google-site-verification: google7d26736b1ef720ed.html

Mai 2018, allez Angela, encore un petit effort !

Désolée, d’employer une expression si « bon enfant », pour un sujet aussi important.

   Ce doit être Michel Onfray, qui ce matin, sur Europe 1, a laissé quelques traces, quand il parle des écoliers français, dans un posture aussi défaitiste, que stupide et négative, est d’une incroyable justesse, par contre, quand il parle de donald trump.

   Certains prétendent marcher, d’autres poussent le bouchon, jusqu’à marcher à côté de leurs pompes…

   Vous me direz, tant que ça n’est pas à côté de leurs pompes funèbres, « y’a pas mort de l’Europe ».

   Sur ce point, d’ailleurs, je n’ai pas trouvé l’occasion d’en parler, parce que j’ai eu piscine en eaux troubles, ces jours derniers, pour cause de tutelle, mais je vous recommande d’aller réécouter Olivier Faure, dimanche midi, dans ce qu’il a dit au sujet de l’Europe, et de la vision qu’il s’en fait, comparativement à celle d’Emmanuel Macron…..

   Oui, je sais, je suis derrière Benoit Hamon, et je ne descend s pas en flèche, tout ce qui est socialiste. ET non. C’est comme pour Onfray, il faut juste trier.

   Et s chacun, mettait un peu d’eau dans son cidre, ce qui est la vision « bretono normande », de l’expression, « mettre de l’eau dans son vin », et prêtait attention, de façon un peu plus subtiles, à ce que chacun dit, on réaliserait que bien des dynamique, vont dans un même sens.

   Alors, allez réécouter Olivier Faure, et vous comprendrez pourquoi, je vous demande d’aller y voir de plus prés.

   Pour Onfray, c’est pareil… RECADRER.

   Il n’y a que par ce moyen, de toute façon, entre deux entités, que l’on peut dialoguer, et parvenir à une forme de consensus.

   Pour ce qui concerne Angela Merkel…. Je pense que si le phénomène migrant, est un caillou, qu’on ne peut qu’observer objectivement, dans la chaussure européenne, surtout du côté de la botte, (ha ha ha ha)……

   J’aimerai bien que chacun ait l’honnêteté d’observer, que, quoi qu’on en dise, elle ait été la plus courageuse, sur le plan européen, pour accueillir, les migrants, et elle le demeure.

   Non seulement, relativement au pourcentage, vis-à-vis des chiffres, mais aussi, quand à l’accueil.

   Ca n’est certes pas parfait, mais quoi, qu’on en dise, elle l’a fait.

   Sur ce point, Daniel Pennac, hier, a parlé fort subtilement, sur France inter, dans l’émission, de Nagui « la bande originale », et je cautionne entièrement ses propos.

   Le phénomène migrant, pour moi, et je l’ai expliqué, il doit y avoir bientôt 1à ans, maintenant, serait un défit, absolument majeur, et il l’est effectivement devenu.

   Mais là, où j’appuie particulièrement, sur les propos, qu’il tient, c’est que de faire « comme s’il n’existaient pas »… Ou comme si on s’habituait à cette misère, et que vos enfants vous regardent, dans la puanteur de votre indifférence, là, où eux, forts, de leurs esprit révolutionnaire, que nous avons tous connu, intellectuellement, au moment de l’adolescence… Eux, là, aujourd’hui, vous regardent, vous parents, et vous jugent, avec une sévérité, que vous paierez, j’en suis certaine, et pour plusieurs générations.

  Je ne parle pas là, de ceux, qui sont dans les beaux discours, qu’ils soient politiques, « scribouillard », comme moi, version grande gueule…

Non..

  Car vos enfants, vous jugent, et ne vous jugeront jamais, que sur vos actes, et uniquement vos actes.

  Et si vous chercher à vous donner un genre de compatissant, alors, que la misère du monde, sans vouloir choquer, en votre âme et conscience, vous chiez dessus, virtuellement, je puis vous assurer, que si tel est le cas, votre enfant, et vos descendants, vous le feront payer le prix fort.

Certains pensent que j’exagère ?

Non, je n’inspire pas pour rien, figurez vous.

   Et si j’expliquais, un jour, qu’ci, sur notre territoire, nous avons tous, dans nos familles, des histoires, merveilleuses de solidarité à raconter de nos grand parents, qui nourrissaient telle famille, qi venait au ravitaillement, une fois par semaine, en faisant la route, A VELO de Rouen, à Fresquiennes, cette histoire, là, moi, à bouleversé mon histoire familiale, de la façon la plus merveilleuse…. Tout comme de l’autre côté celui qui a fini en camp de concentration, parce que dénoncé par la gestapo….

C’est pour cette raison que Pennac, dit « on jugera, ceux qu’on condamne aujourd’hui, pour délit de solidarité, comme des Justes », et il a parfaitement raison.

Bien sûr, la misère du monde, c’est chiant, n’est ce pas ?

C’est vraiment emmerdant, c’est clair…

  Alors, qu’on ne pense qu’à un truc, aller se faire cuire, la peau des couilles, sur les plages, voilà, que pour un peu, ils vont débarquer, là, justement, où le petit voulait faire son château de sable, ha non, alors, c’est vraiment pas de bol…

Ça ne vous rappelle rien ?

  Que ce soit dans le positif, ou dan le négatif, toujours, les histoires familiales, laissent des traces indélébiles, sur les générations, qui suivent, et la lâcheté, combiné au mensonge, est la pire crasse, que des parents, peuvent laisser à leurs descendance…

Comment vous dite ?

« De toute façon, ça sert pas à grand-chose », une goutte d’eau, face leur besoin. Ce qui est vrai.

Et bien c’est comme le colibri, justement, et croyez moi, celui là, en matière de flotte (flotte maritime, version aquarius, bien sûr), il s’y connait.

Rocard disait, « on ne peut pas porter toute la misère du monde ».

Ha, oui, zut, suis-je bête.

Y’a juste un énooooorme problème, c’est qu’à chaque fois, qu’cite, cette phrase, on oublie la suite, qu’il a dite, et qui était « mais chacun, doit faire sa part ».

Comme le colibri.

  Quand à Macron, qui a reçu le prix Charlemagne, je pense que c’est plutôt François Hollande, qui aurait dû le recevoir, plus que lui.

  En effet, sauf erreur de ma part, je pense objectivement, que ce dernier, non seulement, ait œuvré plus en faveur de l’Europe, que Emmanuel Macron, mais surtout, que sa vision de l’Europe, en son temps, avait une connotation, plus humaniste, et notamment, plus sociale…

  Entraver une loi, au sujet du secret des affaires, c’est de Macron, dont il est là, question, et François hollande, jamais, n’aurait eu une telle posture, j’en suis persuadée.

  C’est pour cette raison, qu’il faut aller réécouter, ce que dit Olivier Faure, sur le sujet.

 
 

Esclavage immigration FBI Européen féminisme émancipation

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire