je vous préviens que ça va chier !

    #GAFATAGUEULE

    #gafatagueule

    Lire la suite

  • IUT ? "Rien ne va plus".

    https://www.tendanceouest.com/actualite-268477-iut-19-chefs-de-departement-demissionnent-en-normandie.html

      Alors, qu'il est déjà reproché au gouvernement actuel, de déshabiller Paul, pour habiller Pierre, au niveau des écoles maternelles et primaires, il semble  bien qu'il y ait un problème de cet ordre, aussi, dans les IUT.

       Bien consciente, de ma relative incompétence sur ce dossier, je ne peux malgré tout que pointer du doigt, une annonce qui avait été faite, ces mois derniers, qui précisait que la formation professionnelle,  serait (ce qui serait donc, effectivement acté), désormais assurée par les entreprises elles même.

     Dans la théorie,  sur le plan technique, cette formule semble effectivement assez bien vue, si l'on considère que ce sont elles, après tout, qui sont les mieux adaptées à démontrer de quelle formation, elles ont besoin, quand par exemple, une nouvelle machine arrive, et pouvant ainsi, former, "sur le tas", le personnel compétent...

      Mais ensuite, dans la pratique, ça devient alors une autre histoire, si l'on observe que d'une part, j'ai du mal à cerner, selon quel critère, quelle entreprise en amont, pourra savoir à l’avance, quel sera son potentiel, et sa réelle capacité à former ces jeunes,  ou plus precisement, quel seront ses besoins, puisqu'ils prétendent toujours, que ce développement, serait conditionné uniquement, par l'augmentation de leur chiffre d'affaire....
     
    Alors, quoi ?

     Des que leur chiffre n'est pas en augmentation constante, leur apprentissage, il deviendrait quoi ?
     
    Est ce que le gouvernement a vraiment l'intention, de leur faire un chèque en blanc, sans avoir, la moindre certitude, qu'ils tiendront leurs engagements ?

     Si l'on observe de quelle façon, le MEDEF a pour coutume, quand il s'engage à embaucher, contre monnaie sonnante et trébuchante,  je suis personnellement, plus que dubitative, quand aux chances de voir, cet argent, s'il est bel et bien versé, y être effectivement consacré.

    https://apprentissage.normandie.fr/actualites/quinzaine-de-lapprentissage

    Lire la suite

  • #Ensemblelagauche

    Soyez fière d'être écologistes,
    Soyez fière d'être social-démocrates,
    Soyez fière d'être communistes,
    Soyez fière d'être anticapitalistes, 
    Soyez fière d'être européens, 
    Soyez fière d'être républicains
    Soyez fière d'être progressistes,

    Tous simplement, soyez fière d'être de gauche !

     Mon commentaire....

       Oui, parfaitement, et même si j'ai toujours émis des réserves sur le communisme, par sa monstruosité dans son application et la resultantes, et le nombre de morts, qu'il ait généré, et genère encore, dans certains pays.

       Beaucoup, en sont au même point que moi, sur ce point, il faut bien reconnaître qu'il est loin d'être stupide, d'observer, en ce qui concerne les raisons véritables, qui ont généré le désir, de vouloir renverser la table, à l’époque, les choses ont été faite, de telle sorte qu'à une situation anormalement scandaleuse, ne pouvait répondre, que son opposé, et donc, hélas, de cette façon, dans les extrêmes, et je soupçonne que Macron, n'ait pas encore saisi, cette notion absolument fondamentale. Voilà, ce qui m’inquiète.

      J'ai entendu, ce matin,  le discours, du president chinois qui revendique lui, aussi, à present, de nouveau, le communisme, comme etant seul digne, de rendre son peuple heureux,  ce qui me consterne, et je ne s  dois pas être la seule, mais là, oùça devient particulièrement, interpellant, c'est d'observer, à quel point, la situation, va devenir plus que delicate à negocier, si leurs ideologies, et la dictature, qui rique de se resserrer encore encore d'aventage,  avec les fruits, qu'ils revendiquent, comme leus etant legitimes,  sur le plan du commerce, et de l'economie, à l'international... il fût un temps, où il avait été ecrit, QUAND LA CHINE S'EVEILLERA, il semble bien que le président actuel,  un certain Xi Jinping, se croyant, envoyé des Dieux, au seul pretexte, qu'il ait épousé une chanteuse, visiblement, et si j'en crois, l'exemple, de Nicolas Sarkozy, avec sa garde à vue, aujourd'hui, et sans vouloir tirer sur l'ambulance, il m semble, que Xi Jinping,  devrait y regarder à deux fois.

      Par contre, il est vrai que dans la richesse de notre repertoire, nous avons, la chance d'avoir des gens plein de talents, qui eux, n'ont jamais convolé, avec la moindre Reige, même des neige, que je sache, d'autant que c'est un groupe, et que la polyandrie, n'est hélas (sic!), pas encore autorisée.

      Mais enfin, s'il aime la chanson de variétoche, apres tout, qu'on ait les yeux bridés, autant que la liberté d'expression, ne devrait pas empêcher d'en jouir...

     Roulement de tambour !

     Bon, à relier, avec, "la cifelle" picarde, dont j'ai parlé.....

    ICI !

    http://thomasfrancoisefersen.e-monsite.com/blog/cuisine/he-had-a-dream-team-martin-luter-king-ou-quand-le-mexique-viendra-sauver-les-usa-des-griffes-de-l-industrie-agricole-et-productiviste.html

    Lire la suite

  • "Sauvons la forêt", ou pétitionner, pour la bonne cause, celle de nos enfants.

      Je sais, les pétitions, certains vous diront que ça ne sert à rien.

      Les défaitistes, version, "Y FAUT QUE", cousin germain, du non moins célèbre grand "Y'AQU'A", qui daigne généralement à peine, lever son c.... Pour tenter de faire bouger les choses, "on connait la chanson".

      Quand on manifeste, certains râlent, parce qu'on met le boxon, que ça gène, qu'ils sont pris en otage, il faudra d'ailleurs arriver à sanctionner cet habituel abus de langage, qui commence  bien faire.

     Il n'y a qu'à demander à ceux, qui l'ont véritablement été,  et vous verrez que d'être victime d'une grève, quelle qu'elle soit, à côté, c'est une promenade de santé....

      Il faut signer toutes ces pétitions, quelles qu'elles soient, que ce soit sur ce site, ou sur d'autres, des l'instant, que vous cautionnez, bien évidemment..... Sur ce site, ces pétitions sont axées, si j'ai bien compris, exclusivement sur l'écologie, autant dire qu'il y a d'autant plus le feu au lac, qu'il est asséché, pire que la mer d'Aral, c'est vous dire, l'état d'urgence.....

    https://www.sauvonslaforet.org/

    Lire la suite

  • Les mafias, les paradis fiscaux et l'obscurantisme, détestent la Lumière.

    Il existe plein de pays, dans le monde, où les humains qui y vivent, n'ont pas acces à la Lumière, liée à une source d'energie globale, ou organisée.

     Depuis plusieurs années, différents politiques ont oeuvré pour que celle lumière, aussi précieuse dans la réalité que par la symbolique qu'elle véhicule, arrive dans ces contrées.

    http://www.energiepourtous.org/?gclid=EAIaIQobChMIicePjOjy2QIVaLHtCh2pFgSkEAAYASAAEgJGIPD_BwE

     Je trouve qu'il est interessant d'observer, selon les endroits, quels sont les actions, afin de se projeter, et observer comment, l'argent, qu'on leur donne, va faire avancer tel projet ou tel autre.

    https://asso.bdpv.fr/?gclid=EAIaIQobChMI_9_DmITz2QIVSLHtCh1xxw_REAAYBCAAEgI87PD_BwE

      Une association, sur le sujet du photovoltaique ne me semble pas un luxe,  parce qu'apres la discussion avec mon couvreur,  il m''a expliqué que dans la réalité, il arrive que certains professionnels, ne fassent pas bien leur travail, ou ne proposent pas necessairement la meilleure installation, alors, plusieurs avis vallent mieux qu'un seul.

      Pour ce qui concerne l'électrification, de certaines zones, dans le monde où l'électricité,  est rare, ou inexistante, il faut admetre que le photovoltaïque, est revolutionnaire, puisqu'il offre la possibilité d'installer des systêmes sur place, indépendants, et parfaitement autonomes.

    https://www.lesechos.fr/pme-regions/actualite-pme/0301220408590-fonroche-vend-50000-lampadaires-solaires-au-senegal-2150320.php

     J'avais découvert cette entreprise, lors d'un reportage, à la télévision, et je trouve ça vraiment super.

    Lire la suite