google-site-verification: google7d26736b1ef720ed.html

1977053 10152717437888102 513264252 n 215x215

Le 115 du particulier. Et pourquoi pas, pour des migrants ?

https://www.le115duparticulier.fr/

  Et Oui, depuis je ne sais combien de temps, je me pose la question, est ce qu'en France, comme dans n'importe quel pays d'Europe, les racistes et xénophobes, ont réellement, une plus grande gueule, que nous, qui ne le sommes pas....

 La reponse est NON.

  Moi, manicheenne... ?

  Non, je ne le crois pas...

  Je ne suis pas naïve, je précise, je conçois parfaitement que ça ne soit pas necessairement facile, de cultiver, le mot SOLIDARITE, à tous les temps, qu'il fasse beau, qu'il vente, qu'il pleuve, ou qu'il neige...

   Depuis je ne sais combien d'années, quand j'entends quelqu'un qui se satisfait d'un temps sec et froid, l'hiver,  et si je sais mieux que personne, que c'est souhaitable d'avoir des saisons "bien marquées" en température,  notamment au jardin, pour certains insectes qui se trouvent ainsi maitrisés, je ne peux m'empêcher de penser à ceux qui n'ont pas de toit.

   Accueuillir des SDF ou des migrants chez soi, est une challenge difficile, que je déconseille formellement si vous avez des enfants, parce que ça rompt l'équilibre, sur le plan psychologique de la cellule familiale, et certains enfants ont deja beaucoup de dfficultés, ainsi, sans en plus en rajouter...

   Il peut arriver que ce soit salutaire, mais il faut faire tres attention, on peut apprendre la solidarité à nos enfants, de façon, tout à fait diverses.

   Ce n'est pas "cette population là", qui pose problème particulièrement, sur ce point, recevoir dans les mêmes conditions, quelqu'un qui serait intégré, ou plein aux as,  serait tout aussi nefaste !

   Mais  nier devant ses enfants, le fait que de tels problèmes existent, aujourd'hui, en France, comme ailleurs, et faire comme si ça n'existait pas, est à mon avis tout aussi toxique.

   Si je prétends, qu'on doit se poser cette question, c'est qu'il arrive souvent,  que suite à un divorce, une rupture, ou simplement, parce que les enfants sont partis du nid, que certains habitent de grandes maisons,  qu'il aient beaucoup de place, et que personne ne jouissent  de cette place, restée vacante, et que c'est vraiment dommage.

  Pour gérer ce genre d'initiative,  quand on en a le désir, je vous recommande de prendre contact avec eux.

  Je pense que le plus judicieux, dans un premier temps, c'est d'offrir des nuitées, avec le repas du soir compris.

  Un repas simple,  vous devez vous, vous menager, pour entrer dans cette démarche, sans qu'il n'y ait le moindre problème...

  C'est vous qui déciderez, avec l'association, si vous y trouvez votre compte, OU PAS....

  Peut être que l'expérience trouvera un écho, chez vous, que vous ne soupçonnez pas.

  Peut être que vous direz, "j'aurai pas vu ça comme ça".

  Peut être, que vous vous direz, "bon, une nuitée par mois, tout le monde y trouve son compte".

  Peut être que vous vous direz "non, décidément, je ne peux pas, c'est plus fort que moi, je ne supporte pas de faire entrer quelqu'un que je ne connais pas, dans mon cocon,  je n'ai pas fermé l'oeil de la nuit", mais je vais en discuter avec eux, pour trouver comment, je peux les aider autrment.

  Peut être que vous vous direz, "bon, la formule, me pose problème, mais je veux persister à faire quelque chose,  je vais discuter avec l'association, ils vont me proposer quelque chose".

  Vous pouvez prêter votre adresse, pour le courrier, quelqu'un qui n'a pas de domicile,  à moins de chance de séduire un patron pour l'embauche, surtout s'il habite certaines banlieues.

  Si vous avez de la place, vous pouvez peut être stoker certaines affaires de quelqu'un, qui a été mis à la rue, et qui n'a pas de place pour les conserver, le temps qu'il trouve un toit, vous pouvez servir de relai, peut être, pour laver son linge, pour qu'il soit toujours correctement habillé.

http://lacravatesolidaire.org/

 Il existe tout à tas de choses, qu'on peut faire, pour aider les sans abris, y compris si on ne se sent pas les épaules, pour en heberger chez soi.

  Mais de toutes les façon, il ne faut jamais en prendre l'initiative sans passer par la fondation Abbé Pierre, le 115 des particuliers, ou une autre association de ce type, parce que la psychologie des sans abris est particulière, ce sont des gens qui ont souffert, toujours, et plus le temps passé dehors a été long, plus leur aide, est spécifique, et doit être encadrées, par des personnes qui sont compétentes, et donc, pour que ça se passe bien, vous devez impérativement, passer par eux.

  Pensez à pratiquer, le trois trois trois...

  Trois cafés, trois heures, trois journées, pour que l'immersion, se fasse le mieux possible.

  Il ou elle doit s'adapter à vous , vous devez vous adapter à lui, ou elle.

  Sinon, reste la possibilité de les aider financièrement, ou en parlant d'eux.

  Sinon, je vous recommande d'aller jeter un oeil sur l'émission, diffusée hier soir,  sur le logement, à Paris..... 1800€, par mois, une chambre de 9m Carrés, elle raconte son quotidien, édifiant.

  Le coup de l'ascensseur interdit à ceux, qui habitent le plus haut, à qui on loue cette chambre de misière, et où il est stipulé, qu'ils ont interdiction, d'utiliser l'ascensseur, je dois dire que c'est un raffinement, dans la torture psychologique qui ne  m'avait pas encore effleuré l'esprit... 

  Il est vrai, que la précarité, le chômage,  et allons y franchement, LA PAUVRETE, on ne sait pas, dans l'intimité d'une cage d'ascensseur, on ne sait jamais, peut être que ça s'attrape....

  Hier, je parlait de la pelle à Dupontel, putain, Albert, là, je te jure, un truc pareil, moi qui ne suis pourtant pas méchante, le coup de pelle dans la gueule, à celui là, il ne l'aurait pas volè !

 Il faut interdire, ce genre de pratique, mais  on va où, là ?

https://www.francetvinfo.fr/economie/immobilier/immobilier-indigne/video-9-m-une-vie-a-l-etroit_2478674.html

Esclavage FBI Européen féminisme laïcité Liberté d'expression

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire