google-site-verification: google7d26736b1ef720ed.html

Maryam Pougetoux, présidente de l'Unef à Paris-IV, "vierge effarouchée".

http://Maryam Pougetoux, présidente de l'Unef à Paris-IV

 Quand elle prétend, avoir été surprise, moi, je n'en crois pas un mot, et j'en suis désolée.

  Si elle était si militante que celà, il eût semblé plutôt cohérent, qu'elle eût été plus habituée à manipuler les réseaux sociaux, mais surtout, qu'elle eût été elle même avisée des risques qu'elle encourait, et je pousse même jusqu'à affirmer, qu'au sein de l'UNEF, de toute évidence, ils l'ont exposée, intentionnellement.

  Au sujet de la position et des propos, de Gérard Colomb,  il semble bien que sa diahrrhée verbale,  soit un symptôme, par contre assez alarmant, quand il prétend, que ça tendrait à encourager le s djihadisme, et sur cepoint, par contre je suis parfaitement d'accord.

  Il y a quelques années, alors que certains souhaitaient stigmatiser le port du voile, en milieu universitaire, je me suis érigée contre eux, parce que je considère que voyant le visage d'une jeune femme, le voile alors, ne consititue pas une atteinte à sa dignité, d'une part, mais aussi,  qu'individuellement, ça ne consitue à mes yeux, qu'une signification, de "mode pudique", peut être critiquable, mais bien largement surestimée, me semble il....

  Sur ce point, individuellement, je veux dire, ma position n'a pas changé, et je prendrai toujours leur défense.

 Avant de se demander, pourquoi une femme porte le voile, ou ne le porte pas, on est en effet en droit de se demander pour quelle raison, d'une part, mais surtout, en droit de considérer qu'elle peut aussi décider de le porter, dans une démarche purement stratégique, vis à vis d'un milieu familial, face auquelle elle ménage, "la chèvre et le chou"....

 Jamais le fait de porter le voile, n'a empêché, que je sache, une femme de penser.

  Maintenant,  quand il s'agit d'avoir un rôle représentatif, que ce soit au sein d'un parti, d'un syndicat, ou de quelque groupe officiel, et donc politique, comme c'est le cas présentement, pour moi, les choses sont bien différentes.

  En effet, l'aspect vestimentaire, n'en deplaise à cette jeune femme, revêt une importance fondamentale, et impose, une forme de consensus, que visiblement, elle n'assume pas, et c'est bien dommage.

 Elle aurait été extravagante, à l'opposé, avec une volonté délibérée, par un look à la chichilina, j'aurai réagi de la même façon, je le précise.

  Représenter un syndicat, quel qu'il soit, c'est faire de la politique, et à ce titre, je pense que de démontrer par son apparence vestimantaire, qu'on souhaite une forme de consensus,  à plus forte raison, par les temps qui courrent, avec les crises sans précédent, que connaissent les universités, m'aurait semblé plus subtile, et plus souhaitable.

  Pour tout dire, j'ai plutôt le sentiment, d'une volonté délibérée, de faire diversion, face aux problèmes que les universités connaissent, et ça me plaide pas en sa faveur.

  Sinon, pour information, je cite :"Je le porte par choix, par conviction religieuse". Pour information, j'ai entendu, dernièrement, qu'à aucun endroit, dans le Coran, on ne préconisait particulièrement aux femmes, de porter le voile, mais je reconnais, que je ne suis pas allée vérifier.

 On parle de cacher son corps, oui, mais sans plus de précision.

  Il me semble pour le moins étrange, d'autre part, qu'une Foi revendiquée, s'arrête à  une règle vestimentaire, là, où précisément, elle devrait se cantonner à nourrir des convictions intimes, et transmettre des valeurs, qui conditionnent des objectifs de vie... C'est à se demander, si elle n'aurait pas des "pratiques"religieuses, à la wanquiez.... Mais il est vrai que "l'obscurantisme auditif", doit bien aussi exister, puisqu'il n'y a pas plus sourd, que quelqu'un, qui ne veut pas entendre.

  Ensuite :"«Lorsque je défends des étudiants ou des étudiantes, je ne me pose pas la question de leur couleur de peau, de leur orientation sexuelle, de leur philosophie de vie.»

  Dommage qu'elle ait manqué de courage, pour aller affirmer, "leur religion"...Le "courage", serait il représenté, par ce morceau de tissus  ?

Ensuite :"Je réfute le fait que l'on puisse dire que mon voile est un symbole politique. Ce n'est absolument pas le cas. On lui donne une signification que moi-même je ne lui donne pas.

  Ha, oui, mais ça, il faut faire avec, "franchement désolée"...

  La ministre sur ce point, à parfaitement raison.

  Libre à chacun, c'est vrai,  de s'habiller comme il ou elle l'entend, mais la lecture qu'autrui en fait, n'appartient jamais, à la personne concernée, mais bien aux autres.

Je cite :"Certains estiment que le fait qu'il couvre une grande partie de votre visage est le signe de cet «islam politique»...

    Ça en devient presque comique. Est-ce qu'on va commencer à mesurer la taille du tissu que l'on porte ? Si on commence comme ça, où va-t-on ? À partir du moment ou la loi autorise le port du voile à l'université, on ne devrait pas se demander si ça couvre les cheveux, les cheveux et les oreilles, ou les cheveux, les oreilles et le cou".

   Pour le comique, promis, le jour, où elle décide d'avoir le courage d'être artiste, et se prosduire sur scène, voilée de la sorte, j'irai voir, et si je fais une critique négative, je veillerai à écarter le problème vestimentaire.

 Diams, sors de ce corps !

   Pour l'heure, désolée, mais la politique, c'est une chose, et l'artitique, s'en est une autre, et si quelqu'un  est bien placée, pour  savoir à quel point, la nuance est fondamentale, justement, c'est bien moi, "pas de bol".

  Sinon, pour ce qui est de cacher telle partie du visage, ses cheveux, ou le menton, OUI, PRECISEMENT, C'EST BIEN LA et pas ailleurs, que se pose le problème, parce qu'on appelle ça, "la mode pudique", et ça n'est certes pas pour rien.

  Mon point de vue, ne consiste ni à la railler, ni à la mépriser, et encore moins, à l'instrumentaliser, politiquement, mais juste à remettre l'Eglise au milieu du village, et pour signifier, que si l'on cherche à faire diversion par mode pudique interposée, pour tenter de noyer le poisson, parce qu'on ne trouve aucune issue à la crise des universités, ça n'est certes pas avec un carré de tissus, qu'on risque de se laisser berner.

  Juste pour information, j'ai une remarque à adresser à toutes ces jeunes filles, qui ont le sentiment, qu'en se mettant, à porter le voile,  elles retrouvent, une forme d'identité, culturelle, (peut être ?)...

  Aujourd'hui, quelque soit le pays arabe concerné, et quelque soit le degré de fermeture d'esprit, face aux femmes, et à leurs droits, le féminisme existe là bas, bel et bien, il ne consiste pas  mépriser, leurs cultures, ou les hommes, qui y verraient une forme d'atteinte, version "guerre des sexes", et encore moins leur religion, mais uniquement à revendiquer de travailler et d'être respectées, autant que les hommes.

  Ainsi, on observe que symboliquement,  de plus en plus d'elles, revendiquent de ne plus porter le voile, ou de façon, "la plus legère possible", et s'en jouant même, et elles ont parfaitement le droit...

  Non seulement, je les admire, mais je cautionne entièrement cette forme de d'émancipation.

  Alors, que vivant en occident, dans un pays laïc, comme le notre, et pouvant jouir  d'une véritable liberté, je suis estomaquée, de voir, que des jeunes, filles, soient assez naïves, et stupides, pour ne pas réfléchir plus loins, que le bout de leur voile, pour tenter de comprendre ce désir d'émancipation, là bas, et de s'en inspirer, voilà ce qui ce matin, me met en colère, quand j'observe, cette jeune femme, qui s'habille en bonne soeur, pour se donner des airs de vierge effarouchée, et tenter de nous rouler dans la farine.

 En cours de rédaction.

immigration féminisme laïcité café Liberté d'expression

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire