google-site-verification: google7d26736b1ef720ed.html

Ouverture des magasins le dimanche.

http://www.lepoint.fr/economie/paris-travail-du-dimanche-la-carte-qui-fache-19-08-2015-1957625_28.php

 Je rappelle ma position.

 Dans un premier temps, c'est moi, qui ai eu cette idée, je le reconnais. Je pourrai vous dire "Je hais les dimanches", comme disait, Juliette Gréco. je ne savais pas que cette chanson était de Charles Aznavour.

 

http://www.lepoint.fr/economie/paris-travail-du-dimanche-la-carte-qui-fache-19-08-2015-1957625_28.php

 Bon, alors, je vous explique.

  De façon générale, dimanche, ça signifie "famille". Et les souvenirs, que j'ai, relativement à ça, ne sont pas de nature, à m'avoir fait changer d'avis. j'aime t  autant le repos, n'importe quel autre jour.

  Je suis de nature plutôt anticonformiste, alors, me reposer le même jour que les autres, ça m'a toujours gonflé, mais curieusement, depuis que je vis seule, et que j'en fais ce que je veux, c'est nettement plus supportable.

 BREF.....

   Suite à celà, il y a eu des tentatives, qui ont été faites, dans plusieurs grandes villes, qui ont mis en lumière, le fait, que d'ouvrir le dimanche, dans certaines zones, ne presentait, que des desagrements,  y compris, sur le chiffre d'affaire.

   Alors, comme je suis le contraire de Nadine Morano, et que quand j'ai dit une connerie, moi, je sais me remettre en cause, j'ai changé ma position.

   Ensuite, moi, j'ai proposé, le fait, de les ouvrir, que le dernier dimanche du mois, la raison c'est qu'au moment, où les payes tombent, les consommateurs, eux, se ruent, selon la saison, sur certains magasins, aussi. d'où une cohue epouvantable, dans certaines zones commerciales, notamment.

   Mais à la lecture, de l'article, que je viens de lire, je vois surtout, que le probleme se pose, encore une fois, selon l'angle de consideration, qui met en evidence, la concurrence deloyale, entre les petites boutiques, et les chaines de magasins, qui eux, bien sûr, se frottent les mains.

   Il existe un autre probleme, qui est relatif, à la vie assiciative, d'une part, mais aussi, à la vie asociative, côt sports amateurs, organisation, des matchs, tournois, etc, qui n'est ps negliger, et que j'avais oublié.

   Mais sur ce point, relativement à la nouvelle flexibilité, je pense, qu'il souhaitable de toute façon, de chercher (peut être), de nouvelle formules, sur le plan des organisations, des rencontres.

  Ce qui chagrinne, moi, n'est riend e moins qu'une fois de plus, il y a fort à parier, que les petits commerces, et ceux qui y bossent, risquent de se trouvés largement défavorisés, vis à vis de la loi.

  Je pense que la notion de flexibilité, doit être appliquée, aussi, dans les commerces... Mais si cette flexibilité, doit générer une nouvelle forme de fragilisation sociale des employés, moi, je ne suis pas d'accord.

   J'avais moi, à plusieurs reprises, demandé dans le but, de revitaliser les petits commerces, dans les  centres ville et village, des aménagements, de la législation, puisque par définition, quand vous arrivez dans une ville, on vous emmerde systèmtiquement, "sur la péripherie", avec les zones commerciales, et pendant ce temps là, on pleurniche, parce que les bourgs meurrent. "Merci, monsieur le maire".

 Je tiens juste à rappeler, que les zones commerciales, en question, elles sont été décidées dn les conseils municipaux, et ça n'est pas les gouvernements, qui en ont été responsables, depuis 40 ans ! Que je sache....

 Peut être que par ce moyen, il serait possible, e proposer une forme de compensation, qui rendrait, ces 12 dimanches travaillés, plus acceptables.

 Pour ce qui concerne,l'ouverture des magasins, tous les dimanches, en zones touristiques, je vais être franche, "je ne suis pas compétante, je botte en touche".