google-site-verification: google7d26736b1ef720ed.html

70514178 522760318566402 2091924294656327680 n

FEMINICIDES.

 Beaucoup d'émissions, depuis plusieurs années, traitent de ce sujet., je vous propose d'aller en revoir certaines, en suivant ce lien.

https://www.france.tv/france-2/ca-commence-aujourd-hui/

Ensuite...

https://www.facebook.com/SimoneMedia/?__tn__=%2CdkCH-R-R&eid=ARD6iTHzRLXuPenhoUt_g003oKfnn7Pd5Yb0fnXZw59sfZkUEp6Gu1X5ge5kwyP_XlzvkEyRlMhz4MM5&hc_ref=ARSbVwrgfOd7J6KOD0tM-U0iKK1vEs7cIzvLNM9Rvh-qDPk5oDuhktXPEnwVA-XxjMY&fref=nf&hc_location=group

 Le gouvernement, via la ministre Marlène Chiappa, propose, certaines choses, moi, je demande à voir. Pour tout dire, l'enorme aventage, residerait dans le fait, qu'il n'ya pas vraiment, à tergiverser, pour que ça avance, dans la mesure, où personne, ne peut s'ap opposer au fait, de condamner...  C'est vraiment, pour commencer, un probleme de moyens financiers, soit, on voit ça, comme une priorité, soit on s'en fout.

http://www.nous-toutes.com/

https://fondationdesfemmes.org/

https://www.europe1.fr/societe/temoignage-laura-victime-de-violences-conjugales-pendant-5-ans-vous-voyez-la-mort-3917198#xtor=EPR-202-[Quotidienne]-20190902&lacid=europe1_10921067

3 Septembre 2019.

https://www.liberation.fr/france/2019/09/02/lutte-contre-les-feminicides-l-obligation-de-resultats_1748870?

utm_medium=Social&utm_source=Facebook&fbclid=IwAR0D5kO1wBQFXWV8cIuK-VisVKIKfGIpANxL-v8vWSjvXet90OtV-S-eqcM#Echobox=1567453272

https://www.franceinter.fr/je-vous-appelle-parce-que-mon-petit-copain-m-a-frappe-reportage-au-commissariat-d-amiens

https://www.franceinter.fr/violences-conjugales-trois-histoires-qui-illustrent-les-lacunes-de-la-chaine-judiciaire

 Ne vous inquietez pas, je n'ai pas l'intention, de me contenter de poser des liens.

 4 septembre 2019.

 Alors que le gouvernement a entamé hier, le grenelle demandé par les associations, le sujet se trouve alors traité par les médias, d'une part, en donnant la parole aux victimes, mais aussi, par les associations ou la ministre,  sensée prendre le sujet, à bras le corps.

  Sur la nécessité, d'un tel grenelle, personnellement,  je n'ai pas trouvé ça si nécessaire que celà, puisque c'est d'argent, dont les associations ont besoin, bien plus que d'autre chose. 

  Mais enfin, on ne va pas faire la fine bouche sur le sujet, ou bien alors, on met toutes un rouge à lèvre dépassant, de façon outrancière la commissure des lèvres.

 Ca vous rappelle quelque chose, peut être ?

 En effet, l'aventage du grenelle, il faut bien le reconnaitre, réside dans le fait que de faire un grenelle, oblige les médias, à poser le sujet dans l'une des priorités, dans le fil d'actualité, et donnent alors la parle, aux différents protagonistes, et par effet de dominos, aux associations, ainsi qu'au victimes...

 Et ça, ça n'est pas négligeable.

 Quand même, "en rire", et je ne suis pas la dernière,  n'empêche en  aucune façon d'être efficace, pour les dénoncer (les féminicides), mais surtout, les politiques, qui sont plus dans un effet d'annonce, (voir, al chronique de Nicole ferroni, ce matin), qu'autre chose...

 Ou bien les gros porcs,  qui trouvent aussi légitime de "casser de la bonne femme",  dans les proportion aussi déroutante, que le degré de leur bêtise..

 Pour ceux là, je vous recommande, Guillaume Meurisse, hier après midi, qui n'a  pas son pareil, pour les dénoncer.

 Je sais, on dit toujour, "mais enfin, Guillaume, comment, tu fais, pour les dénicher"... Faut pas aller chercher bien loin, quand on observe qu'écoutant des conversations entre mecs, sur le viol, on entend, y compris, de la part de femmes, des phrases, comme "elle l'avait bien cherché"...

 Pour les violences conjugales, les mêmes connards, sont bien sûr au rendrez vous, et on pourra faire tous les grenelles de la terre,   la connerie,  dans la construction d'un individu, est aussi constitutionnelle, que les lois  qui régisse  la société francaise, ou si vous préférez, "c'est inscrit sur leur disque dur".....

 Pour ceux là, les cas désesperés, qui généralement, votent RN, (désolée, mais on en reparlera vite, J'AI DES ARGUMENTS EN BETON)...

 Mais revenons en à nos féminicides.

 Un des soucis qui me préoccupe, réside dans le fait qu'on entend des propos, qui, s'ils peuvent être entendus, ne sont pas toujours bienvenus.

 Que la ministre invitée, sur France Inter, hier matin, soit plus dans la posture, qu'autre chose, ne fait aucun doute, tant est grande, l'urgence, et donc la demande.

 Ce qu'il faut comprendre, réside dans le fait, que les violences faites aux femmes, n'arrivent quasiment jamais, comme tombées du ciel, à de rares exceptions pres.

 Elles résultent généralement, d'un processus de destruction psychologique, qui commence, par une négation du moindre propos de la femme, avec le sentiment, qu'on est devenues complètement transparentes, pour évoluer par des réflexions désagreables, puis ensuite les insultes, qui commencent à devenir, de plus en plus fréquentes.

 Bien sûr, il arrive que certains éclairages, comme la prise de drogues ou d'alcool, ou d'autres contextes modifient, un peu la donne, mais assez souvent, c'est ainsi, que les violences s'installent...

 Sur ce point, j'ai une bonne nouvelle, je viens d'achever mon livre sur les addictions, qui va s'appeler, "addiction, prendre le mal, à la racine".

 J'ai commencé à peine à le proposer aux editeurs, si certains sont interressés, qu'ils prenent contact avec moi.

  Parmi les propositions que j'ai entendues depuis hier,  beaucoup ont été faites, mais aucune ne peut prétendre, être ce qu'on pourrait appeler, "la panacée", et offrir une solution miracle, quand bien même, on en aurait les moyens, pour la simple raison, que si certaines similitudes, peuvent apparaitre, d'un cas à un autre,  bien des nuances (de gris ?) apparaissent, qui pourraient démontrer, que telle méthode, ne serait pas adaptée, à tel cas, ou bien à tel autre....

 Il existe d'autre part, une grande simlitude, entre l'agression sexuelle ou le viol, et le phénomène de violences conjugales,  et ces similitudes, ont pour conséquence, qu'elles ont pour repercussion, que la victime, elle, est en état de sidération,  et qu'à ce titre, attendre d'elle qu'elle porte plainte aussitôt, en situation d'énorme souffrance psychologique, ne me semble pas necessairement souhaitable...

 Attention, je ne suis pas en train de prétendre,  que ce soit une erreur.

 Je prétends juste, que le fait, qu'elle soit en situation de sidération, et de panique complète,   est un contexte psychologique,  qui me dit, qu'il faut trouver une méthode, qui lui pemette, d'être protégée.

  Le fait qu'aujourd'hui, pour  qu'un mari, qui frappe sa femme, ou sa compagne, et (ou), la menace de mort, ne puisse se faire, que si un juge a ordonné une mesure de protection, et donc, laisse un delai de 15 jours, à l'agresseur, pour passer à l'acte, pour moi, est inentendable... VRAIMENT.

 Il la tabasse, il la menace de mort,  mais il a un delai de 15 jour, pour passer à l'acte ! 

 NON, DES QU'IL Y A MENACE DE MORT ET COUPS, les postes de police, doivent être habilités, à imposer un bracelet d'éloignement, à l'homme présumé dangereux....

 Je veux dire, qu'il n'est pas necessaire, qu'il y ait  l'intervention d'un juge, pour avoir recours, au bracelet d'éloignement.

 On me dira, alors, peut être, qu'alors, n'importe quelle femme, qui veut éloigner son mari  ou son compagnon, peut alors aller raconter tous les bobards, sur son compte.. J'y viens.

 Au sujet des violences sxuelles, et agressions, ou viol, sur un autre fil, j'avais proposé que la mais courante, soit d'avantage sollicitée... Pour les violences conjugales, y compris, violences psychologiques,  il en est de même.

 On m'a fait savoir, ces derniers temps, par différents médias, que je devais y revenir. Alors, j'y reviens.

 Il faut aussi, dans cette hypothèse, qu'un ficher soit établi, et qu'un homme violent soit fiché comme tel, c'est très important, notamment, en ce qui concerne les tentatives qui suivent, quand il cherche à refaire sa vie, en changeant de région, comme le font les pervers manipulateurs...(qui, eux, ont généralment, ont une prédisposition, pour les violences psychologiques, et non physiques).

 Si l'on tient compte, de ce que j'ai expliqué, plus haut... sur l'évolution, la plus couramment observée...

 Avant d'en arriver à prendre des coups, la victime a pu observer, la dégradation des rapports, avec son compagnon, ou son mari, ou son ex....

 Des que la peur s'installe, DES LE DEPART, DES QU'ELLE OBSERVE DES SIGNES INQUIETANTS, ET QUE LA PEUR S'INSTALLE, sans qu'il n'aille jusqu'à porter les coups, elle doit déposer une main courante... Et prendre contact, aupres d'une association.

 Selon, la prise de conscience progressive, qui va s'opérer, elle va alors, apprendre à gérer elle même son problème,  et selon l'évolution, va  apprendre à faire, ce qui est souhaitable...

 Si elle  n'y parvient pas, et que la situation continue à se dégrader, au point, qu'il porte les coups, alors, l'ensemble des mains courantes, qui aurant été deposées, "en amont", pèseront beaucoup plus lourd, devant le juge... Et elle, sera beaucoup plus forte, pour enfin, déposer plainte.

 9 septembre 2019.

https://www.facebook.com/NousToutes241118/photos/a.210189169823520/522760311899736/?type=3&theater&ifg=1

 en cours de commentaire.

FBI Européen féminisme émancipation

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire