google-site-verification: google7d26736b1ef720ed.html

POLISSE, pourquoi on s'en prend au film.

http://www.lemonde.fr/cinema/article/2011/10/18/polisse-voyeurisme-et-cliches-les-bavures-de-maiwenn_1589782_3476.html

  Je pourrai admettre cette posture, si le film eût été realisé, selon  des élucubrations, ou en tout cas, qu'il n'ait précisément pas été revendiqué, comme inspiré d'un documentaire.

  Ce qui précisément, ne fût pas le cas.

 Le fait, de porter un tel jugement sur le film, dénote simplement, un consensus (du verbe sucer), pour le moins révélateur, d'une part, d'une vision particulièrement lâche du cinema, en lui même, puisque le fait que de vouloir dénoncer le fait de société, est carrément occulté, mais aussi, révélateur, d'un incompétence réelle, vis à vis du phénomène de société, en lui même.

    Et là, pour le coup, je reste coite ! (du verbe QUOITER). 

   Bosser au monde, avec pour prisme de vision, une incompétence, à regarder un cinéma qui ose, foutre un bon de pied, dans la fourmilière du tabou suprême, qu'est la pédo criminalité, me semble pour le moins interpellant. 

 En effet, oui, nous observons, cette équipe, quasiment sans cesse "à couteau tiré", c'est vrai.

 "Bonjour, la sitcom", c'est peut être un nouveau créneau à exploiter, apres tout, moi qui cherche toujours à rehausser le niveau de la télévision française, je vais y réfléchir....

 Mais avant celà, je vais vous révéler une histoire.

 Je suis ce qu'on pourrait appeler, une sorte de "colosse aux pieds d'argile", c'est comme ça.

  En consultation chez un phlébologue (c'est le nom du spécialiste des jambes),  j'observais cette dernière qui venait vers moi, et qui avait des jambes, aussi malades que moi, non pas à cause d’œdèmes, il s'agissait d'autres problèmes, mais en tout cas, avec des jambes, dignes de jutifier cent fois, qu'elle ait choisi cette spécialité.

 Du coup, ça m'avait fait marrer.

  Certes, je ne suis pas en train de prétendre que toute personne qui travaille autour de l'enfance mal traitée, ait été une ancienne victime, systématiquement, mais juste que s'il ou elle est aussi sensible à cette cause, c'est que dans son histoire, il s'est trouvé quelque chose de dé clancheur, qui ait justifié de travailler, sur ce domaine aussi sensible.

   Aujourd'hui, j'ai appris, par Jeremy (Jérémy Ferrari), il y a quelques jours, qu'un enfant sur cinq, ce qui est énorme, est victime, au minimum d'attouchement, ou de pire, pendant son enfance.

 A la question, "mais enfin, qu'est ce que c'est que ces chiffres, et comment se fait  que ce soit en augmentation, à ce point, je donne juste une information, de la plus haute importance...

  Avant, le sujet, était tellement tabou, que personne, n'en parlait, jamais, et comme les enfants, ne disaient rien, ils mourraient intérieurement, et portaient ça, leur vie entière, etc, etc, tout comme moi, je l'ai fait.

  Le fait que ce chiffre semble aussi énorme, ne signifie absolument pas que ces crimes sexuels, soient en augmentation, mais uniquement que les victimes comme pour le viol,  se mettent à parler, de plus en plus, et dénoncent les coupables.

 Car comme pour le viol, "la culpabilité a changé de camp".

  En ce sens, aussi étrange que ça puisse paraitre, c'est donc au contraire, une très bonne nouvelle, car plus on en parle, et plus les enfants, oseront dénoncer les coupables véritables, et moins eux, se sentiront coupables, ce qui hélas, est toujours le cas, à un moment, ou à un autre, du cheminement personnel de la victime.

  Quelquefois, pour faire avancer certaines causes, on n'a pas le choix, que de foutre le bordel, pour donner un grand coup d'épaule, pour foutre un bon coup de poing dans la gueule, à la bien penssence.

 Aujourd'hui,nous assistons, partout, dans les pays démocratiques,  à un retour des nationalismes, en dehors de toute considération, purement, économique,  ces mouvement, s’enorgueillissent toujours, d'un retour aux traditions, avec comme fer de lance, une farouche volonté de préserver ce qu'ils appellent "la famille".

 Ils oublient juste l'essentiel, qui réside dans le fait que la famille à laquelle eux, font allusion, est parfaitement factice,  et aussi idéalisée, que le prince charmant, dans les livres d'enfants.

 Mais attention, qu'on ne me fasse pas dire, ce que je n'ai pas dit !

Moi, aussi, j'ai une vision idéalisée de la famille, où l'on s'entend, et où l'on se respecte.

  Que serions nous sans idéaux, j'ai suivi, moi aussi, comme bien des femmes, ce schémas, assez traditionnel, de femme au foyer, non pas idéal, mais plutôt par opportunisme, mais jamais, il me semble, avoir nié les difficultés qu'elle rencontrait, et surtout, l'absolue nécessité de s'adapter, et de demeurer ouverts, à toute idées neuves, sur le sujet.

  Soit dit en passant, il valait mieux, puisque l'une de me filles,  est hi homosexuelle, et que nous avions bien du, son père et moi, nous y adapter.

  Moi, ancienne victime de pédophilie, mariée, sur un schémas traditionnel, pendant 25 ans, et une de mes trois filles, homosexuelle, si avec ça, certains doutent encore de mon expérience pour la rouvrir,  je ne sais plus quoi penser... A défaut d'en rire.

  Mais une fois passé la case "idéologie", et regardé la famille, telle qu'elle est, veritablement, il faut a voir le courage, de la regarder, cette famille,  de plus en plus monoparentale, ce qui est vrai...

  NON,  ça n'est pas nécessairement, un mal, je me considère, moi, comme victime collatérale, du non divorce de mes parents, oui, ça ferait peut être un bon sketch, mais moi, c'est mon sentiment, et je le partage.

  Je n'ai pas le sentiment, que d'avoir vu, nos mère, et nos grand mère,s malheureuses, et prenant sur la gueule, combiné, aux infidélité, puisse offrir, un tableau, qui soit enviable, et pas plus que celui, d'une femme au foyer,  qui se retrouve à l'HP, parce que monsieur, décide d'aller voir, si l'herbe est plus verte ailleurs, comme ça arrive souvent.

  Oui, je sais, je passe du coq à l'âne pensent certains, non, je ne crois pas.

  C'est que partout, dans le monde, on voudrait nous faire croire, que de venir en arrière, sur les châtiments corporels, sur le droit à l'avortement, (qui n'en est pas la promotion, je le rappelle), ou sur la libération des femmes, serait éventuellement, la solution, et puis pendant qu'on y est, aussi, que "bobonne", reste à la maison, pour que monsieur, enfile ses charentaises, parce que sa secrétaire, elle, ne veut peut être plus se faire enfiler, comme jadis.

  Excusez moi, pour cette pointe d'humour, je n'ai pas résisté.

  Enfin, merde ! y'a le feu au lac, et quand un film fait pour secouer le cocotier, pour alerter sur la souffrance des enfants, je trouve vraiment, lâche d'oser tirer, à vue dessus, voilà, ce qui me pose problème. 

  Oui, la pédophilie, est un sujet tabou, et l'inceste plus encore. Et alors , sous prétexte que ce soit tabou, on va continuer à fermer notre grande gueule, sous prétexte que des courants politiques, proches de la manif' pour tous, vont s'offusquer ?

  C'est une blague, j'espère.

  Juste pour info, en matière de mauvais traitements à enfants, qu'il s'agisse de coups portés, qu'il s'agisse de soupçons de pédophilie, ou de soupçons, de viols, ou d'incestes, qu'il s'agisse d'enfants battus, ou que sais je....

  Quand un adulte a de forts soupçons, ou bien que l'enfant concerné, vous ait fait l'honneur, de se confier à vous, ou que ce soit vous, qui portiez des soupçons, qui pourraient ne pas être justifiés.

  VOTRE DEVOIR EST D'ALERTER. Et quand je vois, moi, qu'on réagit de cette façon, face à ce film, je me dis que l'auteur, lui devant un tel cas, détournerait le regard, voilà, quel est mon sentiment.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.