google-site-verification: google7d26736b1ef720ed.html

Ecrire au procureur, quand il y a prescription.

 La question, est suggérée sur AIVI, "est ce necessaire, oui, ou non, et pourquoi ? Enfin, "à quoi bon" ?

https://aivi.org/

Voici ma réponse.

  Bonjour...

 OUI OUI OUI, trois fois oui !

   La seule raison, pour laquelle il ne faudrait pas le faire, serait que tu n'en ais toi, pas envie.

   Imagine que celui qui t'ait fait ça, l'ait fait à d'autres, même si c'est prescrit, et que cette c victime, ou ces victimes, ne peuvent pas porter plainte, non plus.

   Ainsi, le procureur, détient des éléments, qui sont susceptibles de donner des renseignements, qui s’avéreraient fort précieux,  si c'est un prédateur, plus actif, que tu ne le soupçonnes, et en lui écrivant, tu peux ainsi, apporter ta pierre à l’édifice, pour le coincer, juridiquement, afin qu'il ne puisse plus être dangereux, pour qui que ce soit.

   Il ne faut pas oublier, que (je ne sais pas quel âge, à ton violeur), mais peut être qu'il recommence, et que personne ne dit rien !

   Ce qu'il faut comprendre, c'est que par définition,  un pédophile, ou violeur, compte parfaitement, sur la peu qu'il a engendré, quelquefois, il continue à menacer, sa victime, pour ne pas qu'elle parle, et son objectif, c'est qu'il passe entre les gouttes.

    Si les averses, c'st à dire, les renonciations, sont trop nombreuses, on diminue les chances, de le voir passer entre les gouttes.

    Moi, j'ai déjà écrit à plusieurs reprises au procureur,  une fois, au sujet d'une forte suspicion, de violence conjugale, j'avais pris toutes les précautions, c'est à dire, en utilisant, le conditionnel, puisque ça n'était qu'une suspicion, mais ça avait été suivi.
 
   J'avais été convoquée, à la gendarmerie pour expliquer, et la victime elle aussi, de son côté avait été convoquée aussi.

   C'est lui, ensuite, qui a synthétisé, et qui a pris la décision, afin de déterminer, si ça devait aller plus loin, ou pas.

   Je pense d'autre part, que le fait de dénoncer quelque chose à un procureur, peut n'avoir pour conséquence, que le cas, se trouve croisé, avec le fichier pédophile, par exemple,  ce qui serait fort important et le fait, que tu n'en entende pas parler, ne signifierait pas, pour autant, que ça n'ait pas été lu, avec beaucoup d'attention.

   Dans le cas, de fait très grave, et si tu as vraiment peur, pour ta vie,ou la vie de quelqu'un d'autre, ce qui peut arriver, avec des violeurs, ou des pédophiles, ou qu'une vie est en jeu, et que tu crains, que la gendarmerie, ait du mal, à entendre ce que tu dis, je te recommande, d'utiliser la formule, "pli recommandé", de telle sorte qu'on ne puisse pas dire, que l'enveloppe était vide.

   Je suis assez chiante, avec cette méthode, qui fait soupirer ma postière, à chaque fois (mdr), mais juridiquement, je peux te dire que ça tient la route.

   Mais de toute façon, par rapport à l'image, que toi, tu te renvoies,  comme le dit Isabelle (joli prénom),  est juste absolument fondamental, quand o au fait que tu sois "acteur", de ta réparation.
 

   Parce que quelqu'un, qui écrit, mentalement, est toujours, DEBOUT !

Esclavage ku klux klan immigration FBI Européen féminisme inceste viol attouchements pédophilie Droit à l'information Liberté d'expression harcèlement

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire