google-site-verification: google7d26736b1ef720ed.html

Qu'est ce qu'une société INCLUSIVE ?

HANDICAP, Pourquoi, nous, la France, sommes nous à la traine ?

https://www.franceinter.fr/emissions/le-telephone-sonne/le-telephone-sonne-14-mai-2019

https://www.defenseurdesdroits.fr/fr/mentions-legales

     Nous avons, en Normandie, une entreprise, qui propose des produits tout à fait innovents, pour différents handicaps.

SARL, GRESSENT MEDICAL, 38 rue Guy de Maupassant, à TÔTES.Tel 02 35 32 04 04  Fax:02 35 32 83 29.

 gressentmedical@orange.fr

  J'ai trouvé dans leur ctalogue, des articles que je souhaitais trouver, non pas pour moi necessairement, mais pour différents problèmes que rencontrent, certains handicapés, qui, faute d'équippement adapté, se trouvent exclus de certaines activités.

 Des outils de jardins à main, adaptés, à certains handicaps, dit "ergonomiques", ou des appareils, pour parvenir à évoluer sur un chemin de randonnée, sur le sable, ou n'importe quel chemin, via une chenillette, c'est une plate forme motorisée... Reste un énorme problème qui reside dans le financement de ce materiel, qui pour beaucoup, est inabordable.

 J'ai l'intention, d'ailleurs, depuis plusieurs années, de créer une association (ou soutenir, une deja existante), qui aurait pour objectif, d'une part, de financer, le developpement, de certains objes, ou outils, deja existants, mais non manufacturés encore, généralement, créés, enfin, le plus souvent, "bidouillés" par les parents d'enfants handicapés, et de financer l'acquisition de certains, de façon individuelle, avec comme critere, la feuille d'imposition.

 Pour la rando, c'est un truc, qui me tient à coeur depuis longtemps, et on a pu voir, dans des épisodes de Caïn, sur France 2, différents fauteuils, ou outils, qui ne demandent qu'à être utilisés, et fabriqués.

 Ces derniers jours, aussi, on a pu voir, (je ne sais plus où), un fauteuil roulant, avec des roues tres larges, un peu comme des chambres à air, destiné, à rouler sur le sable, je présume.

 J'ai demandé aussi, à certaines plages, (Dieppe, il me semble, a fait cet effort), pour que la plage soit acccessible en fauteuil roulant, avec une sorte de tapis, qui avance perpendiculaire à la plage.

 Je suppose que d'autres, leur ont emboité le pas. je ne pense pas, que pour les villes cotières, ce soit là, un investissement, ors de prix, mais qui pour les handicapés, me semble, fondamental.

 J'ai écouté le téléphone sonne hier, et j'ai trouvé ça vraiment interressant.

 Un truc m'a interpellé, par contre, c'est l'appel d'une femme, qui expliquait que son fils, ou son mari, (je ne sais plus) étant devenu handicapé, il avait fallu, un temps incroyable, pour qu'elle soit mise en contact, avec les associations, pouvant leur venir en aide.

  Je suis vraiment consternée, de voir un truc pareil.

 Alors, qu'on dispose,  d'une maison du handicap, en principe, dans chaque département, (sauf erreur), comment, des que le handicap est avéré, comment, de façon systématique, ne se trouve t il pas, un systême pour centraliser ces associations, et que ça se trouve à disposition dès le départ... Comme si, le fait, de se retrouver avec le handicap, qui vous tombe dessus, comme la misère sur le pauvre monde, devait systèmtiquement, être accompagné d'une sentiment d'abandon, et de mepris le plus  total, là, où ça pourrait précisément, être évité, ne serait ce qu'en partie.

 J'en suis d'autant plus interpellée, que le pourcentage du handicap est déterminé, lors d'une réunion de synthèse, au cas par cas, avec médecins, et tout le tralala, si je puis m'exprimer ainsi, alors, pourquoi compliquer les choses, de façon intentionnelle, là, où, justement, en conclusion de cette réunion, il suffirait, de veiller, à ce que le catalogue des associations soit systèmtiquement consulté, et la liste communiquée, avec la décision émise, par la commission qui décide, du taux de handicap... ?

 Je trouve d'autre part, absolument anormal, que l'allocation, adulte ehandicape, soit calculée, selon le taux, d'imposition, c'est à dire, tenant compte des revenus, du conjoint, ou du couple.

 Pourquoi ?

 Parce que physiquement, et psychologiquement, le conjoint en pareil cas, est ce qu'on appelle, "un aidant", et il me semble alors anormal, que cette allocation d'une certaine façon, "sanctionne", le onjoint, finncierement, sachant que son statut d'aidant, ne le fait jouir d'aucun statut particulier, et donc, d'aucun aventage financier.

 Je pense à tous ceux, notamment, qui ont cessé de travailler, pour assumer, leur rôle d'aidant.

Droit à l'information Liberté d'expression immigration féminisme émancipation

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire