google-site-verification: google7d26736b1ef720ed.html

"Trop mimi, la petite trisomique".

 http://www.france2.fr/emissions/toute-une-histoire

 Aujourd'hui, à "toute une histoire", l'emission était consacrée, à la trisomie 21, qui est une maladie génétique.

   J'ai trouvé ça fort interressant, mais je dois dire, que moi, ça m'exaspère, quelque peu....

   Entendoncs nous bien, je n'ai absolument rien à redire, ni sur l'intention de la production, ni les intentions plus générales, qui sont evidentes, et qui tendent à expliquer, que ces "enfants", s'ils sont handicapés, peuvent pretendre donner autant d'Amour, à leur s parents, qu'ils sont dignes d'en recevoir.

   Mais je dois dire que j'ai au travers de la gorge,  ma participation à une discussion, il y a quelques temps, oùl'equpe de l'2mission, n'est absolument pas intervenue, enfin, j'oses l'esperer, qui d'ailleurs, emanait, du Qubec, sauf erreur de ma part, et qui condamnait Charlie Hebdo, qui avait eu le lulot de faire de l'humour, sur la trisomique, et donc, par amalgame, sur les trisomiques, eux même.

   Certes vous me direz que tout ceci n'est pa lié, et pourtant.

   Je vous donne le lien de la discussion que j'avais continuée, version monologue et sur  mon site, exclusivement, pour la seule raison que sur "linked", il etait impossible de répondre de façon publique, à un commentaire cité, ce qui, pour faire avancer le débat est juste illogique.

  Donc, j'avais rapporté le lien sur mon site, pour que je continue mais je n'avais pas pu pousuivre, faute de temps.

  Aussi cette émission m'en donne t elle, l'opportunité.

 (Je ne retrouve pas le lien).

   Aujourd'hui, je remarque effectivement, que certains trisomiques, parviennent à une forme d'autonomie, vraiment surprenante, et à ce titre, pourraient sembler, pour certains bien moins handicapé, qu'on ne l'aurait soupçonné, quand le verdict était tombé;

 Soit, je ne nie pas celà.

 Le problème, ne reside, pas dans ce fait.

   Le problème reside, aujourd'hui, dans le fait que certains voudraient nous laisser croire que la trisomie, serait une simple différence, "à peine plus problématique qu'une autre différence,  et qu'à ce titre,   des parents, qui apprennent  que leur bébé va être trisomique, ne devraient pas éprouver le désir de rejeter ce bébé à venir, et  avoir recours, à unavosrtement therapeutique, qui est alors, je suppose, proposé par le corps medical...

  Voilà, moi, ce qui me pose problème.

   J'ai bien noté, oui, effectivement, que certains d'entre eux, s'en tirent infiniment mieux qu'on ne l'aurait jamais espéré, mais ceux là représentent quel pourcentage, relativement à tous ceux, qui eux malgré les bons soins, et très probablement, un Amour inconsidéré de leurs parents, ne parviennent pas, adultes, à être autonomes, et finissent dans des centres   de handicapé adultes ?

 Voilà, pourquoi, moi, je suis véritablement irritée, parce discours, angelique, sur la trisomie.

   Moi, perso, "tro mimi le trisomique", j'utilise ce vocabulaire, pour un animal de compagnie, j'aurai pu dire "un clébard", juste pour transcrire ma colère, excusez moi si je choque.

 le couplequi a pris le decision d'adopter un enfant handicapé, soit, je comprends fort bien, quel courage, effectivement.

 sauf, que pour nformation, s'ils ont reussi à surpasser la culpabilité qui n'a  jamais lieu d'être, de  de pas être parvenu, à concevoir eux, un enfant, jamais, de leur existence, ils n'ont eu, eux, à surmonter la culpabilité d'avoir conçu un enfant, qui est bien, lui, handicapé, et c'est bi el et bien là, que reside, le veritable probleme.....

   Car vu de l'extérieur, les beaux discours angéliques sont bien faciles, mais  au fond de son coeur, quand la nouvelle vous tombe dessus, alors que vous n'êtes enceinte que de quelques mois, je n'ose même pas imaginer la profonde détresse, qui s'abat sur ces couples.

    C'est à eux que je pense moi, parce que ces parents sont aussi susceptibles pour information d'avoir aussi d'autres enfants, plus jeunes plus vieux, qui eux aussi seront comme c'est toujours le cas, plus ou moins broyés affectivement, par l'accaparement affectif que nécessite le fait d'assumer l'éducation d'un enfant handicappé, qui plus est, "handicapé mental"....

    J'ai trouvé assez curieux, d'ailleurs, d'entendre le discours de ce couple adoptant, qui craignait le handicap physique, alors que la trismomie, elle, ne leur posait pas problème.

   Je précise, que ça n'est pas un jugement de la ma part,  mais juste une interrogation, que je me pose, si l'on considère qu'un handicapé physique, peut plus facilement prétendre  devenir veritablement autonome, puisqu'il trouvera un travail plus fcilement, qu'un handicapé mental, il me parait alors, opportun, à toute personne, qui se trouve dans ce cas, des e demander, ce que l'on cherche, quand on s'interrese au handicap ?

  Est ce que l'Amour, qu'on a la pretention de lui apporter, réside, dans le fait, de l'eduquer, pour le rendre autonome ?

  Ou est ce pour  d'autres raisons ?

 Encore une fois, "pas de jugement", juste, "j'aimerai comprendre".

   Pour information, je n'ai moi, aucun souci  avec le handicap, en général, et pas d'aventage, avec les trisomiques qui viennent vers moi, assez naturellement, assez souvent. Et pour cause, c'est toujours comme ça, des quelqu'un est stigmatisé, ils ne font donc pas exception.

   J'ai trouvé interressant, sinon, ce qui a été dit, au sujet de la communication, et au sujet de l'école. Pour une fois qu'on ne la méprise pas pour  avoir fait sentir que de scolariser un handicapé, quelqu'un soit, quelque part, puisse eventuellement poser un problème.......

  Bon, sinon, puisque j'ai prétendu, au début,  poursuivre  au sujet de l'humour, et des trisomiques, je vais être relativement brèves, à plus forte raison, considérant les évenements qui ont frappé Paris, il y a une semaine.

  Je vous recommande, la série "vestiaire", dont je vous donne le lien.

https://www.youtube.com/user/vestiairesfrance2?annotation_id=547343ab-0000-2d5b-9539-001a1140b3cc&src_vid=yuzMOPMXZP4&feature=iv

 Moi, perso, "Je lâche les chiens".