google-site-verification: google7d26736b1ef720ed.html

Insultes, coups et blessures, pire, peut être ? LE LENDEMAIN MATIN.

 On sait, qu statistiquement, les violences conjugales, arrivent, d'aventage, en seconde partie de journée, et plus encore, de façon croissante, en soirée, puis, la nuit selon l'emploi du temps, de celui qui insulte, et (ou), qui porte les coups.

  L'explication est assez simple, helas, elle reside dans le fait, que l'alcool, quasiment, toujours, entre en ligne de compte, et que la consommation, et donc, le taux d'alcool, dans le sang, va en croissant, au fil des heures.

 Voilà, le type de discours, que vous entendez, alors, si vous avez dormi à ses côtés, la nuit, ou ailleurs dans la maison, et qu'il tente de faire passer son comportement abject:

 

Non mon amour ne dit pas cela  , car ces comme si tu refusais de me   donner une  chance  pourtant tu sais que je t'aime a la folie comprend  moi  mon amour s'il te plais  pardonne moi je te promets que plus jamais je vais  refaire ce genre d'erreur la  comprend moi mon amour , je   reconnais que je t'est fait du mal   pardonne moi mon amour ces vrais que je me suis appuyer sur cette bases la  , mais  tu voir je ne peux pas faire  une journée sans pensée a toi  , mon amour je t'aime   et je    veux  passer le restant de ma vie avec  toi  , s'il te plais accepte de le redonner une chance mon amour .    

je sais… Je t’ai fait beaucoup souffrir…mais je m’engage envers toi à m’améliorer et j’attendrai tout le temps qu’il faille ton pardon que je ne mérite pas. Désolée de t’avoir déçu, je sais que je t’ai blessé et je te promets de ne plus jamais le refaire. Je me suis juré de réparer mes erreurs et j’espère que tu me donneras l’occasion de regagner ta confiance.   
 

 "Je m’excuse de t’avoir causé tant de mal avec mes paroles. Si c’était possible je reprendrais mes mots.
  parfois je ne réalise pas que tu m’aimes à ce point et quand j’y pense, je me sens si coupable de ne pas savoir t’aimer aussi bien. Je te demande pardon mon amour.
  Pardon pour ce que je t’ai dit je n’étais pas bien à ce moment-là… Et quand je suis dans cet état je dis toujours n’importe quoi. Je ne voulais pas te blesser. Excuse-moi".

  Bon, là, je vous la fais soft, encore heureux, que jouant, les cobaye, on ne pousse pas le bouchon, plus loin, encore.

 Pour commencer, certains, je le soupçonne, considére, que les insultes, apres tut, ça ne serait pas si grave..; Ce qui objectivement, est une verité, il faut bien l'admettre...

  C'est juste oublier, que 100% des hommes (ou des femmes), violents, physiquement, ont "annoncé la couleur", de leur compotement violent, precisement, en cochant la case, "insultes"...

  La question, alors, qu'il convient de se poser, serait celle ci :

 "Est ce que certains (ou certaines) sont capables, de s'arrêter, à la case "insultes", sans aller plus loin, c'est à dire, "coup et blessures".

  Si l'on peut objectivement, admettre, qu'il puisse arriver, que les mots depassent la pensée, je crois qu'il importe, de veiller, à se faire respecter, au sein d'un couple,  et que des lors, que la phase insultes, est franchie, il importe véritablement de veiller au grain, c'est à dire, "se faire respecter".

  Je sais, que beaucoup de femmes, aujourd'hui, sont dans cette situation, extrêmment difficile, qui veut qu'elles, aimeraient parvenir à trouver le moyen de se faire respecter, mais la peur, du chomage, de la précarité,  et du lendemain, les incite à ne pas vouloir porter plainte, parce qu'elles, pensent, parvenir à s'en sortir seules....

 N'oubliez pas, alors, surtout si ce statut d'insultée, à plus forte raisons devant vos enfants, le plus souvent, se repète, de façon systematique, n'a ppppppour objectif, que de tenter de vous detruire, psychologiquement,  ce qui porte une atteinte res grave, non seulement, à l'idée que vous avez de vous même, mais aussi, à l'image que vos enfants, ont de vous...

 La seule compensation, et elle est terrible, c'est que vos enfants, eux, savent, et y voient clair...

 Cest bien celui, qui insulte, et qui porte les coups, qui sera cloué au pylori...

 Mais c'est bien là, une pietre compensation, et largement insuffisante pour jutifier, que vous ne tentiez rien.

 Pour commencer, cette situation, est profondement toxique, pour vos enfants, qui d'une part, sont tentés, d'une part, de s'isoler, le plus possible, de l'ambiance familiale, devant leurs ecrans, notamment, le casque sur ls oreilles, et on sait tous, les dangers, qu'ils courrent alors...

 Ensuite, les repercussions, sur leur developpement, affectif,  sont importants, et tout aussi toxique.

 Enfin, le souci, que represente, leur souci, de vous proteger, vous, leur mère, comme victime, ne devrait pas, les impacter, comme c'est le cas...

 Ainsi, "par amour pour eux", tout autant que par maour, pour vous même", vous devez trouver une straegie, pour vous en sortir.

  Pour commencer, des le lendemain, si vous le pouvez désertez le domicile conjugal, au minimum, pour la demi journée, pour commencer, et au fil des crises,  la journée entière...

  Si possible, désertez le lit conjugal, autant que possible.

 L'idela, serait que vous puissiez aller rouver de l'aide, aupres d'une association.

 Au Canada: http://www.sosviolenceconjugale.ca/

http://www.solidaritefemmes.org/nous-trouver

CONTRE LES FRAPPES.

 Si c'est impossible, allez chez une amie.Je pense que l'une des pistes, les lus fiables, pour parvenir, à progressivement, puiser le courage, et le bon moyen, pour parvenir à s'en sortir, c'est de miser, sur les mains courantes.... Une main, courante, même s'il s'agit uniquement d'insultes, et que ça revient de façon systematique, ça doit vraiment, servir de revelateur face à une situation, qui prend une sale tournure, et qui va devenir de plus en plus grave...

 Généralement, s'il apprend, que vous êtes allée, faire une main courante,  ou que vous recherchez de l'aide, à l'exterieur, il faut vraiment veiller, à son attitude, qui peut devenir menaçante, et ces signaux, qu'il vous envoie, doivent plus encore, être apprecié, leur juste valeur, juridiquement parlant...

 En ce sens, ces mains courantes, comme pour le harcelement, de façon plus générale, doivent faire l'objet de la plus grande attention.

 Ces avertissements, doivent être d'autant plus apprecié, objectivement, que vous soupçonnez, ou que quelqu'n, vous aurait averti, que dans la famille, d'origine, les violences conjugales, ont été verifiées, par le qu'en dira t'on, et la réputation.

 Je sais, on me dira que ça peut être, aussi, de la diffamation, et des ragots....

 Grossière erreur.... Allez donc, poser la question, aux oncles, et tantes, les femmes, entre elles, généralement, sont plus solidaires, qu'on ne le soupçonne, sur ce sujet, et si certaines, à l'epoque, ne portaient pas leinte, il n'est pas dit, qu'elles, trouveraient, aujourd'hui, la situation, aussi, acceptable.

 Objctivement, une femme qui subit des violences, qu'elles soient verbales, ou qu'elles soient physiques, font parfaitement la différence, entre ragots, et la realité.

  Je veux dire que nous, les femmes, savons lire infiniment plus de choses,  que les hommes ne le soupçonne, et bien au delà des mots et des apparences....

Esclavage FBI Européen féminisme émancipation Liberté d'expression

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire