google-site-verification: google7d26736b1ef720ed.html

La loi "cabaret des oiseaux".

 Je précise que je suis allé vérifier sur internet, pour voir si mon idée n'aurait pas été prise deja par d'autres personnes.

 Il se trouve une association, qui porte ce nom en Bretagne, qui préserve l'environnement, ainsi que  la faune et la flore. nous sommes donc, dans la m^me dynamique, comme s  l'association "Cardère" en Normandie.

http://www.cardere.org/

 Son lien est ici :

http://lecabaretdesoiseaux.free.fr/index.html

 Il existe aussi un jardin en Bourgogne qui est lui aussi, dans une dynamique, proche des autres, et de la notre.

http://www.lecabaretdesoiseaux.com/

 Sauf erreur de ma part, il me semble bien avoir deja visité ce jardin, il ya une dizaine d'années, "dans une vie antérieure"  qui n'était pas encore BIO à l'époque, ni axé particulièrement sur le médicinal.

 Je précise que le nom que je donne à cette idée que je trouve géniale, puisqu'elle est mienne, (mouarfff !), prend l'expression au pied de la lettre veritablement, puisqu'elle concerne la legislation, relative aux debits de boisson.

 Mais je m'en explique.

   N'importe quel sociologue, vous expliquera que le bistrot, a toujours tenu un rôle fondamental, dans une société, dans notre histoire, et n'importe où, sans le monde, pour peu que les intégristes de tous poils, ne nous aient pas encore emmerdés sur ce point. Auquel cas, chacun sait que celui qui a envie de se soualer va acheter son alcool en magasin, et se soaoule chez lui,  ou dans des bistrots clandestins, ce qui n'est guère plus satisfaisant.

  Quand je parle d'un rôle fondamental, dans une société, pour moi, c'est juste une évidence.

 Je veux parler, moi, d'un rôle d'intermédiaire, de mixité, de relationnel, et de simplement "souffler un peu".

Ce rôle certains bistrots le remplissent. J'en connais.

Bien peu en vivent.

   Je sais que ces débits de boisson, sont des établissement carrement tabous, pour peu que dans la famille, on ait quelqu'un qui en ait été le pillier, ce qui est somme toute, parfaitement légitime.

  J'ai le souvenir enfant,, d'y être allé avec mon père et un copain à lui. j'avais vu  bu une grenadie je crois bien que c'était la première fois que j'y mettais les pieds.

  Une fois rentrés à la maison alors que c'était purement exceptionnel,  ma mère levat ls yeux au ciel parce que son mari "vait emmené sa petite fille au bistrot".

  N'empêche que si petite que j'étais j'avais trouvé son attitude stupide.

  Ils avaient discuté le bout d'gras devant une mousse et moi,bu ma grenadide, l'affaire d'une m petite demi heure et puis voilà.

  Les adultes des fois, sont vraiment bizarres, vous en conviendrez.

 Mais le problème aujourd'hui, réside dans le fait que ces bistrots sont menacés, ce qui somme toute est parfaitement logique tel que la législation, est faite.

 Pour commencer, le prix de la licence, pour avoir le droit d'exercer est juste prohibitif.

  Ensuite, si au siècle dernier il y en avait des quantités phenoménales à present c'est le contraire il n'y en a plus assez;

 Je pense moi que l'énorme connerie qui ait été faite, réside dans le fait d'avoir supprimé le marchand de journeaux qui y était accolé.

 Parce que, venant boire son café, la clientèle régulière, venait faire sa pause, en même temps.

 Là plus de presse, dans la même boutique, ceux qui viennent acheter le journal, rentrent chez eux et lisent leur journal chez eux.

 Ensuite certains qui restent se sont alors tourné d'une part sur le commerce des cigarettes d'autre part sur les jeux d'argent.

 Ce qui fait que si je synthetise ces professionnels, sont specialisés uniquement sur les comportement d'addiction ceux là m^me  qui finissent quelquefois, à l'HP...

 ALCOOLISME ADDICTION AUX JEUX CIGARETTES.

 Le moins dangereux pour le cerveau etant de loin la cigarette.

 Mais attention, qu'on ne me fasse pas dire ce que je n'ai pas dit !

 Je comprends fort bien, que ces professionnels, sont dans une situation difficile, puisque voulant lutter contre ces fleaux là, d'une certaine façon, le gouvernement lui, du coup, est perçu par eux comme voulant leur mort à eux, ce qui n'est pas le cas !

 Mais pour que le bistrot, redevienne ce qu'il n'aurait jamais du cesser d'être, il faut prendre certaines mesures, d'ordre fiscales notamment.

 Que la license coute moins cher, parce que là, c'est plus du racket qu'autre chose, et ça ne date pas d'hier.

 Que la TVA soit plus élevée sur l'alcool, qu'elle ne l'est sur le jus de fruit. De telle sorte qu'on soit plus tenté par le jus de fruit que pa l'alcool.

 Mais la grosse révolution réside plus dans une forme de partenariat entre les cafetiers, et le gouvernemnt ou plus précisement, les villes, qui induiraient ainsi une forme d'engagement de l'un vis à vis e l'autre, pour notamment accuillir certaines activités, liées à la vie du village ou de la ville.

 Je veux parler des clubs de sport, associations loi 1901 etc.$ j'imagine bien que pour certaines assos, trop importante ce soit difficile.

 Mais quand ce sont des assos plus modestes, c'est parfaitement souhaitable.

  Mais pour ça, il faut trouver un moyen d'engager les cafetiers, dans cette démarche, car si la volonté est bien là, il est indispensable pour que ce soit viable, que ça repose sur une forme d'aventage réel....

 Je vais vous donner un cas concret.

   Un club de foot va venir faire sa réunion,   une salle à côté est souhaitable soit dit en passant, pour chaque café,  si ceux qui participent à la reunion, ne consomment pas, le cafetier luin'y trouve pas son compte ce qui est parfaitement compréhenssible....

   Si d'emblée il s'est engagé à mettre à disposition, cette salle tant de fois par an, pour cette ssociation, et qu'ilsit qu'en retour il va a voir tel aventage d'ordre fiscal, ou autre il sera nettement plus cooperant ce qui est legitime.

  Je veux dire par là qu'il faut trouver un moyen qui ne peut que se manifester par des aventages financciers, de remettre le café au sein des villages et des villes,  tout en induisant le plus possible le fait que la vente de trucs à gratter la vente d'alcool, ou quoi que ce soit d'ordre addictif, n'entre en ligne de jeu pour que ce professionnel, puisse en vivre.

 D'où la necessité pour le gouvernement, de mettre la main à la poche.

  Combiné à ce principe, selon la place qui est disponible dans le café, on peut aussi envisager, que ce dernier soit couplé, avec un lieu d'exposition pour que les jeunes artistes ou moins jeunes qui souhaitent commencer à exposer, puissent le faire faisant entrer ainsi dans ce café des personnes qui eventuellement ne seraient pas entrées, ou bien qui culturellement, n'ont jamais été habituées à fréquenter des galeries, si modestes soient elles.

  On peut aussi envisager, que ces cafés, soient couplés avec des points de dépots, pour de la vente par correspondance,  dépot de poste, épicerie, livres d'occasion,  galerie d'Art,  petite scene pour faire passer quelques artistes du coin, enfin n'importe quelle autre acivité, en fait, en dehors de la nourriture, à moins ue ça ne soit une brasserie,  pourvu que le gestionnaire du café lui, soit concerné par cette activité parallèle.

  Dans certains point stratégiques, on pourrait même peut être envisager de supprimer complètement l'alcool, de telle sorte que certains jeunes qui vont mal, puissent y être pris en charge, en accordant la license à des professionnels de la santé qui auraient fait psycho par exemple.

  En fait je pense que l'idéal serait de créer cette loi, de telle sorte que l'éventail des possibles puisse être le plus large possible, pour que les initiatives individuelles puissent se realiser sur ce sujet et que ces projets soient les plus viables possibles.

 Mais pour finir su ce sujet je vais vous raconter.

 BARENTIN.

 J'avais apporté mon linge à la laverie.

 Sur la route qui va à Duclair, se trouve un bistrot. Il fallait que je trouve un endroit à l'abri pour tricoter, le temps de récuperer mon linge devant un thé.

 Comme d'habitude, j'observais, mine de rien, en tricotant.

 Faut dire qu'avec ce que je tricotais, le pull en lui même prêtait à rire; car oui, j'arrive à faire du comique pour ne pas dire "du cosmique" rien qu'en choisissant les couleurs, c'est vous dire.

 Enfin, beaucoup souriaient, rien à qu'à me voir tricoter, je me disais "Mais enfin, ça n'a quand même pas grand chose à voir avec le comique ç'tafairrrr'.....

 BREF le temps que mon linge soit lavé il m'a bien fallu une heure.

 J'ai pu voir ainsi, que ce café était bien VIVANT... Et qu'il remplissait super bien son rôle.

   Puis au moment de payer, je commençais à tailler un peu la bavette, avec "la tôlière",  qui souriait, je ne sais plus comment elle a fini par me dire ça. Et bien oui, je tricotais. Enfin bref, elle tenait avant un magasin de laines, elle bossait chez PINGOUIN !

   Ce qui m'a fait sourire, puisque ça permet d'en venir au tricotteuses bénévoles, qui seraient, j'en suis sûre, parfaitement partantes pour se réunir ainsi, autour d'un petit café, et parler layette.

http://tricotezcoeur.com/

http://www.sosprema.com/antennes-locales/les-petites-fees/

http://tricoland.forumpro.fr/t18111-adresses-des-associations-de-tricot-pour-les-premas

 

 

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire