google-site-verification: google7d26736b1ef720ed.html

Et si la meilleure arme anti abstention, c'était...... LE COURAGE POLITIQUE.

 Ca peut être l'occasion soit dit en passant, de se poser la question de sa définition.

 Je vous donne la mienne, personne n'est obligé d'être d'accord.

   Pour moi un homme politique courageux, c'est un homme politique qui va aller jusqu'au bout de son engagement, ou plus précisement de sa réforme, ou de ses réformes, même s'il sait pertinamment, qu'il va se rendre politiquement impopulaire.

 François Hollande à ce titre, est un président courageux.

 Mais mon propos ne tend pas à prétendre, si untel ou untel, l'est, ou ne l'est pas.

 Mais plutot à observer ce qui se produit relativement au phénomène "refugiés".

 Pendant que j'y pense j'ai bien bossé aujourd'hui, mais je dois préciser quelque chose.

 Depuis des mois et des années, et plus particulièrement ces dernières semaines et derniers jours, je disais, moi même "migrants".

 J'ai entendu sur France Inter, à plusieurs reprises, que le reporche en etait fait.

   Alors, je précise ma pensée.

     Pour moi "migrant" fait référence au fait de circuler, effectivement, et fait référence aux oiseaux migrateurs. Le côté positif que moi, j'y voyais était peut être que je sous entendais alors que comme eux, pour certains, quand ça sera possible,  ils retourneront dans leurs pays d'origine.

   Maintenant, il est vrai que selon la sémantique des mots, celà revêt une signification particulière. Et que si consciemment ça semble sans importance en verité ça influence, ce qu'on y met.

    Le mot "réfugié" il est vrai, d'une certaine façon "en impose" par son implacable constat de devoir porter secours, coûte que coûte, puisqu'il y a véritablement danger. Et plus précisement "danger de mort".

   Quoi qu'il en soit, je corrigerai à présent mon vocabulaire sur le sujet.

   Mais pour en revenir à ce que je prétends dans le titre, je dis celà parce que je lis pas mal les réseaux sociaux, et je lis surtout pas mal de choses méprisantes sur les politiques, tous partis confondus.

   Il m'arrive assez souvent de prendre le temps de les défendre.

  Je trouve ça vraiment triste, pour être franche, de voir que beaucoup  refusent d'admettre que pour rédiger des lois, et les faire voter, il soit necessaire qu'il y ait des institutions, et que relativement à ces institutions, nous sommes sous la Vième République, avec ce que celà comporte, et qu'il est impossible de faire évoluer une société sans avoir recours à la politique.

  Et si moi je n'en fais pas de façon officielle, il me semble être en mesure en toute objectivité de pouvoir affirmer avoir dépensé énormement d'énergie gracieusement, je le rappelle, pour assainir vraiment la classe politique.

  Quand je parle d'assainir, je veux parler de mon désir de transparence, le plus possible.... Ces propos peuvent être vérifiés sur mon premier forum, pour information, vous avez les dates, qui sont inscrites et ce forum ne m'est plus accessible depuis bien longtemps.

   Mais il est un autre point qui me semble important, sur lequel je constate aussi de gros progres, qui est relatif au fait que de plus en plus, on n'entends plus les politiques que quand ils ont des choses à dire, pour parler de leur travail, et s'invectivent de moins en moins, ou si vous préférez ne s'appellent plus par des noms d'oiseaux, comme ce fût le cas, par le passé.

   Un peu comme si chacun voulait en quelque sorte "s'acheter une conduite".

  Alors, oui, je sais, certains diront "mais enfin au sein de chaque parti, ils s'écharpent un peu"....

  Enfin, ça c'est autre chose, ça n'est pas dans le but de faire la une des journeaux, d'une part, et ça reflete des frictions qui sont veritables, au sein des partis politiques, ce qui est bien différent.

 Que ce soit au sein de EELV ou ailleurs je considère que ça reste legitime et mesuré....

  Je trouve ça sain, moi qu'il en soit ainsi.

  Au Front National, c'est entièrement pyrmidal, et le confit, c'est une affaire qui est tout autre, puisque ce sont deux générations, qui sont parfaitement fidèles l'une à l'autre, fonctionnant rigoureusement selon les mêmes critères, que ce soit le père où la fille, et marine le pen s'evertue à tenter de laisser croire qu'elle est plus respectable que son père, ce qui est faux.

 Il était d'ailleurs l'invité sur France Inter, pas plus tard qu'hier matin.

http://www.franceinter.fr/emission-invite-de-7h50-jean-marie-le-pen-marine-a-prononce-un-discours-100-jean-mariste

     Il fût un temps où j'avais prédit (il ne fallait pas avoir fait psycho pour savoir ça !) que la guerre aurait lieu entre marine le pen et son père, puisqu'elle ne faisait de la politique que pour réparer son père....

   Mais à présent, elle veut utiliser les gamelles de son père, pour faire sa cuisine à elle, alors que lui, la nouvelle cuisine, c'est pas son truc...

    Aussi doit on admettre que de l'expression, "marine le pen veut tuer le père" on est gentiment passé à l'expression "jean marie le pen veut tuer sa fille", comme il l'a deja fait pour une autre de ses filles, qui avait voulu faire sa cuisine personnelle, et qu'il a tué symboliquement.

  Il est donc parfaitement coutumier du fait.

   En fait je vais vous dire, moi, où réside le problème.

  Je ne comprends absolument pas, le comportement de marine le pen,vraiment.

  Si elle  prétend faire de la politique pour les bonnes raisons pour le peuple français.

  Pour quelle raison, ne démissionne t elle pas purement et simplement, du Front National....

  Moi, je suis en mauvais termes avec ma mère, comme ça arrive souvent.

  J'ai une quantité non négligeable de linge sale à laver.....

  Et bien j'ai décidé que n'ayant pas de lave linge, je n'irai plus laver mon linge chez elle, puisque à chaque fois que je porte mon linge, pour économiser mes 8€ à la laverie automatique,  on se bouffe le bec.... Et que  je déteste ça.....

 Si marine le pen était une femme politique courageuse, elle partirait du Front National, et créerait son propre parti, qui deviendrait donc parfaitement indépendant du parti qui lui a été imposé par son père.

 Seulement voilà, marine le pen est tout sauf courageuse.

 En fait, elle est même l'inverse, puisque sans son père devant elle, elle n'aurait jamais fait de politique.

 Et là, au moins, elle serait droit dans ses bottes. Les militants qui lui sont attachés eux l'auraient suivie.

 Et pour finir, mine de rien aujourd'hui, alors que l'on prétend que environ 50% des français refusent que l'on vienne en aide au refugiés, je pense que le défit se trouve pour la population, de tester véritablement le courage de leurs politiques notamment en région.

   Je suis absolument persuadée, moi, que le sursaut qui a eu lieu, par l'effet de cette photo, sur la plage en Turquie de ce petit garçon, va provoquer une sorte de sursaut, dont j'ose espérer que les politiques qui le méritent, vont bénéficier.

 

Mercredi 9 septembre 2015.

 Je viens de regarder le journal sur I télé, et j'ai appris un truc parfaitement interpellant sur  les refugiés de façon générale.

 Il ne s'agit pas d'une simple impression mais plutot d'une etude serieuse quia été faite sur ce point.

 Ils ot expliqué que entre u refugié politique et un reg fugié economique, le second parvenait à s'integrer beaucoup plus facilement que le premier.

 Oui je sais pour certain ça doit sembler plutot secondaire.

 Pour moi, absolument pas, justement, il n'y a qu'à relire le titre de mon billet.

   En effet, être opposant dans un pays qui se fait généralement passer pour une Démocratie, alors qu'il persécute, harcèle, espionne, emprisonne, toture et tue, ses opposants politiques, qui dans le meilleurs des cas parvient à fuir et demander justement l'asile politique, dans une democratie véritable, il ne fait aucun doute que le courage qu'il ait montré dans son pays d'origine, s'il apparait comme un véritable héros, ce qu'il est objectivement face à une diapora de son pays dans son pays d'accueil parfaitement exact, n'en reste pas moins vis à vis de ses voisins comme une sorte de bête curieuse, qui a plus de mal à s'intégrer socialement, dans le pays qui l'accueille.

 J'eprouve le besoin de poser l'index sur ce fait, pour simplement préciser, que le courage politique "quand on est aux mannettes"  et qu'on perçoit son salaire, dans un pays démocratique, devrait il me semble être plus facile chaussser que ce courage là dont je parle, au sujet de ces personnes opposantes, généralement, dont la fibre de la Justice est aussi épaisse et consistante, que celle par exemple des lanceurs d'alerte......

 Je capte ici et là, que chaque pays d'Europe finit bon an mal an, par accepter ses réfugiés et je m'en réjouis.