google-site-verification: google7d26736b1ef720ed.html

Brigitte macron s engage dans la protection de l enfance

Brigitte Macron s'engage dans la protection de l'enfance.

Je copie colle, l'article en question, dans le JDD.

INDISCRET - Brigitte Macron a reçu les auteures d'une récente tribune dans le JDD réclamant d’ériger le sujet de la protection de l’enfance en grande cause nationale. Un délégué interministériel devrait être désigné mardi.

La journaliste Françoise Laborde et la vice-présidente du Conseil national de la protection de l’enfance, Michèle Créoff, auteures d’une récente tribune dans le JDDréclamant d’ériger le sujet de la protection de l’enfance en grande cause nationale, ont été reçues par Brigitte Macron. Début novembre, 15 juges pour enfants ont à leur tour exigé un "plan d’urgence". Message entendu à l’Élysée. Un délégué interministériel devrait être désigné mardi. Parmi les candidats auditionnés, un magistrat spécialisé et une personnalité qualifiée issue de la protection de l’enfance tiennent la corde.

Lire aussi notre tribune - Françoise Laborde et Michèle Créoff s'engagent contre la maltraitance familiale

Brigitte Macron s'était déjà mobilisée sur des sujets comme la prise en charge des personnes autistes ou le harcèlement scolaire. La première dame avait prévenu dès l'été 2017 qu'elle s'engagerait contre toutes "les exclusions", "notamment ce qui touche au handicap, à l’éducation et à la maladie".

Deux enfants meurent chaque semaine sous les corps 

Le 21 octobre dans le JDD, des personnalités de tous horizons avaient signé une pétition adressée au président de la République et assortie de propositions pour faire de la protection de l'enfance une "grande cause nationale". Les signataires rappellent qu'en France, "chaque semaine, deux enfants meurent sous les coups et les tortures" et "73.000 cas de violences sur mineurs sont identifiés par les forces de police chaque année, soit 200 par jour". En France, poursuit le texte, "7.000 viols de mineurs sont officiellement recensés chaque année, soit presque 20 par jour" et "la moitié des victimes de viols et d'agressions sexuelles ont moins de 12 ans. Seulement 2% des cas donnent lieu à une condamnation".

  Outre Michèle Créoff et François Laborde, comptaient parmi les premiers signataires des représentants d'associationS (j'imagine qu'il ne doit pas y a voir qu'une seule association, representée)d'aide à l'enfance ou de lutte contre l'inceste, mais aussi les philosophes Sylviane Agacinski ou Élisabeth Badinter, les animateurs Nagui et Flavie Flament, l'humoriste Florence Foresti, les acteurs Bruno Solo ou Anny Duperey, ou encore le footballeur Adil Rami.

   Bon, le souci réside dans le fait que c'est aussi d'argent dont il est question, puisque par definition, la Justice étant le parent pauvre, du budget de l'état, pour ne pas dire la ciinquième roue du carrosse macronnien, comme à l'époque de Sarkozy, décider que ça devienne grande cause nationale, devra bien s'accompagner,  d'autre choses que de belles paroles.

   Et qu'on ne vienne pas nous dire, alors, que "justement, les  taxes sur l'essence".....

   Vous la sentez bien venir, la diversion, là, vous la sentez bien venir ?

   Et si ça n'était que la diversion. je les entends  deja, tenter de culpabiliser les gilets jaunes, pour les faire passer pour les méchants, qui ne veulent pas casquer, pour finncer les programms qui sont sensés voir le jour, autour de l'aide à l'enfance.

 Comment vous dire ?

   Un enfant, qui vit dans une famille, ou l'inquietude est quasiment constante, pour cause de précarité sociale, est d'autant plus susceptible, de se trouver en danger, alors, "on ne nous la fait pas", à nous, certainement pas !

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire