google-site-verification: google7d26736b1ef720ed.html

Pourquoi un généraliste n'a pas le droit de trahir la confiance de son patient.

 Pourquoi, un médecin n’a pas  le droit de trahir la confiance, de son patient.

   A l’instant, j’ai pris RV ce matin, avec mon nouveau généraliste, dans le but qu’il me fasse un courrier, pour que je puisse passer des examens, au sujet de l’apnée du sommeil.

   Il me reçoit mal, me rappelle « il est vrai »,  qu’il ne souhaite pas être mon généraliste, qu’il n’a pas le temps, que je suis un cas « lourd », mettant en avant, mon passé psychiatrique, etc….

 Cette fois, je n’y suis pas allée, par quatre chemins…..

  Je lui dis ceci :

 « Vous souhaitez que je retourne voir mon ancien généraliste, n’est ce pas, c’est la seule chose qui importe » ?

   Il se débat, dans des considérations, sans fond, je lui fais un doigt, d’honneur,  je cite mon ancien généraliste, et lui, dit « comme ça, vous avez bien compris, comme ça ! »

   Il faut savoir que mon ancienne généraliste, madame ETANCELIN, a servi de mouchard, pendant des années, pour surveiller, le moindre de mes faits et gestes, notamment, quand j’allais au cinéma, à Barentin, mouchard, qui a été remerciée, suite à  sa trahison, vu la tournure que prenaient les choses en question.

   Alors, la concernant, figurez vous que la manipulation mentale, est particulièrement sadique, et perverse, puisque c’est elle seule, quia rédigé un certificat médical, qui est dans les mains, du juge des tutelles,  et qui donc, serait susceptible de faire lever ma tutelle.

 Ça, c’est une chose.

 On a dit de moi dans une expertise psychiatrique, que j’étais paranoïaque…

 Mais je ne l’ai jamais été comme chacun sait.

 La paranoïa, c’est quand on pense, être surveillé, alors, qu’on ne l’est absolument pas….

 Ce qui n’est pas mon cas !

   Il m’arrive d’arriver quelque part, surtout si je vais bien, je vois des gens qui pianotent sur leurs portables, je sais fort bien que ça n’a rien à voir avec moi….

 Pour être franche, ça me ravit véritablement, « ça me fait des vacances »…

   Mais quand des que vous sortez quelque part, et que chaque personne,   vous jette un regard, et pianote aussi sec sur son portable, moi, j’appelle ça, du harcèlement, et rien d’autre, et les personnes, qui s’en rendent coupables, sont aussi coupable, que celui, qui en est à l’origine.

    Mai ce qui importe, c’est plutôt de comprendre  pour quelle raison, moi, je suis « aussi à cheval », sur la notion de confiance, relativement à son médecin traitant.

   Los de ma dépression, j’avait déjà entrepris mon travail thérapeutique,  depuis bien des  années, je décidais moi, de me séparer de mon mari.

   Comme nous avions lui, et moi, le même médecin,  je n’avais pas encore soupçonné, moi, que cette situation puisse poser le moindre souci.

   Alors, que mon mari, pour se débarrasser de moi, n’avait rien trouvé de mieux, que de me faire interner, une des fis, « le jour de mon anniversaire », probablement, pour que ce soit plus humiliant encore, alors, qu’il arrivait que je me confie à mon généraliste, j’envisageais, pour travailler, et être autonome, financièrement, de passer le concours d’ATSEM……

  (Pour ceux qui ignoreraient ce que c'est, ce sont les aides, qui travaillent en collaboration avec les instituteurs, en maternelle).

    Je le racontais à mon mari, ne voyant aucune raison particulière  pour le lui cacher, entre « t’as jamais rien foutu de vie »,  « t’as un poil dans la main », etc, je vous épargne les délicatesses auxquelles n’importe quelle femme au foyer a droit, après avoir élevé les enfants, a droit, quand le torchon brûle ».

 Il était allé  voir notre médecin, et il lui parlât de moi….

 Quelle ne fût pas mon choc, quand mon mari, me dit froidement  la chose suivante :

 « Tu veux passer ton concours d’ATSEM » ?

 Très bien.

  « J’ai vu  le médecin, ce matin, il est tout à fait d’accord avec moi, je pense que vu ta maladie mentale, tu n’as aucun droit de t’occuper d’enfant, et soit tranquille, si tu arrives à passer  à travers des mailles du filet, je ferai ce qu’il faut pour t’empêcher d’avoir un poste ».

 Inutile de vous dire, le choc, que ça m’a fait.

 Vos pensez bien que je n’en suis pas restée là.

 Revoyant mon médecin, en qui j’avais toujours eu confiance,  je lui expliquais, et lui passais un savon….

 A son corps défendant, il faut bien reconnaitre que sa situation  était fort délicate.

    Je le connaissais fort bien, et je n’ai aucun doute, sur le fait que  sa posture, n’a pas été de cet ordre, il a dû dire un truc, dans le style « le fait, qu’ elle ait été internée, peut  être poser problème, « je ne sais pas », ou quelque chose de cet ordre, je n’en sais rien, en fait, puisque par définition, mon ex, à l’époque, fût tenté de faire feu de tout bois, pour « me descendre », comme le font  tous les hommes qui  cherchent à nuire à la femme  à qui ils sont mariés, et qui veut les quitter.

    Il est possible que sa posture à lui, ait été délicate, un peu devant ménager la chèvre et le chou.

   Conclusion de l’histoire, dans le couple, l’idéal, c’est d’avoir  chacun son médecin… Au moins, ce type de situation, ne risque pas de se reproduire.

   Vous aurez remarqué, que  cette histoire m’arrive ce matin, le jour, où une jeune femme, mère de famille, a eu des déboires navrants, avec le pôle emploi, concernant un poste d’ATSEM, justement.