google-site-verification: google7d26736b1ef720ed.html

La loi ELAN ? Qui tient les rennes ?

 Desolée pour le jeu de mots, mais je n'ai pas pu résister.

 Je viens de tomber sur un article, qui tend à démontrer, que cette loi nouvellement promulguée par le gouvernement, ne fait pas l'unanimité, c'est le moins qu'on puisse dire.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/loi-finances-le-hlm-breton-tire-la-sonnette-d-alarme-6003325

 mais j'ai quelques autres commentaires à faire passer, au sujet des HLM.

   En dehors du fait, que certains logments, largement amortis, soient mis en vente,  et qu'il est prifittable, pour certains locataires, de les acheter.

  Je précise, ou plutôt, je rappelle que certains logements où les enfants sont partis, se trouvent toujours occupés, par des personnes, dont le nombre de chambres, n'est plus adapté,  au nombre de personnes composant le foyer, et si je comprends fort bien, l'attachement de ces locataires à leur logement, je vois moi, l'intérêt d'autres familles nombreuses, qui sont en attente de logements adaptés,  et dont les enfants dans une situation de précarité, souvent, si l'on observe la situation sociale, en subissent les conséquences.

  Car on a beau dire, et beau faire, la suituation ideale, pour elver un enfant, demeure bel et bien, qu'il ait sa chambre personnelle.

   Je le sais d'autant plus qu'enfant, je n'ai pas eu cette chance.

  Dans une vie anterieure, quand mon ex et moi, avons eu trois enfant, nous a vions vendu, notre maison, au seul pretexte que nous attendions, le troisième enfant, et qu'à mes yeux, le simple fait, que nous ayons, trois enfant, à lui seul, justifiat, qu' vende, pour faire construire une maison, où chacune d'elles, aurait sa chambre.

  Ce problème se pose aussi, dans le privé, quand dans une zone pavillonnaire, les enfants sont partis de la maison, et que la population vieillit.

  Mais je considère que les offices HLM, ont pour mission contre subvention, je le rappelle, d' apporter des formes de logements, qui soient adaptées à la population, et qu'à ce titre, en aucune façon, quelque locataire que ce soit, n'est droit d'exiger de demeurer dans un logement, quand parallèlement à celà,  des familles, pour lesquel ces logements conviendraient, vivent dans des trois pieces, "dans le meilleurs des cas".

  Parce que chercher à faire un travail constructif en banlieues, c'est aussi, voir le logement sous cet angle.

  Je précise, d'autre part, que j'experimente un systême sur le pan bancaire, au sujet de la precarité sociale, qui pourrait peut être,  être susceptible de faire bouger les choses, il faut aller lire ce qui suit.

http://sainteaustrebertheavaitellevuleloup.e-monsite.com/blog/se-loger/la-loi-elan-qui-tient-les-renes.html

immigration féminisme émancipation droit du travail Assurance

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire