google-site-verification: google7d26736b1ef720ed.html

Financer et trouver des logements pour les femmes seules, ou avec enfants.

  Plus que jamais, desormais, les femmes sont les plus vulnerables, face aux evolutions que connaissent les sociétés contemporaines.

  Pourquoi ?

  Parce que quand sevit le chômage, elles trinquent elles, et les enfants, plus encore que les hommes.

  Un homme qui vit seul, et qui est SDF, se trouve moins en danger qu'une femme.  Si elle fait la manche, par exemple, pour simplement s'cheter à manger,  on lui propose de "monter", sans le moindre complexe.

  Je sais ce que c'est parce que ça m'est arrivé.

  Rarement, qu'on se rassure, mais ça m'est arrivé. il y a longtemps, alors, je connais.

  D'ailleurs, c'est enrichissant, sur le plan de l'expérience, parce qu'une femme qui fait la manche,  ne peut que constater qu'elle se voit "donner", infiniment plus par les autres femmes, qui sont solidaires, que par les hommes, qui observent plutôt une proie potentielle,  inutile, je crois, que je developpe.

 On est même pas dans le problème de harcelement, là, on est bien d'accord.

 Cet apres midi, deux emission, "ça commence aujourd'hui",  avec quatre cas particuliers, ont traité de ce sujet.

 Vous pouvez revoir cette émission en suivant ce lien:https://www.france.tv/france-2/ca-commence-aujourd-hui/733653-ca-commence-aujourd-hui.html

 Si je parle de ce problème particulièrement, c'est pour pointer du doigt, le fait qu'une femme qui se sent en danger, n'a pas le choix, pour partir, le plus souvent, à plus forte raison, si elle ne travaille pas, puisqu'elle est dependante, financièrement.

  Il est bon de noter que le plus souvent, je l'ai precisé dans les commentaires,  beaucoup d'entre eux, sont des pervers manipulateurs, ils tissent leur toile, savamment, posant l'épouse, ou la compagne, en situation de dépendance notamment, financière quelquefois.

   Mais surtout, en temps que tels, ils sont tres forts, pour donner l'apparence que "tout va bien", à l'entourage, et les familles, ainsi que les amis, à aucun moment, ne soupçonnent quoi que ce soit, au point que si la victime ose parler, ou se confier, il apparait que le plus souvent, comme un enfant, qui révèle qu'il est victime de viol, elle n'est pas crue.... Pour être franche, j'ai été surprise, que dans le cas des violences faites aux femmes, il existait aussi, une telle omerta. 

  Moi, il y a quinze ans, pour me protéger, mon psy m'a suggéré, de me faire interner, non pas, parce que j'en avais besoin, mais ben parce que c'était la seule possibilité, pour me trouver un endroit où loger, puisqu'il n'y avait aucune association, ni aucune autre alternative.

  Je precise que mon mari, n'a jamais levé la maisn sur moi, mais il me sentait en danger.

  Ayant posé la question, à l'assitante sociale de Pavilly, il y a encore quelques années,  elle me disait que rien n'avait bougé encore, sur ce point.

   Il y a quelques années,  une solution avait été envisagée, qui consistait à virer le mari violent,  et que la femme battue, reste dans les murs. Si ça partait d'une bonne intention,   cette alternative, induit alors, que le loyer soit payé, d'une autre façon, et que le bail soit transféré, parce que si le mari violent paie le loyer, c'est le serpent qui se mort la queue, et en aucun cas, dans de telles conditions, la femme battue peut prétendre s'émanciper du mari, ou du compagnon violent.

 D'autre part, psychologiqueent, pour tourner la page, un déménagement n'est pas inutile.

  J'ai personnellement, dans mes cartons, un projet de maison transgénérationnelle.

  Mais les années passant, je dois me résoudre, au fait d'observer, que le plus urgent,  réside dans cette demande plus précise encore, qui n'est axée que sur les femmes, afin de les protéger, plus encore,  que les autres categories de citoyens.

  L'aspect transgénérationnel, n'est pas à évincer pour autant, mais disons qu'il me semble souhaitable, qu'il ne se fasse, que par le biais de parrainnage, simplement, comme le font beaucoup d'associations, à présent.

  Le fait d'accueillir d'autre part, des femmes en situation de detresse, ou leur vie est en danger, implique aussi, une collaboration étroite, avec la gendarmerie, pour leur assurer, la sécurité nécessaire (revoir l'émission, avec les cas, pour le moins éloquents, sur le sujet).

  Pour ma part, je ne ressens pas le besoin de créer une association sur ce sujet, puisqu'il en existe deja un certain nombre, et qu'il me semble préférable de soutenir celles deja existantes.

  Le problème en fait, est double.

  Parce que l'urgence, surtout si elle est vitale, est fondamentale.

  Mais une femme qui choisit de briser l'omerta, et de  cesser de subir, se voit obligée de se projeter aussi, comme le dit le psychiatre, dans l'emission, et je le rejoins parfaitement, au minimum, sur le moyen terme.

  Et c'est là, AUSSI, que se pose le problème, parce que les associations, elles, sont sensées n'intervenir, que pour répondre, à ces situations, dans l'urgence de la violence conjugale, mais pas sur le moyen terme, et le long terme.

 Sinon, ensuite, dans l'émission, "je t'aime etc", aussi,  un reportage, sur une maternité, dans le 93, qui refuse de renvoyer à la rue, des femmes, qui sont SDF, et qui viennent d'accoucher.

 "no comment". L'assocuition, qu'il faut soutenir, pour leur venir en aide, s'appelle INTER LOGEMENT 93.

https://www.interlogement93.net/emploi

https://hintigo.fr/article/interlogement-93-recrute/

 Pour revoir la seconde émission, je t'aime, etc, c'est ici:https://www.france.tv/france-2/je-t-aime-etc/733651-je-t-aime-etc.html

 Sinon, je precise que j'ai participé aux commentaires, sur FB, cet apres midi.

 Et j'ai remarqué, que tous les commentaires, n'émanaient que des femmes, et exclusivement des femmes. un seul homme a pris la parole,  une fois étudié le profil, sur FB, il est apparu, qu'il s'agissait d'un gendarme, qui trouvait regrettable, que l'emission soit orientée, sous l'angle compassionnel (enfin, c'était dit plus maladroitement, que ça, dans le style "larmoyant"...

 C'est clair, un crétin de ce style, quand il se trouve face à une femme en état de choc,  qui vient de se faire tabasser, inutile de préciser le chemin, qui reste à parcourir.

 Ha, si, zut, il y a peut être, une autre explication, IL TABASSE LA SIENNE  !

 Et oui, ça existe aussi.

 Sinon, le fait, que si peu d'homme commentent, perso, ça me fait flipper, et je ne peux m'empêcher de faire le raprochement avec le fait, que ces pauvres chéris, (pas tous, qu'on se rassure), se trouvent en difficulté pour draguer, depuis l'affaire, ME TOO, ho lal a, les pauvres petits chéris !

immigration emprise sectaire féminisme émancipation viol

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire