google-site-verification: google7d26736b1ef720ed.html

La véritable origine de la tradition de la galette des Rois.

 Et oui encore une fois, on nous mène en bateau, et ça, depuis combien de siecles, le saura t on un jour ?

 "Fabuloserie", moi, je vous dis...

  Deja, l'histoire du père Noël, qu'il existe assez de naïveté chez les adultes, pour faire croire à ce vieux pervers qu'il distribue des cadeaux, alors, que chacun sait, que c'est moi, Célestine qui se coltine tout le travail, pendant que ce gros porc, se saoule à la bière, chaque Noël,  et que c'est bibi, qui bosse comme un con...

  Ha, non, là, franchement.

  Heureusement, que moi qui suis pure comme la rosée du matin, un firmament de pleine lune, dans le but de rétablir quelques vérités,je suis là parce que sinon, "mais où s'en va t on" ?

  D'ailleurs, à chaque fois, dorénavent que je verrai qu'on cherche à vous berner ainsi, je viendrai faire le justicier, ras le bol, qu'on vous mène ainsi en bâteau, non mais vraiment.

 Comment je vais ?

 Et bien écoutez, à part quelques engelures, parce qu'une souris sur un traineau, avec les rènes,  qui ont tendance à en faire un peu qu'à leur tête,  (et Dieu sait qu'une tête de rène, ça vaut bien une tête de noeud)et puis tous ces paquets, je suis pas loin du burn out, mais enfin, avec un peu de repos, et m'eloigner un peu d'internet, ça devrait faire la rue Michel....

  Non, non, je sais, l'autre bourrique qui a encore perdu son chat, et bien écoutez elle n'avait qu'à pas la laisser sortir ! Je sais pas moi, où il est dans un faitout, pour faire un ragoût, peut être ?

 Oui, je disais donc, aujourd'hui, je vais vous révéler la véritable histoire, qui est à l'origine, de la galette des Rois.

  Dans des temps si anciens, que la Jeanne, à la radio, ce matin, centenaire, et aimant les gypsy king, elle n'était même pas encore un "supermatozoïde", vivait un roi, il s'appelait Thomas, qui las d'être fénient, entre trois siestes et trois cuites, qui engendraient donc quelques siestes à n'en plus finir, décidât un jour, de partir en forêt.

 Un pinson lui apparût, et entre deux pinsonnades, lui sussurât à l'oreille, que déguisé en loup, il aurait alors, tout à loisir, la possibilité d'écouter les oiseaux, de façon beaucoup plus aisée, puisque ces derniers le verraient moins progresser dans la forêt.

  Il pensât bien emprunter le costume de peau d'âne,  à Catherine Deneuve, mais manque de bol, ça se passe plusieurs siècles plus tard.....

 Alors, il se dit que dans le royaume, se trouverait bien un ours mal lêché, qui ferait l'affaire.

    Et sur ce point, il n'eût que l'embarras du choix.

  Ainsi, il prit cette habitude.....

 Les enfants du village, qui étaient deja tous scolarisés, pas encore autant qu'en cette future année 2015, où parait il, le taux de scolarisation des enfants, au niveau mondial, sera en constante augmentation, mais enfin, deja, à l'époque, Charlemagne avait deja fait des siennes, et donc, dans le cadre  des classes nature, certains enfants, se promenaient dans les bois...

 Oui, je sais, "pendant que le loup y'est pas"... CERTES......

Mais un homme, seul, dans les bois, couvert d'une peau d'ours mal lêché, sait on jamais ?

Ainsi, les enfants apprirent ils à s'en méfier, trop, peut être ?

 Oui, c'est vrai qu'à son passage, le Roi, ainsi vêtu, ressemblait fort, il faut bien le reconnaitre, au gros chien du village, quand il sort de son bain, dans la mare au purin, avec une multitude de petite mouches, qui gravitent autour de lui.

Mais il n'empêche que le bon gros Roi tout puant, mine de rien, n'avait plus toute sa cour, si lourde à trainer, sa drôle de manie, ayant très rapidement découragé les plus assidus, à lui faire des courbettes, et des compliments...

Ainsi, au moins, respirait il, enfin, en dehors de l'odeur de purin de son déguisement, un air infiniment plus respirable.

 Un jour, un accident qui aurait pu mal se terminer, fit que le Roi Thomas, sous son déguisement, tombat dans un piège, qui avait été installé, par les chasseurs, dans le but, d'attraper du gros gibier, c'est à dire, un trou....

 Mais une fois tombé, impossible de s'en sortir seul, les parois étaient trop abruptes....

Il n'eût donc d'autre recours, que d'appeler au secours, alors que les enfants laissaient entendre au lointain, leurs batifolages....

 Le vent soufflait fort, parmi les branches, aussi craignait il que ses appels au secours, ne soient pas entendus....

 Et puis au fond du trou, son portable ne captait pas !

Au bout d'un moment, des bruits d'enfants, moins forts, mais plus près, se firent entendre... Ils questionnaient, il redoublât ses appels à l'aide.

  Une fois au bord du trou, il expliquât sa mésaventure et l'ATSEM qui accompagnait la classe, suivie de la maitresse, lui portèrent secours.

  le premier qui chante "maitresse ho ma maitresse, etc, je lui en colle une.

  Ils échafaudèrent quelques théories, sur la relativité au sujet de l'efficacité d'un échafaudage à l'envers, auquel le pauvre Roi, se serait accroché, comme une pauvre araignée, qui aurait echappé au bouillon de midi (ce qui est infiniment moins grave, que le demon de midi).... Mais avec leur matériel péri scolaire, se trouvait une corde, assez solide, pour pouvoir porter un bonhomme, il était plutot mince, mais ça faisait quandm^me un certains poids.

 Ils échafaudèrent un plan, qui consistait à appuyer la corde, sur un arbre tombé non loin de là, le Roi Thomas, attaché à la ceinture, fût ainsi hissé ors du trou.....

C'est de là, que vient l'expression "TIRER LES ROIS".

 En souvenir de cet accident qui se terminat bien, il circulat, quelques variantes, de cette mesaventure, sur les reseaux sociaux, mais ça n'était que des menteries.

  Il decidât donc que le premier dimanche de janvier, dans tout le royaume de France, on mangerait une galette qu'il y aurait une fève.... etc.

Mais ce que tout le monde ignore, par contre, réside dans certains détails, qu'il importe aujourd'hui de révéler, parce qu'ils sont amusants.

 Pour commencer, la fève en elle même, certes.... Symbole du renouveau, la fève est une graine, et si les jours ont commencé à rallonger, le temps est encore trop froid, pour commencer à jardiner. Mais la fève est une des premières graines, avec les pois, à accpeter de germer, dans un sol pas encore réchauffé, c'est Alain Baraton, qui l'a dit aux infos, ce matin, et Stéphane Marie, qui a confirmé la nouvelle, quelques heures après, sur France 5..... 9a ne peut ^donc être que vrai.

  Mais il avait surtout décidé, ce jour qui avait bien failli lui coûter la vie, que jamais au grand jamais, s'il serait un jour toléré, que l'on fasse commerce des graines ou de semences, sous aucun prétexte, qui que ce soit, si la science le permettait un jour, n'aurait le droit d'interdire, d'utiliser ses graines, pour ensemencer son champs, et de s'approprier, par la Loi, le droit de jouir du pouvoir germinatif des plantes, quelles qu'elles soient pour pratiquer l'agriculture, et donc subvenir aux besoins alimentaires de ses semblables....

 ET SUR CE POINT IL AVAIT PARTCULIEREMENT INSISTE, ALLANT JUQU'A MENACER D'EMPRISONNEMENT, CEUX QUI S'EN RENDRAIENT COUPABLES.

 

 Comme ce Roi Thomas, était un galant homme, qui avait le sens de l'humour, il decretât aussi, que celui, ou celle qui gagnerait la fève, devait faire 50 fois le tour de l'Eglise à poil...Mais ça, nul ne sait pour quelle raison, cette coutume s'est perdue.