google-site-verification: google7d26736b1ef720ed.html

Un jardin blanc, pour l'Abbatiale Saint Ouen.

 Je parle de celle de Rouen,  dans le prolongement de l'hôtel de ville.

 Dans une vie antérieure, l'idée m'était venue.

  En relation avec mon passé de traumatisée sexuelle,

Me vint une envie de jardin blanc.

 Un chemin symétrique,

 Où seule la couleur de la Pureté aurait droit de cité.

Hélas,

 Novice en Art paysager,

 L'orientation même du chemin destiné,

Des cerisiers fleurs, quasiment immaculés,

 Une fois formés, et bien enracinés,

 De leur silhouettes pourtant durement éprouvées,

 Je réalisais au fil des ans,

 Que l'orientation même du chemin dessiné,

Contrecarrerait forcement,

 L'objectif fantasmé……

 al Mort d'un jardin, donne la vie à un autre.

 Une nouvelle page de ma Vie se tournait. 

 Sachant que le pape François entamerait les démarches nécessaires,

 En son Eglise, pour mettre bon ordre,

 je lui proposais cette idée, celle de créer un jardin blanc,

 En Italie, dans le seul et unique but, de symboliquement,

Apporter un peu de sérénité aux victimes des crimes sexuels,

 commis par les prêtres pédophiles, au sein de son Eglise.

 La semaine dernière, me rendant dans les jardin de l'hôtel de ville,

 je réalisais que mon idée avait pris forme, autour de l'abbatiale,

 par la plantation d'hydrangeas aussi ordinaires qu'immaculés,

Je précise, car cette forme n'est que trop peu recherchée.

La canicule, en Normandie, nous n'y sommes guère habitués, et eux, pas d'avantage.

 Je propose pour leur tenir compagnie, de l'aspérule odorata,

épilobes blanches, en arrière plan, et lys de Madone.

 Prévoir des épuisettes, ou insectes acteurs,

sachant similer la mort pour les cryocères oranges, 

 Et ça, sans que ça ne derange......

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.