google-site-verification: google7d26736b1ef720ed.html

inquisition médiatique, "je ne suis pas d'accord".

"Dans la période actuelle, on ne peut rien dire, plus rien penser, si ça continue comme celà, on va bientôt rétablir le délit d'opinion,  des artistes comme Desproges ou Coluche, seraient aujourd'hui en prison, ou au mieux crucifiés sur l'hôtel de l'inquisiton médiatique".

 Ces paroles sont tenues, par Garard Depardieu.

Accuser les medias, c'est un peu facile.

 La vérité, reside dans le fait que ce sont les réseaux sociaux, qui sont coupables de cette dérive.

  En effet, par le biais des réseaux sociaux, où soit dit en passant, beaucoup ne moulinent du vent que cachés derriere des pseudos,  ces commentaires particulierement acides, voir, sadiques, et qui mériteraient un traitement plus sévère, ne seraient aucunement posés,  s'ils devaient l'être sour les noms véritables de leurs auteurs...

 La conséquence, reside dans un effet boule de neige, qui a pour conséquence, effectivement, que les medias ont eux même alors, une perception qui quelquefois, peut être tronquée de l'opinion public.

 Une autre dérive aussi, réside dans le comportement procédurier de certaines associations,  qui déposent plainte, alors, que ça ne devrait en aucun cas, donner suite à des poursuites.

  Ce qui me pose problème personnellement, réside dans le fait qu'un humoriste, n'aurait aucun droit à l'erreur, droit à aucune sortie de route en quelque sorte, alors, qu'ils sont les seuls sentinels, qui détiennent le pouvoir incroyable, de retirer la soupape de la cocotte minute, quand elle serait sur le point d'exploser...

  Quand il s'agit d'un sujet qui ne nous concerne pas,  on est tous d'accord pour rire de tout, sans la moindre retenue, et on jouit du pouvoir thérapeutique du rire, pouvoir qu est entierement reflexe (jai beaucoup bossé, sur ce sujet, je le précise), sans la moindre retenue,  ce qui je défendrai corps et âme, ma vie entière...

 Mais pour peu qu'on soit concerné par un sujet particulier de près, et on joue les indignés.

 Mais allons bon, ne nous fachons pas, j'ai deja proposé quelques solutions, pour que chacun y trouve son compte, et le compromis, est parfaitement envisageable.

 C'est plutôt une bonne nouvelle, ça, non ?

immigration FBI Européen féminisme émancipation Liberté d'expression

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire