google-site-verification: google7d26736b1ef720ed.html

L'importance de l'eau.

http://www.humanite.fr/israel-palestine-lapartheid-de-leau-582975

24 juin 2019.

 Pour ce qui concerne le conflit israélo palestinien,  le prétexte de l'eau potable, risque d'être instrumentalisé, pour envenimer plus encore le conflit.

 Sur ce sujet en particulier, je recommande, même si ça n'a rien à voir avec la problématque de l'eau, à moins qu'on n'aborde le sujet sous l'angle du baptême, d'aller écouter l'émission de ce matin, BOOMRANG, qui en parle partiellement pas la voix de Delphine Horvilleur, et je dois avouer que ça fait bien longtemps, que je n'ai entendu une voix aussi sensée, et aussi intelligente, pour parler des religions, mais surtout de la relation que l'être humain, devrait avoir avec les livres sacrés... Quelle formidable bouffée d'oxygène, que cette femme, RABIN .... A diffuser, sans la moindre modération.

 Mais au fait, doit on dire, femme rabin, ou bien rabine....?

 Ha, je sais, "Maman, la rapine, la rapine".... Je vous raconterai, un jour !

https://www.franceinter.fr/emissions/boomerang/boomerang-24-juin-2019

   Mais revenons à nos suintements, écoulements, pluies, ruissellements (encore que...) hum....

 Enfin, si, vous savez, partout où ça coule à flot, "le truc qui mouille", là, et dont on ne peut se passer, et qui représente, je crois 80%,  de notre corps humain... L'EAU.

 Pas certaine du pourcentage, mais je ne dois pas être loin.

 Le problème, en vérité, est le suivant.

 Le moindre, petit filet de rivières, qui existent, en France, alimente une rivière plus grande, puis plus grande, pour alimenter les fleuves, qui eux même se jettent, dans la mer.

 Ok, oui, je sais, on peut rendre ça, pour une lapalissade, mais il est des évidences, dont il ne me semble pas superflu, de les rappeler.

 Pourquoi ?

  Parce que quand un connard deverse un truc toxique, que ce soit visible à l'oeil, ou que ça ne le soit pas,  les conséquences sont juste catastrophiques, pour l'ensemble du reste des cours d'eau, mais aussi, les estuaires, la mer, les oceans, et pour les nappes phréatiques.

  J'ai beaucoup de choses à dire sur ce sujet, qui me tient à coeur, pour de multiples raisons, et notamment, pour des raisons familiales, puisque j'ai une somme de souvenirs sur ce sujet, considérables, et tous, parfaitement heureux.

 Mais pour l'heure, necessité fait loi, comme on dit, alors je vais jouer mon emmerdeuse des lundis matin, et bien foutre les pieds dans le plat...

 Et croyez moi, vu les pieds d'argile dont je dispose, et la taille du plat en question, vous ne serez pas déçus.

 On sait, que d'une  part, la bétonnisation galopante, combinée à la culture de terre, qui etaient auparavent en herbage, entravent la rétention d'eau de pluie,  qui par conséquent, fait gonfler de façon anormalement soudaine et violente, certains cours d'eau, notamment, lors d'orages,  et chaque année, le tout combiné au rechauffement climatique, a pour conséquence que des populations, se trouvent en danger.

 J'ai quelques vidéos à poser, sur ce sujet.

 Mais au delà, de ces constatations, j'ai des problèmes à soumettre.

 Depuis plusieurs années, la sécurité civile prévoit  des points de ralliement, pour la population, en cas d'alerte inondation.

 Ors, on m'a signalé, à Barentin, que le point de ralliement était prévu, au niveau de l'ancien intermarché, sur la route de Duclair.

 Le HIC, résiderait alors dans le fait que le point en question serait en altitude, au niveau de l'Austreberthe, elle même, quand elle n'st pas en  crue.

   J'ai deja entendu,  qu'en pays de Caux, l'eau coulerait de l'aval, vers l'amont, (coucou, Cécile ), vous pouvez en rire...... Mais c'est devant la Justice... Mais si on envisage de protéger la population barentinoise, en lui donnant rancard  au niveau de l'Autreberthe, quand elle n'est pas en crue, il va falloir, beaucoup de tubas pour avoir la certitude que  certains n'avaleront pas leur bulletin, de naissance, en même temps qu'ils boiront la tasse....

 Excusez moi, pour la touche humoristique, mais  je sais pas faire autrement.

 Comme on dit vulgairement, "ça, c'est fait".

 Ensuite.  Je connais certains affluents de l'Austreberthe, qui sont complètement envasés.

 Oui,  j'ai connu, ce petit bras, il y a 40 ans, qui faisait 3 m de large, à tout casser, qui désormais,  fait allegrement, 5 ou 6 m, pour une profondeur, de 40cm.... Pourquoi ?

 Parce que d'une part, le cours d'au n'est jamais curé,  (vous e direz, il pourrait être moine, religieuse, ou bien diacre, que ça n'y changerait pas grand chose), et que d'autre part, quand la route nouvelle de Pavilly vallée, jadis, a été construite, je soupçonne que le conduit, qui avait été posé, en dessous, n'avait pas été prevu, suffisemment large, pour contenir le débit du cours d'eau, qui lui, pourtant, enfin, je le suppose, n'a jamais bougé...

 Qui, aux yeux de la loi, est sensé prendre en charge, le fait que le cours d'eau soit curé  ?

 Est ce le propriétaire seul ? Sachant que cet envasement n'est pas dû, à une mauvaise pratique, mais induit par contre, un risque d'inondation, pour cause de mauvais entretienles cours d'eau, en amont ?

 Ou est ce à la communauté de communes, de s'en soucier, et d'en assumer l'entretien, si l'on considére par ce défaut,  lors de la construction, de la route, le projet, ait été mal conçu ?

 Plus largement, et en dehors de ce cas particulier, si l'on considére que c'est le fait, que  le poucentage de terre herbagées, converties, en culture, ait pour conséquence que beaucoup de terres agricoles, arrivent à combler, les cours des rivières, qui est sensé assumer financièrement, le fait de curer les cours d'eau ?

Un embryon de reponse, peut être ?

 En cours de commentaire.

réchauffement climatique ruissellement inondations sécheresse

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire