google-site-verification: google7d26736b1ef720ed.html

Un "Biome", au jardin d'Art et d'essais !

 Je cite...

Jardin d’arts et d’essais.

"BIOME : la géographie botanique pourrait-elle inspirer la politique de demain ?

  Les frontières de l'Europe étant historiques et politiques plutôt que géographiques, une Europe des biomes en rapport avec ceux du monde serait-elle imaginable ?

  Les jardins l'expérimentent !

  Selon l'Institut français de l'éducation, un « Biome » est défini comme étant « une des principales communautés, animales et végétales, classées en fonction de la végétation dominante et caractérisées par les adaptations des organismes à leur environnement spécifique (Campbell-1996) ».

  Le terme de « zone de vie majeure » est considéré comme synonyme.

  Lors des dernières COP (21,22,23), l'urgence climatique a fait émerger les peuples autochtones souvent minoritaires dans leur propre pays, comme garants de la préservation du climat et des ressources naturelles, par la transmission de savoir-faire adaptés aux conditions de vie locale et, en particulier, parce que ces autochtones prennent soin d'environ 80 % de la biodiversité restante dans le monde.

  Il y aurait les peuples des forêts, ceux des montagnes, les habitants des cités palustres, des landes, des lagunes, des megaphorbiaie ou des deltas furieux, sans oublier les hommes du désert, des toundras et des taïgas et bien d'autre encore…

  À quand la réunion du petit peuple des bétoires (failles du plateau karstique) en Pays de Caux, avec celui des mardelles en Berry, des foibes de l'Istrie, des turlough du Burren, des avens de Bretagne, des lavognes, des ponors, des lapiaz, des dolines, des chantoirs, des estavelles, des poljé, et des ouvalas, en relation avec les habitants des cénotes du Mexique ou des grands paysages karstique du sud de la Chine ?

  Au cours de l'histoire européenne, les moines ont toujours cherché à domestiquer de telles zones humides souvent mal réputées.

  Notamment les cisterciens (de cistel = roseaux) surpassant le travail de drainage de leurs prédécesseurs, les bénédictins, mais aussi quantité de moines convers ou lais, à l'origine du mot laïc.

  Le Jardin d'art et d'essais est ainsi fondé sur une ancienne enclave archi-épiscopale désaffectée peu avant la révolution.

  Sa créatrice (Cécile Butaux)est devenue un genre de "nonne de jardin", mise au défi d'une nature forte, parfois cruelle lorsque le vent souffle sur son terrain gorgé d'eau l'hiver, provoquant de nombreux chablis.

  Mais le sacerdoce est largement compensé par la beauté resplendissante du renouveau printanier.

  En phase avec la respiration du grand cycle de l'eau, dans cette tête de bassin versant de la Valmont si vulnérable pour les captages d'eau potable, rencontrera-t-elle ses homologues européens avec tous les "Hobbits" du monde entier ?

  Ou sommes-nous déjà tous devenus des nomades (toujours joignables), voire des migrants déracinés ?

  Bienvenue au jardin pour découvrir votre propre biome, par delà les frontières politiques !

 En cours de redaction.


 

 

féminisme émancipation

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire