google-site-verification: google7d26736b1ef720ed.html

Viol et meurtre d'un petit garçon de 9 ans, dans l'Aisne.

https://www.francetvinfo.fr/faits-divers/meurtres/meurtre-d-un-enfant-dans-l-aisne/direct-meurtre-d-un-enfant-dans-l-aisne-le-suspect-est-defere-devant-un-juge_2779029.html#xtor=CS3-794

  Pour l'heure, on ne sait pas grand chose sur le présumé innocent, selon la formule consacrée. Je ne suis pas psychiatre, et donc, je n'ai aucun commentaire à faire.

  Il serait marginal.

  Parfait.

    On sait qu'à chaque fois qu'un enfant, que ce soit un petit garçon ou une petite fille, se fait agresser sexuellement, dans 80% des cas, il s'agit de quelqu'un de la famille, ou de l'entourage. Là, il semble, que ce soit le cas, aussi, puisqu'il était du village.

  Je n'ai rien à dire de plus pour l'instant.

  Le fait de préciser qu'il s'agit d'un petit garçon, me semble important, aux yeux de l'opinion, parce que beaucoup croient, je le soupçonne, que les victimes de viol ou d'attouchement, sont plus souvent de sexe féminin. Je n'ai aucun pourcentage à vous donner sur le sujet.

  Une précision, toutefois, alors que la psychiatrie, manque cruellement de moyens, actuellement, alors  que beaucoup en souffrance, auraient besoin, si ce n'est de faire un séjour en HP, plus ou moins long, ou necessiteraient de pouvoir être suivi,  il serait bon de ne pas crier au loup, avant d'avoir la certitude,  que c'est bien lui, qui serait le coupable....je veux dire qu'il ne faut pas mettre la charrue avant les boeufs.

 1 Juin 2018.

 Qui est le jeune homme suspecté ?

https://www.francetvinfo.fr/faits-divers/meurtres/meurtre-d-un-enfant-dans-l-aisne/meurtre-d-un-enfant-dans-l-aisne-qui-est-l-homme-place-en-garde-a-vue_2777563.html

 Casier juciciaire vierge.  Donc, fiché nulle part, et donc, pas d'avenatge, sur le fchier des deliquents sexuels.

 Sa marginalité, c'est assez simple, "on s'en fout", puisqu'on sait fort bien, que sur 100 crimes de cette nature, dans la grande majorité des cas, ce sont des ersonnes, qui semblent, "normales"...

 Et c'est quoi, l normalité ?

 Lui, exentrique, par son apparence,  faisait son jardin, et construisait des maisons d'oiseaux....

 La nouveauté reside, dans son passé psychiatrique,  il est skysiophrène... Et là, je vais juste me taire, pour la simple raison, que je n'ai aucune compétance, sur le sujet.

 Dernièrement, on a pu voir,  à la télévision,  une video, qui m'a semblée fort bien faite, pour expliquer cette maladie.

https://schizinfo.com/

https://www.schizinfo.com/experience/

  Le mari d'une amie de jardin, etait skizophrène, il ne voyait, ni ne pr  fréquentait jamais personne.

  Il avait simplement dit à sa femme, un jour, qu'avec ce qu'il ressentait,  il devrait ne pas être en liberté, mais à l'ecart du monde.

  Elle avait confié à des voisins, que quelquefois,  elle avait peur de lui.

  Elle n'avait jamais voulu le faire consulter, parce qu'elle vivait avec des préjugés stupides et irresponsables,  sur l'HP.

  En fin de nuit, un jour, il arrivât un jour, reveillant son voisin, qui  vivait seul, puis lui dit, "viens vite, je crois que je viens de faire une enorme connerie"....

  Le voisin arrivât,  et decouvrit son epouse, qu'il adrait, pourtant, il venait de lui donner une diezaine de coups de couteau.

  Il a été hospotalisé, dans la même unité que moi, extrêmement calme, n'adressant jamais la parole à qui que ce soit. je precise, que l'unité, ou je me trouvais, à cette époque, était le pavillon Antinin Artaud, et que ça n'est pas la pathlogie, ou m^me le symptôme d  qui determine, en principe, le fait, que vous arriviez, dans tel pavillon, ou tel autre, mais simplement, la zone géographique.

   C'est pour cette raison que je connais certaines personnes de mon canton, qui ont été hospitlisées là bas, à différents moments de leurs vies, comme je l'ai été et ce qui explique, que je l'avais été en même temps que lui.

   D'après ma psychiatre à l'époque,  qui m'en avait un peu parlé, il passait tout son temps, à faire l'éloge de son épouse, qu'il avait assassinée.

  Il a terminé sa vie à l'HP, neutralisé par les médicaments.

  Je crois qu'en ce qui concerne cette maladie, comme dans beaucoup de pathologies mentales, d'ailleurs, la communication est défaillante, au point qu'elle évolue en mutisme...  Ce qui est difficile, c'est d'arriver à percevoir,  si c'est la maladie, qui par le complexe qu'elle provoque, induit le mutisme, ou le défaut de communication, ou si c'est l'inverse.

 En cours de commentaire.

FBI Européen infanticide viol pédophilie ruralité

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire