google-site-verification: google7d26736b1ef720ed.html

La SNCF, sur le grill de l'épreuve européenne, "attention aux émanations toxiques".

 Je suis l'affaire, du verbe suivre, et pas du verbe être, depuis bien des années, parce que j'aime le train, et ça n'est pas dû uniquement au fait que j'en ai été contaminée, par le fait, que j'ai été épouse d'un cheminot, pendant trente ans...Au fait, pour ceux, se posent la question, des l'instant, qu'un cheminot se separe, la compagne, ou l'epouse, perd tous les aventages lié, au statut en question.

 "ça, c'est fait".

  Lors des derniers articles, que j'ai rédigés sur le sujet, ainsi que par des commentaires sur les reseaux sociaux, j'avais fait part du fait, que j'étais sceptique, sur le fait, qu'on puisse renvendiquer, un égal niveau de sécurité du transport ferrovière, parce que je pense que la SNCF, est inifiniment plus sécure, que d'autres pays d'Europe.

  En gros, si je shématise,  je dirai que je crainds, que d'aller vers un reseau ferré, à l'echelle européenne,  n'ait pour conséquence qu'un moindre niveau de sécurité, et je soupçonne que je ne sois pas la seule à avoir cette inquiétude.

  Face à cette dernière, j'ai vu aux infos, qu'on nous fait miroiter, que certaines lignes secondaires, considérées comme non rentables, en France,  par la SNCF, attirent les convoitises, de certaines entreprises privées allemandes, et qu'il n'y aurait alors, aucun problème, que ces lignes seraient garanties, dans leurs fonctionnements, tout comme le statut des cheminots, qui passeraient donc, de la SNCF, actuellement, à la préservation de leurs droits, et de leurs acquis sociaux, dans ces entreprises privées.

  Plusieurs remarques, alors, me viennent à l'esprit,  pour la sécurité, et sans vouloir faire offance à certaines compagnies ferrovières, d'autres pays européens, j'ai bien compris, que de parler ainsi, de l'Alemagne, avec la rigueur, qui colle aux basques de leur réputation, ce reportage est donc, sensé, nous avoir rassurés...

  Allez, "je suis bon prince",  à défaut d'être Reine, et on va dire que "ça fait la rue Michel", d'autant que je suis bien loin de me contenter, comme les cheminots, de cet aspect, strictement sécuritaire, "pensez donc"...

  Alors, que l'argument prioritaire, saisi par le gouvernement, pour nous faire avaler la pillule, serait ce manque de rentabilité de ce réseau secondaire,  est ce que quelqu'un, pourrait nous expliquer, selon quelle logique, une entrepise allemande, rachetearait ces lignes, réputées "nons rentables" ?

   Est ce qu'il est question, là, de veritable, charité chrétienne ?

   Ou bien est ce qu'il existerait, certaines motivations, ou explications, que nous, simples voyageurs, sommes bien incapables de saisir  ?

  D'autre part, j'ai entendu aussi, que les cheminots passant, ainsi d'employés  SNCF,  à d'autres patrons, verraient leurs statuts respectés, à condition qu'ils démontrent, une forme de polyvalence...

  Jusqu'à preuve du contraire, chacun sait qu'on n'entre pas à la SNCF, comme on entre dans un moulin, et que d'apprendre à faire face à un voyageur sans billet et alcoolisé,  qui vocifère, tout en gardant, son flegme, est un métier à part entière, qui diffère de celui de conducteur des trains, ou à l'entretien...Je veux dire, simplement, que la notion de polyvalence, si elle peut faire l'objet d'une forme de tolérance,  et d'adaptabilité, vis à vis des cheminots deja embauchés, je n'arrive pas à comprendre comment, on peut envisager, d'avoir une telle palette de formations, sur des metiers aussi divers, si en contrepartie, les futurs cheminots, dont on nous annonce, qu'ils ne seront pas bénéficiaire de ces nouveaux statuts, pourraient être envisagés.

  Je veux dire, que si aujourd'hui, tiens, par exemple, au sein d'une magasin CARREFOUR, on demande, une forme de polyvalence,  comme on dit vulgairement, "y'a pas mort d'homme",  si les rayons, sont mal rangés, ou qu'une tâche n'est pas correctement effectue... Quand il s'agit d'un train, je crainds que la notion de polyvalence, ne soit pas objectivement envisageable, sans mettre les voyageur, en relatif danger.

  Je signale d'autre part, que le plus étrange, c'est d'observer que ce soit des entreprises allemandes, qui souhaitent racheter les lignes secondaires, et dites "non rentables", alors, que précisément, ce sont aussi des entreprises de transport en car allemandes qui ont imposé une concurrence déloyales à nos autocaristes français, les obligeant à mettre la clé sous la porte....

  Alors, que ce week end pascal s'annonce difficile pour les retour, la grève, "perlée", qui est annoncée par les cheminots, que je cautionne entièrement, a pour conséquence que beaucoup de voyageurs se tournent vers ces fameux cars,  et que les autocaristes en question, font flamber les prix.... A ce niveau d'ambroglio, je ne dirai pas que ce soit le serpent qui se mord la queue,  mais plutôt, l'hydre, sacré tour de contoritionniste, vous en conviendrez !

https://www.franceinter.fr/emissions/l-invite-de-8h20-le-grand-entretien/l-invite-de-8h20-le-grand-entretien-30-mars-2018

 

immigration FBI Européen réchauffement climatique émancipation droit du travail

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire