google-site-verification: google7d26736b1ef720ed.html

L'affaire merah, "le grand frère"......

Merah condamné à trente ans de prison, dont les deux tiers incompressibles.

  J’entends bien que maitre Dupont Moretti, a à cœur, de remplir son office, en mettant en avant, le fait, qu’il n’y aurait aucune preuve matérielle, pouvant  justifier de cette complicité.

  Je comprends fort bien que Maitre Dupont Moretti, ait à cœur de remplir sa mission.

  Et je précise, que je ne ferai jamais partie de eux, qui prétendraient, que de tels individus,  ne mériteraient pas d’être défendus…

 Sur ce point, je le soutiendrai toujours.

  Quoi qu’il en soit, il s’agit, dans ce cas, de déterminer, en quoi, le frère ainé, aurait une part de responsabilité, vis-à-vis d’un cadet, qui a commis cet attentat.

  Le fait d’avoir à cœur, de remplir, de façon aussi méticuleuse,  sa mission, ne doit pourtant pas occulter, il me semble, d’avoir un minimum de connaissance, sur le plan de la psychologie, qui s’opère, au sein d’une cellule familiale, notamment, dan le cas, fort particulier, où le père est absent,  et où, donc, il n’existe alors, aucune référence masculine, qui en théorie, doit être assumée, par le père, qui est absent.

 J’ai personnellement beaucoup et travaillé et écrit, sur ce sujet précis, et notamment, sur le rôle fondamental du père, et plus précisément, du comportement des enfants, quand il est aux abonnés absents, ce qui, hélas, il faut le reconnaitre, se trouve être à l’origine, de beaucoup de dérives, identitaires, non pas nécessairement, culturelles, ou identitaires, comme certains aimeraient l’entendre, mais bien, plus prosaïquement, en temps que pater familias, comme un exemple, plus quotidien, et basique, qu’on subit, qu’on adore, qu’aime, et auquel on doit se confronter, pour le pire, et pour le meilleurs, comme référent, pour construire son identité.

  Alors, ce père, si imparfait, soit il,  mais en tout cas, « charnellement », parfaitement présent, oblige til, l’enfant, à devoir le considérer….

  Dans le cas qui nous concerne, il était précisément, ABSENT ? et depuis longtemps.

  Ce qui s’opère toujours, alors, dans ce cas précis, réside dans le fait, que l’enfant, pour se construire, de la façon la plus naturelle du monde, observe le frère ainé, et considère comme le référent, qui remplace alors le père.

  Il est bon  de noter, que ce processus, se produit aussi, quand le père est présent, mais que pour des raisons diverses, il est faible, ou déficient.

 Ce processus d’identification, se produit, pareillement, au sujet de sa fille ainée, et de la mère.

Depuis que cet attentat, s’est produit, et que mohamed merha, y a laissé sa vie,  ce frère ainé, n’a de cessé, que de tenter de faire croie, précisément, qu’il aurait n’aurai pas joué ce rôle de mentor toxique, vis-à-vis de son cadet.

 Personne n’est dupe, pour tant.

 En ce sens, pour moi, il ne fait aucun doute, qu’il ait été effectivement complice,  de son frère cadet, et qu’à ce titre, il ait été condamné.

emprise sectaire féminisme laïcité

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire