google-site-verification: google7d26736b1ef720ed.html

Roxanne.

http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=265424.html

 J’aurai inspiré ce film,  que j’ai découvert, lors de sa sortie, il y a peu.

L’histoire de passe, en Bretagne, réputée, pour entre autre, détenir, un pourcentage élevé d’élevages avicoles,  que ce soit pour la chair, ou que ce soit pour la production d’œufs.

 Si mon père élevait des cochons, et non des poules, et s’il se souciait de Cyrano de Bergerac, à peu prés autant que je me soucie de savoir, qui a obtenu le ballon d’or en 1018, il n’en demeure pas moins, que le profil du héros, me rappelle singulièrement mon père, par le fait qu’il ait emprunté la voie agricole, dans les années 50, exactement, dans le même contexte que le héros, c'est-à-dire, parce que sa culture et son paternel, le lui imposaient, là, où justement, ça n’est certes pas, ce que lui, aurait aimé faire de sa vie.

 Le profil du couple, avec elle (jouée par léa Drucker), et lui, (Guillaume de Tronkedec), reflétant assez justement, il me semble, l’agriculture actuelle, avait l’épouse, qui bosse à l’extérieur, et qui maintient, tant bien que mal, une forme d’équilibre côté budgétaire, qui masque un métier d’agriculteur, qui aujourd’hui, est en pleine mutation, devant passer du modèle souvent industriel, et induit par une politique, depuis un siècle bientôt,  qui voudrait nous laissez croire, qu’on peut être agriculteur, comme on est industriel….

 Entre le réchauffement climatique, qui pose, les récoltes, comme souvent  incertaines, ce qui a pour conséquence, que les assureurs, se frottent les mains, et l’opinion public, qui grâce aux bienfait, d’internet, ouvre enfin les yeux, sur les pratiques, quelquefois mafieuses, de gros groupes industriels, qui pratiquent un lobbying, à tous les niveaux , seul le BIO, aujourd’hui, avec le label rouge, et quelques autre labels, trouve grâce à leurs yeux, et les agriculteurs, pour survivre, doivent, non seulement, suivre la cadence, mais surtout, faire preuve d’une imagination, et d’une inventivité, que seul, peut être, le milieu artistique, en réalité, voir se pratiquer, plus couramment….

 Aussi, cette histoire d’œufs BIO, qui tendrait vers du BIO quasiment industriel, colle t il parfaitement à l’actualité, là où précisément, le problème se pose effectivement sur l’ensemble de la filière BIO, et bien au-delà  de la production d’œufs, exclusivement….

 C’est vous dire, si j’ai regardé ce film, avec autant de tendresse, que de réflexion….

 Dans chaque profession, c’est vrai, on fonctionne avec beaucoup d’idées reçues, parce que c’est plus simple, souvent, de ne pas chercher à comprendre.

 La profession d’agriculteur n’échappe pas la règle, qu’on se le dise.

Merci, pour le clin d’œil, à mon article, « tout ce que vous avez toujours voulu sa voir, sur le SUSSEX, sans jamais avoir osé le demander ».

http://sainteaustrebertheavaitellevuleloup.e-monsite.com/blog/pour-une-europe-plus-sociale-et-donc-plus-humaniste-et-donc-efficace/brexit-tout-ce-que-vous-avez-toujours-voulu-sa-voir-sur-le-sussex-sans-jamais-a-voir-ose-le-demander.html

émancipation

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire